CLIMAT, rejoignez Greta Thunberg

Greta Thunberg a écrit « Rejoignez-nous, #grevepourleclimat »*, un texte poignant à faire circuler. Extraits :

« C’est à huit ans que pour la première fois j’ai entendu parlé du réchauffement global. Je me souviens avoir pensé que c’était très étrange que les humains, qui ne sont rien d’autre qu’une espèce animale, soient capables de modifier le climat. Parce que si c’était vraiment le cas, on ne parlerait de rien d’autre dès qu’on allumerait la télévision. Comme si une guerre mondiale avait éclaté. Mais personne n’en parlait jamais. Si brûler de l’énergie fossile était si mauvais que cela pouvait menacer notre propre existence, comment pouvions-nous continuer comme si de rien n’était ? Pourquoi n’y avait-il aucune restriction ?

Je pense que nous les autistes sommes les « normaux » et que vous, les autres, êtes des gens plutôt étranges. On m’a diagnostiqué un mutisme sélectif : je parle uniquement quand cela est nécessaire. On ne sait pas mentir et on a peu d’intérêt pour ce jeu social que beaucoup semblent particulièrement apprécier. Pour moi c’est blanc ou noir : il n’y a pas de zone grise quand on parle de survie. Si les émissions carbone doivent s’arrêter, alors nous devons arrêter les émissions carbone. Si je vis jusqu’à cent ans, je verrai l’an 2103. Les dirigeants du monde, quand ils pensent au futur, ne voient jamais au-delà de 2050. Mais ce que nous faisons ou ne faisons pas maintenant, tout de suite, aujourd’hui, va affecter l’intégralité de ma vie et celle de mes enfants et de mes petits-enfants. Ce que nous faisons ou ne faisons pas maintenant ne pourra être défait par ma génération.

Certains me disent que je ferais mieux d’aller à l’école. Que je ferais mieux d’étudier et de devenir à mon tour une scientifique du climat, pour « résoudre la crise climatique ». Mais nous avons déjà tous les faits et les solutions. Pourquoi au juste est-ce que je devrais étudier pour un avenir qui pourrait bien ne plus exister parce que personne ne fait rien pour le sauver? Les gens se mettent à évoquer l’espoir, les panneaux solaires, l’économie circulaire et tout cela. Nous avons parlé de toutes ces choses pendant trente ans avec nos beaux discours et nos jolies histoires optimistes de changement. Je suis désolée, mais cela ne marche pas. Car si cela avait marché, les émissions de gaz à effet de serre auraient diminué. Et ce n’est pas le cas. Nous utilisons 100 millions de barils de pétrole par jour. Il n’y a aucun programme politique pour changer cela. Bien sûr nous avons besoin d’espoir, mais nous avons encore plus besoin d’action. Quand on commence à agir, l’espoir est partout. Alors au lieu d’attendre, cherchez l’action. Et c’est seulement à ce moment-là que l’espoir sera là.« 

* petit fascicule de 38 pages pour 3 euros dans les kiosques et librairies

Partagez ...

10 réflexions sur “CLIMAT, rejoignez Greta Thunberg”

  1. Ca va faire 50 ans que nous, les vieux, on discute, qu’on blablate, qu’on doute, qu’on rigole…
    Les années passent mais les lobbies agissent (agroalim., pétroliers, béton, conso, …) les fortunes indécentes explosent.
    Partout ds le monde, c’est la déglingue – économique et mentale – lente, insidieuse mais bien réelle ! (J’habite l’hémisph. Sud)
    .
    Que les jeunes veulent des actes, agissent comme ils peuvent, et nous donnent mauvaise conscience; qu’ils ne croient plus aux bonnes paroles et qu’ils se bougent n’a rien d’étonnant ni de répréhensible. Seraient-ils moins stupides, plus concernés que nous le fûmes ?

    1. Parfaitement !
       » Partout ds le monde, c’est la déglingue – économique et mentale  » … autrement dit le déclin, la décadence. Et je rajouterais que même s’il nous saute maintenant aux yeux (pas à tous évidemment) ce déclin ne s’est pas amorcé il y a 50 ans, mais bien avant. D’ailleurs il y a plus de 100 ans Nietzsche en voyait les signes partout, jusque dans la musique de Wagner. Mais bon, on pourra dire que Nietzsche était un grand malade… c’est vrai, il était un grand migraineux.
      Quant aux jeunes, nous ne rappellerons jamais assez qu’ils ne sont que les produits de cette société (de cons-ommation). Comme leurs parents sont également les produits de la société dans laquelle ils ont grandi. Le temps ne fait rien à l’affaire, nous chantait Brassens.

  2. Didier Barthès

    Je pense que l’on peut distinguer les chose : Cette jeune fille et ce que sa médiatisation dit de notre société
    Sur le fond, je pense qu’elle a raison et nulle raison de lui en vouloir,
    Par contre pourquoi en faire une héroïne qui devrait nous servir de guide ou de modèle ?Elle ne dit que des choses que tous ou presque savent déjà et que tout le monde peut deviner. Le fait qu’on la mette en exergue ainsi comme si notre société avait besoin d’une idole jeune rejetant aux oubliettes les générations passées, le savoir, l’expérience et la réflexion comme dans une éternelle déclinaison de notre culpabilisation permanente de l’occident est bien symptomatique d’une certaine forme d’immaturité de nos sociétés.

    1. Je suis d’accord avec vous Didier Barthès, ce que sa médiatisation dit de notre société est à mon sens plus important que son discours.
      J’ai cité récemment un passage de l’article de Pierre Thiesset dans La Décroissance d’avril 2019 où il était justement question de Greta Thunberg et de la jeunesse en général. Le titre parle à lui tout seul : « L’écologie infantilisée » .
      Le passage :  » Dans l’après-68 Jacques Ellul se moquait déjà de la propension de notre société à glorifier la jeunesse, à lui faire peser sur les épaules un espoir de révolution. »
      Vous parlez  » d’une certaine forme d’immaturité de nos sociétés » … j’y vois plutôt une certaine forme de décadence.

    2. Didier, le problème de nos sociétés complexes et surpeuplées, c’est qu’elles sont obligées de passer par des figures représentatives pour faire passer un message.
      De mon côté je préfère le message écolo de Greta qui nous dit qu’il faut agir chacun à notre échelle alors que l’icône de la gauche Mélenchon surfe sur le mécontentement pour s’autoproclamer seul leader à aimer et qui l’aime le suive, sinon c’est l’exclusion.

  3. He oui , Greta Carbone , la gamine sortie ex nihilo et deveneu célèbre en un temps record pour débiter ses fadaises climatiques !
    A quand le prophète Philipulus et sa pancarte « repentez – vous , c’ est la fin du monde  » ?

  4. Aujourd’hui pour sauver la planète, y’aca rejoindre Greta. Tous ensemble, tous ensemble, ouai ouai ! Moi derrière et eux devant.
    Moi je veux bien, mais déjà, vous m’imaginez, moi le vieux con, bien rangé derrière une gamine ? Moi je veux bien, rejoindre Greta, mais pour FAIRE quoi exactement ?
    La grève de l’école … à mon âge ? Non mais, vous y croyez vous, à ça ? Mais quel âge avez-vous ? N’importe quoi ! Allons allons, soyons sérieux !

    Demandons-nous plutôt si Greta n’est pas une simple marionnette, ou alors si elle n’est pas là tout simplement aussi, en train de soigner ses problèmes très personnels. Autrement dit en train de faire sa thérapie en public. Pour moi, son profond mal-être face à cette situation (l’état de la planète, l’absence de perspective heureuse) , c’est avant tout SON problème à elle. Et dans ce genre de situation, à chacun sa came !
    Pour moi Greta est une jeune fille en quelque sorte « normale » (comme elle dit). Autrement dit elle ne diffère guère de tous ces « autres » qu’elle ne peut pas comprendre. Pour moi son combat ne vise pas spécialement à sauver le climat ou la planète, mais tout simplement à se sauver elle.

    1. Michel C, vous le » vieux con » vous pouvez toujours faire quelque chose contre les émissions de gaz à effet de serre, à commencer par réduire les vôtres.
      Si j’ai bien compris, Greta ne vous demande pas autre chose, et encore moins de s’en prendre à elle en tant que personne.

      1. Merci du con-seil BONSENS, mais croyez bien que je ne vous ai pas attendu, ni vous ni notre chère Greta, pour comprendre que j’étais un petit-bourgeois et qu’il fallait réduire. Et pas seulement nos émissions de GES.
        Et bien sûr pour agir dans ce sens, à mon petit niveau et dans la limite de mes petites capacités, ça va de soi.
        Cui-cui fait le joli petit colibri, quand il est content, quand il est en paix avec sa petite con-science 🙂

      2. D’autre part BONSENS, où avez-vu que je m’en prenais à elle en tant que personne ? Ce n’est tout de même pas moi qui a rendu public et médiatisé son syndrome d’Asperger. Si vous m’avez bien compris, je dis tout simplement que pour moi Greta est une jeune fille en grande souffrance. Et je ne vois là rien de bien extraordinaire, beaucoup de jeune et de moins jeunes le sont également. Mais selon les cas, cette souffrance s’exprime de bien des façons.
        (voir mon commentaire du 23 juin 2019 à 22:08 sur « Eco-anxiété, dépression verte… » )

Les commentaires sont fermés.