Etre ministre de l’écologie, une mission impossible

Voici résumé dans ce permalien le long martyr des différents ministres de l’écologie en France. Qu’ils soient de droite ou de gauche, leur statut reste le même : un ministre de l’écologie, ça ferme sa gueule sinon il est démissionné d’une façon ou d’une autre. Ce texte en permalien est directement envoyé à nos abonnés grâce à notre bimensuel électronique. Pour recevoir Biosphere-Info gratuitement, il suffit d’envoyer un courriel à biosphere@ouvaton.org

Un extrait de Biosphere-Info :

Dans son livre-témoignage, Le ministère de l’impossible (Calmann-Lévy, 1975), Robert Poujade s’appuie sur sa propre expérience pour montrer l’impossibilité d’une politique écologique au sein de gouvernements obnubilés par le PIB. « C’est intéressant, votre ministère. Il ne devrait rien coûter à l’Etat », entend-il dès son arrivée. « Vous n’aurez pas beaucoup de moyens. Vous aurez peu d’action très directe sur les choses. » prévient le président de la République Pompidou (…) Alors que Pompidou martèle qu’ « il faut adapter la ville à l’automobile », détruit des anciens quartiers pour dérouler des voies express, ferme des réseaux de chemin de fer, développe l’agriculture intensive à grands déversements d’engrais et de pesticides, Robert Poujade est réduit à l’impuissance : « J’ai souvent ressenti avec amertume la force des intérêts privés et la faiblesse de l’Etat. J’ai eu trop souvent le sentiment de lutter presque seul contre des entreprises que tout aurait dû condamner… On accepte de subventionner n’importe quelle activité sous la pression des intérêts privés, mais beaucoup plus difficilement de prélever une part très modeste de profits faits au détriment de la collectivité, pour lui permettre de réparer des dommages… La civilisation industrielle a préféré le rendement immédiat à la protection des ressources naturelles. »

 

 

Partagez ...