artificialisation du sport et fin de la compétition

La pharmacopée dopante est prohibée et la combinaison de natation qui augmentait la vitesse des nageurs de 3 % est désormais interdite. Pourtant l’idéal du MONDE dans son dernier éditorial* est sans ambiguité : « Un jour historique pour Pistorius et pour le sport… L’intégration des sportifs dotés de prothèse est un défi enfin relevé. » Que cherche LE MONDE ? L’humain augmenté, artificialisé, transhumaniste ? Une humanité sans limites ?

Il est vrai que les sportifs de haut niveau ont atteint le niveau où il est presque physiquement impossible de progresser et de battre un nouveau record. Imaginons alors un athlète prometteur et ambitieux. Il se fait amputer au dessous des genoux comme Oscar Pistorius pour se faire poser une prothèse en lames de carbone : il y aura restitution de 30 % d ‘énergie en plus que le pied quand il était intact. Ajoutons un dosage non décelable de dopage bien adapté. Cet athlète monte alors à chaque fois sur la première marche des podiums. Bravo, il ne fait que concrétiser une humanité technologisée et hyper-performante ! Et tous les autres coureurs, pour pouvoir concourir et parader dans la société du spectacle, se font amputer les jambes au dessous des genoux, avec des laboratoires à leur service !

Comme l’exprime un commentateur perspicace sur lemonde.fr : « Encore une dérive du politiquement correct : on s’extasie sur un cas particulier (Oscar Pistorius) pour mieux ignorer les autres. La plupart des mutilés n’ont pas la chance d’avoir des prothèses aussi extraordinaires. J’aurais préféré que les progrès technologiques bénéficient à tous ceux qui en ont besoin et non à une seule personne qui monopolise l’attention. » Nous ajoutons que le sport de haut niveau a atteint non seulement ses limites physiques, mais aussi son utilité sociale. Nous avons dépassé les limites de la planète, nous devons retrouver le sens des limites et remplacer l’esprit de compétition par l’esprit de coopération. Cela nécessite entre autres de supprimer toutes les compétitions sportives «  de haut niveau » qui ne sont là que pour anesthésier les populations, promouvoir la marchandisation du monde et dénaturer les athlètes.

* LEMONDE du 28-29 août 2011

Partagez ...

2 réflexions sur “artificialisation du sport et fin de la compétition”

  1. Peak.Oil.2008

    A courir après les limites on les atteint et quand ça arrive on déchante. Il faut en revenir aux très intemporels jeux olympiques, laisser tomber le chrono et se contenter d’essayer de battre son adversaire dans un esprit fraternel. Et puis il faut en finir avec la gloriole …

  2. Peak.Oil.2008

    A courir après les limites on les atteint et quand ça arrive on déchante. Il faut en revenir aux très intemporels jeux olympiques, laisser tomber le chrono et se contenter d’essayer de battre son adversaire dans un esprit fraternel. Et puis il faut en finir avec la gloriole …

Les commentaires sont fermés.