Covid-19, bientôt 5 millions de morts ?

1) Le nouveau coronavirus apparu en Chine, le « SRAS-CoV-2 » ou « Covid-19 », a officiellement causé plus de décès que le coronavirus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui avait frappé entre novembre 2002 et l’été 2003. Il atteint désormais 2 000 morts. Pour le SRAS, 774 morts, au moment du bilan définitif.*

2) L’épidémie de pneumonie s’accélère à travers le globe. Au total, quelque 78 000 personnes ont été contaminées à travers le monde, dans une trentaine de pays et territoires. Face au rythme de contagion, le président sud-coréen Moon Jae-in a proclamé dimanche l’état d’alerte maximale.L’irruption du coronavirus en Iran a été rapide et meurtrière. En moins de quarante-huit heures, l’Italie est devenue le pays le plus touché en Europe ; ce pays compte désormais 219 personnes contaminées. La France se prépare de son côté à une possible épidémie.

3) La plupart des experts s’accordent à dire que chaque personne infectée transmettrait le virus à environ 2,5 autres individus, ce qui équivaut à un « taux d’attaque » de 60 à 80 %. Une inquiétude partagée par le professeur Gabriel Leung, épidémiologiste hongkongais spécialiste du 2019-nCoV. Selon lui, le virus pourrait toucher près de 60 % de la population mondiale. Même si le taux de mortalité du coronavirus stagne autour de 1 % – il s’établissait ce lundi à 2,4 % –, le nombre de décès serait massif. Cinq millions de morts ? Quelques réactions sur lemonde.fr :

FT2 : Les infections virales deviennent en général pandémiques quand elles ne sont pas très mortelles. Si le taux de moralité est trop élevé, comme pour Ebola, il n’y a pas extension du virus car il tue trop vite son hôte. Le Corona est intermédiaire, il tue plus que la grippe saisonnière (très pandémique) et moins que le SRAS dont l’épidémie est restée très circonscrite. Rappelons que les virus ne survivent PAS en dehors de leur hôte. Rappelons aussi que ces virus proviennent d’animaux qu’ils infectent sans les tuer, ni même les rendre malades, et qui représentent donc des réservoirs extrêmement efficaces pour leur propagation.

Thomas : Si on regarde les courbes* du SRAS, la moitié des infectés (4288) a lieu à J+71 et la moitié des décès (417) à J+80. Ce qui donne bien le taux de mortalité de 10%, il y a un délai moyen de 9 jours entre la prise en charge et le décès. Aujourd’hui à J+36 du 2019-nCov on déplore 493 morts alors qu’on dénombrait 4473 infectés il y a 9 jours (J+27), cela voudrait dire un taux de mortalité de 11%… Cette épidémie pourrait faire des millions de morts.

Doc Doc : Exactement! Après rien ne vaut une vrai étude prospective pour estimer le vrai taux de mortalité mais le chiffre de 2% donné par l’OMS ne peut que être sous-estimé.

yeux ouverts : Il est temps que la courbe s’infléchisse rapidement comme pour le SRAS… Actuellement une courbe exponentielle corrèle très bien l’évolution des décès (R² = 0,94 pour les statisticiens) et aboutit à 416 000 décès dans 30 jours… 32 millions dans 50 jours. On est effectivement face à quelque chose de très sérieux

Pascalou : … et 8 milliards dans 3 mois?

ISADOL : Il faut garder en tête que les chiffres communiqués des cas confirmés ne sont que des indicateurs car de nombreuses personnes se baladent dans toute l’Asie en étant porteuse du virus mais de façon asymptomatique ou alors malades mais de façon discrète. Par exemple un pays comme la Malaisie qui concentre une importante population chinoise qui a beaucoup circulé pendant les fêtes du nouvel an ne répertorie que 12 cas, ce n’est pas vraisemblable. Un seul cas au Népal et pas un seul en Afrique, cela pose vraiment question sur les infos communiquées.

Frogeater : La planète aurait bien besoin de revenir à 3-4 milliard d’êtres humains au lieu des 8 milliards actuels pour ne pas se faire piller et détruire… Malheureusement ni le SRAS ni ce coronavirus ne feront plus de quelques dizaines de milliers de victimes en grande majorité parmi les populations de 70 ans et plus (comme notre bonne vieille grippe saisonnière quoi).

Chou-fleur @ Frogeater : Pour y remédier, vous pourriez peut-être donner l’exemple, non ?

* EN UN GRAPHIQUE. L’épidémie a fait plus de 2 000 morts, et a infecté plus de 75 000 personnes, selon les derniers chiffres disponibles. Décodeurs, article du MONDE mis à jour le 24 février 2020.

** LE MONDE du 25 février 2020, Coronavirus : en Italie, en Corée du Sud, en Iran… la propagation s’accélère

*** https://www.lepoint.fr/sante/coronavirus-l-epidemie-pourrait-toucher-60-de-la-population-mondiale-11-02-2020-2362070_40.php

Partagez ...

12 réflexions sur “Covid-19, bientôt 5 millions de morts ?”

  1. AFP dimanche 1er mars 2020, mis à jour à 06h29
    « Le virus ne respecte pas les frontières », avait averti jeudi le directeur général de l’OMS. Un premier décès a été enregistré aux Etats-Unis, samedi 29 février. Le vice-président Mike Pence a annoncé un durcissement des restrictions imposées aux personnes venues d’Iran, où plus de 40 décès liés au coronavirus ont été recensés. L’Italie est devenu une plate-forme de diffusion. A l’instar du Luxembourg, le gouvernement irlandais a aussi annoncé samedi soir son premier cas de coronavirusAprès le Brésil et le Mexique, un nouveau pays d’Amérique latine a été touché samedi : l’Equateur.
    Signe inquiétant en Corée du Sud, le pays a enregistré son premier cas de recontamination : une femme de 73 ans testée positive au virus après en avoir guéri.

  2. Coronavirus, panique sur la bourse. Vendredi 28 février 2020, le CAC 40 a perdu 3,38 % ; en cinq séances, l’indice-phare de la Bourse de Paris a cédé environ 12 %, comme l’Euro Stoxx 50. Avec des baisses entre 10,5 % et 12,4 %, les trois grands indices des valeurs américaines ont connu leur pire semaine depuis octobre 2008. Autrement dit le mois suivant la faillite de Lehman Brothers.
    « Quand la mer se retire, on voit ceux qui nagent sans maillot de bain », aime à dire le célèbre investisseur américain Warren Buffett : après des années d’argent facile qui ont conduit entreprises, investisseurs et Etats à empiler des dettes, les marchés financiers ont de quoi prendre des allures de camps de naturistes du Cap d’Agde. La Fed et la Banque centrale européenne sont devenues les otages des marchés financiers qui comptent sur elles pour les sauver. 

  3. Un cas de contamination a été confirmé à Lagos, la capitale économique du Nigeria, rappelant les peurs déclenchées pendant l’épidémie d’Ebola qui avait touché cette mégalopole tentaculaire de 20 millions d’habitants il y a six ans.
    AFP vendredi 28 février 2020, mis à jour à 09h09

  4. Le coronavirus poursuit sa progression et la France n’échappe plus aux décomptes à la hausse. Le nombre de personnes infectées dans l’Hexagone est passé à 38 cas confirmés, contre 18 la veille, a annoncé jeudi 27 février dans la soirée le ministre de la santé, Olivier Véran.
    Une personne avec des signes de détresse respiratoire aiguë non expliquée doit être considérée comme un « cas possible de coronavirus », même sans notion de voyage dans une zone à risque ou de contact étroit avec un cas confirmé. Environ 200 agents hospitaliers travaillant dans les hôpitaux de Creil et Compiègne sont confinés chez eux par mesure de précaution.
    Le Monde avec AFP, 27 février 2019, mis à jour à 21h39

  5. Cinq nouveaux cas de coronavirus ont été détectés en France entre mardi 25 et mercredi 26 février 2020. Le Français mort dans la nuit avait 60 ans et était enseignant dans un collège de Crépy-en-Valois, dans l’Oise. Il n’avait pas voyagé dans une zone touchée par le virus.
    Le Monde avec AFP le 26 février 2020, mis à jour à 16h36

  6. La grippe de 1918, dite « grippe espagnole », est une pandémie de grippe due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse. Cette pandémie a fait 50 millions de morts selon l’Institut Pasteur, et jusqu’à 100 millions selon certaines réévaluations récentes, soit 2,5 à 5 % de la population mondiale alors que le taux de mortalité moyen se situait entre 2.5% et 3 % des grippés. Les plus grandes pertes ont touché l’Inde (18,5 millions de morts, soit 6 % de la population), la Chine (4 à 9,5 millions de morts, soit 0,8 à 2 % de la population) et l’Europe (2,3 millions de morts, soit 0,5 % de la population). L’origine la plus communément admise est la région de Canton ; la Chine, par son interaction entre les populations humaines, aviaires et porcines, a toujours été la source principale des épidémies de grippe. Cette épidémiese répandit rapidement, par le biais des mouvements de troupes alliées pendant la guerre mondiale. On voit qu’il y a des points communs avec l’actuel coronavirus.
    – une forte contagiosité et donc une courbe exponentielle dans les débuts.
    – une mortalité faible dans l’absolu (3 %) mais forte au regard d’une grippe normale qui atteint rarement 1 % de létalité.
    – on meurt surtout des complications plus que de la grippe elle-même.
    Par contre il y a une différence notable,  le coronavirus touche et tue surtout les personnes âgées et déjà affaiblies (comme une grippe normale) alors que la grippe espagnole était particulièrement active sur les hommes de 20 à 40 ans. Pour l’avenir du coronavirus, deux phénomènes agissent en sens contraire : on soigne mieux qu’en 1918 mais par contre il y a beaucoup plus d’échanges internationaux. Mais reste un point central, le niveau de surpopulation à un endroit donné (dans les tranchées en 1918 et dans les villes en 2020).

  7. AFP (25 février 2020 mis à jour à 17h36) : La propagation du coronavirus en Corée du Sud est « très grave », s’est alarmé mardi le président Moon Jae-in. Le vice-ministre de la santé iranien a été infecté par le nouveau coronavirus. En Autriche les autorités viennent d’annoncer deux premiers cas, les autorités helvétiques un premier cas en Suisse, le premier ministre croate a lui aussi annoncé un cas de coronavirus dans son pays.

  8. Arnaud Fontanet, directeur de l’unité d’épidémiologie des maladies émergentes à l’Institut Pasteur : « La grande différence avec le SRAS, c’est qu’avec ce virus vous étiez contagieux trois à quatre jours après le début des symptômes, et toutes les formes étaient sévères. De fait, si on vous diagnostiquait rapidement, on vous mettait en isolement et vous n’alliez pas contaminer d’autres personnes.
    Là, avec ce nouveau coronavirus, les gens sont contagieux dès le début des symptômes, voire un peu avant. Le temps de faire le diagnostic et l’isolement, vous avez déjà contaminé d’autres personnes ; les formes bénignes passent sous le radar tout en étant possiblement contagieuses. On se retrouve donc avec quelque chose de plus difficile à contrôler. Avec l’Iran, l’Italie, la Corée du Sud ou Singapour, on est sur des foyers de transmission importants susceptibles d’émettre des patients vers le reste du monde.
    (LE MONDE du 26 février 2020, L’épidémie due au coronavirus « a changé de dimension, il faut se préparer à des mesures de confinement en France »)

  9. Le développement de foyers actifs de Covid-19 hors de Chine – en Corée du Sud, en Iran et en Italie – a peut-être sonné le glas des espoirs de contenir l’épidémie à l’intérieur des frontières du pays où elle a pris naissance. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les spécialistes sont en désaccord. Le directeur général de l’OMS. « Notre décision d’utiliser ou nom le mot pandémie pour qualifier une épidémie est fondé sur une évaluation continue de la propagation géographique du virus, de la sévérité de la maladie qu’il provoque et de l’impact qu’il a sur l’ensemble de la société »
    On nous donne ainsi une définition notablement différente de celle que l’OMS avait employée lors de la pandémie de grippe A (H1N1) de 2009-2010. Or il semble bien que les circonstances d’une diffusion significative du SARS-CoV-2 sont déjà en place. Environ deux tiers des cas de Covid-19 exportés depuis la Chine continentale sont demeurés non détectés à travers le monde, résultant potentiellement en de multiples chaînes de transmissions interhumaines. En effet durant la période d’incubation, ces chaînes sont invisibles. Elles ne deviennent visibles que lorsque les cas s’aggravent…

  10. Le taux de létalité se situe entre 2 et 4 % à Wuhan et 0,7 % hors de cette ville qui a été l’épicentre de l’épidémie.

  11. Je partage le commentaire de Frogeater mais l’ hystérie journaputique en regard d’ un pauvre chiffre de mortalité est hallucinante !
    On regrettera que ces jocrisses ne sont pas encore affectés par ce virus .
    Le chiffre de 3 à 4 milliards est encore trop peu élevé pour la population mondiale : 1 milliard au total serait largement suffisant pour assurer à chacun un confort et un espace vital optimaux .

    1. Je partage le commentaire de Chou-fleur. Au moment du bilan, si je suis toujours là, je regretterais juste que cette saloperie de coronomachin n’ait pas réussi à tuer cette autre, la Formule 1.

Les commentaires sont fermés.