Beaucoup trop de touristes de trop

Notre société va s’effondrer sous son propre poids. On parle trop des migrants en Méditerranée alors que c’est un problème secondaire pour l’Europe, bordée de mers et de pays tampons. Par contre trop peu de monde s’inquiètent du flux de touristes venant en Europe, une vraie plaie. 90 millions de visites en France, 1,3 milliard de touristes sur cette petite planète dont la moitié à destination de l’Europe… Sur ce blog biosphere, cela fait longtemps que nous critiquons le surtourisme : 1,3 milliard de déplacements inutiles, une vraie imbécillité écologique, un tourisme qui tue le tourisme. Il y a nécessité de se déplacer moins vite, moins loin, moins souvent, de retrouver le sens de la mesure, de se satisfaire de ce qu’il y a autour de son lieu d’appartenance, pourquoi pas de protéger ce territoire contre les intrus. Nous sommes un petit peu rassurés de lire que de plus en plus d’articles du MONDE commencent à partager notre point de vue :

12 juin 2019, Tourisme « La croisière a le dos bien large »

Un rapport de Transport & Environnement annonce : Carnival – l’un des croisiéristes les plus importants –aurait émis en 2017 des quantités de pollution atmosphérique 10 fois supérieures à celles produites par les 260 millions de voitures du parc automobile européen. Le tourisme de croisière, menace à l’intégrité des écosystèmes et des cultures. Ce n’est que la pointe d’un iceberg : celui de nos choix… de touriste. Je voyage, donc je suis ! De l’avènement des transporteurs à rabais résulte un « surtourisme ». Notre système économique actuel ne parle que de création de richesse, qu’en est-il de l’environnement ? Le drame est la croissance illimitée du tourisme, observable dans tous les milieux, du balnéaire (tout inclus) au tourisme urbain (sites culturels, patrimoniaux, religieux, etc.), en passant par le tourisme sportif et d’aventure (pensez Everest), et même au prétendu « éco »-tourisme qui laisse les milieux naturels plus souillés que jamais (pensez Galápagos ou Grande Barrière de corail). On peut apprendre à dire non, à voyager moins souvent.

6 mars 2019, Le tourisme international creuse les écarts entre visiteurs et visités, entre l’homme et l’environnement

Un même refrain extasié s’impose, repris en chœur par monts et par vaux. Parée de toutes les vertus argentées, cohésives et douces du « développement durable », l’expansion touristique est « la » bonne nouvelle à répétition. Suivre le mouvement (le « tourisme de masse » au risque du « surtourisme ») ou s’en distinguer (le « tourisme de niche » au risque de l’« exclusivisme »), la quête de dépaysement opère. Dans le meilleur des mondes. Pourtant le tourisme international crée certes des bénéfices, mais aussi d’importants coûts. Le tourisme international tend à creuser les écarts, entre ceux qui en jouissent et ceux qui en pâtissent, entre les tour-opérateurs transnationaux et les acteurs locaux, entre les visiteurs et les visités, entre l’homme et l’environnement. Si demain chaque individu sur terre se retrouvait en position d’exercer son droit à la mobilité de plaisance sans frontières, les capacités d’absorption écologique n’y suffiraient pas. De l’immobilité des majorités, assignées à résidence, dépend la propension des privilégiés à « se faire » telle ville ou telle contrée, au gré de leurs envies. Mais il ne faut surtout pas toucher à « l’avenir radieux du tourisme international ». (Bernard Duterme, coordinateur du livre La Domination touristique. Points de vue du Sud).

23 novembre 2018, Le touriste entre-t-il pour la culture dans la catégorie des nuisibles ?

Le touriste entre-t-il pour la culture dans la catégorie des nuisibles ? La question ne se posait pas il y a vingt ans. On disait même qu’il était, par son portefeuille, un soutien précieux aux musées, monuments, salles de spectacle. Il l’est toujours. Mais l’est-il trop ? Les visiteurs consomment les lieux comme s’il était dans un centre commercial. Christian Mantei, directeur général d’Atout France : « La France n’est pas encore dans le surtourisme, mais, si on ne bouge pas, on y sera dans trois ou quatre ans. » La France, qui est a première destination touristique dans le monde, a accueilli 88 millions de visiteurs en 2017 et en attend 100 millions en 2020. Le surtourisme va s’amplifier partout. Il y avait 525 millions de touristes en 1995, il devrait y en avoir près de 2 milliards en 2030. On rêve d’un touriste de proximité, qui tisse des liens avec la population. C’est marginal, face à un tourisme de masse porté par une classe moyenne mondialisée qui ne cesse de croître, des compagnies low-cost, des tour-opérateurs, des ferrys qui s’apparentent à des immeubles sur l’eau, et l’explosion du phénomène Airbnb.

4 octobre 2018, éditorial /La France championne du monde du tourisme, au bord de l’overdose

La France n’est pas seulement championne du monde de football, elle l’est aussi en tant que destination touristique.Le secteur éponge 27 % de notre déficit commercial. Mais la

nécessaire course à l’attractivité ne doit toutefois pas faire perdre de vue la montée des conséquences négatives du tourisme de masse. Comme la plupart des destinations les plus courues, la France est désormais confrontée à un phénomène que les professionnels désignent sous le néologisme de « surtourisme ». Le premier secteur économique mondial n’est plus l’industrie pétrolière ou l’automobile, mais le tourisme. Le fait que davantage de gens puissent voyager est plutôt une bonne nouvelle pour la croissance et l’emploi. Le problème est que ces foules de voyageurs ont tendance à se concentrer sur un nombre limité de destinations, au point de créer d’importants déséquilibres au niveau local. Un peu partout, les autochtones expriment leur ras-le-bol face à cette invasion incontrôlée, alors que la manne financière apportée par les touristes a du mal à compenser les dégâts collatéraux. Les prix de l’immobilier s’envolent, l’emploi se concentre sur des métiers saisonniers et mal payés, l’environnement se dégrade, les villes se transforment en musées, en parcs d’attractions ou en lieux de beuverie permanente. Les vacances des uns deviennent un enfer pour les autres.

Partagez ...

17 réflexions sur “Beaucoup trop de touristes de trop”

  1. « Lu probablement sur Fdesouche ? »
    Oui et je le revendique !
    Dois-je expliquer ce qu’est une étude sérieuse ?
    Non , mais j’ imagine qu’ elle doit être pondue par des sciences popolistes à longs cheveux gras et ayant reçu le prix Trotski de désinformation marxiste .
    Une étude sérieuse est vraisemblablement une étude qui irait dans votre sens bisounoursien : li migrant li en a bon , li ena pas voler ou violer ou tuer , li en a persécuté par li michants blancs surconsommateurs .

  2. @ Michel C

    Souvent, très souvent même, avec la gauche, j’ai remarqué que vous étiez ambivalents et pratiquez la taqqya, bref le double discours, pour culpabiliser les européens dans tous les cas de figure. On est dans l’ethno-masochisme, et le peuple blanc européen devient le mal incarné selon vous. Je vais le prouver d’ailleurs ! Alors =

    1/ Si un européen autochtone blanc dit qu’il est favorable à l’immigration, alors les gauchistes vont dire que c’est un méchant européen colonialiste blanc car il pille les cerveaux empêchant le développement des pays d’Afrique.

    2/ Si un européen autochtone blanc dit qu’il est défavorable à l’immigration, alors les gauchistes vont dire que c’est un méchant européen raciste et nazi car il empêche des migrants à venir travailler en Europe pour accéder lui aussi à une zone économique plus prospère.

    Alors peu importe dans le fond que l’on dise qu’on est favorable ou défavorable à l’immigration, car dans tous les cas de figure l’européen blanc autochtone est un méchant selon les gauchistes. Bref, vous nous faites ierch ! Vous faites ierch tout le monde en faite, et c’est même vous qui attisez les conflits que vous dénoncez. Puis, il y a escroquerie intellectuelle évidemment ! Parce que amalgamer des expulsions au nazisme, c’est vrai du foutage de poires ! Déjà les nazis n’expulsaient pas puisqu’ils les tuaient directement, le nazisme est plus dans le cadre du meurtre et génocide de masse que dans une procédure d’expulsion de migrants. Donc, il n’y a rien de nazi à expulser des migrants, on est bien dans l’escroquerie intellectuelle par les gauchistes. Par ailleurs, beaucoup de pays dans le monde expulsent des migrants, y compris d’Afrique d’ailleurs hein, et pourtant ceux-là tu ne les désignes pas comme nazis parce qu’ils expulsent des migrants. Non non, il n’y a que les européens qu’on fait ierch avec ça, t’es européen européen blanc tu es déjà désigné comme coupable à la naissance, c’est déjà devenu un délit pour un européen que de naître, et ça peu importe ton avis, car peu importe l’avis que tu exprimes t’es un vilain et méchant européen.

    Bref, oui je suis pour l’expulsion de migrants et alors ? Déjà oui, l’Afrique ne devrait pas laisser fuir ses habitants, car sinon ils ne se développeront jamais, le développement ne tombera pas tout seul, ils ont besoin de leurs cerveaux pour se développer, et leurs cerveaux seront plus utile en Afrique qu’en Europe. Donc, c’est plutôt leur rendre service que de leur réexpédier leurs habitants. Puis toi d’ailleurs, qu’attends tu pour aller en Afrique pour les aider ? Quitte à devoir les aider, moi personnellement je préférerai à ce qu’on les aide chez eux afin que les africains puissent démarrer économiquement et parviennent à subvenir par eux-mêmes aux besoins de leur population, que de les entasser en Europe dans des cités dortoirs sous couvert de l’hypocrisie anti-racisme bien sur car ça va de paire finalement cette escroquerie intellectuelle l! Parce que si je procède à un revirement d’opinion puis à présent je te dirai « Ah t’as raison il faut plus de migrants et les accueillir  » ben là toi aussi tu procèderas à un revirement pour me dire que je pille les cerveaux des africains. Peu importe, à ce que je sois favorable ou défavorable à l’immigration, tu me casseras les pieds dans tous les cas de figure comme vu précédemment avec le point 1/ et 2/ ci-dessus. Je n’ai aucune bonne opinion à laquelle adhérer puisque les gauchistes me casseront les pieds dans tous les cas de figure, en vérité c’est bel et bien aux européens que vous voulez nuire ! Il y a bien longtemps que j’ai compris manège infernal !

    1. Adieu le tourisme, bonjour le Grand N’importe Quoi ! Je vais le prouver d’ailleurs !
      Alors comme ça, je pratique la « taqqya » (ou la taqîya) … Sachez déjà que je ne suis pas musulman. Ou alors « le double discours […] pour culpabiliser les européens dans tous les cas de figure […] » Plus exactement «le peuple blanc européen autochtone. »
      Mais mon cher Bga, déjà la couleur ou la nationalité n’ont rien à voir avec ça, avec ce que je dénonce. Ni même avec le métier, la religion etc. Ni même l’âge, d’ailleurs Brassens nous le chantait, « Le temps ne fait rien à l’affaire ». (Quel âge avez-vous au fait ?)
      Depuis le temps… vous devriez pourtant avoir remarqué que je tire avec autant de plaisir sur les Ricains, les Canadiens, les Australiens, les Ruskofs, les Chinois, les Shadoks etc. Pas sur tous, évidemment. Parce qu’il y a de tout partout, parce que les choses ne sont pas binaires, etc. Bref, parce que la connerie n’est pas plus européenne qu’américaine, brésilienne etc. qu’elle n’est pas plus blanche que noire, rouge, jaune, verte etc. et pas plus autochtone qu’étrangère, qu’elle n’est pas spécifiquement de droite ou de gauche etc. etc. etc … mais parce que la connerie est universelle. Ce que je viens d’exposer là serait-il un peu trop ambivalent, pour vous ?

  3. « Et que dire de ces petits-bourgeois qui vont s’installer « au soleil », là où ils peuvent vivre comme des pachas, et qui quand ils sont malades reviennent « au pays » pour se faire soigner ? »

    J’ abomine les bobos de tous bords car ils sont responsables de nos malheurs immigratoires, ces pourritures !
    Ceci sans compter leurs excursions « anales  » en maghrébie ===> un ancien ministre y allait souvent pour assouvir ses pulsions homos !

    1. – « un ancien ministre y allait souvent pour assouvir ses pulsions homos ! »
      Lu probablement sur Fdesouche ?

  4. « COMBIEN ? Des chiffres, et donnés par des études ! »

    Consultez donc le site « Françoisdesouche  » (site de droite identitaire) où sont décrits les exploits de vos amis (articles de presse et videos à l’ appui) qui ne seraient pas tous des bandits (mdr !)
    Il doit sûrement y avoir des études mondialistes (universitaires gauchos) pour prouver leur immense apport !
    On croit rêver !!!!!!

    1. En cherchant sur le Net on trouve toujours ce qu’on a envie de trouver. Autrement dit tout et n’importe quoi. Je demande des chiffres émanant d’études sérieuses. Dois-je expliquer ce qu’est une étude sérieuse ?
      Fdesouche … ??? cette « revue de presse » … qui en 2017 relayait la rumeur selon laquelle 40 000 migrants dormaient toutes les nuits à l’hôtel ? C’est une blague, non ?

  5. –  » Question nuisance , ils battent tous les records  » ???
    Là encore, des chiffres ! Maintenant je comprends … c’est bien plus facile de cracher n’importe quoi que d’analyser le monde. Misère misère !

  6. Une dernière pour la route :
    les ‘immigrants restent à demeure en France ou en Europe pour y exercer leurs coûteuses nuisances tandis que les touristes, dont la nuisance est indéniable , quittent le pays une fois leurs vacances terminées !
    Les uns font rentrer de l’ argent dans les caisses de l’ état alors que les autres les vident .

    Ceci sera-t-il censuré pour mépris envers les migrants ?

    1. Et que dire de ces petits-bourgeois qui vont s’installer « au soleil », là où ils peuvent vivre comme des pachas, et qui quand ils sont malades reviennent « au pays » pour se faire soigner ?

  7. @biosphere :

    persiste et signe ! Ne varietur
    Qu’ elles périssent , ces charognes !
    Ces bobos immigrationnistes sont responsables en encourageant la venue de milliers de ces pouilleux , faux réfugiés , de la mort de nombreux Européens .

    1. – « de la mort de nombreux Européens . » ???
      COMBIEN ? Des chiffres, et donnés par des études !

  8. La modération de ce blog a mis à la corbeille un message de « marcel » traitant de « la mort de migrantophile qui (le) remplit d’aise… », c’est un appel au meurtre.
    Nous rappelons que l’article initial repose sur la question du tourisme mondial, pas sur les migrants. Les migrations sont multiples, le débat est complexe et ne doit pas être caricaturé.

    1. Vous avez raison BIOSPHERE, parlons de cette saloperie de tourisme. Dénonçons ce qu’il est devenu : « industrie du tourisme », « tourisme de masse » etc. Et n’oublions pas cette grosse farce, l’ « écotourisme ».

      1. N’oublions pas non plus le « tourisme médical » et le « tourisme sexuel ».

  9. Ben si, les migrations sont aussi un problème ! Ce sont les deux le problème, migrations et tourisme de masse.

    Désolé, mais importer des migrants, c’est faire participer des individus supplémentaires à la surconsommation de masse, et en plus ces migrants, lorsqu’ils retournent en vacance dans leur pays, ils vont aussi exporter notre mauvais modèle chez eux. Mais bon, déjà les migrants qui n’ont pas de travail en Europe, vont forcément vivre dans l’illégalité, soit en volant, soit par le travail au noir, soit en vendant de la drogue ou autre activité criminelle…. Parce que des migrants qui roulent en Bmw et Mercedes, il y en a un paquet aussi, hein ! Arrêtez de nous faire croire que tous ces migrants sont des gentils Bisounours plein de bonnes intentions, halte au sketch !

    1. Bonjour les clichés !
      Arrêtez, SVP … de nous faire croire que tous ces migrants sont des criminels et des bandits. Et qu’il sont là « chez nous » pour leur plaisir, comme le sont de vulgaires et misérables touristes. Pour la plupart leur voyage n’a rien à voir avec une croisière de luxe, et le prix du billet n’a rien à voir non plus avec le low-cost. Et puis combien sont-ils ces migrants qui roulent en Bmw et Mercedes ? Je demande des chiffres, reposant sur des études, sérieuses ça va de soi, pas sur des ragots de bistrot. Un « paquet » ça ne veut rien dire, c’est comme si je disais que parmi les Français il y a un « bon paquet » d’abrutis ou de connards. Alors, SVP… halte au sketch !

Les commentaires sont fermés.