florilège à propos de Claude Allègre

Lors de multiples réunions de réflexion collective, nous avons été souvent confrontés à l’interrogation de citoyens qui avaient vu (ou lu) Allègre, ici ou là : « Il paraît crédible, je ne sais plus quoi penser, où est la vérité ? »  Claude Allègre a en effet les faveurs des médias, écrit des livres aussi souvent qu’il respire, s’impose un peu partout. Claude Allègre est quelqu’un de foncièrement dangereux car il empêche la perception des menaces et la nécessaire action citoyenne. Quel est son discours ? Que peut-on répondre ?

1/14) Claude Allègre et son livre, Ma vérité sur la planète

Le livre de Claude Allègre Ma vérité sur la planète est un long plaidoyer contre la « secte verte ». Il utilise donc les généralisations les plus abusives contre les écolo : « Je ne souhaite pas que mon pays se retrouve en enfer à partir des bonnes intentions de Nicolas Hulot. Il créerait chaque année plusieurs centaines de milliers de chômeurs supplémentaires, il faudrait mettre en place un régime bureaucratique et policier » … «  La brute, c’est sans conteste José Bové. Son mode d’expression, c’est d’abord et avant tout la violence. On casse le MacDo de Millau, on casse une serre d’OGM à Montpellier, on fait le coup de poing à Seattle ou à Davos »… « Le truand, c’est Al Gore. C’est l’archétype du politicien américain, professionnel, mécanique mais sans conviction claire ni vraie connaissance des dossiers » … « L’animal ou l’arbre doivent être protégés, respectés, pourquoi pas vénérés, et cela doit être inscrit dans la loi ! C’est la stratégie de la deep ecology qui poursuit en justice ceux qui  coupent les arbres ou qui tuent les insectes avec le DDT »

Pour Cl Allègre, il y a en effet deux sortes d’écolo. Les bons, de véritables environnementalistes qui sont d’abord des humanistes et adhèrent au progrès ; ils critiquent, mais de l’intérieur, ils en ont le droit. Et puis il y a les méchants, les éco-fondamentalistes hostiles au progrès et à l’humanisme, qui ne peuvent critiquer le système que de l’extérieur et qu’il faudrait laisser dans leurs arbres. Pourtant il avoue dans le chapitre 1 de son livre : « J’aime la Terre. Dans mon enfance, j’ai appris à observer et à aimer la nature. Cette passion pour tout ce qui touche la Terre ne m’a pas quitté. Elle a illuminé ma vie. La Terre est une planète vivante qui évolue et se transforme grâce à des processus chimiques grandioses et complexes dans lesquels la vie joue un rôle essentiel. Comment l’homme, qui est lui-même le produit de la Terre, peut-il modifier, au point même de les détraquer, ces cycles géochimiques établis depuis des milliards d’années ? Comment pourrais-je tolérer que l’homme la défigure ? » Mais si la Terre est la Patrie de Cl.Allègre, c’est pour se battre contre ceux qui voudraient, sous prétexte de la défendre, détruire notre civilisation ; l’écologie radicale !

Claude Allègre ne comprend pas que pour sauver les hommes, il faut sauver la planète, il faut contester notre civilisation thermo-industrielle, il faut que les enfants aiment la Terre-mère. Parfois d’ailleurs  la révélation l’effleure : «  Lorsque les mouvements écologistes sont apparus, ils portaient un vrai message, celui de la nécessaire harmonie que l’homme doit trouver avec la nature. »

2/14) Claude Allègre pour l’écologie productive

Allègre: Présentant la fondation que je suis en train de créer avec pour titre Ecologie productive, un journaliste s’est interrogé. Qu’est ce que l’écologie non-productive ? Il m’incombait donc d’éclairer sa lanterne. L’écologie productive est la démarche qui consiste à résoudre les problèmes écologiques en créant de nouveaux emplois et de nouvelles richesses. C’est ce que l’on appelle parfois la croissance verte.

Biosphere : Claude, ton point de vue est anthropocentrique et court-termisme, il s’agit d’emplois et de richesses pour l’homme et pour l’instant présent. Mais l’économie superficielle (dite par toi réparatrice) ne résout aucun des problèmes fondamentaux que connaissent les écosystèmes. A plus forte raison si tu soutiens l’idée d’une croissance perpétuelle du système tel qu’il fonctionne aujourd’hui. Un emploi nuisible à l’avenir des générations futures ne devrait pas exister ; la vraie richesse ne  repose pas essentiellement sur l’accumulation de biens, mais sur la richesse intérieure et la richesse relationnelle. Soyons moins « productif », et nous travaillerons moins pour pouvoir avoir le temps de rechercher le plaisir de faire et le bonheur d’être. Le concept de croissance « verte » nous fait oublier l’idéal : plus de liens, moins de biens.

3/14) Claude Allègre contre le club de Rome

Allègre : Ma démarche s’oppose radicalement à la vision, hélas très répandue, qui a vu le jour dans les années 1970 avec le fameux rapport du Club de Rome «Halte à la croissance» et qui s’est prolongée plus récemment avec les concepts de décroissance et de frugalité prospective, qui constituent la base du livre de Nicolas Hulot le Pacte écologique aussi bien que le programme des Verts.

Biosphere : tu confonds « halte à la croissance », titre francisé du rapport du MIT qui présente The limits to growth.
Aucune des prévisions de cette analyse scientifique de statistiques, qui dénonce les conséquences néfastes des évolutions exponentielles dans un monde fini, n’a été démentie par les faits.
Il est vrai que tu es cosignataire de l’appel d’Heidelberg (juin 1992) qui réunissait des « scientifiques » qui s’inquiétaient de « l’émergence d’une idéologie irrationnelle à l’aube du XXIe siècle » (l’écologisme !), ce qui a malheureusement occulté la prise en compte de l’écologie en France. Claude, un scientifique ne doit pas hurler au loup contre les objecteurs de croissance et encourager dans le même temps les prédateurs humains (cf. le programme des multinationales).

4/14) Claude Allègre pour la croissance

Allègre : A une écologie dénonciatrice et punitive, qui ne voit l’écologie que comme l’annonce de catastrophes, la multiplication de taxes, des interdictions diverses et l’arrêt du progrès, (« le progrès pose problème », écrit Hulot), nous souhaitons substituer une écologie de la création, de l’invention, du dépassement, de la réparation qui débouche sur la croissance économique en même temps que l’établissement d’une certaine harmonie entre l’homme et la nature mais dans laquelle l’homme n’est jamais sacrifié aux exigences écologiques.

Biosphere : Claude, tu as l’air de ne rien comprendre à cette pédagogie de la catastrophe qui nous présente un avenir en noir, terme inéluctable si on poursuit les tendances productives actuelles. Cette pédagogie n’est faite que pour nous inciter à réagir et empêcher la réalisation d’un tel futur. Tu sembles ignorer Le principe responsabilité d’Hans Jonas ou Pour un catastrophisme éclairé (quand l’impossible est certain) de Jean-Pierre Dupuy. Plus grave, tu déformes les propos (« l’arrêt du progrès » pour commenter « le progrès pose problème »).

Et puis, il y a humanisme et humanisme. Beaucoup d’humains sont actuellement sacrifiés aux exigences de la croissance. Pour retrouver une harmonie avec la nature, il faudrait sacrifier le mode de vie de la classe globale qui vit à l’occidentale, il faudrait choisir entre sauvegarder le niveau de vie des riches ou respecter les rythmes de la nature qui permettent aux pauvres de vivre. Tu  te situes pour l’instant du mauvais côté en défendant insidieusement le système capitaliste de protection des nantis, ces riches qui détruisent notre planète.

5/14) Claude Allègre pour le nucléaire

Allègre: Prenons trois exemples pour illustrer ma démarche. L’énergie nucléaire est à l’évidence une source d’énergie essentielle à notre développement futur et l’on ne dénoncera jamais assez les dommages créés à l’Europe par les verts allemands en interdisant à ce pays cette source d’énergie ! Mais peut-on, d’un autre côté, ignorer qu’avec la technologie actuelle nous produisons des déchets potentiellement dangereux et que les réserves d’uranium ne dépassent pas un siècle ? La solution ce n’est pas l’abandon du nucléaire, c’est de développer la technologie dite de «quatrième génération» qui utilisera 97 % de l’uranium multipliant les réserves par 100 et qui détruira les déchets à vie longue rendant cette filière plus sûre.

Biosphere : Sur le nucléaire, tu es donc sur la même ligne de pensées que Valéry Giscard d’Estaing et Nicolas Sarkozy, à savoir continuer dans l’erreur maintenant qu’elle a été commise. Mais c’est un changement de civilisation qu’on doit promouvoir, pas le prolongement des courbes exponentielles de notre consommation d’énergie.

Tu réponds à la question des réserves d’uranium et des déchets radioactifs pas le développement d’une improbable quatrième génération. Pourquoi diantre n’a-t-on pas construit ces monstres théoriques au lieu de persévérer dans le banal EPR ! Parce que la quatrième génération reste un mythe, comme ITER. La principale énergie à revendiquer est celle que nous ne consommons pas, la frugalité peut être heureuse.

6/14) Claude Allègre pour le productivisme agricole

Allègre: Second exemple, les pesticides, insecticides et engrais. Il est exact que le développement excessif de la «chimie agricole» a conduit à créer des problèmes de pollution alimentaire pour les humains, les animaux domestiques mais aussi les animaux sauvages. La décroissance des populations d’oiseaux, des rivières trouve sans aucun doute sa source dans la pollution. Faire semblant de l’ignorer n’est pas responsable pas plus qu’accuser les agriculteurs et leur interdire les moyens de continuer a être compétitifs sur un marché désormais international de plus en plus sévère. La solution, c’est de développer les plantes génétiquement modifiées qui permettront d’éviter les pesticides, les insecticides, en partie les engrais et qui permettront de minimiser les besoins en eaux ou les contraintes de salinité. L’avenir de l’agriculture est là !

Biosphere : Ah, la compétitivité ! Tu restes dans la vulgate libérale de la concurrence internationale au lieu de promouvoir l’agriculture de proximité et l’agriculture biologique. Tu donnes donc tort à Rachel Carson qui a montré dès 1962 que le printemps pouvait advenir sans oiseaux à cause de la nécessité pour la monoculture d’utiliser des pesticides.

Ah, les OGM ! Tu fais encore appel à l’innovation qui ne peut que nous sauver. Mais un scientifique ne doit pas être un croyant dans un éventuel saut technologique alors qu’on sait déjà que les OGM déstabilisent l’agriculture traditionnelle, n’ont pas un rendement supérieur aux semences classiques et ne font le profit que des multinationales de la semence.

7/14) Claude Allègre contre les climatologues

Allègre : Troisième exemple, le contrôle du gaz carbonique. Laissons de côté la question des prévisions climatiques car elle sera réglée par les faits d’observations à condition de ne pas les masquer (pourquoi cache-t-on ces jours-ci le fait que la banquise arctique s’est reconstituée cet hiver comme elle était il y a douze ans ?). Faut-il le faire en organisant de grandes conférences internationales, fixer des quotas théoriques et palabrer sous la houlette dispendieuse de l’ONU ?

Biosphere : Comme d’habitude Claude, tu te crois plus fort que les centaines de scientifiques qui oeuvrent au sein du GIEC (groupe intergouvernemental d’études sur le  climat). Mais tu ne peux prendre un cas particulier, la banquise arctique, pour une analyse générale de l’effet de serre. Ton analyse n’est pas inductive, elle est volontairement tronquée. Tout cela n’est pas très scientifique.

Quant aux solutions, que propose-tu d’autre à la place des négociations internationales sur le climat ? Il ne suffit pas de pourfendre, il faut montrer des alternatives.

Partagez ...

47 réflexions sur “florilège à propos de Claude Allègre”

  1. Après avoir bousillé l’Education nationale, devenue depuis Education loréale, Allègre a sévi dans l’imposture climato-sceptique, toujours au service des groupes de pouvoir, politiques ou économiques, les plus douteux et les plus nauséabonds. Le voici aujourd’hui obligé par l’Académie des Sciences à admettre au moins partiellement son « erreur » (escroquerie serait plus juste). Obligé de mettre le nez dans ses déjections et d’avouer que cela ne sent pas très bon. On ne peut que s’en réjouir, même si, au regard des méfaits du personnage, la sanction est assez faible.

  2. Après avoir bousillé l’Education nationale, devenue depuis Education loréale, Allègre a sévi dans l’imposture climato-sceptique, toujours au service des groupes de pouvoir, politiques ou économiques, les plus douteux et les plus nauséabonds. Le voici aujourd’hui obligé par l’Académie des Sciences à admettre au moins partiellement son « erreur » (escroquerie serait plus juste). Obligé de mettre le nez dans ses déjections et d’avouer que cela ne sent pas très bon. On ne peut que s’en réjouir, même si, au regard des méfaits du personnage, la sanction est assez faible.

  3. Bonjour!
    Je ne suis qu’un petit français qui n’a rien d’un scientifique.
    Pourtant, j’écoute, je lis sur des sujets aussi divers que variés et je me fais une idée sur la capacité des gens à être honnête ou malhonnête, même et surtout de bonne foi. Ne parlons pas des réactions quand les sentiments s’en mêle, quand l’éducation oriente ou prédispose.
    Bref, en un mot comme en cent, vous êtes « à l’ouest » de bonne ou de mauvaise foi et c’est ça le pire!
    Heureusement que des hommes comme Claude Allègre existent.
    Pourquoi tant l’attaquer s’il disait des bêtises si grosses ? Vous avez toute (mon oeil !) la communauté scientifique avec vous et l’oreille de plusieurs gouvernements en plus! (ceux qui réagissent avec le coeur. C’est avec le même principe qu’on prend tant d’argent aux français sur le compte de la sécurité routière)
    Pour finir aujourd’hui, le dernier rire grinçant en date : 400 scientifiques pour s’en prendre à deux hommes… 400 garçonnets qui ne viennent pas à bout de deux hommes courageux, alors on appelle papa!! Le Ministre… Qui aux dernières nouvelles botte en touche. Quelle chance! Des scientifiques de votre bord vont encore massacrer Claude Allègre.
    Un coup d’écolo à droite, (présidentielles) un coup à gauche, (régionales) un nouveau coup à droite, (Au secours Ministre) et les français payent leur place pour assister à la rencontre…
    Mais qu’aurais-je fais à votre place ? Les études c’est long et il y a tant de monde au chomage!
    Vous pouvez donc garder vos élucubrations scientifiques pour endormir ceux qui n’osent pas dire qu’ils n’y comprennent rien. Moi, j’admire la technique lamentable qui consiste à endormir son prochain. Quel que soit le domaine.
    Salut!

  4. Bonjour!
    Je ne suis qu’un petit français qui n’a rien d’un scientifique.
    Pourtant, j’écoute, je lis sur des sujets aussi divers que variés et je me fais une idée sur la capacité des gens à être honnête ou malhonnête, même et surtout de bonne foi. Ne parlons pas des réactions quand les sentiments s’en mêle, quand l’éducation oriente ou prédispose.
    Bref, en un mot comme en cent, vous êtes « à l’ouest » de bonne ou de mauvaise foi et c’est ça le pire!
    Heureusement que des hommes comme Claude Allègre existent.
    Pourquoi tant l’attaquer s’il disait des bêtises si grosses ? Vous avez toute (mon oeil !) la communauté scientifique avec vous et l’oreille de plusieurs gouvernements en plus! (ceux qui réagissent avec le coeur. C’est avec le même principe qu’on prend tant d’argent aux français sur le compte de la sécurité routière)
    Pour finir aujourd’hui, le dernier rire grinçant en date : 400 scientifiques pour s’en prendre à deux hommes… 400 garçonnets qui ne viennent pas à bout de deux hommes courageux, alors on appelle papa!! Le Ministre… Qui aux dernières nouvelles botte en touche. Quelle chance! Des scientifiques de votre bord vont encore massacrer Claude Allègre.
    Un coup d’écolo à droite, (présidentielles) un coup à gauche, (régionales) un nouveau coup à droite, (Au secours Ministre) et les français payent leur place pour assister à la rencontre…
    Mais qu’aurais-je fais à votre place ? Les études c’est long et il y a tant de monde au chomage!
    Vous pouvez donc garder vos élucubrations scientifiques pour endormir ceux qui n’osent pas dire qu’ils n’y comprennent rien. Moi, j’admire la technique lamentable qui consiste à endormir son prochain. Quel que soit le domaine.
    Salut!

  5. J’ai de solides connaissances scientifiques notamment en astrophysique, je serais plutôt pronucléaire car je crois à l’énergie de 4éme génération (fusion nucléaire) et j’avoue mon incertitude sur l’origine humaine du réchauffement climatique du à l’effet de serre par excès de CO2. Les rapports du GIEC sont bien documentés et argumentés, celà étant la façon de mesurer une température moyenne et donc son augmentation me laisse perplexe. Bref je ne ne peux pas conclure…
    et tout bon scientifique sérieux devrait avec les données actuelles aboutir à cette conclusion et prolonger les travaux.

  6. J’ai de solides connaissances scientifiques notamment en astrophysique, je serais plutôt pronucléaire car je crois à l’énergie de 4éme génération (fusion nucléaire) et j’avoue mon incertitude sur l’origine humaine du réchauffement climatique du à l’effet de serre par excès de CO2. Les rapports du GIEC sont bien documentés et argumentés, celà étant la façon de mesurer une température moyenne et donc son augmentation me laisse perplexe. Bref je ne ne peux pas conclure…
    et tout bon scientifique sérieux devrait avec les données actuelles aboutir à cette conclusion et prolonger les travaux.

  7. Bonjour,
    Je suis surprise par votre acrimonie vis-à-vis de M. allègre. J’ai parcouru son livre (je ne suis pas scientifique) et il ne m’a pas semblé qu’il disait des choses insensées sur le climat de la terre.
    Comme le dit un de vos correspondants, la terre se réchauffe, mais il me semble qu’elle se refroidit aussi sans rien demander à ses habitants.
    Votre position sur le nucléaire me semble bien rétrograde, Si l’électricité nucléaire n’existait pas on polluerait la planète comme le font les Chinois.
    Enfin, c’est votre point de vue, mais il me semble dater, un dernier point, cette façon de tutoyer M. Allègre me semble particulièrement déplacée.

  8. Bonjour,
    Je suis surprise par votre acrimonie vis-à-vis de M. allègre. J’ai parcouru son livre (je ne suis pas scientifique) et il ne m’a pas semblé qu’il disait des choses insensées sur le climat de la terre.
    Comme le dit un de vos correspondants, la terre se réchauffe, mais il me semble qu’elle se refroidit aussi sans rien demander à ses habitants.
    Votre position sur le nucléaire me semble bien rétrograde, Si l’électricité nucléaire n’existait pas on polluerait la planète comme le font les Chinois.
    Enfin, c’est votre point de vue, mais il me semble dater, un dernier point, cette façon de tutoyer M. Allègre me semble particulièrement déplacée.

  9. Merci Coline de l’accent de sincérité de ton message

    Si tu parcours l’ensemble des articles sur le réchauffement climatique de ce blog, nous pensons que tu peux avoir toutes les réponses que tu souhaites. De plus un grand nombre de livres ont été publié sur la question, mais il vaut mieux lire Jean Jouzel que d’autres.

    La perspective d’un climat qui se dérègle n’est réjouissante ni pour toi, ni pour personne. Mais plus nous tardons à réagir, plus les risques de dérapages incontrôlables deviennent probables. Alors, même dans le doute, il ne faut pas s’abstenir de vivre autrement en limitant nos émissions de gaz à effet de serre par la sobriété énergétique, en pratiquant la simplicité volontaire, en respectant notre Terre…

  10. Merci Coline de l’accent de sincérité de ton message

    Si tu parcours l’ensemble des articles sur le réchauffement climatique de ce blog, nous pensons que tu peux avoir toutes les réponses que tu souhaites. De plus un grand nombre de livres ont été publié sur la question, mais il vaut mieux lire Jean Jouzel que d’autres.

    La perspective d’un climat qui se dérègle n’est réjouissante ni pour toi, ni pour personne. Mais plus nous tardons à réagir, plus les risques de dérapages incontrôlables deviennent probables. Alors, même dans le doute, il ne faut pas s’abstenir de vivre autrement en limitant nos émissions de gaz à effet de serre par la sobriété énergétique, en pratiquant la simplicité volontaire, en respectant notre Terre…

  11. Bonsoir Biosphère,

    Je regrette infiniment que mon dernier post ne soit pas publié. Je ne suis pas une négatrice acharnée et je ne saisis pas bien cette occultation de mon dernier message.

    J’espère sincèrment que le GIEC est dans le faux, car cela appaiserait mes inquiétudes;

    Mais j’espère que le GIEC est dans le vrai, pourtant, car, si l’on s’aperçoit que le GIEC a manqué de probité dans ses conclusions, cela jettera un discrédit durable sur la communauté scientifique.

    Comme le dit la fable, « à force de crier au loup… ». Alors, oui, aussi paradoxal que cela puisse paraître, j’espère que le GIEC est solide sur le fond. Je doute. Est-ce mal? Je ne crois pas…

    Je vous salue bien à regret, n’ayant pas eu de réponses aux questions que je me posais.

  12. Bonsoir Biosphère,

    Je regrette infiniment que mon dernier post ne soit pas publié. Je ne suis pas une négatrice acharnée et je ne saisis pas bien cette occultation de mon dernier message.

    J’espère sincèrment que le GIEC est dans le faux, car cela appaiserait mes inquiétudes;

    Mais j’espère que le GIEC est dans le vrai, pourtant, car, si l’on s’aperçoit que le GIEC a manqué de probité dans ses conclusions, cela jettera un discrédit durable sur la communauté scientifique.

    Comme le dit la fable, « à force de crier au loup… ». Alors, oui, aussi paradoxal que cela puisse paraître, j’espère que le GIEC est solide sur le fond. Je doute. Est-ce mal? Je ne crois pas…

    Je vous salue bien à regret, n’ayant pas eu de réponses aux questions que je me posais.

  13. Remarque de la modératrice :
     
    Ce blog biosphere n’est pas un forum. Il n’est pas admissible que certaines personnes expriment de façon répétitive une négation de l’analyse scientifique des climatologues. C’est donc la dernière fois que nous laissons ci-dessous  s’exprimer REDBARON :

     
    « La terre se réchauffe-t-elle ? Réponse OUI
    « Les humains y sont-ils pour quelque chose ? Réponse NON
    « Lyon possède son climat qui n’est pas le même que celui de Grenoble, et une bande de ZOZOS ont cru intelligent de « mondialiser le climat.
    « Les “scientifiques” du GIEC ont décrété que la terre s’était réchauffée de 0,7 ° en… 150 ans. Et après ils s’étonnent qu’on leur rie au nez… !!! »

  14. Remarque de la modératrice :
     
    Ce blog biosphere n’est pas un forum. Il n’est pas admissible que certaines personnes expriment de façon répétitive une négation de l’analyse scientifique des climatologues. C’est donc la dernière fois que nous laissons ci-dessous  s’exprimer REDBARON :

     
    « La terre se réchauffe-t-elle ? Réponse OUI
    « Les humains y sont-ils pour quelque chose ? Réponse NON
    « Lyon possède son climat qui n’est pas le même que celui de Grenoble, et une bande de ZOZOS ont cru intelligent de « mondialiser le climat.
    « Les “scientifiques” du GIEC ont décrété que la terre s’était réchauffée de 0,7 ° en… 150 ans. Et après ils s’étonnent qu’on leur rie au nez… !!! »

  15. Les négateurs qui polluent ce blog se reconnaîtront sans doute dans les propos de Nick Griffin

    Dans un discours au Parlement européen en novembre 2009, Nick Griffin, le chef du Parti national britannique (British National Party), a traité les scientifiques et les politiciens qui recommandent vivement des contrôles internationaux pour refréner les effets des changements climatiques « d’originaux ». Griffin croit qu’un consensus orwellien a été atteint, basé non sur l’unanimité scientifique, mais sur l’intimidation et la statistique frauduleuse. Griffin se permet de déclarer: « Les changements climatiques sont employés pour imposer une utopie anti-humaine aussi mortelle que tout ce qu’ont conçu Staline ou Mao.»

    Ce que Griffin revendique est presque exactement le contraire de la vérité. Alors qu’il y a la preuve scientifique accablante que les changements climatiques arrivent et que nous les influençons, il n’y a aucun consensus scientifique pour le contraire. Il faut pour soutenir la thèse des dénigreurs un piratage informatique pour acquérir une « preuve » anti-GIEC, courriel qui est pris hors de son contexte. Bref, Griffin et ses disciples diffament leurs adversaires en les salissant. C’est l’expression de leurs propres désirs de déformer la vérité pour soutenir leur plan personnel.

    Les négateurs des changements climatiques représentent une partie de notre psychisme du monde qui essaye désespérément de maintenir l’illusion narcissique que nous pouvons continuer à piller les ressources mondiales : autrement dit, que le sein de la mère est là pour être tété. La réalité du réchauffement devient l’ennemi qui défie cette hégémonie narcissique et doit être attaqué en conséquence. Le besoin de maintenir le contrôle se transforme alors en paranoïa. Tandis que les scientifiques sont accusés de préparer une conspiration et de déformer la vérité pour contrôler les autres, c’est précisément ce que les négateurs des changements climatiques font.

  16. Les négateurs qui polluent ce blog se reconnaîtront sans doute dans les propos de Nick Griffin

    Dans un discours au Parlement européen en novembre 2009, Nick Griffin, le chef du Parti national britannique (British National Party), a traité les scientifiques et les politiciens qui recommandent vivement des contrôles internationaux pour refréner les effets des changements climatiques « d’originaux ». Griffin croit qu’un consensus orwellien a été atteint, basé non sur l’unanimité scientifique, mais sur l’intimidation et la statistique frauduleuse. Griffin se permet de déclarer: « Les changements climatiques sont employés pour imposer une utopie anti-humaine aussi mortelle que tout ce qu’ont conçu Staline ou Mao.»

    Ce que Griffin revendique est presque exactement le contraire de la vérité. Alors qu’il y a la preuve scientifique accablante que les changements climatiques arrivent et que nous les influençons, il n’y a aucun consensus scientifique pour le contraire. Il faut pour soutenir la thèse des dénigreurs un piratage informatique pour acquérir une « preuve » anti-GIEC, courriel qui est pris hors de son contexte. Bref, Griffin et ses disciples diffament leurs adversaires en les salissant. C’est l’expression de leurs propres désirs de déformer la vérité pour soutenir leur plan personnel.

    Les négateurs des changements climatiques représentent une partie de notre psychisme du monde qui essaye désespérément de maintenir l’illusion narcissique que nous pouvons continuer à piller les ressources mondiales : autrement dit, que le sein de la mère est là pour être tété. La réalité du réchauffement devient l’ennemi qui défie cette hégémonie narcissique et doit être attaqué en conséquence. Le besoin de maintenir le contrôle se transforme alors en paranoïa. Tandis que les scientifiques sont accusés de préparer une conspiration et de déformer la vérité pour contrôler les autres, c’est précisément ce que les négateurs des changements climatiques font.

  17. Alors d’après toi il n’y aurait pas « d’incertitudes scientifiques »…
    On croit rêver… les soi-disant « 2500 scientifiques du GIEC » (en fait à peine quelques centaines avides des dollars du GIEC) dont le patron le Docteur Rajendra Patchauri, ne connaît rien à la climatologie… il est… ÉCONOMISTE (ce qui l’intéresse c’est uniquement les dollars qu’il peut retirer d’une telle fonction) donc ce GIEC aurait, d’après toi, tout résolu… circulez… il n’y a plus rien à voir… !!!

    « Il serait intéressant de savoir au profit de qui REDBARON balance des affirmations gratuites sur ce blog… »
    REDBARON ne parle que pour lui…

  18. Alors d’après toi il n’y aurait pas « d’incertitudes scientifiques »…
    On croit rêver… les soi-disant « 2500 scientifiques du GIEC » (en fait à peine quelques centaines avides des dollars du GIEC) dont le patron le Docteur Rajendra Patchauri, ne connaît rien à la climatologie… il est… ÉCONOMISTE (ce qui l’intéresse c’est uniquement les dollars qu’il peut retirer d’une telle fonction) donc ce GIEC aurait, d’après toi, tout résolu… circulez… il n’y a plus rien à voir… !!!

    « Il serait intéressant de savoir au profit de qui REDBARON balance des affirmations gratuites sur ce blog… »
    REDBARON ne parle que pour lui…

  19. @ Coline
    Le doute, l’interrogation, et une bonne chose. La mise à distance de la religion et les avancées de la science découlent d’une telle attitude. Mais douter aujourd’hui du réchauffement climatiques, c’est comme douter de la rotondité de la Terre, c’est faire injure aux climatologues, c’est nier l’esprit scientifique.

    Selon André Lebeau (in L’enfermement planétaire, 2008), les négationnistes-scientifiques (ceux qui tendent à empêcher la prise en compte de la menace) ont en commun deux caractéristiques : ils n’appartiennent pas à la communauté des climatologues car ce sont des spécialistes d’autres disciplines, et ils s’expriment non dans la littérature scientifique, mais directement dans les mass media, quotidiens en mal de lecteurs ou chaînes de télévision en quête d’Audimat.

  20. @ Coline
    Le doute, l’interrogation, et une bonne chose. La mise à distance de la religion et les avancées de la science découlent d’une telle attitude. Mais douter aujourd’hui du réchauffement climatiques, c’est comme douter de la rotondité de la Terre, c’est faire injure aux climatologues, c’est nier l’esprit scientifique.

    Selon André Lebeau (in L’enfermement planétaire, 2008), les négationnistes-scientifiques (ceux qui tendent à empêcher la prise en compte de la menace) ont en commun deux caractéristiques : ils n’appartiennent pas à la communauté des climatologues car ce sont des spécialistes d’autres disciplines, et ils s’expriment non dans la littérature scientifique, mais directement dans les mass media, quotidiens en mal de lecteurs ou chaînes de télévision en quête d’Audimat.

  21. Mais même à supposer que les intentions de ce posteur soient malicieuses, en quoi cela répond-il aux objections de fond. J’y perds mon latin pour ma part. Quand le site « pensée unique » se réfère à des dizaines de scientifiques réputés qui exposent des vues divergentes, et que l’auteur de ce blog nous indique être un ancien du CNRS, qui croire?

    Je me fiche des intentions supposées des uns et des autres : tout le monde a intérêt à soutenir une thèse et son opposée, les pétroliers la thèse non réchauffiste, les nucléaires la thèse réchauffistes, etc. A ce compte-là tout le monde ment. Bref le procès d’intention est hors sujet.

    Quid du fond, et sur quelles bases balayer d’un revers de manche les objections soulevées par des scientifiques de renom.

    Encore une fois je n’ai aucune opinion arrêtée sur ce sujet, aucune compétence scientifique particulière. Je m’interroge, c’est tout bête…

    Et je crois que, pour convaincre les quidams comme moi, il faut commencer par ne pas postuler que toute personne qui doute serait nécessairement dans le « camp du mal ».

  22. Mais même à supposer que les intentions de ce posteur soient malicieuses, en quoi cela répond-il aux objections de fond. J’y perds mon latin pour ma part. Quand le site « pensée unique » se réfère à des dizaines de scientifiques réputés qui exposent des vues divergentes, et que l’auteur de ce blog nous indique être un ancien du CNRS, qui croire?

    Je me fiche des intentions supposées des uns et des autres : tout le monde a intérêt à soutenir une thèse et son opposée, les pétroliers la thèse non réchauffiste, les nucléaires la thèse réchauffistes, etc. A ce compte-là tout le monde ment. Bref le procès d’intention est hors sujet.

    Quid du fond, et sur quelles bases balayer d’un revers de manche les objections soulevées par des scientifiques de renom.

    Encore une fois je n’ai aucune opinion arrêtée sur ce sujet, aucune compétence scientifique particulière. Je m’interroge, c’est tout bête…

    Et je crois que, pour convaincre les quidams comme moi, il faut commencer par ne pas postuler que toute personne qui doute serait nécessairement dans le « camp du mal ».

  23. Les négateurs ont d’abord affirmé que le réchauffement n’était pas réel. Une fois leurs arguments réfutés, il continuent quand même de les asséner. Devant l’évidence, ils ont alors dit que le réchauffement était plutôt un phénomène naturel. Face aux recherches des climatologues prouvant la responsabilité des activités humaines, ils ont alors affirmé que le réchauffement était une bonne chose. Le rapport Stern démontre le coût futur du réchauffement. Peu importe, les négateurs se présentent alors comme des thuriféraires de l’adaptabilité humaine ou de l’ingénierie climatique.

    Que ce soit clair, l’important pour notre système thermo-industriel, c’est que toutes les entreprises qui font leur profit avec l’énergie fossile continuent de pouvoir faire des profits à court terme, même si l’avenir des générations futures se trouve complètement compromis.

    Il serait intéressant de savoir au profit de qui REDBARON balance des affirmations gratuites sur ce blog…

  24. Les négateurs ont d’abord affirmé que le réchauffement n’était pas réel. Une fois leurs arguments réfutés, il continuent quand même de les asséner. Devant l’évidence, ils ont alors dit que le réchauffement était plutôt un phénomène naturel. Face aux recherches des climatologues prouvant la responsabilité des activités humaines, ils ont alors affirmé que le réchauffement était une bonne chose. Le rapport Stern démontre le coût futur du réchauffement. Peu importe, les négateurs se présentent alors comme des thuriféraires de l’adaptabilité humaine ou de l’ingénierie climatique.

    Que ce soit clair, l’important pour notre système thermo-industriel, c’est que toutes les entreprises qui font leur profit avec l’énergie fossile continuent de pouvoir faire des profits à court terme, même si l’avenir des générations futures se trouve complètement compromis.

    Il serait intéressant de savoir au profit de qui REDBARON balance des affirmations gratuites sur ce blog…

  25. Il serait opportun de te renseigner avant de balancer des affirmations gratuites de ce genre…
    Quand les réchauffistes perdent pied ils nous balancent les « réfugiés climatiques » avec des photos pour faire pleurer Margot…
    Encore quelques temps et tu vas bientôt nous parler… de l’acidification des océans… ça va devenir à la mode…

    Quant à Lepage… c’est une politique qui essaye de montrer qu’elle existe… alors vivent les … « générations futures… etc…

  26. Il serait opportun de te renseigner avant de balancer des affirmations gratuites de ce genre…
    Quand les réchauffistes perdent pied ils nous balancent les « réfugiés climatiques » avec des photos pour faire pleurer Margot…
    Encore quelques temps et tu vas bientôt nous parler… de l’acidification des océans… ça va devenir à la mode…

    Quant à Lepage… c’est une politique qui essaye de montrer qu’elle existe… alors vivent les … « générations futures… etc…

  27. Il y a sûrement des réfugiés climatiques, je m’interroge plutôt sur la cause humaine de ce réchauffement que sur sa réalité. Apparemment je ne suis pas la seule (et je ne suis pas cupide!). Vous avez raison sur les lobbies, j’objectais simplement que des lobbies intéressés existent pour les deux thèses, ce qui amoindrit l’argument d’intention (qui se fonderait sur les seules intentions de tel ou tel lobby à soutenir telle ou telle thèse, pour accréditer le bien fondé de la thèse opposée).

  28. Il y a sûrement des réfugiés climatiques, je m’interroge plutôt sur la cause humaine de ce réchauffement que sur sa réalité. Apparemment je ne suis pas la seule (et je ne suis pas cupide!). Vous avez raison sur les lobbies, j’objectais simplement que des lobbies intéressés existent pour les deux thèses, ce qui amoindrit l’argument d’intention (qui se fonderait sur les seules intentions de tel ou tel lobby à soutenir telle ou telle thèse, pour accréditer le bien fondé de la thèse opposée).

  29. Coline, il y a une foultitude de lobbies qui sont ravis que le réchauffement soit en débat, tous ceux qui utilisent des énergies fossiles et d’ailleurs c’est eux qui sont à l’origine des doutes ! Un de leurs conseillers avouait : « Si le public commence à croire que le débat scientifique est clos, les idées sur le réchauffement changeront aussitôt. Il nous faut donc placer l’absence de certitudes scientifiques au centre du débat. »

    Que ce soit clair, il n’y a pas d’incertitude scientifique et les réfugiés climatiques ne sont pas un mythe, ils existent déjà. Nous rappelons les propos de Corinne Lepage :

    « La cupidité des climato-sceptiques, l’esprit de rentier, et pour certains le simple ego, l’emportent sur tout, y compris leur simple intérêt d’être humain, responsable, ne serait-ce qu’à l’égard de leur propre famille. »

  30. Coline, il y a une foultitude de lobbies qui sont ravis que le réchauffement soit en débat, tous ceux qui utilisent des énergies fossiles et d’ailleurs c’est eux qui sont à l’origine des doutes ! Un de leurs conseillers avouait : « Si le public commence à croire que le débat scientifique est clos, les idées sur le réchauffement changeront aussitôt. Il nous faut donc placer l’absence de certitudes scientifiques au centre du débat. »

    Que ce soit clair, il n’y a pas d’incertitude scientifique et les réfugiés climatiques ne sont pas un mythe, ils existent déjà. Nous rappelons les propos de Corinne Lepage :

    « La cupidité des climato-sceptiques, l’esprit de rentier, et pour certains le simple ego, l’emportent sur tout, y compris leur simple intérêt d’être humain, responsable, ne serait-ce qu’à l’égard de leur propre famille. »

  31.  je n’ai aucune opinion sur la question, je pèse les deux points de vue — notez qu’il existe une foultitude de lobbies qui seraient ravis si la thèse du réchauffement dû aux seuls hommes se confirmait, à commencer par le lobby nucléaire

  32.  je n’ai aucune opinion sur la question, je pèse les deux points de vue — notez qu’il existe une foultitude de lobbies qui seraient ravis si la thèse du réchauffement dû aux seuls hommes se confirmait, à commencer par le lobby nucléaire

  33. « Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’ORIGINE HUMAINE, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation.” »

    Donc le GIEC part d’un présupposé : Il y a un changement climatique et ce sont les humains qui sont responsables…
    Donc le GIEC fait tout pour entériner ce thème préconçu… et ça donne des milliers de pages de schémas, courbes… pour décréter que 380 PPM de CO2… provoque un réchauffement mondial.

  34. « Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’ORIGINE HUMAINE, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation.” »

    Donc le GIEC part d’un présupposé : Il y a un changement climatique et ce sont les humains qui sont responsables…
    Donc le GIEC fait tout pour entériner ce thème préconçu… et ça donne des milliers de pages de schémas, courbes… pour décréter que 380 PPM de CO2… provoque un réchauffement mondial.

  35. Le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) réunit plus de 2500 scientifiques. Il a été créé en 1988 à la demande du G7 par l’Organisation météorologique mondiale et le programme des Nations unies pour l’environnement. Sa mission : synthétiser l’état de la recherche mondiale sur les risques de changement climatique provoqué par l’homme. Il prend acte d’une hausse des températures de 0,7 % au cours des cent dernières années. Après trois rapports publiés en 1990, 1995 et 2001, celui de 2007 qualifie de « très probable » la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement moyen des températures depuis le milieu du XXe siècle. Il évalue cette probabilité à plus de 90 % contre 66 % en 2001.

    Jusqu’alors destinées aux cercles fermés des décideurs, les prévisions des scientifiques deviennent une référence commune.

  36. Le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) réunit plus de 2500 scientifiques. Il a été créé en 1988 à la demande du G7 par l’Organisation météorologique mondiale et le programme des Nations unies pour l’environnement. Sa mission : synthétiser l’état de la recherche mondiale sur les risques de changement climatique provoqué par l’homme. Il prend acte d’une hausse des températures de 0,7 % au cours des cent dernières années. Après trois rapports publiés en 1990, 1995 et 2001, celui de 2007 qualifie de « très probable » la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement moyen des températures depuis le milieu du XXe siècle. Il évalue cette probabilité à plus de 90 % contre 66 % en 2001.

    Jusqu’alors destinées aux cercles fermés des décideurs, les prévisions des scientifiques deviennent une référence commune.

  37. « La désinformations sur le réchauffement climatique dont Claude Allègre est un des pivots en France touche l’ensemble du monde. Ainsi 43 % des Américains estiment qu’il n’y a aucun preuve solide du changement climatique. »

    Monsieur Biosphère, expliquez-nous en quoi c’est vous qui avez raison et 43 % des américains + Monsieur Allègre qui ont tort.

  38. « La désinformations sur le réchauffement climatique dont Claude Allègre est un des pivots en France touche l’ensemble du monde. Ainsi 43 % des Américains estiment qu’il n’y a aucun preuve solide du changement climatique. »

    Monsieur Biosphère, expliquez-nous en quoi c’est vous qui avez raison et 43 % des américains + Monsieur Allègre qui ont tort.

  39. Je suis content de vous avoir lu et dire que le réchauffement de la planète est du au cycle de l’eau ce que je démontre tous les jours mais personne ne veut réagir et se pencher sur ce problème. Le cycle de l’eau il faut le remettre dans son état d’origine, car il faut arréter de mettre l’eau du sol à la mer après les stations d’épuration et nous aurons plus de précipitations , donc plus d’évaporation avec la nature et plus de nuages donc moins de soleil et les températues chutes etc..

  40. Je suis content de vous avoir lu et dire que le réchauffement de la planète est du au cycle de l’eau ce que je démontre tous les jours mais personne ne veut réagir et se pencher sur ce problème. Le cycle de l’eau il faut le remettre dans son état d’origine, car il faut arréter de mettre l’eau du sol à la mer après les stations d’épuration et nous aurons plus de précipitations , donc plus d’évaporation avec la nature et plus de nuages donc moins de soleil et les températues chutes etc..

  41. Le questionnement de Mounition : « Une thèse soutient que le CO2 n’augmente pas la température de la biosphère, mais que c’est l’inverse : le taux de CO2 augmentant serait la conséquence du réchauffement climatique. »

    Une réponse possible : Au cours des derniers 800 000 ans au moins, le climat terrestre a oscillé – sur des échelles de temps de l’ordre de la dizaine de milliers d’années – entre âges glaciaires et périodes interglaciaires, analogues à la période actuelle. Les glaces de l’Antarctique ont conservé la mémoire de ces grandes variations climatiques. Or, explique le glaciologue Jérôme Chappellaz (Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement), « les données de la glace suggèrent que l’augmentation du CO2 débute quelques siècles après le début du réchauffement observé en Antarctique à la fin de la dernière glaciation ». « La meilleure estimation actuelle situe ce retard autour de 400 ans, mais il y a encore une incertitude forte sur cette valeur », précise M. Chappellaz.

    A première vue, ce serait donc l’élévation des températures qui provoquerait l’augmentation de la teneur atmosphérique de CO2. Pour comprendre cet apparent paradoxe, il faut savoir que les grandes et lentes oscillations climatiques du million d’années écoulées sont dues à des variations cycliques de l’orbite de la Terre et de son inclinaison sur son plan de rotation. Au cours d’un âge glaciaire, lorsque ces paramètres (découverts par Milutin Milankovitch) sont dans une certaine configuration, les températures augmentent d’abord légèrement, entraînant une fonte des calottes glaciaires, d’où une modification des courants marins. Et c’est précisément cette réorganisation de la circulation océanique qui provoque l’émission de CO2. L’augmentation de l’effet de serre entraîne à son tour les températures à la hausse, qui accentue les émissions de CO2.

    En outre, dans la situation actuelle, l’argument n’a pas de sens. « Si c’est en effet l’augmentation des températures actuelles qui provoque l’augmentation de gaz carbonique dans l’atmosphère, alors, nous avons un gros problème de bilan, ironise le climatologue Edouard Bard (Collège de France). Parce que, du coup, cela voudrait dire que les 10 milliards de tonnes émises chaque année par l’homme disparaissent par magie ! » L’analyse des isotopes du carbone excédentaire dans l’atmosphère montre qu’il s’agit de carbone principalement issu des ressources fossiles. Enfin, à la fin des années 1990, une très légère diminution de l’oxygène présent dans l’atmosphère a été mise en évidence, validant une bonne fois pour toutes que l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère était bel et bien due à un processus de combustion consommateur d’oxygène.

    (source : LeMonde du 6-7 décembre 2009)

  42. Ce que veut dire mr allegre c’est que l’on se trompe de priorité.
    Un exemple tout bete:dans la rue vous croisez un sdf pret à mourir de froid et au loin vous voyez le fils de notre président qui s’apprette à traverser la route.
    vous preferez aidez mr president fils à traverser pour qu’il ne ce fasse pas ecraser ou appeler les services sociaux pour sauver le sdf?
    aujourd’hui c’est des milliers d’hommes et enfants qui meurent à cause de l’eau,des dechets sauvages,des polutions diverses etc……C’EST MAINTENANTS!!!!!
    vouloir frainer la croissance des pvd avec des cotas de polutions au carbone c’est naif!!on veut resté riche en europe !!

  43. Bonjour,
    je suis écolo dans l’âme, et votre article m’intéresse, car j’ai entendu l’avis de personnes compétentes qui allaient dans le sens de la théorie de Claude Allègre, appuyée d’arguments scientifiques, mais je n’ai pas eu la version des écologistes.

    L’écologie, c’est aussi compliqué que la politique. Il y a des mouvements (comme les décroissants) auxquels je n’adhère pas franchement.

    J’ai par ailleurs vu un documentaire (visiblement pro-républicain américain) mentionnant des personnalités du monde scientifique dénonçant la thèse que l’homme est à l’origine du réchauffement climatique. Il était très bien argumenté, et je n’ai pas la connaissance scientifique suffisante pour pouvoir la réfuter. Cette thèse soutient que le CO2 n’augmente pas la température de la biosphère, mais que c’est l’inverse : le taux de CO2 augmentant serait la conséquence du réchauffement climatique. Et, selon cette thèse, les vents solaires auraient bien plus d’influence sur la température de la biosphère que les gazs produits par l’homme.
    ils prenaient pour exemple cette période de glaciation durant le moyen-âge dont nous avons des traces scientifiques, ainsi que la hausse de la température (ou du CO2, je ne sais plus) durant les années 50, suivie d’une baisse durant les années 70, années où pourtant le dévellopement industriel battait son plein. Je veux bien qu’il y ait un effet de latence, mais les courbes ne semblaient malgré tout pas aller de pair avec l’activité humaine.

    Je ne cherche pas à vous contredire ; je pense que la lutte écologique garde sa raison d’être malgré l’éventuelle véracité de ces thèses (nécessité de la sauvegarde de la biosphère, des forêts tropicales sauvages, nécessité de trouver des sources d’énergie moins polluantes, accumulation sans limite des déchets…).

    Mais pour ce qui est du réchauffement climatique ? Est-ce la faute de l’homme, oui ou non ? Moi, simple citoyen, comment puis-je y voir clair ?

    Merci d’avance de votre réponse.

    Cordialement,

    R.M.

  44. Ne pas se tromper d'ennemis

    Je ne sais pas qui tente de manipuler qui…

    En tout cas je trouve peu recevable l’attitude qui consiste à attribuer à tels ou tels une influence sur l’opinion publique. Savez-vous avec certitude pourquoi ces 43 % d’américains pensent ce qu’ils pensent ?
    Certainement que le lobby pétrolier œuvre dans l’ombre mais il me semble que cela n’a pas beaucoup de rapport avec mon propos.

    D’après-vous les propos de Claude Allègre « désinforment » sur le réchauffement climatique. Si je suis d’accord pour dire qu’ils « mésinforment » je n’oublie pas qu’ils suscitent des critiques et des réponses sérieuses, construites et argumentées qui participent aussi à l’information du public.
    Les informations que vous donnez dans votre texte en rouge existent sur cette page, aujourd’hui, dans cette note, car elles constituent une réponse à Claude Allègre.

    Dans ce dialogue vous ne devriez pas craindre que votre contradicteur soit plus entendu que vous.
    Claude Allègre n’a pas de pouvoirs magiques. Ce qu’il dit ne fait pas loi. Si vous pensez que ces théories et sont interprétations sont douteuses, et même fumeuses, il n’est pas nécessaire de crier à la manipulation.
    Quand vous le taxer de « dangereux » (est-ce pour nous faire peur?) c’est vous qui cédez à la tentation de nous manipuler.

    Pour finir, je pense que mépriser ouvertement celui qui ne partage pas votre avis ne rend pas votre propos plus juste.
    Reprocher un raisonnement « pas très scientifique » à quelqu’un dont vous écrivez qu’il est du « mauvais côté », c’est comique !

  45. La désinformations sur le réchauffement climatique dont Claude Allègre est un des pivots en France touche l’ensemble du monde. Ainsi 43 % des Américains estiment qu’il n’y a aucun preuve solide du changement climatique. Selon l’étude réalisée par le Pew Center, ils sont 57 % des membres du Parti républicain à croire de même. Et 35 % des démocrates, ce qui est déjà trop.

    Il est vrai que les lobbies pétroliers ont dépensé aux USA beaucoup d’argent pour arriver à ce résultat. En France, la puissance de l’argent est moins visible, on ne sait pas si Claude Allègre émarge. De toute façon le résultat est là, les négateurs du réchauffement ont même eu les honneurs d’une controverse au début de Copenhague.

    C’est pourquoi nous ne trouvons pas « merveilleux » de manipuler l’opinion publique, mais « dangereux ».

  46. Ne pas se tromper d'ennemis

    Claude Allègre n’est pas « foncièrement dangereux ». Cette manière de le qualifier en début de note n’est pas digne d’un contradicteur sérieux. Bien que je partage plus votre point de vue que le sien, je trouve le discours de Claude Allègre utile. Vraisemblablement, il pousse les gens à s’interroger, à vous interroger et il vous pousse à argumenter. N’est-ce pas merveilleux?

Les commentaires sont fermés.