8 mars, Journée internationale des droits des femmes

D’un point de vue écologiste, il est nécessaire de montrer que la nature fait une différence entre les sexes et non une inégalité. La différence, c’est le résultat d’une évolution qui nécessite deux sexes différents pour fabriquer une progéniture. Il y a donc complémentarité. Par contre les inégalités ne sont que construction culturelle. Sauf anomalie chromosomique, on naît bien femme ou homme, mais on le devient aussi par le statut que la société nous donne. En 1978 LE MONDE* avait rendu hommage à Simone de Beauvoir (1908-1986), celle qui a donné au féminisme ses lettres de noblesse :

« Tout ce que j’ai lu, vu, appris pendant ces trente années m’a complètement confirmé dans cette idée : « On ne naît pas femme : on le devient. » On fabrique la féminité comme on fabrique d’ailleurs la masculinité, la virilité. Elena Gianini Bellotti a montré d’une façon très détaillée dans « Du côté des petites filles » que l’éducation de l’enfant, garçon ou fille, est différente dès les premières années. Ces différences ne viennent pas des natures féminines ou masculines, mais de l’ensemble culturel. Il y a une certaine émancipation. Sur le plan sexuel certainement, il y a l’émancipation due à la contraception et due, quand même, à la loi sur l’avortement, Mais ce n’est pas grand-chose, parce que la vraie émancipation se situe sur le plan du travail économique et des possibilités de réussir sa vie. Il y a quelques femmes qui ont obtenu des promotions, nous, les féministes, nous les appelons des femmes-alibis. Quand une carrière se féminise, elle est dévaluée. Féministe, pour moi cela voulait dire que je réclamais une identité de situation entre l’homme et la femme, et d’égalité radicale entre l’homme et la femme. L’Année de la femme [instaurée par l’ONU en 1975. Deux ans plus tard, le 8 mars 1977, la Journée internationale des femmes est officialisée] ne m’a pas semblé quelque chose de valable. Je pense qu’il ne faut pas traiter les femmes séparément. Je ne suis pas tellement pour la représentation parlementaire, la participation des femmes aux élections me paraît secondaire ; je ne vois pas très bien ce que les femmes élues feront, sinon d’être des femmes-alibis, là aussi. »

Voici quelques articles sur ce blog biosphere à propos de l’égalité homme/femme :

11 février 2019, Françoise d’Eaubonne, une icône de l’écoféminisme

22 novembre 2018, Sans soutien-gorge ni voiture, telle est la femme écolo

17 juillet 2018, Le combat démographique analysé par une écoféministe

13 janvier 2018, Sexualité et harcèlement, l’homme, un animal dénaturé

25 décembre 2017, La vraie nature, trompeuse, de l’élection de Miss France

10 décembre 2017, Décroissance, ne pas nier la différence des sexes

1er novembre 2017, Biosphere-info, féminisme et écologie

29 décembre 2016, Féminisme, sensibilité écologique et refus de maternité

18 décembre 2016, Féminisme et maîtrise de la fécondité sont inséparables (Paul Robin)

16 décembre 2016, Le sexe/genre relève-t-il de la nature ou de la culture ?

17 septembre 2013, Le genre et le sexe, des différences aux inégalités

* LE MONDE du 9 mars 2019, Simone de Beauvoir au « Monde », en 1978 : « J’ai cru trop vite à une proche victoire des femmes »

8 réflexions sur “8 mars, Journée internationale des droits des femmes”

  1. Bonjour Bga80 et Marcel.
    Pas besoin qu’à l’armée vous risquiez votre peau. Le métier de militaire a en effet vocation à disparaître.
    On a pas besoin de légionnaires, hommes ou femmes.

  2. Bonjour Bga80 et Marcel.
    Pas besoin qu’à l’armée vous risquiez votre peau. Le métier de militaire a en effet vocation à disparaître.
    On a pas besoin de légionnaires, hommes ou femmes.

  3. @ Bga 80 : il y a effectivement une série de métiers qui font appel à l’ endurance et à la force dans lesquels les femmes n’ ont rien à faire de par leurs limites physiques (commandos (de marine ou non , forces spéciales (légion , swat); métiers du bâtiment , éboueurs , ….)
    A se demander si ces féministes (je n’accuse pas les femmes vraiment féminines) ne cherchent à déviriliser les hommes pour en faire des fiottes et ensuite prendre le pouvoir (Ce sont sont des hystériques gauchistes) .
    Les féministes citées dans l’ article sont totalement antinaturelles !

  4. Chez moi à Amiens, il y a un énorme chantier (construction de plusieurs milliers de logements dans le quartier Jean Moulin) et je ne vois pas de femmes sur les chantiers. Alors qu’appelez vous une femme qui travaille dans le BTP, une femme dans un bureau pour faire la secrétaire comptable ? Puis parmi les éboueurs ? Quant à l’armée, vous voyez des femmes légionnaires ? Ou alors des femmes qui ne font que des opérations les moins risquées avec un pistolet ? Dans les guerres en Afrique et Moyen Orient, ce ne sont pas les femmes que je vois sur le front…. Alors vous voulez démontez une vérité que j’énonce, car la vérité je la prends sur le plan global, et vous avez la mauvaise foi de prendre des cas isolés comme des femmes pilotes pour me contredire. Donc non j’ai bien raison ce sont les hommes qui la plupart du temps prennent les boultos les plus risqués, je commencerai à vous croire lorsque l’égalité sur le terrain se vérifiera aussi et qu’il y aura 50 % de femmes légionnaires sur le front et 50 % d’hommes assistants sociaux.

  5. A métier égal salaire égal, je veux bien l’entendre. En revanche, c’est impossible d’étendre l’égalité stricte dans les salaires, en effet il faut continuer de payer le risque ! Et les métiers à risque ce sont surtout les hommes qui les prennent ! Or si vous organisez l’égalité stricte dans les salaires et ben les hommes vont déserter les métiers à risque ! Et qui prendront les métiers à risque à la place des hommes ? Les femmes ? Mort de rire ! C’est clair que si les salaires deviennent égaux, je préfère travailler à la caisse d’un magasin ou devenir assistant social plutôt que de me rendre sur un chantier du Btp ou encore risquer ma peau à l’armée…. Autant dire, que ces revendications féministes tournent à l’absurde et au grotesque en ne tenant pas comptant des risques aux métiers.

    1. Bga80, vous êtes prolixe, un peu trop quand vos raisonnements sont d’une superficialité confondante. Même les métiers à risque comme pilote de chasse ou maçons accueillent des femmes. Nous ne connaissons pas de métier dont les femmes sont exclues. Même dans les sous-marins nucléaires, il n’y a plus de barrière…

  6. Contribution à la Journée Internationale des femmes 2019: plasticienne engagée j’ai réalisé plusieurs oeuvres dédiées.
    Et pour cette année une série ironique intitulée « This Is Not Consent » car un string en dentelle n’est jamais une preuve de consentement ! …
    A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/thisisnotconsent.html

  7. Contribution à la Journée Internationale des femmes 2019: plasticienne engagée j’ai réalisé plusieurs oeuvres dédiées.
    Et pour cette année une série ironique intitulée « This Is Not Consent » car un string en dentelle n’est jamais une preuve de consentement ! …
    A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/thisisnotconsent.html

Les commentaires sont fermés.