L’imposteur, c’est lui (réponse à Claude Allègre)