Conquête spatiale, rêveries extraterrestres

21 juillet 1969 UTC, Neil Armstrong, devient le premier humain à marcher sur la Lune. On s’en fout. Décembre 1972, Eugene Cernan reste le dernier humain à avoir marché sur la Lune. On s’en fout. La Lune, c’est un ciel d’un noir absolu, une lumière solaire écrasante, une amplitude thermique de 300 °C entre le jour et la nuit, une surface bouleversée, une poussière abrasive qui s’incruste partout, des particules qui vous irradient. Aucune utilité. La Lune est un monde désert, sans vie, dont le seul intérêt est de nous avoir fait visualiser que notre Terre est bien la seule oasis au sein de l’univers atteignable. Alors retourner sur la Lune, pour quoi faire ? Trump continue de prendre ses désirs pour des réalités ; au début du mois de juillet, il avait tweeté : « Avec tout l’argent que l’on dépense, la Nasa ne devrait PAS parler d’aller sur la Lune – nous l’avons fait il y a 50 ans. Ils devraient se concentrer sur les choses plus grandes que nous faisons, y compris Mars ». Alain Cirou, directeur de la rédaction du magazine Ciel & Espace va dans le même sens : « Il y a aujourd’hui un vrai besoin d’un projet qui enthousiasme et fasse rêver. » La NASA projette depuis quelques années un retour vers notre satellite dans le but de la conquête de Mars. L’envoi direct depuis la Terre d’un vaisseau vers Mars étant difficilement concevable, à cause de la masse énorme qu’il faudrait propulser vers la Planète rouge, ledit vaisseau serait assemblé au LOP-G (Lunar Orbital Platform-Gateway). À la question « retourner sur la Lune, pour quoi faire ? », les décideurs répondent « comme base de départ pour aller sur Mars ». Très intéressant. Mais… aller sur mars, pour quoi faire ?

L’homme n’est pas fait pour vivre dans l’espace, les radiations solaires le lui interdisent à jamais. Les radiations subies par les cosmonautes provoquent des aberrations chromosomiques et l’apesanteur fait que les gènes impliqués dans le système immunitaire, a formation des os et la réparation de l’ADN ne remplissent plus correctement leur rôle. Aujourd’hui les humains préfèrent la conquête à la stabilité, le déséquilibre plutôt que la vie en harmonie avec un territoire déterminé. Vive la con-cu-rrence et le con-flit. Neil plantait avec Buzz Aldrin sur la lune un drapeau américain, geste nationaliste significatif. La fusée a d’abord été inventée pour la guerre, ainsi des V2 mis en œuvre par les Allemands à la fin de la seconde guerre mondiale. Il s’ensuit une compétition entre nations : comme l’URSS socialiste avait lancé le premier spoutnik dans l’espace en 1957, l’Amérique capitaliste a voulu poser le premier homme sur le sol lunaire. En fait la guerre des nations a été remplacé par le goût de l’exploit techniciste au prix d’une débauche de ressources non renouvelables.

MAIS l’humanité a atteint les frontières de son monde, il n’y a plus d’expansion possible. Il y a d’ailleurs fort à parier que lorsque nous aurons les moyens technologiques de nous lancer dans de longs voyages spatiaux, nous aurons atteint un tel niveau de destruction des ressources de la terre que tous les projets extra-terrestres seront jugés déraisonnables. Il faut maintenant reconnaître que nous n’avons qu’une Terre et qu’elle est bien trop petite pour assurer nos fantasmes. L’humanité a trop souvent rêvé de nouvelles frontières, il est temps de se réveiller sur une planète exsangue. Que les humains gèrent au mieux leur propre territoire, qu’ils se contentent pour le reste de contempler la lune et les étoiles. Et à chacun ses propres rêves dans son sommeil, cela ne coûte rien.

Sur notre blog le 28 août 2012, Neil Armstrong, un pas sur la Lune, rien pour la Terre

Partagez ...

15 réflexions sur “Conquête spatiale, rêveries extraterrestres”

  1. @D. Barthes :

    « aujourd’hui encore nous aurions bien du mal à le refaire malgré les fulgurants progrès de l’informatique (mais une fusée c’est d’abord de la mécanique et c’est un domaine qui évolue « beaucoup moins vite). »

    Il faut surtout de savants calculs de trajectoires (d( orbites) pour faire alunir une fusée ou un module lunaire .
    A supposer que les yankees aient aluni , lesdits savants calculs ont dû être transférés sur des ordinateurs modernes et sont donc toujours disponibles pour une nouvelle mission .

    1. Didier Barthès

      Bonjour Marcel,
      Effectivement ce ne sont pas les calculs de trajectoires qui poseraient problème. Les ordinateurs portables d’aujourd’hui sont un million de fois plus puissants que ceux dont disposaient le module de commande, le LEM et la case à équipement de la fusée. Ceux qui sont au sol sont aujourd’hui des dizaines de milliers de fois plus puissants, on aurait plus de problème comme la fameuse alarme de surcharge de l’ordinateur au moment de l’alunissage. On aurait aussi, via des satellites, une liaison permanente et l’on situerait très exactement le LEM sur la Lune
      D’autre part l’envoi de multiples sondes spatiales et le très grand nombre de rdv orbitaux fait avec l’ISS, ont familiarisé les scientifiques avec ce genre de choses, on maîtrise très bien.
      Ce qui serait difficile c’est l’organisation, (plus de 400 000 personnes travaillaient au projet), l’acceptation de risques (les marges étaient minuscules et on globalement eu beaucoup de chance), aujourd’hui sans doute tout coûterait beaucoup plus cher et l’on aurait du mal à mobiliser.

      1. D’accord avec vous sur l’aspect technique. Par contre je ne pense pas que l’acceptation des risques et la mobilisation de 400 000 personnes, ou de l’Opinion tout simplement, serait plus difficile aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Il n’y a qu’à voir ce que pèsent aujourd’hui les opposant à de tels projets.

  2. @Bga80 :
    « En effet c’est très simple. C’est même plus que simpliste. »

    Tu dois t’ attendre à une telle réponse de la part du pic de la mirandole de ce site , michel c, qui heurte de son vaste et savant front la voûte céleste .
    Tu n’ es que valetaille face à une telle pointure !
    Lui seul détient la vérité et connaît la voie à suivre pour guider l’ humanité vers un avenir
    fait de bonté et de convivialité (son mentor Aries , prince des gauchistes bienpensants ,lui a montré le chemin (megalol)

  3. La folie des grandeurs atteint TOUS nos dirigeants, pas simplement Trump, mais tous, quel que soit le pays, à quelques rares exceptions près….

    Alors pour commencer, je vais juste rappeler ce qui anime le plus grand nombre d’humains (hommes et femmes), c’est l’expansion de plaisirs. Évidemment, ça ne concerne pas uniquement les plaisirs matériels, mais peut s’étendre à toute forme de plaisirs (influence, pouvoir, connaissances, etc)…. Cependant, il est vrai tout de même, que la plupart des humains se soucient essentiellement des plaisirs terrestres (matériel et charnel)… Rare sont ceux qui ne se soucient que de l’expansion spirituelle. Mais bref, qui dit expansion, dit sans limite, d’ailleurs si vous associez expansion et sans limite, vous obtenez croissance, et cette croissance est bien le sujet de préoccupation jugé le plus important pour le plus grand nombre d’individus. En l’occurrence, si on associe les 2 critères jugés les plus importants par l’humanité, vous obtenez plaisirs terrestres (matériel et charnel) + croissance (expansion + sans limite).

    Comme vous l’aurez compris, vous ne pourrez pas contenir cette volonté d’expansion de plaisirs et de croissance, vous ne pourrez pas non plus renverser la tendance dans l’autre sens, autrement dit vers la décroissance de plaisirs charnel et matériel, car sinon cela reviendrait à dire que tout le monde aspirerait à devenir Bouddhiste, et je pense qu’on est tout de même d’accord pour dire et affirmer qu’on est vraiment très loin du compte ? Non ?

    Alors pour sauver la planète et même la survie de l’humanité à très long terme, selon moi, il n’y a qu’1 seule solution = réduire la population car sinon la somme d’individus aspirant à l’expansion matérielle et charnelle se démultiplie, et les conséquences ravageuses associées à cette volonté d’expansion, grossissent et se multiplient aussi. C’est très simple; il n’y a que 2 options, la première étant de laisser se multiplier les individus aspirant à toujours plus de croissance et d’expansion de plaisirs matériel et charnel, et donc la planète sera ravagée jusqu’à la catastrophe finale (épidémies, guerres perpétuelles et longues et durables, destruction de l’environnement de manière irréversible) soit seconde option réduire la population (dont hélas, les méthodes brutales ne sont plus à exclure vue l’urgence)….

    En somme, pour revenir à ces projets spatiaux, c’est très simple à comprendre ! Que veulent-ils tous, ces fameux dirigeants ? Et ben ils veulent OBTENIR LA CROISSANCE ULTIME ! C’est à dire que dans l’idée de ces zozos, il s’agit de se dire que dès lors on aurait accès à l’espace en pouvant se rendre sur d’autres planètes, cela reviendrait à dire que l’on pourrait accéder AUX RESSOURCES MATÉRIELLES de manière IlLIMITÉE ! Ben oui, se balader sur n’importe quelle planète veut dire croissance illimitée, dont tous les individus pourraient devenir infini milliardaire…. Si on a accès à des ressources de manière illimitée, alors il n’y a plus de pauvres, la pauvreté n’a plus lieu d’exister, seuls des robots seraient des esclaves, mais tout le monde pourra jouir à suffisamment de ressources pour se faire servir par des robots.

    En gros, avec les projets de conquête spatiale, on rentre dans l’ordre de projets équivalents à la quête du Graal, de la pierre philosophale et de la fontaine de jouvence….. Autrement dit, ces projets spatiaux idiots, vous ne pourrez pas les arrêter non plus, car les dirigeants pour obtenir et garder le pouvoir, vont exciter les désirs populaires de croissance auprès des électeurs…. Et dire aux électeurs, vous n’avez que 2 choix = soit choisir la décroissance, le bouddhisme, l’abstinence de plaisirs charnels et la pauvreté matérielle soit choisir la croissance, la pornographie, et la richesse illimitée pour tous, biens matériels illimités et liberté illimitée grâce à l’armée d’esclaves de robots technologique qui seront là pour servir tous les individus….

    En résumé, pour manipuler l’opinion publique, les dirigeants vont associés la décroissance à la négation et la croissance au positivisme. Les idiots d’électeurs vont continuer de croire et les dirigeants garder le pouvoir. C’est beaucoup plus facile de croire qu’on pourrait obtenir la croissance illimitée par des projets spatiaux que de comprendre en mettant en lumière, le peu de crédibilité concernant la réalisation de ces projets spatiaux… Combien d’individus sont vraiment lucides concernant les limites physiques et biologiques concernant les voyages interstellaires ? Pas beaucoup ! La plupart des hommes rêvent déjà de pouvoir courir après la princesse Leia en petite culotte dans un vaisseau spatial ! C’est normal, des films comme Stars Wars véhiculent l’idée qu’un jour, on pourra se promener tranquillement dans un vaisseau spatial, qu’on pourra manger, dormir et même baiser très facilement dans un vaisseau spatial…. Avec ces films idiots de science-fiction, les scientistes colportent l’idée qu’on n’arrête pas le progrès ! Ce qui est absolument faux évidemment, mais les zozos préfèrent y croire pour justifier leur volonté et leurs actes déraisonnable d’expansion de plaisirs terrestres.

    Pour moi, c’est clair et évident, on se dirige et on aboutira au désastre final et ultime pour le coup, effondrement industriel, déplétion des ressources naturelles, guerres, famines et épidémies, ainsi que destruction irréversible d’environnements (du moins à l’échelle du temps humain,; pas du temps géologique) et éradication de masse de plusieurs espèces… Il n’y a pas d’autre destination, parce que vous ne parviendrez pas à rendre suffisamment d’individus raisonnables et encore moins dans les temps nécessaires ! En plus qu’il y a des agents scientistes pour exciter tout ce beau monde par des promesses de croissance illimitée ! Comme par exemple, Jacques Cheminade qui le dit explicitement sur son site (solidarité et progrès) qu’on obtiendra la croissance illimitée grâce aux projets spatiaux et la fusion nucléaire !

    Mon mot de conclusion = La science est une religion comme une autre, les progrès et l’origine de la vie, si on étudie les dogmes scientifiques, c’est aussi une histoire de FOI ! (aucun scientifique n’est capable de CRÉER la VIE sans effectuer des prélèvements de cellules ou de gènes sur un autre être vivant !)…. Les scientifiques sont mal placés pour parler de l’origine de la vie, ils n’ont plus de crédibilité que les religieux qu’ils dénoncent !

    1. 1) « Alors pour commencer, je vais juste rappeler ce qui anime le plus grand nombre d’humains (hommes et femmes), c’est l’expansion de plaisirs. [etc. etc|  »

      Eh ben, ça me fait plaisir d’apprendre qu’on peut prendre du plaisir à apprendre. Apprendre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou toujours plus peu importe, en effet ça fait plaisir. J’apprends aussi qu’on peut également prendre son pied dans l’ascension spirituelle. D’où l’expression « monter au 7ème ciel ». Un amoureux de montagne prendra du plaisir à souffrir pour atteindre un sommet, on devrait donc comprendre le plaisir qu’éprouvent tous ces conquérants de l’inutile. Et puis il y a le plaisir qu’on prend à faire l’amour, même sans rien payer, ou le plaisir solitaire, celui dont Diogène ne se privait pas, même en public. Bref, tout le monde con viendra que tous les plaisirs ne sont pas à ranger dans le même panier, qu’ils ne sont pas tous la cause du sale état de notre planète et de notre décadence.

      2) « Comme vous l’aurez compris, vous ne pourrez pas contenir cette volonté d’expansion de plaisirs et de croissance, vous ne pourrez pas non plus renverser la tendance dans l’autre sens, autrement dit vers la décroissance de plaisirs charnel et matériel, car sinon cela reviendrait à dire que tout le monde aspirerait à devenir Bouddhiste, et je pense qu’on est tout de même d’accord pour dire et affirmer qu’on est vraiment très loin du compte ? Non ?  »

      Désolé, mais je n’ai pas compris… pour quelle raison on ne pourrait pas contenir cette soit disant volonté ? En bidouillant un peu du côté des câblages on devrait y arriver, non ? Ce serait alors « Le Meilleur des mondes ». Et puis, pourquoi bouddhiste ? Et après tout, pourquoi pas bouddhiste ? Ce serait quand mieux bouddhiste que trans-humain, non ?

      3)  » C’est très simple; il n’y a que 2 options, la première étant de laisser se multiplier les individus [etc. etc.] soit seconde option réduire la population (dont hélas, les méthodes brutales ne sont plus à exclure vue l’urgence)…. »

      En effet c’est très simple. C’est même plus que simpliste.

      1. L’expansion de plaisir par les connaissances n’étant pas celle que je dénigre… Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit ! (de toute façon, j’ai remarqué que tu cherchais des prétextes pour me chercher des poux à chacun de mes commentaires, quitte a en travestir leur sens) Je dis en premier-lieu que l’expansion de plaisir concerne tous les sujets (matériels, charnels, connaissances, spiritualité, pouvoir, influence etc et le etc regroupe tout)

        Ensuite, je dénonce 2 expansions de plaisir auxquelles les individus ne veulent plus s’imposer de limite ! Je ne vais pas revenir sur l’expansion matériel, car ça revient à répéter mon précédent commentaire. Sinon, c’est d’ailleurs vrai aussi dans l’expansion de plaisir à travers le charnel, où ces limites les individus aspirent à les repousser quitte à ne pas respecter son ou ses partenaires (viols et transgression dans des rapports sado-masochistes, pornographie, etc)…. Ne pas respecter les limites de son ou ses partenaires, je ne pense pas qu’on reste dans le cadre de l’amour, si ?

      2. Michel C, nous vous signalons que vous ne parlez jamais dans votre commentaire de la conquête spatiale, objet de notre article.
        Evitez le hors sujet s’il vous plaît, merci.

        1. Bien reçu BIOSPHERE !
          Maintenant, si je peux me permettre … de mon côté je vous signale que je suis là en train d’écrire mon 6ème commentaire sur cet article. J’ai dépassé le quota alloué, autrement dit la juste mesure, je sais. D’autre part, dans mon commentaire de 17h08 je fais un petit clin d’œil aux conquérants de l’inutile.
          Mais… c’est tout ce que vous avez à me reprocher ? N’hésitez surtout pas à me (nous) recadrer si besoin 😉

  4. Quant au coût (pognon) de ces bêtises, imaginons tout ce qu’on pourrait faire avec ces dollars ou ces euros (288 milliards actuels pour le programme Apollo).
    Alors bien sûr, on va nous parler des « retombées scientifiques et technologiques » et patati et patata. On va nous dire que le programme Apollo a contribué à l’essor de l’informatique, que c’est grâce à lui qu’on connait mieux la formation de la Lune etc. etc. La belle affaire nous voilà bien avancés.
    Et puis on va nous dire que c’est la compétition qui fait progresser l’homme ! Là aussi il s’agit d’une idée bien enracinée dans nos petits cerveaux. Ainsi c’est la compétition automobile qui a fait progresser les moteurs de nos sacro-saintes bagnoles, les rendant plus performantes, moins gourmandes etc. Vive la F1 ! La FE (formule 1 électrique) c’est le Top ! Même chose avec le Tour de France, y’aca voir sur quoi roulent nos champions actuels, vive le carbone !

  5. Aller sur la Lune était une chose extraordinaire tant par le symbole que par la difficulté, aujourd’hui encore nous aurions bien du mal à le refaire malgré les fulgurants progrès de l’informatique (mais une fusée c’est d’abord de la mécanique et c’est un domaine qui évolue beaucoup moins vite).
    Pour autant,si j’admire cet épisode,je crois qu’il ne faut pas pour l’instant recommencer, et encore moins tenter d’aller sur Mars. De toute façon c’est absolument impossible, n’en déplaise aux optimistes de tous bords qui ignorent tout de l’astronomie comme des lois physiques, oui Mars est tout simplement 1000 fois plus loin.
    Voir à ce sujet cet article qui détaille toutes les difficultés du problème :
    http://lesetoiles.over-blog.net/2018/06/nous-n-irons-pas-sur-mars.html
    D’accord aussi avec cet article de Biosphère, la priorité aujourd’hui c’est la Terre, et jamais l’Homme ne trouvera une meilleure planète que la nôtre.
    Cela fait 4 milliards d’années que les lois de la sélection naturelle ont sculpté nos organismes pour être exactement adaptés aux conditions de notre planète (température, gravité, humidité, composition atmosphérique, alternances journalières et saisonnières, relations complexes et nécessaires avec l’ensemble des autres organismes et micro-organismes….
    Bref, inutile de croire trouver mieux ailleurs, par contre oui ,admirons, essayons de comprendre, envoyons des sondes (ça ne coûte rien au regard des autres activités des hommes. Un grand stade de foot coûte plus cher qu’une sonde spatiale, choisissons nos priorités. Nous devons juste abandonner le mythe de la conquête, aussi impossible que condamnable dans son principe, pour privilégier celui de la découverte.

  6. Sacré Trump , il n’ est même pas certain que les yankees aient aluni en 1969 et après jusqu’ en 1972 !
    Pour ce qui est de Mars ou plus loin encore , je suis à peu près sûr qu’ ils ne parviendront jamais à envoyer des astronautes sur cette planète : cela nécessiterait une technologie extraordinairement avancée et coûteuse ; de plus , même s’ ils atterrissaient sur Mars , je vois mal comment ils pourraient y survivre ne fût-ce qu’ une semaine (radiations et températures trop intenses , aridité du sol , absence d’ eau)
    Désolé , bip^ède arrogant et invasif mais tout a commencé sur Terre et tout s’ y terminera : un peu d’ humilité que diable !

    1. L’occasion était trop belle de ne pas réactiver cette théorie fumeuse selon laquelle l’homme n’aurait jamais marché sur la Lune. Comme je ne cesse de le dire, aujourd’hui on peut soutenir et défendre tout et n’importe quoi. Merci le Progrès !
      Pour le reste, des hommes iront peut-être sur Mars, quitte à y rester… mais comme dit BIOSPHERE, on s’en fout ! Quant à « coloniser les étoiles », là ce sont bien des rêveries d’extraterrestres. Oui oui ils existent ! La preuve est sur le Net ! Misère misère 🙂

  7. BIOSPHERE se demande :  » Mais… aller sur mars, pour quoi faire ?  »
    La réponse est juste au dessus, c’est Trump qui la donne :  » la Nasa ne devrait PAS parler d’aller sur la Lune – nous l’avons fait il y a 50 ans [etc.]  » Pourquoi aller sur Mars ? Pour l’avoir FAIT tout simplement !
    Comme ce touriste qui collectionne les pays, et qui tout fier claironne :  » L’an dernier j’ai fait les USA, cet été je vais faire la Chine, cet hiver les Seychelles. Et un beau jour je compte bien me faire Mars ». Comme ce Don Juan qui collectionne les conquêtes féminines :  » Cet été je me suis fait une Andréa, en suivant une Barbara, dans la foulée une Carlita, une Daniela lalalala , Elena, Falbala etc. etc. tralala. Et maintenant, faute de pouvoir m’en faire une, batteries à plat, je vais m’acheter une petite Zoé. Parce que je le veau bien !  » Et comme cet alpiniste, qui a FAIT le Mont Blanc. Mon Dieu qu’il est vaillant ! Personnellement FAIRE me fatigue. Bref, après avoir FAIT la Lune et Mars, nous pourrons enfin nous con centrer sur des choses encore plus grandes à FAIRE, y compris la con quête de la plus proche exoplanète, pour commencer.
    Quoi, qu’ouie-je ? les années lumières … ? Quoi la vitesse de la lumière, les lois de la physique, de la nature…? PFFFF ! Petits joueurs va ! Minus, minables ! On n’arrête pas le Progrès !!! amen.

    Kikadi : «Tout ce qu’un homme est capable d’imaginer, d’autres hommes sont capables de le réaliser» ?
    Pour dire à quel point l’imagination de l’homme est à la hauteur de sa bêtise (illimitée), le CNES a même repris cette phrase (de Jule Verne) pour faire sa pub.

Les commentaires sont fermés.