Biosphere-Info, un consensus sur le climat

Notre synthèse « Biosphere-Info » paraît le premier de chaque mois. Pour la recevoir gratuitement par mail, il suffit de contacter biosphere@ouvaton.org

Bilan de la CONVENTION CITOYENNE

Durant neuf mois, 150 citoyen.e.s ont réfléchi dans le cadre de la convention citoyenne pour le climat. Nous avons suivi attentivement leurs travaux. Voici d’abord la synthèse de leur rapport de 600 pages présentées par les citoyens et citoyennes réunis dans cet exerce salutaire de démocratie participative. En résumé : « Ce que nous avons vécu est une véritable prise de conscience de l’urgence climatique… La plupart d’entre nous n’auraient pu imaginer en acceptant de participer à cette convention qu’ils puissent préconiser des mesures qui peuvent sembler extrêmes. » Suivent des extraits de nos articles antérieurs sur le blog biosphere. Merci de votre attention, bonne lecture.

Validité de la convention (en introduction) : « Citoyennes et citoyens de toutes origines et professions, nous sommes représentatifs de la société ; nous avons été sélectionnés par tirage au sort selon une génération aléatoire de numéros de téléphone, sans nous être portés volontaires préalablement. Nous ne sommes pas des experts, la convention citoyenne reconnaît la capacité des citoyens moyens de s’exprimer sur un sujet d’avenir majeur. Pour répondre à la question qui nous était posée, « Comment réduire d’au moins 40 % par rapport à 1990 les émissions de gaz à effet de serre [(GES)] d’ici à 2030, dans le respect de la justice sociale ? », nous avons échangé librement dans la pluralité de nos opinions. Nous nous sommes nourris d’échanges avec des experts et des représentants économiques, associatifs et publics, afin d’être en capacité de rédiger des mesures concrètes, en connaissance de cause et en toute indépendance. Ce que nous avons vécu est une véritable prise de conscience de l’urgence climatique : la Terre peut vivre sans nous, mais, nous ne pouvons pas vivre sans elle. Si nous ne rattrapons pas le retard pris, beaucoup de régions du globe deviendront inhabitables, du fait de la montée des eaux ou de climats trop arides. C’est une question de vie ou de mort ! »

Rupture civilisationnelle (en conclusion) : « Nous ne sommes pas en compétition avec les élus ou les autres acteurs de la société française : nous devons tous changer nos comportements en profondeur pour laisser à nos enfants et petits-enfants une planète viable. L’urgence climatique nous impose des décisions difficiles mais indispensables . Il apparaît inévitable de revoir nos modes de vie, nos manières de consommer, de produire et de travailler, de nous déplacer, de nous loger et de nous nourrir. Nous, les 150 citoyennes et citoyens, sommes conscients que les mesures que nous préconisons peuvent être difficiles à comprendre et parfois à accepter pour tous ceux qui verront leur métier disparaître et devront se réorienter, et qu’elles impliquent de nouvelles contraintes pour tous les Français. La plupart d’entre nous n’auraient pu imaginer en acceptant de participer à cette convention qu’ils puissent préconiser des mesures qui peuvent sembler extrêmes. Pour autant, il est vraisemblable qu’elles soient encore insuffisantes pour atteindre l’objectif de réduction de 40 % des émissions de GES et maintenir l’augmentation de la température de la terre en deçà de 2 degrés. Nous pensons donc important que nos concitoyennes et concitoyens se saisissent de tous les sujets que nous avons travaillés pendant neuf mois avec le souci constant de l’intérêt commun..

Nous considérons que la réussite de cette convention dépendra en grande partie du respect par l’exécutif de son engagement à transmettre nos propositions « sans filtre », c’est-à-dire dire sans être reformulées ni adaptées, mais également de leur prise en compte par le pouvoir législatif. Nous attendons des pouvoirs publics une prise en compte immédiate de nos propositions permettant une accélération de la transition écologique, notamment en faisant du climat la priorité des politiques publiques, en évaluant les résultats et en sanctionnant les écarts. Nous invitons les acteurs économiques à mener une action plus volontariste en faveur de la transition écologique, repensant en profondeur nos modes de production et de consommation, et favoriser une meilleure distribution des richesses. Les référendums sur la Constitution et la reconnaissance du crime d’écocide que nous demandons permettront à tous les Français de prendre conscience, comme nous l’avons fait, des enjeux et des dangers du réchauffement climatique, et d’une sixième extinction de masse, de débattre et de s’approprier la transformation de la société qu’impliquent nos mesures. »

Articles antérieurs

30 juin 2020, Macron répond à la Convention pour le Climat

Macron : « Vous (la convention citoyenne) proposez un projet humaniste et tout ce que nous (le gouvernement) sommes en train de faire pour l’environnement, c’est non pas parce que nous mettons la nature au-dessus de nous, mais parce que nous considérons que défendre les droits de la nature est un de nos devoirs en tant qu’homme au sens générique du terme. C’est pourquoi il est essentiel de le mettre au bon niveau, mais de ne pas mettre un droit de la nature au-dessus des droits humains parce que je crois que ce n’est pas cohérent avec le projet et la philosophie des Lumières qui portent notre République…« 

29 juin 2020, Le colibri inspire la convention citoyenne

La convention citoyenne pour le climat vient de rendre publiques ses propositions. Aucune ne prône le maintien du statu quo thermo-industriel, voici quelques propositions iconoclastes qu’ils ont votées : « réduire la vitesse sur les autoroutes de 130 à 110 km/h, limiter les déplacements des salariés et des fonctionnaires. renforcer l’écocontribution kilométrique du transport aérien, interdire les terrasses chauffées,et l’éclairage des magasins la nuit,interdire la construction de nouveaux aéroports et l’extension de ceux existants, obliger le changement des chaudières au fioul et à charbon d’ici à 2030, renoncer à la climatisation en deçà de 30 °C, tous les produits manufacturés vendus en France devront pouvoir être réparés, plastiques à usage unique supprimés dès 2023, deux repas végétariens par semaine dans la restauration collective à partir de 2025, légiférer sur le crime d’écocide. »…

22 juin 2020, Climat, pour ou contre la Convention des 150

Editorial du MONDE, en bref : « La conclusion des travaux de la convention citoyenne sur le climat apparaît prometteuse. Il n’était pas écrit d’avance que 150 citoyens tirés au sort parviennent à formuler des propositions précises visant à réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 « dans un esprit de justice sociale ». La démocratie participative peut être l’une des réponses convaincantes à la crise de la représentativité, à condition que la réponse du président de la République soit, maintenant, à la hauteur. En 2007, le Grenelle de l’environnement avait soulevé un grand espoir avant d’accoucher d’une souris après la crise de 2008. Cette fois, il n’y a plus le choix : l’urgence climatique est telle qu’il faut agir vite et fort. Mais deux sujets essentiels ont été éludés, le sort de la taxe carbone et la part du nucléaire dans le mix énergétique... »

15 juin 2020, Une démocratie véritable par tirage au sort

Il est possible d’impliquer des citoyens ordinaires sur des enjeux politiques complexes à un niveau national, c’est ce que démontre la convention citoyenne pour le climat. Le recours à des panels de citoyens désignés par le hasard fait un retour significatif dans les démocraties libérales. Cette démarche rompt avec une théorie politique fondée sur l’élection comme mode de désignation légitime des représentants. Elle s’inscrit dans une ancienne tradition. Au IVe siècle avant J.-C.  était selon la formule d’Aristote « considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives »…

2 juin 2020 Convention citoyenne CLIMAT, pschittt…

Les 150 tirés au sort de la convention citoyenne pour le climat ont longuement débattu en visioconférence les 30 mai et 31 mai 2020 : près de 150 propositions visant à « changer en profondeur la société ». Il n’était pas facile de se mettre d’accord ! Alors on vote, on élague, et on oublie toute virulence. Les 19, 20 et 21 juin, cette convention présentera à l’exécutif un document final dont on connaît déjà le résultat final : tout ce qu’ils diront a déjà été dit et presque jamais mis en application…

9 mars 2020, acte 6, sauver le climat avec 150 citoyens ?

150 Français tirés au sort ont débattu du 6 au 8 mars 2020 de cent cinquante propositions destinées à « changer en profondeur la société ». Ces lycéens, médecins, sapeurs-pompiers ou agriculteurs, âgés de 16 à 81 ans et originaires de toutes les régions françaises, ont auditionné plus d’un centaine d’experts, lu des dizaines de rapports, et poursuivi leurs travaux entre les sessions, en participant à des webinaires (« séminaires par Internet »). Les antagonismes ont été particulièrement vifs sur la question de la réduction de la vitesse sur les autoroutes, de l’évolution des régimes alimentaires, de la taxation des entreprises…

12 février 2020, Convention citoyenne sur l’écologie, acte 5

Cinquième week-end de travail des 150 membres de la Convention citoyenne pour la transition écologique*. Voici quelques les propositions des groupes de travail thématiques (30 personnes) : 1) se loger, lutter contre l’artificialisation des sols et l’étalement urbain, rénover énergétiquement tout le parc immobilier, inciter à ne pas dépasser une température de 19 °C dans les bâtiments… 2) se déplacer, limiter les émissions polluantes du secteur aérien et l’impact carbone du numérique, encourager l’usage du vélo et des transports en commun, covoiturage pour les trajets domicile-travail… 3) se nourrir, ne pas ratifier le CETA en l’état… 4) consommer, éviter le suremballage, interdire les terrasses chauffées et l’éclairage des magasins la nuit après leur fermeture… 5) produire-travailler, limiter la consommation d’énergie dans les lieux publics…

1er février 2020, Biosphere-Info, les conférences de consensus

Députés et sénateurs, rentrez chez vous, on n’a plus besoin de vous. Les conférences de citoyen vont vous remplacer à meilleur résultat et moindre frais. C’est ce que pourrait démontrer les conférences de citoyens tirés au sort. Voici quelques éléments pour mieux comprendre cette procédure démocratique à la recherche d’un consensus…

19 janvier 2020, CLIMAT, convention citoyenne et décisions

Le site de la convention citoyenne pour le climat vaut le détour. Pratiquer les recommandations qui en émergent mériteraient d’entrer en application tout de suite. Exemples : Faire une commission de citoyens tirés au sort qui déciderait de la commercialisation ou non des produits que les entreprises souhaitent vendre, selon leur impact pour la société ; Faire calculer à tous les élèves de primaire le bilan carbone de leurs parents et le comparer aux objectifs de 2030 afin de les sensibiliser ; Inverser la politique actuelle d’allocations familiales en n’ouvrant des allocations qu’au premier enfant ; Interdire de vendre les produits qui nécessitent de brûler de la forêt (exemple cité : soja) ; Obliger la vente à emporter de ne vendre que des boissons à verser dans des gourdes ; Apprendre aux élèves de l’école primaire à bricoler et réparer les objets ; Faire un quota d’achat d’1kg de vêtements neufs par an ; Produire soi-même sa nourriture…

15 janvier 2020, Emmanuel Macron devant 150 citoyens

Devant les 150 citoyens qui bossent pour lui, Emmanuel Macron a présenté trois scénarios suite à leurs propositions sur le climat. Dans le premier cas de figure, le chef de l’Etat n’est pas d’accord : « Je n’ai pas fait cet exercice pour en arriver là. » Deuxième possibilité, « le texte que vous avez se tient, et on y va sans filtre … Les propositions trouveront leur cheminement par voie réglementaire, par voie législative ou par référendum ».Troisième option, la proposition n’est pas assez précise et le chef de l’État s’engage à la « finaliser » avec les citoyens…

24 novembre 2019, 150 citoyens tirés au sort, et moi et moi émoi

Emmanuel Macron annonçait le 25 avril 2019, sur les décombres de la taxe carbone, la création d’une convention citoyenne pour le climat. 150 citoyens tentent de résoudre ce que les élus de la nation ne sont pas parvenus à faire. L’objectif est fondamental : définir une série de mesures permettant de réduire d’« au moins 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, dans un esprit de justice sociale »…

8 octobre 2019, Écologie populaire et médiatisations

D’un côté 150 Français tirés au sort, rassemblés dans une convention citoyenne pour le climat, ont commencé à se pencher sur les mesures à prendre lutter contre le dérèglement climatique. Le premier ministre a assuré que cette convention a « vocation à inventer une écologie populaire dans tout ce que ce terme a de plus glorieux ». En fait il s’agit là d’une démagogie démocratique surréaliste, car la question qui est posée, nous savons déjà comment y répondre. Sous Macron la bavardage écolo tient lieu de politique, quand Emmanuel est devenu président il a su imposer une réforme du code du travail sans faire intervenir les citoyens. De l’autre côté les militants du mouvement Extinction Rebellion (XR) ont lancé quinze jours de désobéissance civile à travers la planète visant à dénoncer l’inaction « criminelle » des gouvernements face au changement climatique…

3 septembre 2019, Convention citoyenne sur le climat, mascarade ?

Les conférences de consensus (ou de citoyens) sont un mécanisme qui devrait être mis en avant par les écologistes car c’est une nouvelle forme d’exercice démocratique alliant citoyen de base, tirage au sort et réflexion collective sur nos problèmes contemporains. Voici quelques éléments de présentation de ce système mis en place… par Macron ! Voici aussi nos critiques…

14 août 2019, La volonté du peuple exprimée grâce au tirage au sort

Le nombre de personnes pour représenter le peuple en réflexion est trop grand ; plus il y a de personnes, plus le nombre d’interrelations se multiplie et bloque l’expression d’une intelligence collective. Une Conférence de consensus avec une vingtaine de participants suffit. Notons d’ailleurs que nos députés n’ont pas de compétence particulière, si ce n’est l’art et la manière de se faire élire, ce qui ne prédispose en rien à être représentatif d’autrui…

30 avril 2019, Macron : « L’écologie, ça commence à bien faire… »

Le 25 avril, il aura fallu attendre près de quarante minutes de discours avant qu’Emmanuel Macron n’aborde la question de l’urgence écologique. Et le Grand Débat National se traduit par… une nouvelle consultation. Une convention citoyenne, avec 150 membres tirés au sort, aurait l’impossible tâche de définir les mesures permettant de traiter de l’urgence climatique ! Macron a également annoncé la création d’un Conseil de défense écologique… alors qu’il a lui-même créé, il y a quelques mois, un Haut-Conseil pour le Climat, dont il n’y a rien à attendre. Au-delà de l’aspect climatique, on ne peut que regretter l’impasse faite sur la transition énergétique, la biodiversité, la pollution, la transition agro-alimentaire… autant de sujets éminemment liés, qui restent sans réponse. L’augmentation de la taxe carbone qui avait mis le feu aux poudres en novembre 2018 n’a même pas été évoquée. De toute façon il y a absence totale d’annonces concrètes…

Partagez ...

17 réflexions sur “Biosphere-Info, un consensus sur le climat”

  1. 1/2- Ces recommandations sont franco-françaises, et ne remettent pas en cause l’économie compétitive mondiale, qui est la cause essentielle de cette débauche de consommation énergétique.
    Bien sûr il y a des mesures individuelles sensées (mais seulement individuelles), mais toutes vont à contre courant de ce que nous impose le monde économique (qu’aucun gouvernement ne veut contrarier). Pour garder des emplois on va peut-être sauver Airbus (le gouffre énergétique de l’aérien), et toutes les radios pavoisent sur la relance des ventes de voitures (des mesures anti-écologiques).

  2. D’ailleurs, je ne vois pas en quoi des communistes qui augmentent des taxes pour financer des dépenser outrancières sur le dos des autres permettraient de protéger un climat ? Faire quoi ? Embaucher des fonctionnaires qui vont se planquer dans des administrations à glander ? Ça va protéger le climat ça ? Leurs bureaux climatisés à pianoter sur un ordinateur afin de regarder les sites de voyages pour tuer le temps, ça va sauver le climat d’un danger illusoire ? Parce que j’imagine (ou déduis) qu’embaucher des planqués dans la fonction publique ça va être la première mesure appliquée dès lors que l’argent perçu de nouvelles taxes ou de leurs nouvelles augmentations seront encaissées ?

      1. Non ce sont les communistes qui créent des problèmes…
        Quant aux fonctionnaires, ça dépend lesquels, j’aime ceux qui sont vraiment utiles à la population (médecins, infirmières, police, pompiers, etc) Mais les planqués dans les administrations tous les gratte-papiers qui touchent des fortunes en étant planqués dans les administrations et d’aucune utilité publique, eux aussi sont un problème et ceux là (bien souvent idéologues) sont beaucoup plus nombreux que les fonctionnaires utiles (et tout ça au détriment de la population et contribuables)…. L’Allemagne a deux fois moins de fonctionnaires que la France et pourtant le système de santé y est beaucoup plus efficace, en voici une preuve que le covid19 nous a révélé !

  3. Didier BARTHES

    Non, cela n’a rien de démocratique sinon il est bien improbable que le programme retenu soit celui des écologistes , Le tirage au sort des numéros de téléphone a été fait au hasard, mais ensuite il y a eu des entretiens .
    Je sais que vous n’aimez pas l’insistance que je mets sur la démographie mais si cela avait été démocratique il est impossible que ce sujet soit resté dans les tiroirs car il a été abordé et de très nombreuses personnes l’avaient suggéré dans les débats préalables. L a convention n’en a tenu aucun compte, alors qu’une fraction importante de la population y est sensible. Cette convention a été chapeautée et on lui donne le nom de démocratique…
    De même réussir à faire une convention sur le climat et donc de l’énergie sans aborder la question de l’énergie nucléaire… avouez que c’est quand même curieux, on a voulu plaire et ne pas aborder les sujets qui fâchent même quand ils sont déterminants.

    1. Bonjour Didier Barthès.
      A quoi bon nous éterniser sur le côté démocratique de cette Convention ? J’ai seulement dit que dans cette situation, les 150 ne s’en sortaient finalement pas trop mal. La Convention n’est pas pour moi un modèle et j’en pense toujours la même chose, comme de notre «démocratie».
      La Convention n’a pas abordé le nucléaire pour la simple et «bonne» raison qu’en France la production d’électricité représente une part minime des émissions de GES. Et donc le nucléaire ne constitue pas un «enjeu climat». Abracadabra et voilà ! Admettons. Quoi qu’il en soit le nucléaire reste un sujet environnemental et éthique majeur qui ne peut pas être mis de côté, notamment par les futurs candidats au Trône. On en reparlera et on n’a pas fini d’en parler, du nucléaire. Mais par contre, même en suivant cette logique, le problème démographique aurait pu être abordé. Reste la question 😉

  4. Bouillon Jean Pierre

    Espérons que l’humanité oublie son orgueil naïf et comprenne enfin le danger dans lequel elle s’est mise elle même.A 94 ans je tremble pour mes petits enfants

  5. Comment diminuer la population mondiale pour la faire passer de 7.5 milliards à 1 milliard à terme (moyen) et réduire ainsi très fortement les gaz à effet de serre ?
    Question posée lors de la convention d’ un citoyen ? (Beaucoup de gens se posent la même question que moi et cela de plus en plus
    Vous voulez faire diminuer les pollutions, la destruction de la biodiversité , … pensez à la stérilisation (vasectomie, ligature des trompes ou autres
    Les indiens la pratiquent en mode suraccéléré (on comprend pourquoi) depuis des années : ils évoquent 1 million de stérilisés / an avec l’ ouverture de centres idoines .
    Quel salaud ce marcel qui veut toujours s’ en prendre à l’ infortuné bipède si humaniste et si généreux envers son prochain😁
    Par cette méthode , vous atteindrez beaucoup plus sûrement et facilement une réduction de ces GES😎

    1. MARCEL, c’est ce que déplore l’association Démographie Responsable, l’oubli de la surpopulation par cette convention citoyenne. Rappel :
      – Les émissions globales de CO2 sont le produit des émissions individuelles par le nombre des hommes et que donc la démographie constitue un facteur déterminant pour la préservation du climat, tout autant que les éléments liés au mode de vie.
      – Une étude publiée en 2017 dans l’Environmental Research Letters et relayée en France par l’AFP montrait que parmi toutes les mesures destinées à limiter le réchauffement climatique, le fait d’avoir un enfant de moins était, de très loin, la plus efficace.
      La Convention Citoyenne pour le Climat n’a pourtant consacré aucune de ses 149 mesures à la stabilisation nécessaire de la population. Nous nous privons d’un levier essentiel pour agir contre le réchauffement climatique et préserver la vie des générations futures.

      1. Mais à quoi continuer avec ça ? Si ce n’est pour tourner en rond. Et encore aux mieux… NON, les émissions globales de CO2 ne sont pas simplement le produit des émissions individuelles par le nombre des hommes. Quant à cette étude de 2017 elle ne vaut ce que ce qu’elle vaut. Et comme chacun peut en penser ce qu’il veut, de celle-là ou de telle autre, avec ça nous voilà bien avancés.
        Alors on pourrait longtemps se renvoyer la baballe en disant chacun son tour et de plus en plus fort (toujours plus) : «NON c’est pas vrai ! Si c’est vrai !» Et alors ?
        C’est quand même marrant qu’on ne veuille pas me dire.

  6. BGA80, une personne qui confond la température de la pièce dans laquelle il réside et la température moyenne du globe devrait suivre attentivement les travaux du GIEC.
    Les climatologues nous disent que si on ne lutte pas contre les émissions de gaz à effet de serre, il y aura grand danger pour nos générations futures.
    La Convention sur le climat s’occupe de ce qu’il faudrait faire, le négationnisme climatique nous empêche d’agir.

  7. Quel réchauffement climatique dont on nous parle ? Le solstice d’été en 2020 c’était le 20 juin,et rappelons qu’un solstice d’été correspond au jour le plus long soit la journée la plus ensoleillée. Or,ça fait près de 3 semaines que la température fluctue entre 16 et 22 degrés Celsius pendant la journée dans ma ville d’amiens. Aujourd’hui à l’heure où j’écris mon thermomètre affiche 18 degrés Celsius et il pleut et ça fait près de 3 semaines aussi qu’on enchaîne les pluies quotidiennement. Alors à ce stade je constate plutôt des températures inférieures aux normes saisonnières,autrement dit halte au sketch du réchauffement climatique

    1. Mon dieu mais ce n’est pas possible !! Et pourtant, si ça l’est. Misère !
      Tu vois, mon pauvre BGA, à 1 h du matin… si au lieu de faire le con tu dormais… à 9 h tu serais au moins reposé. Et pour peu que la nuit t’ai porté conseil, on ne sait jamais… eh bien tu débiterais beaucoup moins d’âneries.
      Tu vois […], je développe… débiter n’importe quoi sur les réseaux sociaux, passe encore. Le problème c’est qu’en «démocratie» on laisse voter n’importe qui .
      Les 150 ont pondu 149 mesures, et je trouve ça un peu dommage. Ils auraient pu faire «le compte est bon», ne serait-ce qu’en proposant le permis de voter.

      1. « les 150 ont pondu 149 mesures ». Donc 1 n’a rien proposé ; çà devait être BGA. Le permis de voter d’accord, mais qui le fait passer ? Les assassins de la route ont presque toujours leur permis de conduire…

        1. Parmi les 150, certains ont bossés dur et d’autres n’ont rien foutu. C’est toujours pareil. Comme ils en avaient la possibilité, certains auraient probablement mieux fait de ne pas participer. Mais d’un autre côté on peut penser qu’en participant, ce tirage au sort n’en est finalement que plus démocratique.
          L’idée du permis de voter n’est pas nouvelle et elle aurait pu très bien être mise sur la table. Ensuite, la question de sa mise en place. En fait c’est toujours pareil.
          «Les assassins de la route ont presque toujours leur permis de conduire». Et les chasseurs qui tirent sur n’importe quoi ont presque toujours leur permis de chasse. Toutefois il sera difficile de démontrer que le monde tournerait plus rond si on laissait à n’importe qui le droit de conduire une bagnole, un avion etc. de posséder des armes et d’en user et abuser à sa guise. Nous devrions savoir qu’un bulletin de vote entre les mains de n’importe qui, ça peut être dangereux.

        2. la mesure qui n’a pas été adoptée par vote des 150 citoyens est celle voulant créer une taxe sur les dividendes…

          1. Sur 150 propositions, la Convention n’en a rejeté qu’une seule, celle portant sur la réduction du temps de travail de 35 heures à 28 h sans perte de salaire. La taxe de 4% sur les dividendes fait partie des 3 (sur 149) rejetées par Macron.

Les commentaires sont fermés.