écologie contre extrême droite, nouvelle bipolarisation

Sociaux-démocrates (SPÖ) et conservateurs chrétiens (ÖVP), qui ont façonné la vie politique depuis la fin de la seconde guerre mondiale en Autriche, sont contestés au profit d’une force alternative, enracinée dans le passé le plus trouble du pays. Le FPÖ, Parti d’extrême droite, pourrait s’emparer de la présidence avec Norbert Hofer. Aucun front républicain ne s’est mis en place jusqu’ici pour assurer la victoire de l’écologiste Alexander Van Der Bellen, un professeur d’université à la retraite de 72 ans, dépourvu de charisme et de relais importants hors de sa formation. Irmgard Griss, la candidate indépendante arrivée en troisième position le 24 avril, a fini par déclarer qu’elle voterait pour lui. Mais les partis politiques et leurs ténors, d’ordinaire omniprésents dans les médias, sont, eux, restés mutiques. La liste des personnalités de gauche appelant à un rapprochement avec les nationalistes ne cesse de s’allonger. C’est la fin de l’Etat à deux partis, gauche et droite. La tendance existe en Autriche, mais aussi en France, au Royaume-Uni, voire en Allemagne. La crise migratoire a accéléré le mouvement. Et le bal des « exclus » vient grossir les rangs de l’extrême droite.*

L’article du MONDE ne dit presque rien de l’écologie politique. Pourtant cette présidentielle en Autriche est la première marque d’une bipolarisation nouvelle au niveau politique : écologistes contre extrême droite. En France le centriste Bayrou croyait à un espace entre la droite et la gauche. Mais il n’y a pas de projet global de société au centre, il n’y a pas plus d’opposition réelle entre la droite et la gauche, il faut voir l’évolution partidaire autrement. En fait les thèmes de prédilection de l’extrême droite – le nationalisme, l’immigration, la sécurité – ont largement imprégné la droite comme la gauche. De plus ce trio droite/gauche/FN a adopté la même théologie croissanciste, glorifiant le règne du productivisme, l’élévation du niveau de vie et la destruction des ressources naturelles qui en découlent.

L’extrême droite invente des coupables désignés, les immigrés, l’Union européenne, l’UMPS… pour s’exonérer d’un projet politique. De l’autre l’écologie politique voudrait s’attaquer aux causes structurelles qui forment cette crise systémique que nous traversons en interrogeant le mode de production lui-même. Complexité contre idées simples, prise en compte de la nature contre naturalisation du social… L’écologie et le néo-populisme sont les deux candidats pour remplacer les systèmes partisans issus du XIXe siècle. La ligne directrice d’un classement politique correspond de plus en plus à un nouveau bipartisme. D’un côté les conservateurs, adeptes de la religion de la croissance, et d’autre part les progressistes, qui veulent réconcilier l’homme et la nature. Il y a ceux qui sont obsédés d’économisme techno-scientifique et ceux qui considèrent les contraintes de l’écologie. Il y a ceux qui soutiennent la démesure de l’homme (autant la droite et son extrême que la gauche et son extrême) et ceux qui ont le sens des limites (les écologistes radicaux, ceux qui veulent prendre les problèmes à leurs racines).

* LE MONDE du 22-23 mai 2016, En Autriche, gauche et droite au crépuscule

Partagez ...

8 réflexions sur “écologie contre extrême droite, nouvelle bipolarisation”

  1. Le suspens a duré jusqu’à lundi 23 mai. L’écart entre les deux candidats à la présidentielle en Autriche – Norbert Höfer, du Parti libéral d’Autriche (FPÖ) d’extrême droite, et l’écologiste Alexander Van der Bellen – était si faible que le nom du nouveau président n’a été connu qu’au lendemain du scrutin. La participation, elle, a dépassé les 70 %. L’écologie a obtenu la présidence en Autriche. Une première, certainement pas une dernière…

  2. @marcel,
    1/Vous écrivez : « Le problème de l’ immigration ne réside pas automatiquement dans la race / ethnie ».
    Où m’avez-vous lu parler de race ou d’ethnie?
    2/Quand les immigrés profitent des aides sociales, ils ne font que récupérer une partie de ce qu’il leur ont été illégitimement dérobé du fait des guerres et de l’accaparement des terres de leur région de provenance par quelques possédants.
    Pour que ces personnes ne soient plus assistées, il faudra aussi que soit retiré le besoin de cette assistance, et donc que ces gens-là ne subissent plus la spoliation capitaliste. En attendant, les migrants n’ont pas à se sentir honteux de toucher les prestations qu’ils reçoivent.
    3/L’évolution démographique exponentielle de la population africaine est effectivement, non seulement comme vous dîtes pour les peuples européens, mais aussi pour tout le reste de l’humanité, y compris pour les Africains eux-mêmes.
    Face à cette explosion de natalité, il est indispensable de rendre la contraception et l’IVG deviennent financièrement accessibles. Et je doute que ceci soit vraiment la tasse de thé des mouvements nationalistes à propos desquels nous sommes en train de débattre.
    4/En quoi serait-il nécessaire que tout aide au développement et au contrôle des naissances soit accompagnée d’un « verrouillage serré aux frontières de l’Europe?
    Si l’Africain a droit dans son pays d’origine aux mêmes avantages économiques, civils et civiques qu’il aurait en France, il y a de fortes chances qu’il choisisse de lui-même de rester tranquillement dans son village natal d’Afrique. Dès lors, nul besoin de construire des barbelé pour empêcher une migration qui n’intéresserait alors quasiment plus personne.
    5/Vous écrivez : « Je ne suis pas un membre du FN, que je juge trop intégrationniste ou assimilateur mais suis plutôt proche des identitaires ».
    Je suppose que cette phrase est une réponse à la dernière phrase de mon précédent commentaire, à savoir « Donc mécaniquement, c’est bel et bien une politique frappant sur des migrants pauvres que le FN et compagnie prônent en matière d’immigration », et que par le gentilé « les identitaires », vous entendiez « les membres du Bloc Identitaire ».
    Si c’est bien le cas, je vous signale que mon expression « FN et compagnie », englobait aussi le parti de Fabrice Robert, car ce même parti a lui aussi recours au non-sens de l’argument économique.
    6/Quand les bureaucrates africains volent à leurs propres peuples les ressources de leurs régions, ils remettent ensuite ces mêmes richesses aux grands groupes industriels en guise de cadeaux (car un dirigeant politicien, que ça soit d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, où de n’importe où ailleurs, ça répond à une règle universelle consistant à s’incliner devant la finance).
    La captation à laquelle vous faîtes référence a donc bel et bien pour origine le pillage du tiers-monde par les multinationales, et faire entre ces deux choses une quelconque distinction n’a strictement aucun sens.

  3. @Invite 2018bon, bonjour ,
    a). Le problème de l’ immigration ne réside pas automatiquement dans la race / ethnie mais dans le nombre d’ immigrés appartenant à certaines ethnies ou religions : la droite dure assimile immigrés avec immigration lorsque devenus trop nombreux , leurs membres se distinguent par leur comportement déplorable ou par leur inclination à profiter sans vergogne des aides sociales et à se multiplier comme des lapins .
    La démographie de ces gens qu’ elle soit due au regroupement familial ou à leur natalité est une grave menace pour les Européens .
    b). Pour enrayer les flux migratoires issus d’ Afrique principalement , une aide bien pensée ne serait pas malvenue (instruction publique – planning familial malthusien,…) mais elle doit être couplée à un verrouillage serré de l’ accès au territoire Européen .
    c). Je ne suis pas un membre du FN , que je juge trop intégrationniste ou assimilateur mais suis plutôt proche des identitaires .
    d). -Je ne parlerais pas de pillage du 1/3 monde par des sociétés multinationales mais plutôt de captation scandaleuse des richesses obtenues par des potentats africains qui se soucient de leur population comme d’ une guigne .

  4. @Invite 2018bon, bonjour ,
    a). Le problème de l’ immigration ne réside pas automatiquement dans la race / ethnie mais dans le nombre d’ immigrés appartenant à certaines ethnies ou religions : la droite dure assimile immigrés avec immigration lorsque devenus trop nombreux , leurs membres se distinguent par leur comportement déplorable ou par leur inclination à profiter sans vergogne des aides sociales et à se multiplier comme des lapins .
    La démographie de ces gens qu’ elle soit due au regroupement familial ou à leur natalité est une grave menace pour les Européens .
    b). Pour enrayer les flux migratoires issus d’ Afrique principalement , une aide bien pensée ne serait pas malvenue (instruction publique – planning familial malthusien,…) mais elle doit être couplée à un verrouillage serré de l’ accès au territoire Européen .
    c). Je ne suis pas un membre du FN , que je juge trop intégrationniste ou assimilateur mais suis plutôt proche des identitaires .
    d). -Je ne parlerais pas de pillage du 1/3 monde par des sociétés multinationales mais plutôt de captation scandaleuse des richesses obtenues par des potentats africains qui se soucient de leur population comme d’ une guigne .

  5. Bonjour @marcel,
    La droite dure affirme être contre l’immigration et non contre les immigrés, mais en analysant plus profondément ce qu’elle dit en parallèle, on s’aperçoit que finalement, elle est quand même contre les immigrés.
    On peut à priori différencier le fait d’être contre l’immigration et celui d’être contre les immigrés, mais il serait par contre hasardeux de différentier le fait d’être contre le droit à l’immigration et celui d’être contre les immigrés. Quand vous vous opposez aux libertés de quelqu’un, vous vous opposez mécaniquement aussi contre ce quelqu’un lui-même.
    Je constate et déplore que de nombreux Africains et Orientaux qui auraient préféré pouvoir rester dans leur pays d’origine soient forcés de partir pour l’Europe, et je suis parfaitement favorable à ce que les flux vers l’hexagone soient réduits si cela est fait uniquement au moyen de la prise du problème à la racine (s’attaquer à l’exploitation capitaliste, laquelle engendre intrinsèquement du colonialisme) sans aucune restriction à la libre circulation du moindre citoyen du monde. Mais nul ne peut nier que ce ne soit pas dans ce sens-là que les mouvements de droite combattent l’immigration.
    Je note par ailleurs que parmi les raisons couramment invoquées par bon nombre de militants anti-immigration, se trouve l’argument économique. Or, stopper l’immigration d’une manière acceptable nécessiterait forcément de mettre fin au pillage des ressources du tiers-monde, et donc de générer une baisse de profit au moins égale aux économies que permettrait la baisse du nombre d’étrangers à loger sur le territoire français. Donc mécaniquement, c’est bel et bien une politique frappant sur des migrants pauvres que le FN et compagnie prônent en matière d’immigration.

  6. Bonjour @marcel,
    La droite dure affirme être contre l’immigration et non contre les immigrés, mais en analysant plus profondément ce qu’elle dit en parallèle, on s’aperçoit que finalement, elle est quand même contre les immigrés.
    On peut à priori différencier le fait d’être contre l’immigration et celui d’être contre les immigrés, mais il serait par contre hasardeux de différentier le fait d’être contre le droit à l’immigration et celui d’être contre les immigrés. Quand vous vous opposez aux libertés de quelqu’un, vous vous opposez mécaniquement aussi contre ce quelqu’un lui-même.
    Je constate et déplore que de nombreux Africains et Orientaux qui auraient préféré pouvoir rester dans leur pays d’origine soient forcés de partir pour l’Europe, et je suis parfaitement favorable à ce que les flux vers l’hexagone soient réduits si cela est fait uniquement au moyen de la prise du problème à la racine (s’attaquer à l’exploitation capitaliste, laquelle engendre intrinsèquement du colonialisme) sans aucune restriction à la libre circulation du moindre citoyen du monde. Mais nul ne peut nier que ce ne soit pas dans ce sens-là que les mouvements de droite combattent l’immigration.
    Je note par ailleurs que parmi les raisons couramment invoquées par bon nombre de militants anti-immigration, se trouve l’argument économique. Or, stopper l’immigration d’une manière acceptable nécessiterait forcément de mettre fin au pillage des ressources du tiers-monde, et donc de générer une baisse de profit au moins égale aux économies que permettrait la baisse du nombre d’étrangers à loger sur le territoire français. Donc mécaniquement, c’est bel et bien une politique frappant sur des migrants pauvres que le FN et compagnie prônent en matière d’immigration.

  7. « L’extrême droite invente des coupables désignés, les immigrés, l’Union européenne, l’UMPS… pour s’exonérer d’un projet politique. De l’autre l’écologie politique vou »
    Nulle invention de coupables : l’ immigration – invasion (cauchemar démographique) de type afromuzz , l’ UE et LRPS (herpes) sont bel et bien des catastrophes que la fantasmatique extrême droite dénonce à bon escient !
    Parlez plutôt de droite dure ou nationaliste en opposition à la gauche et la fausse droite (Sarko / ali Juppé).
    La vraie droite n’ accuse pas les immigrés d’ être responsables de tous les maux de la terre .
    Laissez – moi rire avec le terme écologistes maltraité par des politicards pastèques (gauchos , trotskistes) en aucun cas soucieux de la sauvegarde des écosystèmes .

  8. « L’extrême droite invente des coupables désignés, les immigrés, l’Union européenne, l’UMPS… pour s’exonérer d’un projet politique. De l’autre l’écologie politique vou »
    Nulle invention de coupables : l’ immigration – invasion (cauchemar démographique) de type afromuzz , l’ UE et LRPS (herpes) sont bel et bien des catastrophes que la fantasmatique extrême droite dénonce à bon escient !
    Parlez plutôt de droite dure ou nationaliste en opposition à la gauche et la fausse droite (Sarko / ali Juppé).
    La vraie droite n’ accuse pas les immigrés d’ être responsables de tous les maux de la terre .
    Laissez – moi rire avec le terme écologistes maltraité par des politicards pastèques (gauchos , trotskistes) en aucun cas soucieux de la sauvegarde des écosystèmes .

Les commentaires sont fermés.