Abandon du natalisme et politique migratoire

Abandon du natalisme : La France ne manque pas d’habitants, bien au contraire. La politique nataliste menée depuis la Libération n’a aujourd’hui d’autre finalité que d’accompagner la logique de croissance du système économique, en dopant la consommation et en équilibrant la pyramide des âges de façon à financer les retraites. Elle aggrave notre empreinte écologique et rend la vie quotidienne de chacun plus difficile. Nul ne sait vraiment aujourd’hui combien d’habitants pourraient être nourris par la seule production agricole du territoire national, avec une agriculture sans pétrole, sans engrais azotés et sans pesticides, soucieuse de la condition animale et de la biodiversité, dans un pays où 99 % de la population n’a pas de formation agricole, où les terres arables sont abîmées par la pratique de l’agriculture intensive et où il ne subsiste que 15 000 chevaux de trait. En revanche, il ressort des données de l’ONG Global Footprint Network que la France a une empreinte écologique 1,85 fois égale à sa bio-capacité, ce qui veut dire qu’à son niveau actuel de consommation, la population française utilise des ressources naturelles et produit des déchets pour une valeur supérieure de 85 % à la capacité physique du territoire à produire des ressources renouvelables et à absorber des déchets. Pour que l’empreinte écologique du pays ne dépasse pas sa bio-capacité, c’est-à-dire qu’elle respecte les capacités de renouvellement des ressources naturelles du territoire, il faudrait :

  • soit diviser le niveau de la consommation moyenne par 1,85 ce qui donnerait un smic brut mensuel de 822 € (4) à population et à répartition des revenus inchangées ;
  • soit réduire la population dans une proportion de 1,85 ce qui correspondrait à une France de 36,2 millions d’habitants (5) à consommation moyenne inchangée ;
  • soit encore réduire la consommation et la population dans une proportion cumulée de 1,85.

Régulation de l’immigration : Avec plus de 255 000 nouveaux titres de séjour délivrés en 2018 et au moins 100 000 entrées irrégulières sur le territoire national (6), l’immigration de personnes non communautaires représente, très loin devant le solde positif des naissances sur les décès, le principal facteur de l’augmentation de la population globale. Une politique de décroissance démographique ne peut ignorer l’incidence majeure des phénomènes migratoires. Elle doit comporter un volet de réduction de l’immigration légale dans ses deux composantes principales : l’accueil des étudiants étrangers et le regroupement familial. Concernant l’immigration clandestine, l’action préventive visant à empêcher l’entrée illégale des étrangers sur le territoire doit être privilégiée par rapport aux mesures ostentatoires mais coûteuses et peu efficaces de reconduites à la frontière. Propositrions

– Supprimer les allocations familiales au-delà du deuxième enfant.

– Reculer de trois ans l’âge légal du départ à la retraite pour répondre au déséquilibre financier résultant du vieillissement de la population.

– Réduire l’immigration légale en limitant les conditions de délivrance des titres de séjour, en matière d’accueil des étudiants étrangers et de regroupement familial.

– Réduire l’immigration illégale, d’une part en révisant les accords de Schengen, d’autre part en renforçant les capacités de Frontex et de la police aux frontières.

– Stabiliser la population française en dessous de 70 millions d’habitants vers 2030 et amorcer ensuite sa diminution.

(Extrait d’un texte proposé comme base de réflexion programmatique aux journées d’été de 2019 du Mouvement Écologiste Indépendant. Il n’engage que son auteur, Gilles Lacan (10/08/2019))

notes (4) En pouvoir d’achat mensuel, l’équivalent du smic en 1973 (avec la semaine de 40 heures).

(5) Soit 35 millions d’habitants en métropole, correspondant à la population française en 1842.

(6) La grande majorité des personnes entrées irrégulièrement forment une demande d’asile, ce qui permet d’en connaître approximativement le nombre.

source : http://economiedurable.over-blog.com/2020/06/pour-une-ecologie-de-la-resilience-6.html

Partagez ...

22 réflexions sur “Abandon du natalisme et politique migratoire”

  1. – « les autorités françaises qui sont plus promptes à être sévères d’abord avec les populations d’origine … française.» (Didier Barthès 16 JUILLET 2020 À 18:03)

    Exemple typique du genre d’argument qu’on entend sur ce sujet. C’est faire fi de toutes les études (Ined et autres) sur les discrimination en France, notamment envers les immigrés.

    1. Didier BARTHES

      Et pourtant croyez que j’en ai été souvent témoin et de nombreuses personnes de mon entourage aussi, pendant le covid notamment mais bon cela rentrerait dans le cadre d’une conversation privée

      1. Mais oui, je vois bien de quoi vous voulez parler, moi aussi j’en ai dans mon entourage des gens qui ne voient que ça, qui en voient partout, à la télé surtout. Quand ils mettent ça sur la table, en général je m’arrange toujours pour sortir une bonne grosse vanne, manière de passer à autre chose. Eh oui, si je devais me fâcher avec tous les cons de cette planète je ne parlerais plus à personne. Même pas à moi-même. 🙂

  2. Hypothèse 1: des pans entiers du globe deviennent inhabitable d’ici la fin du siècle, les populations meurent en masse. Conséquence : on est beaucoup beaucoup moins nombreux sur la planète.
    Hypothèse 2: des pans entiers du globe deviennent inhabitable d’ici la fin du siècle, les populations en question déménagent. Guerres pour l’accès aux ressources, conflits entre pays. Conséquence : on est beaucoup beaucoup moins nombreux.
    Hypothèse 3: la Raison l’emporte sur les passions. Les dirigeants du monde entier lisent Malthus chaque matin avant toute prise de décision, les citoyens du monde entier décident de vivre dans la frugalité et le partage, la consommation et les émissions carbones chutent drastiquement. Conséquence: l’humanité est sauvée, on est un petit peu moins nombreux qu’aujourd’hui.

    1. On peut en faire des hypothèses… et en quoi ça nous avance ?
      Déjà on peut combiner la 1 et la 2 : des pans entiers du globe deviennent inhabitables ; les populations meurent en masse. Conséquence, ceux qui ne veulent pas mourir déménagent (fuient), c’est tout à fait naturel. Guerres, conflits etc. Et en fin de compte on est beaucoup beaucoup moins nombreux.
      Voilà donc ce qui nous pend au nez. Et qui semble faire «bander» certains qui semblent se foutre royalement de savoir si ce triste épisode dans l’aventure humaine allait tirer Sapiens vers le haut ou alors vers le bas. Peut-être ont-ils perdu de vue le haut et le bas, on ne peut écarter aucune hypothèse.

      1. Quant à la Raison (osons même dire la Sagesse), je ne pense pas que son règne viendra en lisant Malthus chaque matin. Pas plus qu’en lisant exclusivement la Bible ou le Coran, Mein Kampf ou Marx, ou encore Le Monde ou Gala. Mais plutôt en se faisant violence pour remettre en question bon nombre d’idées reçues, pour apprendre à se connaître, soi-même d’abord afin de pouvoir ensuite mieux connaître l’Autre, bref pour «décoloniser son imaginaire» .

  3. – «Zemmour porte des accusations les plus insultantes envers les immigrés et leur dénie le droit aux allocations familiales : Onfray ne conteste pas et botte en touche.» … Misère !
    https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup/blog/020620/zemmour-pas-d-allocs-aux-immigres-onfray-opine

    Sur BIOSPHERE et ailleurs, « L’extrême-droite en chasse contre assistés et immigrés». Misère misère !!
    https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup/blog/120520/l-extreme-droite-en-chasse-contre-assistes-et-immigres

    1. Ces allocations familiales sont de l’esclavagisme ! Ce sont les français qui payent en travaillant, à travers divers prélèvements ces allocations familiales ! Les français travaillent pour financer ces allocations familiales, les migrants empochent ces allocations soit empochent l’argent des français qui travaillent, à travers des allocations à la ponte ! Brefs, ces migrants n’assument pas financièrement leurs progénitures et ce sont les français qui sont devenus esclaves pour entretenir les pontes de ces migrants qui ne travaillent pas ! En somme c’est bel et bien de l’esclavagisme ! Ce sont plutôt les européens qui sont victimes de l’esclavagisme !

  4. Didier BARTHES

    En tout cas, bravo à Gilles LACAN pour ses propos qui tracent les grandes lignes d’un programme écologique global s’appuyant d’abord sur une société résiliente.
    Nous prenons trop peu conscience de la fragilité de nos sociétés, colosses aux pieds d’argile. C’est d’autant plus grave qu’en cas de problème nous ne saurions pas nous relever tant la dépendance de chacun d’entre nous à mille réseaux nous condamnerait très vite au moindre dysfonctionnement.
    Oui, la résilience doit être, avec le respect de la beauté du monde la ligne directrice de notre futur. Et dans ce cadre, le partage du monde avec le reste du vivant et donc notre nécessaire modération démographique ont un rôle essentiel.
    Hélas, ce programme ne sert pas de base au principal parti écologiste français (EELV) il est présent dans les discussions du Mouvement Écologiste Indépendant d’Antoine Waechter où il suscite une certaine unanimité.

  5. En matière d’immigration là encore des chiffres. Selon L’Insee 6,5 millions d’immigrés vivaient en France en 2018. Selon Eurostat en 2018 l’Allemagne est le pays qui a accueilli le plus de personnes sur son territoire, suivie de l’Espagne (643 684), de la France (386 911), de l’Italie (332 324) et de la Pologne (214 083).
    Rappelons au passage qu’il en est de l’immigré comme du chasseur, il y a le bon ET il y a le mauvais. Même phénomène chez nos voisins, l’immigré n’est plus le bienvenu. L’inquiétude porte notamment sur l’emploi, ON le sait (c’est prouvé, chiffré etc.) les étrangers viennent en France pour voler le boulot et manger le pain des Français. Et puis la sécurité, là encore ON le sait les immigrés sont des voleurs, des violeurs, des dealers et Jean Passe. La question du nombre ne semble déranger que ceux qui en voient trop à leur goût, si ce n’est partout, finalement un prétexte pour ne pas se remettre en question .

    1. Didier BARTHES

      On oublie toujours que ces chiffres se cumulent d’années en années, quand il y a 200 000 personnes qui arrivent chaque année dans un pays, au bout de 10 ans il y en a 2 millions et comme en général ces personnes sont plus fécondes que la population d’origine le remplacement est avéré. Il y a des zones en France ou en pratique la population française est ultra-minoritaire et de fait totalement exclue et doit déménager, ce n’est pas un fantasme, c’est une réalité très présente dont une bonne partie de la gauche bobo ne veut pas entendre parler jusqu’au jour où elle doit partir.

      1. Ben oui, partir. Autrement dit la fuite. C’est un phénomène tout à fait naturel et bien connu (des biologistes). Quand on ne peut pas lutter (et anéantir la cause du stress) il ne reste que la fuite, partir.
        Oui mais voilà, partir où ? Pour celui qui vit sous les bombes c’est vite vu. Mais pour ce Français qui ne dort plus… et qui est du coup est très fatigué… partir où ? En Ardèche, en Lozère… ? Oui mais voilà, là bas c’est trop paumé, pas assez de monde ! Bref, on n’en sort pas.

        1. C’est bizarre que ton phénomène ne dirige les migrants que vers les pays à allocs ! On ne peut pas dire que ce soit le travail qui les attire, sinon ils se rendraient plutôt en Chine ! Ce n’est pas en France où il y a les emplois… C’est donc bien les allocs qui attirent comme le miel.

          1. Didier BARTHES

            Bonjour BGA80, je crains que vous n’ayez raison.
            Ajoutons aussi toutefois que pour un migrant, négocier avec le gouvernement chinois au nom des droits de l’homme est beaucoup plus difficile qu’avec les autorités françaises qui sont plus promptes à être sévères d’abord avec les populations d’origine … française. Cela ne fait que renforcer les choses

    2. Quant aux propositions de Gilles Lacan on voit de suite où se situe cette écologie du «ni-ni», comme avec le sempiternel «Reculer de trois ans l’âge légal du départ à la retraite pour répondre au déséquilibre financier résultant du vieillissement de la population.» Au diable la répartition des richesses, ne surtout pas laisser rentrer du «sang neuf», yaca faire travailler toujours plus longtemps les vieux !
      Dans La Décroissance de cet été (P.27) lire l’article de l’économiste Denis Baba, «Sommes-nous des salauds et des idiots ?» (en guise de «petite réponse aux dogmatiques de la croissance»).

    3. La prévention en la matière est illusoire. Combattre les filières de passages ? Avec quels moyens ? Frontex n’a jamais pu y arriver… Et pour cause la chose est tellement rentable pour les filières ( bien plus que les trafics de stupéfiants) qu’elles ne manquent pas d’astuces diverses… Et les murs n’y changent rien. Seul le coût du passage change en fonction des « barrières ». Celui ou celle qui vient sait que la difficulté (avec des conditions de vie indigne) peut durer des années… Qu’importe cette sorte de « purgatoire » à de forte probabilité de déboucher sur un titre de séjour et donc au final sur des conditions de vie préférable à celles du pays d’origine…
      En 2019 quelques 18000 reconduites aux frontières mais pour combien d’interpellations et combien de placements en rétention ?
      Le système ne marche pas. Il n’a jamais marché depuis plusieurs décennies…
      Mais que faire pour respecter aussi la dignité de chacun ?

      1.  » Et les murs n’y changent rien. »
        Nuls murs, mirador ou chien policier ne se dressent aux limites extérieures du pays ; dès lors, il me semble bien hasardeux de douter de leur efficacité .
        Pour rendre les frontières étanches , il faudra bien cesser de pleurnicher sur le sort des envahisseurs dits migrants et placer des murailles + des miradors
        dignes de l’ ex RDA pour obtenir un filtrage serré.
        Le sort et la dignité de ces gens , la plupart du temps des pseudo réfugiés , nous nous en contrefoutons : on compte aussi dans leurs rangs de vraies crapules qui considèrent l’ Europe comme un champ d’ expérimentation criminel

  6. Sont tout aussi fantaisistes les chiffres de population ziegleriens (de ziegler , zozo gauchiste et « humaniste » autoproclamé😁😁😁 issu de l’ ONU et de sa désinformation mondialiste) prétendant que l’ on peut nourrir en agriculture biologique 12 milliards d’ habitants .
    La prudence devrait nous inciter à viser un chiffre de population très faible pour parer tout coup de trafalgar opéré par dame nature et se ménager des espaces de repli .
    N’ oublions pas que la décroissance malthusienne constitue le cauchemar absolu pour le gros patronat et les tout aussi voraces actionnaires du CAC (A) 40
    N’ oublions pas aussi nos « chers » (‘dans tous les sens du terme) immigrés / migrants que nos écolos de carnaval EELV chérissent tant pour leur réélection qui devront subir une remigration dans le cadre de l’ ajustement démographique !

  7. – «Nul ne sait vraiment aujourd’hui combien d’habitants pourraient être nourris par la seule production agricole du territoire national, avec une agriculture sans pétrole [etc.]»
    Tiens donc ! Ce qui n’empêche pas certains de faire reposer leur argumentation sur des chiffres fantaisistes, par exemple 30 millions.

    – «En revanche, il ressort des données de l’ONG Global Footprint Network que la France a une empreinte écologique 1,85 fois égale à sa bio-capacité».
    Eh oui ! Seulement, certains diront que ces calculs reposent sur du vent.
    En fait c’est toujours pareil, chacun s’accommode de la réalité à sa façon, comme ça l’arrange le mieux.

    1. Sans pétrole, on ne peut plus approvisionner les villes, avec les camions, alors forcément cela implique d’habiter à proximité des champs.

      L’Ile de France a une autonomie alimentaire inférieure à 5%… Sans camion, sans pétrole c’est 95 % de la population parisienne qui crève.

      1. J’ aime beaucoup les chiffres « churchilliens de l’ INSEE à savoir 6.5 millions d’ étrangers en Fronce et bien entendu , on oublie ainsi les millions de « Français de papier » (afromuzz naturalisés par l’ UMPS comme tu l’ appelles et regroupés )
        D’ où à l’ estime basse , plus de 13 millions d’ étrangers dans le pays
        La soupe est bonne au Frankistan (allocations diverses) qui se prosterne devant ces gens de sac et de corde issus de 1/3 monde pour la plupart et qui alimentent le système consommatoire en consommateurs frénétiques de conneries merde in China

      2. Ce sera alors le début du chaois , des pillages meurtriers et nos bobos urbains goûteront , ces malades des boyaux de la tête comme le disait Coluche , aux joies de l’ égorgement (sourire kabyle / cravate colombienne)😂🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣
        et cela grâce à leurs protégés

Les commentaires sont fermés.