Féminisme, écologie et jeu d’échecs

Le jeu d’échecs possède un avantage certain du point de vue écologique. Il prend peu d’espace pour y jouer, on peut même réunir des centaines de joueurs sur l’équivalent d’un terrain de foot. Il utilise peu de ressources naturelles, les pièces nécessitent très peu de bois et peuvent durer plus qu’une vie. Aucun déchet non recyclable pour une occupation qui peut nous motiver pendant des heures et des journées. Le jeu d’échecs est pédagogiquement parlant un excellent outil : apprentissage de l’observation, mémorisation des positions, intériorisation cérébrale d’une situation, préparation à la prévision, maîtrise du temps (jeu à la pendule) et de l’espace, pratique du silence et de la concentration, etc. Le jeu d’échecs élimine complètement l’existence du hasard, le gain ou la perte découle toujours d’une décision humaine, nous sommes les seuls responsables de l’issue de la partie. Le jeu d’échecs est aussi foncièrement égalitaire, même si les Blancs ont l’avantage du trait. A ce jour, aucune preuve d’une quelconque différence naturelle pouvant causer l’écart entre hommes et femmes n’a pu être avancée. Pourtant il est un domaine où l’inégalité règne, c’est dans la fréquentation du jeu d’échecs selon le sexe et les performances qui en découlent. (texte de Michel Sourrouille)

Durant les années 1960, un psychologue hongrois nommé Laszlo Polgar dévora les biographies de centaines de grands intellectuels et en tira le trait commun : une spécialisation précoce et intensive. Il en conclut que le génie est acquis et non inné “geniuses are made, not born”. Il se mit au défi de le prouver en rendant géniaux ses futurs enfants. Plus pragmatique que romantique, il posta une petite annonce disant en substance “recherche femme pour avoir des enfants génies”. En 1969, naquit Susan. Quatre ans plus tard, alors que son père hésitait encore entre la spécialiser en mathématiques ou en physique, la gamine découvrit par hasard un jeu d’échecs et demanda qu’on lui en apprenne les règles. Ce fut une révélation… pour son père. A la fois une science, un art et un sport, le jeu d’échecs présente l’avantage de produire des résultats parfaitement mesurables, l’idéal donc pour retranscrire la progression de la progéniture. Onze années d’entraînement intensif plus tard, Susan était devenue la meilleure joueuse du monde, à 15 ans ! Elle ne se fit doubler que par Szofia, sa petite soeur. Judit, la cadette, devint Grand Maître international à 15 ans, battant le record de précocité auparavant détenu par l’américain Bobby Fischer. Par la suite, elle s’offrit le scalp des meilleurs joueurs mâles, dont celui de Garry Kasparov. Pour Papa Polgar, preuve a été faite de sa thèse sur l’acquisition du génie, expliquant la supériorité de la cadette par l’amélioration de ses techniques d’entraînement au fil des années. Comment structurer la société pour tendre à l’égalité homme/femme ? (femmes et échecs)

Les femmes représentent seulement 5 à 10  % des joueurs classés que ce soit en France ou dans le monde. Si le pourcentage de femmes au top niveau est faible, c’est avant tout parce que moins de femmes jouent aux échecs. C’est logique : une petite base de femmes signifie que moins de femmes que d’hommes se retrouveront dans le top ! Une des explications principales à la différence hommes/femmes aux échecs est la séparation des sexes dans les championnats. Le premier tournoi féminin de l’histoire des échecs fut organisé à Londres du 23 juin au 3 juillet 1896 ; les dames n’ayant pas obtenu de prix furent récompensées par un lot de consolation… une aiguille à coudre avec du fil ! Si de nombreux sports physiques autorisent une séparation homme/femme est compréhensible, autant pour le jeu d’échecs, elle est injustifiée. Pourtant aujourd’hui encore dans les championnats de France, jeunes comme adultes, il y a un tournoi « mixte » (de fait, presque toujours exclusivement masculin) et un tournoi féminin (interdit aux hommes). Mettre fin à la séparation des sexes dans les championnats serait un pas supplémentaire en direction de l’égalité au jeu d’échecs, et par extension, dans la société. Des joueuses en 2014 ont lancé une pétition adressée à la Fédération Française d’Echecs. Voici quelques points de leur raisonnement :

Un argument psychologique. Comment nos jeunes joueuses peuvent-elles se construire comme les égales de leurs camarades masculins et comment peuvent-elles considérer qu’elles ont autant de potentiel qu’eux alors qu’on les oriente pendant des années vers des championnats séparés et de moindre force avec des titres séparés et de moindre importance ?
Un argument pragmatique. Les filles doivent pouvoir autant progresser que les garçons à l’occasion des championnats de France jeunes. Les efforts, le travail et, partant, les résultats, sont d’autant plus importants que les objectifs sont ambitieux. Quand l’objectif est moindre, les performances ne peuvent qu’être moindres.

Ajoutons un argument organisationnel. Il n’y a pas d’éliminés avec le système suisse d’appariement : on fait jouer les forts contre les faibles à la première ronde et progressivement se détache un groupe « très forts » (composé d’hommes et de femmes), les joueurs plus faibles continuant à pousser du bois avec des joueurs/joueuses de leur niveau. Il n’y a a donc aucune raison organisationnelle de garder des tournois spécifiquement féminins.

=> Malheureusement la demande de non-séparation des sexes dans les championnats n’a pas été écoutée…

Pour en savoir plus :

notre blog biosphere : Le jeu d’échecs est un jeu utile et très écolo

sur Internet : http://echecsetmixte.fr/

Partagez ...

28 réflexions sur “Féminisme, écologie et jeu d’échecs”

  1. Autre question : Les échecs serait-il un sport (avec ou sans guillemet) machiste ? Comme le sont, dit-on, le foot et le vélo.
    Nous avons la réponse dans l’article «femmes et échecs » mis en lien. La championne Judit Polgar le dit clairement : «Les échecs sont un milieu très macho ». Et elle développe. Et bien sûr elle sait de quoi elle parle.
    Pas TOUS machos quand même ? Je veux savoir, faut qu’on me dise ! 😉

    1. Plus loin on peut lire qu’ «elle s’offrit le scalp des meilleurs joueurs mâles, dont celui de Garry Kasparov. » Je ne savais pas qu’aux échecs le vainqueur scalpait le vaincu. Ou alors ce ne sont que les femmes qui scalpent ? Je veux savoir, faucon me dise !
      Pour justifier sa défaite face à Judit Polgar, Kasparov aurait dit d’elle : «Parce qu’elle joue aux échecs comme un homme ». Faut faire gaffe à ce qu’on dit aujourd’hui ! Si vous vous autorisez seulement à dire ça, alors vous êtes un macho. Un scalpé machiste, ah ça oui c’est moche !
      En attendant, je vois là encore que je ne connais pas grand chose des femmes. Jusque là je croyais qu’il n’y avait que Madame Thatcher qui faisait exception. 🙂

    2. Et oui aillez Michel n’a plus d’argument, alors il sort le mot Joker  »machiste »

      Comme je le dis pour appliquer l’égalité je dis chiche ! Par exemple, 50 % de la merde qui transite dans les égouts provient des femmes, il serait juste à ce qu’elles prennent leur juste part en nettoyant les égouts à hauteur de 50 % de femmes pour nettoyer les égouts ! Pourquoi cette injustice à ce que soit uniquement les hommes qui risquent leur santé pour nettoyer les égouts si les femmes sont aussi compétentes et adaptées de manière innée pour le faire ?

      Pourquoi seuls les hommes risquent leur vie à bâtir les châteaux, les immeubles, les routes, les ponts et toute autre grosse infrastructure comme le tunnel sous la Manche ? Les femmes devraient prendre leur juste part dans les chantiers puisqu’elles sont aussi compétentes voir plus performantes que les hommes selon toi ! Quelle injustice, qu’il va falloir abolir !

      1. C’est quand même malheureux ce besoin de tout interpréter n’importe comment, et partant de là de raconter n’importe quoi. Misère misère !
        Ici, je cherche juste à savoir si le monde des échecs est machiste ou pas. J’ai bien une petite idée mais j’aimerais qu’on m’en dise plus. Où est donc le problème maintenant ?
        En attendant, comme tu ne sembles pas en connaître plus que moi de ce jeu et de son milieu, comme tu sembles avoir un problème avec les femmes (et pas que le femmes), mieux vaut que tu restes au niveau du caniveau et des égouts.

  2. Les femmes sont elles moins douées que les hommes aux échecs ? Si oui pourquoi ?
    – «Les femmes sont-elles vraiment plus émotives que les hommes ? Les hommes sont-ils plus doués en maths que les femmes ? Pourquoi les femmes peuvent faire plusieurs choses en même temps ? [etc.] A quoi ces différences sont-elles liées ?» (article passeportsante.net)
    – «Les scientifiques n’ont trouvé aucune différence entre le cerveau des femmes et des hommes […] Après un siècle de recherche, la conclusion est toujours la même.» (article Slate.fr )

    Ce n’est pas parce que les scientifiques (déjà lesquels ?) n’ont rien trouvé qu’il n’y a rien. Peut-être n’ont-ils pas cherché au bon endroit, peut-être n’ont-ils trouvé que ce qu’ils avaient envie de trouver, etc. Et peut-être en effet qu’il n’y a rien, à trouver. Autrement dit peut-être qu’il n’existe aucune différence entre un cerveau d’homme et un cerveau de femme.

    1. Or d’autres scientifiques trouvent des différences, qui expliquent, ou expliqueraient, ceci ou cela.
      La réalité c’est que sur cette question (comme bien d’autres) nous (pékins moyens) n’en savons rien, ou alors très peu. Et cette réalité nous devons bien l’accepter.
      Comme j’ai dit à BGA à 13h17, c’est exactement comme pour la chloroquine, le glyphosate, les ondes électro-magnétiques et j’en passe. Chacun peut croire ce qu’il veut, ce qui l’arrange le mieux, bien entendu.

    2. Et pourtant les faits et la réalité prouvent le contraire !
      Chiche, faisons des compétitions dans toutes les matières, tous les sports, toutes les disciplines et toutes les connaissances, je dis chiche !

      Les zozos de l’égalitarisme s’appuient essentiellement si ce n’est tout le temps, s’appuient que sur des cas isolés pour nous en exprimer une généralité.

      Mais tu ne voudras jamais les organiser toutes ces compétitions, tout en prétendant le contraire, car au fond de toi, tu sais très bien que c’est toute ton idéologie qui tombe comme un château de cartes, derrière tout ça ! Si toutes ces compétitions sont organisées, c’est toute ton idéologie qui tombe à terre. En l’occurrence ça t’arrange bien de ne jamais les organiser toutes ces compétitions, tout en prétendant le vouloir, car ça te permettra de faire survivre ton idéologie juste en mettant en avant des cas isolés de performance de tel ou tel sexe.

      1. – «Mais tu ne voudras jamais les organiser toutes ces compétitions, tout en prétendant le contraire, car au fond de toi, tu sais très bien [et patati et patata]  »
        Tu me vois, moi, organiser des compétitions ? N’importe quoi ! Mon dieu toutes ces conneries que tu alignes, misère misère ! Franchement, je n’ai jamais connu aucune femme capable d’en sortir autant. Même chez les blondes. 🙂

        1. Voilà tu n’as aucun argument, et dès lors que tu n’as pas ou plus d’arguments (le peu de cas échéant) tu insultes de manière enrobée ton adversaire pour tenter de le discréditer.

        2. Didier BARTHES

          Là Michel C vous ne répondez pas à la question vous dites juste que vous ne voulez pas à titre personnel organiser de compétition, c’est autre chose

          1. Allons allons mon cher Didier, ne vous y mettez pas vous non plus, à jouer au grand n’importe quoi. Au lieu d’une compétition d’échecs je propose plutôt ici une petite partie de «questions pour un champion ». Désolé il n’y a rien à gagner, surtout pas une couronne de laurier.
            1ère question : Quel est le but d’un débat ?
            2ème question : Quelles sont les règles d’un véritable débat ?
            3ème question : Combien de fois Untel… et Ontel et Jean Passe… n’ a-t-il pas répondu aux questions posées. Et/ou qui lui ont été posées, personnellement ?
            4ème et dernière question, qui déterminera le champion. Attention il y a un piège : à ce petit de jeu de cons… quel est finalement le Champion ? 🙂 🙂 🙂

  3. @ Michel

    Sur Youtube tu tapes « orientation différente entre homme et femme

    Tu trouvera une explication scientifique sur RTL = « Cerveau : pourquoi les hommes ont un meilleur sens de l’orientation que les femmes ? »

    D’ailleurs, tu peux trouver bien d’autres reportages scientifiques en ce sens par toi-même en mettant les bons mots clefs. Je t’ai mis celui de RTL car il est bref concis et précis.

    Mais oui nos vues différentes ont altéré notre perception et compréhension du monde. Les femmes seront plus efficaces pour accomplir certaines choses et les hommes plus performants pour accomplir d’autres choses, c’est génétique, c’est ainsi…

    1. Désolé mais YouTube et RTL ne sont pas des sources scientifiques. Je demande des références vers de vraies études, et les plus récentes possibles.

      1. Je te l’ai dit toutes les champs de connaissance où tu pourras trouver les sources scientifiques dessus confirmant cette théorie.

        Et en général, les fameuses anti-thèses dont tu fais allusion qui viennent contredire la vérité sont souvent produits par des idéologues l n’y a que les zozos de l’égalitarisme qui croient qu’on peut corriger ça par l’idéologie, mais à chaque fois la réalité contredit l’idéologie, en la réalité revient comme un élastique ou un boomerang en pleine figure.

      2. Et puis comme je te l’ai dit = CHICHE faisons des compétitions mixtes de parties d’échecs, on prend les 100 meilleurs joueurs et les 100 meilleures joueuse. Et en organisant 100 compétitions (car il faut bien multiplier les échantillons pour rendre valide une théorie) en faisant rivaliser ces 200 personnes, moi je te parie que les hommes finiront à 99% des cas sur le podium à 3 places ! CHICHE faisons les ces parties d’échec, ce n’est pas moi qui te bloque pour les organiser ces parties d’échec, bien au contraire, je n’attend que ça pour que la lumière d’évidence éclaire la vérité des faits. Alors chiche !

        1. Après, une fois ces compétitions effectuées, et les résultats tombés, il faudra aussi émettre d’autres chiffres ! En effet, combien as tu consulter d’hommes pour trouver ces 100 meilleurs joueurs et combien de femmes pour trouver ces 100 meilleures joueuses. Bref, combien de candidats et de candidates aptes au départ ? Car ça a son importance aussi, pour évaluer le nombre d’aptes par sexe afin d’évaluer la représentativité au niveau d’une population.

  4. Faisons des compétitions de partie d’échec ou d’autre chose mixtes ! Chiche ! MAIS, je suis prêt à parier tout ce que vous voulez que si on prend 100 joueurs et 100 joueuses au départ, et ben sur le podium à 3 places, les hommes remporteront 99 % des trophées !

    Ce n’est pas un hasard, c’est génétique ! En effet, plusieurs expériences ont été accomplies concernant la VUE entre les hommes et les femmes. Et s’il s’est avéré que les hommes et femmes ne partagent pas la même vision du monde et des éléments. Les gens ont développé une vue d’ensemble tandis que les femmes une vue focalisée sur un point précis. Par exemple, un des tests a été l’orientation en extérieur, les hommes s’orientent sans se perdre sans indication, ils mémorisent plus facilement tous les éléments de l’environnement par une vue d’ensemble, alors que les femmes se perdent plus souvent et ont besoin de panneaux pour s’orienter.

    1. Ce qui explique aussi, pourquoi les hommes réussissent mieux dans les métiers d’ingénieurs et d’architecte par exemple. La vue d’ensemble permet au cerveau de mieux cerner l’interaction entre différents éléments, comment les éléments interagissent entre eux, le cerveau de l’homme comprend mieux que celui de la femme. Très rares sont les femmes qui développent une vue d’ensemble comme les hommes. Après à contrario, la vue focalisée des femmes perçoit mieux les détails, ce qui explique qu’elle s’oriente plus sur l’aspect des choses bref l’esthétique que les hommes qui eux sont plus pragmatiques. Exemple, pour la décoration minutieuse une femme est plus précise, elles perçoivent mieux les accros sur un vêtement qu’un homme qui lui ne se rendrait pas compte de l’accro, lorsque les hommes font le ménage et une femme passe derrière, elles sont toujours mécontentes car elles perçoivent des détails que les hommes ne voient pas.

      1. Rien que ces éléments que j’ai cités me font dire que les hommes remporteront 99 % des trophées. Les hommes ayant dans leur grande majorité bénéficié génétiquement d’une meilleure vue d’ensemble, perçoivent mieux l’interaction entre les éléments sur l’espace et dans le temps, en l’occurrence mieux l’interaction entre les différentes pièces sur la partie d’échec en tant qu’espace et dans le temps.

        Et si je devais être un sélectionneur de joueuses et de joueurs de partie d’échec, j’effectuerai ces tests de vue, et je ne garderai que les très rares femmes ayant développé une vue d’ensemble comparable aux hommes pour remporter des victoires. Bon courage pour les trouver, car il n’y en a pas beaucoup !

    2. – « Ce n’est pas un hasard, c’est génétique ! En effet, plusieurs expériences ont été accomplies […]»
      Comme ça m’intéresse particulièrement, donne-nous STP les éléments qui te permettent d’affirmer tout ça. Les études, les noms des scientifiques etc.

      1. Tu pourras trouver ces expériences dans des analyses scientifiques oculaires mais aussi anthropologique, palethnologie etc. Ces développements de la vue différents entre hommes et femmes puisent sa source dans les modes de vie dès l’homme préhistorique. Pendant des milliers d’années l’homme était chasseur à l’extérieur pendant que la femme restait à l’intérieur. On a bien développé des vues différentes entre les sexes. Or notre vue a par ricochet altéré notre vision du monde mais aussi la compréhension de monde. Mais oui, globalement les hommes ont une vue d’ensemble et les femmes une vue focalisée. Après on trouve toujours des cas isolés d’hommes à vue focalisée et de femmes à vue d’ensemble, mais ça restera rare..

        1. Mais les zinzins de l’égalité espèrent transformer les cas isolés en cas général, ce n’est pas parce que vous trouverez quelques rares femmes à vue d’ensemble que ça sera extrapolable à toutes les femmes du monde pour une partie d’échec, et réciproquement pour les hommes avec une vue focalisée, ça ne sera jamais extrapolable à l’ensemble des hommes, il n’y a que les zinzins de l’égalité qui pensent qu’ils vont pouvoir généraliser des choses par l’idéologie.

        2. Sur ton moteur de recherche tu tapes «Cerveaux masculin et féminin: quelles différences ?» Tu ouvres l’article (passeportsante.net) et tu lis les 4 pages. Tu trouveras des références vers différentes études, que tu pourras lire, si tu as le temps. Et comprendre et juger si tu en as les capacités.
          Sur Slate.fr tu trouves aussi un petit article daté du 4 septembre 2020 (temps de lecture 2min). En résumé «Les scientifiques n’ont trouvé aucune différence entre le cerveau des femmes et des hommes […] Après un siècle de recherche, la conclusion est toujours la même.»

          Là encore, c’est exactement comme pour la chloroquine, le glyphosate, les ondes électro-magnétiques et j’en passe. Tu peux croire ce que tu veux. Ce qui t’arrange le mieux, bien entendu.

          1. Les faits sont là ! La réalité après permet de trancher entre deux thèses. Il y a plus d’hommes compétents pour être militaire, ingénieurs, architectes, etc et joueurs d’échec ! Après les femmes seront plus compétentes que les hommes pour d’autres activités. Au bout d’un moment, la réalité met en évidence la vérité ! D’ailleurs pour toutes les compétitions athlétiques, pourquoi les compétitions ne sont pas mixtes puisque nous serions selon toi tous égaux face à toutes les difficultés existantes ? Bref, que ce soit sur le plan physique ou plan mental, il y a des différences entre hommes et femmes c’est ainsi ! Tu ne pourras rien changer ! Parfois il y a des cas isolés qui contredisent la règle générale, c’est vrai, mais très rares, trop rares et exceptionnel pour se fonder la-dessus afin d’en faire un cas général.

  5. Didier BARTHES

    C’est un bien beau jeu en effet, un excellent exercice pour l’intelligence
    Et puis j’ai remarqué qu’autour des tournois, les insultes, les packs de bière, les beaufs prêts à tout détruire pour favoriser leur équipe, se font beaucoup moins fréquents qu’autour des stades d’un certain sport à ballon. D’ailleurs le jeu d’échecs est beaucoup plus qu’un sport, c’est un jeu !
    A Lyon, je propose qu’on remplace l’énorme paquet de béton du stade Groupama et son immense parking dévastateur par une petite maison entourée d’arbres où, les soirs d’été, se réuniraient les joueurs d’échecs.

    1. Peut-on dire que les échecs sont un sport ? Si le sport se résume à la compétition, alors oui. Et un art ? C’est quoi l’art ? Une pissotière peut-elle de l’art, l’art se prête-t-il à la compétition, c’est quoi ce fameux art de la guerre ? Bref je n’en sais rien, ce qui est sûr c’est que les échecs sont reconnus comme un sport. Comme la pétanque. Alors pourquoi pas le jeu de dames et la belotte ? Bien que je ne connaisse rien aux échecs pour moi ces activités restent des jeux.
      Bien que je ne le connaisse pas non plus, je suis POUR reconvertir cet énorme paquet de béton de Lyon en un endroit sympa, un lieu de convivialité. Chacun pourrait y venir, pour jouer aux échecs, ou à la belotte, au scrabble, à la pétanque etc. et bien sûr à la lyonnaise. Pas seulement les soirs d’été mais toute l’année, pas seulement pour jouer mais aussi pour regarder, pour être entre amis, pour faire des rencontres, pour boire des bières, avec modération, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *