Désastre en 2050, neutralité carbone impossible

Le réchauffement climatique sera insupportable du fait de l’inertie politique. Le Conseil européen n’a pas adopté l’objectif de zéro émissions nettes en 2050 comme l’y invitaient la Commission et le Parlement. La Pologne et la Tchèquie serait contre l’objectif de neutralité carbone,  l’Allemagne aurait jugé que de délai de 2050 était trop contraignant. Les politiques font écho aux revendications du toujours plus des « Gilets jaunes » qui sont incompatibles avec un scénario de « zéro émission nette » de gaz à effet de serre ! Cela impliquerait un changement important des modes de consommation : insupportable !!

De son côté LE MONDE* présente une version idyllique de notre vécu en 2050 avec neutralité carbone : Maison à énergie positive avec isolation et cellules photovoltaïques, voiture hybride rechargeable en autopartage, vacances en Chine pendant les congés payés, centre-ville rapidement accessible, logement social entièrement réhabilité, entretien d’un potager avec composteur, livraison des courses par camionnette électrique et navette intercommunale fonctionnant au biogaz. C’est le scénario de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) pour décrire les modes de vie des Français à l’horizon 2050. Les commentaires fusent sur lemonde.fr :

Pierre : On compte donc sur « une forme de consensus des citoyens, appelés à modifier volontairement certains de leurs comportements, par exemple dans leur façon de se nourrir ou de voyager ». C’est mort !

dissonance cognitive ? On peut lire également ce jour dans les colonnes du Monde, rubrique économie, un article intitulé « Pourquoi la planète consomme de plus en plus de gaz ». On y apprend entre autres choses, qu’en 2018 selon l’AIE, la demande mondiale d’énergie a crû de 2,3% et ensuite, je cite, que « le développement des renouvelables ne couvre même pas la moitié de la croissance de la demande pour l’année 2018. » Comment accorder un tant soit peu de crédibilité au « scenario » développé ici ?

Philippe Laglue : Et sans charbon, comment faire de la sidérurgie pour fabriquer les éoliennes, comment réduire la silice en silicium pour faire des panneaux solaires ? Sans pétrole comment faire les matériaux composites pour les véhicules, la chimie pour les innombrables biens de consommation et industriels ? En bref à quoi ressemble l’ECONOMIE en 2050, car c’est cela la clé pour comprendre à quoi ressemblera la vie ? Mystère !

Arthur : Vous avez oublié de dire que tous sont vegans! Le soir on reste chez soi car aller à une fête cela pollue, et on consomme… plus de PC, télé ou radio, cela consomme… plus de resto, trop de gâchis… on va enfin vivre bien, mais on va se faire ch…

Eljulio : Au risque de faire le rabat joie comment financer cette transition alors que l’économie mondiale est au bord d’une récession dont elle ne se relèvera sans doute pas ? (pour cause de plafonnement de la production d’hydrocarbure d’ailleurs…) Quid des conséquences géopolitiques d’une telle récession (populisme, guerre commerciale, guerre tout court). Le potager c’est vital, mais quid des plus de 50% d’urbains sur cette planète ? Quid des pauvres du MO, d’Asie et d’Afrique (migrations massives)

Pierre A : « Léa, 30 ans, vit seule avec sa fille en périphérie urbaine, dans un quartier autrefois difficile »… Parce que même les relations sociales sont apaisées! Pas de pollution, pas de tension, c’est magnifique! Quand j’étais enfant, il y avait nounours et « bonne nuit les petits », maintenant il y a les « docu-fictions » du Monde et de l’Ademe.

Brutus : Il est totalement irresponsable de prôner un modèle de développement qui fait la part belle aux agrocarburants. Nice try, mais il faut revoir votre utopie !

Victor M : Les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas le seul levier de lutte contre le réchauffement climatique, elles sont même une conséquence de nos pratiques polluantes. Il ne faut pas oublier la pollution des sols, des océans… D’autant plus qu’on a délocalisé nos industries polluantes. 2050, en l’état actuel, c’est un peu utopiste, surtout avec des politiques qui recherchent davantage l’intérêt économique de ceux qui les financent.

Jean-Patrick : Ce n’est rien d’autre qu’un communisme écologique avec toute la coercition que suppose ce type d’idéologie. Comme je l’ai écrit dans un article au début des GJ, l’écologie est en passe de devenir le totalitarisme du XXIème siècle. Nous avons connu la pureté de la race (nazisme), la pureté de la société (communisme) nous créerons un homme nouveau dans une planète nouvelle autour de la pureté de l’environnement. A moins, de décréter à l’image de Staline l’écologie dans un seul pays.

Dance Fly @ Jean-Patrick : Il nous vous aura pas fallu longtemps pour atteindre le point Godwin. Félicitations. Ne vous inquiétez pas: il n’y aura pas de dictature de l’écologie, personne ne vous obligera à manger votre steak au tofu bio quotidien (même si ça ferait pas de mal à certains). Tout cela va se passer en douceur: la transition a déjà commencé et elle va se poursuivre tranquillement sur 20 ou 30 ans (et vous n’êtes pas obligé de suivre).

Mdi : Un monde pour ultra-riches en somme. Et les pauvres ils deviennent quoi ?

Chris @ Mdi : Ils pédalent pour fournir aux riches de l’énergie bio et pas chère !

* LE MONDE du 27 mars 2019, A quoi ressemblerait la vie en 2050 dans une France neutre en carbone

3 réflexions sur “Désastre en 2050, neutralité carbone impossible”

  1. statisticon

    Les chefs d’État et de gouvernement, réunis en Conseil à Bruxelles jeudi 20 et vendredi 21 juin 2019, ne sont pas parvenus à s’accorder sur un objectif de neutralité carbone en 2050 ni à relever leurs efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. En cause : une opposition de la Pologne, soutenue par la Hongrie, la République tchèque et l’Estonie.

  2. «  »Arthur : Vous avez oublié de dire que tous sont vegans! Le soir on reste chez soi car aller à une fête cela pollue, et on consomme… plus de PC, télé ou radio, cela consomme… plus de resto, trop de gâchis… on va enfin vivre bien, mais on va se faire ch… » »

    –> Si Arthur conclut par « on va se faire chier » alors c’est contraire à l’expansion de plaisir, donc mécaniquement la plus microscopique mesure écologique sera inacceptable et jamais le moindre effort ne sera consenti. Je l’ai toujours dit, l’expansion de plaisir est inscrite dans le gène humain. Dès lors qu’un individu gagne du temps à se consacrer grâce au parc de machines, alors il va consacrer son temps pour obtenir encore plus, toute sa réflexion portera pour obtenir plus de plaisir, plaisir qui passe la plupart du temps par les biens matériels et la dépense d’énergie, notamment il songera à des machines encore plus performante pour gagner encore plus de temps, une fois parvenu il aura gagné en plaisir et en temps qu’il va consacrer à nouveau pour avoir plus. C’est donc sans fin ! Il n’y a pas si longtemps j’avais vu des analyses sur le train de vie, que dès lors que les individus gagnaient beaucoup plus d’argent, il ne leurs fallait seulement quelques jours pour s’adapter à ce nouveau train de vie plus élevé en en prenant toutes les habitudes ! Mais combien de temps lorsque le train de vie baisse ? Combien de temps pour s’adapter à vivre avec moins tout en restant heureux ? Bien souvent il y a une phase de dépression, voir le suicide car c’est vécu comme une mort sociale, un peu comme si l’individu vivait une disgrâce, il a donc honte de montrer que son train de vie à baisser auprès de ses proches ou de son cercle de collaborateurs à son travail, c’est vécu comme un échec… Aussi, en montrant leur train de vie plus élevé, il y a une histoire aussi où les personnes veulent gagner en statut, en notoriété, en reconnaissance, en attractivité aussi, on se heurte à l’ego à vouloir réduire le train de vie des gens, d’où leur sentiment de disgrâce dès lors que leur train de vie baisse de manière effective, car ils perdent tout ça avec = reconnaissance, statut, notoriété et attractivité (en rapport avec la séduction)…. Alors une vie plus sobre et plus simple ne peut pas être accepté par au moins 95% des gens… Selon moi, on ira inéluctablement vers l’effondrement, l’humilité, la sobriété et la frugalité sont dans l’esprit de beaucoup de gens contraire à l’expansion de plaisir tant aspirée et inscrite dans les gènes.

  3. «  »Arthur : Vous avez oublié de dire que tous sont vegans! Le soir on reste chez soi car aller à une fête cela pollue, et on consomme… plus de PC, télé ou radio, cela consomme… plus de resto, trop de gâchis… on va enfin vivre bien, mais on va se faire ch… » »

    –> Si Arthur conclut par « on va se faire chier » alors c’est contraire à l’expansion de plaisir, donc mécaniquement la plus microscopique mesure écologique sera inacceptable et jamais le moindre effort ne sera consenti. Je l’ai toujours dit, l’expansion de plaisir est inscrite dans le gène humain. Dès lors qu’un individu gagne du temps à se consacrer grâce au parc de machines, alors il va consacrer son temps pour obtenir encore plus, toute sa réflexion portera pour obtenir plus de plaisir, plaisir qui passe la plupart du temps par les biens matériels et la dépense d’énergie, notamment il songera à des machines encore plus performante pour gagner encore plus de temps, une fois parvenu il aura gagné en plaisir et en temps qu’il va consacrer à nouveau pour avoir plus. C’est donc sans fin ! Il n’y a pas si longtemps j’avais vu des analyses sur le train de vie, que dès lors que les individus gagnaient beaucoup plus d’argent, il ne leurs fallait seulement quelques jours pour s’adapter à ce nouveau train de vie plus élevé en en prenant toutes les habitudes ! Mais combien de temps lorsque le train de vie baisse ? Combien de temps pour s’adapter à vivre avec moins tout en restant heureux ? Bien souvent il y a une phase de dépression, voir le suicide car c’est vécu comme une mort sociale, un peu comme si l’individu vivait une disgrâce, il a donc honte de montrer que son train de vie à baisser auprès de ses proches ou de son cercle de collaborateurs à son travail, c’est vécu comme un échec… Aussi, en montrant leur train de vie plus élevé, il y a une histoire aussi où les personnes veulent gagner en statut, en notoriété, en reconnaissance, en attractivité aussi, on se heurte à l’ego à vouloir réduire le train de vie des gens, d’où leur sentiment de disgrâce dès lors que leur train de vie baisse de manière effective, car ils perdent tout ça avec = reconnaissance, statut, notoriété et attractivité (en rapport avec la séduction)…. Alors une vie plus sobre et plus simple ne peut pas être accepté par au moins 95% des gens… Selon moi, on ira inéluctablement vers l’effondrement, l’humilité, la sobriété et la frugalité sont dans l’esprit de beaucoup de gens contraire à l’expansion de plaisir tant aspirée et inscrite dans les gènes.

Les commentaires sont fermés.