démocratie et risque d’écofascisme

La démocratie est mal partie. Les marxistes expliquaient que la démocratie occidentale n’était que formelle, n’avait que l’apparence de la démocratie : ce sont les intérêts économiques qui tiennent le pouvoir politique et l’influence omniprésente des lobbies confirme le diagnostic. Comme l’exprime Hervé Kempf, « derrière le spectacle du jeu électoral, la politique réelle est définie en privé dans la négociation entre les gouvernements élus et les élites qui représentent les intérêts des milieux d’affaires »*. Nous savons aussi que les démocraties populaires ne reposaient pas sur le pouvoir du peuple ; un parti unique tend au centralisme « démocratique », c’est-à-dire la mort de la démocratie. L’oligarchie financière d’un côté, la nomenklatura de l’autre, ce sont toujours un groupe de personnes qui tiennent les rênes du pouvoir. Que faire d’autres ?

La démocratie est d’autant plus mal partie que les contraintes écologiques croissantes risquent fort de nous faire basculer dans un totalitarisme oligarchique. La puissance industrielle prive l’homme non seulement de nature, mais aussi de liberté. Car plus la puissance grandit, plus l’ordre doit être strict. Comme l’exprimait Bernard Charbonneau** en 1980, « L’écofascisme a l’avenir pour lui, et il pourrait être aussi bien le fait d’un régime totalitaire de gauche que de droite sous la pression de la nécessité. En effet, les gouvernements seront de plus en plus contraints d’agir pour gérer des ressources et un espace qui se raréfient. Déjà commence à se tisser ce filet de règlements assortis d’amendes et de prison qui protégera la nature contre son exploitation incontrôlée.

Que faire d’autre ? Ce qui nous  attend, comme pendant la seconde guerre totale, c’est probablement un mélange d’organisation technocratique et de retour à l’âge de pierre ». C’est pourquoi il nous semble que le colloque du 15 mars 2011 pourrait aboutir au constat de la démocratie en échec… ou à l’élaboration d’une potion magique !

* L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie d’Hervé Kempf (Seuil, 2011)

** Le Feu vert de Bernard Charbonneau (réédition Parangon, 2009)

Partagez ...

2 réflexions sur “démocratie et risque d’écofascisme”

  1. « Si la crise énergétique se développe, la pénurie peut paradoxalement pousser au développement. Le pétrole manque ? Il faut multiplier les forages. La terre s’épuise ? Colonisons les mers. L’auto n’a plus d’avenir ? Misons sur l’électronique qui fera faire au peuple des voyages imaginaires. Mais on ne peut reculer indéfiniment pour mieux sauter.

    Un beau jour, le pouvoir sera bien contraint de pratiquer l’écologie. Une prospective sans illusion peut mener à penser que le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition dépourvue de moyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra plus faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au pouvoir. »
    In Le Feu vert de Bernard Charbonneau (1980)

  2. « Si la crise énergétique se développe, la pénurie peut paradoxalement pousser au développement. Le pétrole manque ? Il faut multiplier les forages. La terre s’épuise ? Colonisons les mers. L’auto n’a plus d’avenir ? Misons sur l’électronique qui fera faire au peuple des voyages imaginaires. Mais on ne peut reculer indéfiniment pour mieux sauter.

    Un beau jour, le pouvoir sera bien contraint de pratiquer l’écologie. Une prospective sans illusion peut mener à penser que le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition dépourvue de moyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra plus faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au pouvoir. »
    In Le Feu vert de Bernard Charbonneau (1980)

Les commentaires sont fermés.