année 2007

RÉSEAU de DOCUMENTATION

des ECOLOGISTES

Un livre qui s’attaque au plus gros tabou français (et par conséquent belge, puisqu’en matière de tabou, la Belgique est à la France ce le foie gras est au canard), savoir le non désir d’enfant, je prends.  Pire : un livre qui propose quarante raisons de ne pas avoir d’enfants, je prends je prends je prends.  Je veux savoir.  Je prends d’autant plus que l’auteur est maman de deux enfants, et qu’on évitera tout de go les jugements anticipatifs des lecteurs bien pensants, du style « encore une vieille fille aigrie qui crache son venin », sans toutefois malheureusement éviter les jugements du genre « mauvaise mère » (et j’avais bien vu, l’auteur partage mon avis – ou je partage le sien - elle le dit d’ailleurs dès les premières pages). 
La lecture promet d’être à tout le moins intéressante.  Peut-être passionnante…
Et elle l’est.  Passionnante.  Et drôle, en plus, contre toute attente.  Parfois un peu dans l’extrême au niveau des vérités que l’auteur assène… quoiqu’à bien y réfléchir… pas si extrêmes que ça… ces vérités.
Morceaux choisis :
« Le dialogue parent-enfant, c’est le dîner de cons tous les jours »
« Quand il sera un peu plus grand (l’enfant), il conviendra de donner l’exemple.  Au quotidien, c’est dur.  Se bâfrer de tartines au Nutella sur le canapé, fumer du shit en rentrant du boulot, se siffler une bonne (ou une mauvaise) bouteille au lit n’est pas un spectacle édifiant pour un enfant.  Traîner chez soi avec les cheveux gras et un peignoir sale n’est pas non plus un exemple susceptible de faire de lui un adulte responsable et positif.  Comment, dans un tel contexte, pourrait-il ‘se construire’ ?  Eclater en sanglots en sa présence parce que Josyane vous a fait une crasse ou parce qu’une promotion vous est passée sous le nez est à déconseiller.  Et je ne parle pas du crêpage de chignon avec votre moitié, accompagné de son lot de hurlements et de reproches, autant de scènes qui condamnent votre enfant à des années de divan, si ce n’est à l’alcoolisme et à la délinquance. »
« La malédiction des parents, c’est l’enfant hyperactif, une maladie d’invention récente.  Il y a quelques années, c’était juste un casse-couille ».
(éditions Machalon)
Le ton est donné.  L’enfant va s’en prendre plein sa petite gueule d’ange.  Les parents qui se veulent idéaux aussi.
Un livre qui fait réfléchir.  Et rire, les deux n’étant pas incompatibles.
Nul doute qu’il choquera les mères de famille (ou les « merdeufs », comme les nomme l’auteur), dévouées entièrement à la cause des petits chéris d’amour.  Moi, il ne m’a nullement choquée.   Il m’a appris plein de choses, ce livre.  Et confirmé des infos que je savais.  Et il m’a donné envie de tourner 40 fois mon ovule dans mon utérus avant de songer à avoir un enfant…
Un livre à mettre dans les mains de toutes les femmes (et accessoirement de tous les hommes) : il confortera celles qui ont fait le choix de ne pas avoir de marmots et qui n’en sont pas pour autant des monstres d’égocentrisme; il déculpabilisera celles qui ont des enfants et se surprennent à avoir régulièrement envie de les noyer comme des chatons ou de les échanger contre des écharpes Strelli, et qui ne sont pas pour autant des mères indignes.
Personnellement, l’âge avançant, je me questionne de plus en plus sur mon désir ou mon non désir d’enfant…  Après lecture de ce livre, me voici réconfortée : si mon choix s’oriente vers une non maternité, je sais dorénavant qu’au moins une personne sur terre me comprendra, me respectera, et ne me tendra pas un doigt accusateur signifiant « sale égoïste, mauvaise, va te cacher, tu es la honte de la France (en l’occurrence pour moi de la Gelbique) ». 
Soulagement suprême, merci Corinne !
Deux raisons de lire No kid :
-    si tu souhaites profiter enfin d’un avis éclairé et non « bisounoursé » sur les enfants
-    si tu t’interroges sur ton désir d’enfant et que tu souhaites décider en connaissance de cause
Deux raisons de ne pas lire No kid :
-    si tu es enceinte (sauf si tu as un énorme sens de l’humour et la capacité à prendre le recul nécessaire)
-    si tu as cinq enfants et qu’ils te ravissent jour après jour, sans exception aucune.  Jamais.  C’est compris ?

Source : http://www.le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.be/archive/2007/10/19/no-kid-corinne-maier.html

Add du 21/10 : interview de Corinne Maier renseignée par Nuages.