Grève des retraites ou grève du climat ?

Tout le monde se veut écolo, simple mode ou évolution de fond ? Le secrétaire général de la CGT se rapproche d’organisation comme Greenpeace, pourquoi ne pas créer un syndicat « vert » ?* Le nouveau patron de British Petroleum a promis la « neutralité carbone » d’ici 2050, ce sera « Beyond Petroleum » ! Avec Greta Thunberg, des étudiants font grève pour le climat. Maintenant un collectif d’étudiants et de lycéens presse « désespérément » les enseignants, mobilisés contre la réforme des retraites, de s’engager avec la même force contre la crise climatique. Tous ensemble, tous ensemble. Bientôt nous serons tous écolos, de gré ou de force, quand on arrivera aux dernières gouttes de pétole et que la température du globe dépassera en moyenne de 5 °C la période pré-industrielle. Autant agir avant. C’est ce qu’explique quelques étudiants à leurs enseignants :

« Chers professeurs, votre mobilisation contre la réforme des retraites contraste avec l’absence presque indécente de mobilisation pour le problème infiniment plus grave qu’est pour notre génération la crise climatique. Tout semble se passer comme si celle-ci n’existait pas vraiment pour vous, comme si nous allions vivre une vie similaire à la vôtre, comme si vous croyiez qu’en vous battant pour les retraites, c’est aussi notre avenir que vous garantissez. Qui d’entre nous est assez naïf pour s’attendre à prendre sa retraite vers 2070 dans un monde à + 5 degrés ? Vers 2045, dans une Terre « étuve », il sera de plus en plus difficile de vivre.Nous avons désespérément besoin de votre aide. Désespérément besoin que vous pesiez de tout votre poids pour forcer une action politique comme vous le faites pour les retraites. Désespérément besoin que vous vous engagiez massivement contre la crise climatique, comme si nos vies étaient en jeu, parce qu’elles le sont. Vous qui nous côtoyez tous les jours, pourquoi n’agissez-vous pas tant qu’il est encore temps ? Pourquoi ne faites-vous pas massivement grève pour le climat ? Pourquoi nous laissez-vous pratiquement seuls quand nous nous mobilisons ? Vous ne pouvez pas faire comme si la crise climatique était un problème qu’il nous appartiendra de régler, parce que ce « problème » doit être réglé bien avant d’advenir. Si nous dépassons un point de bascule climatique, aucune politique de réduction des émissions ne permettra d’inverser la tendance… Vos élèves, qui auront à peine plus de 40 ans au milieu du siècle. » Voici quelques commentaires sur lemonde.fr :

Zhkarojr : Bravo à ce collectif pour cette belle et urgente tribune. Les jeunes sont malheureusement en train de prendre la mesure de l’égoïsme absolument monstrueux de l’espèce humaine. Les générations actuellement en charge de responsabilités (et ne parlons pas des retraités!) ont délibérément choisi de s’aveugler sur la catastrophe climatique et de sacrifier leurs propres enfants.

Mille : Un prof, à la base, est un animal sûr de ses savoirs, donc sûrement la bestiole la moins apte à se remettre en question … Pensez-vous qu’il y en ait beaucoup qui puissent se dire « voilà 30 ans que je vis comme un débile, il faut que je change de mode de vie » … imaginez-vous un prof se dire  » il faut que j’arrête d’aller de mon pavillon-piscine-pelouse à tondeuse au lycée avec mon SUV et que je prenne le même bus que mes élèves » … « il faut que j’arrête de partir en avion où-que-ce-soit » Déjà, cherchez les prof HG qui aient enseigné le développement durable … et demandez-vous pourquoi l’idée de DD a totalement disparu des nouveaux programmes Blanquer du lycée …
ma@ : Les luttes pour les retraites et celle du climat sont liés. Les fonds de pension, qui seront favorisé par le changement de système , n’investissent pas vers des solutions éthiques et responsables mais favorisent les investissements rentables pour garantir des retraites confortables aux plus aisés.

Sarah Py : Remarquable de rigueur et d’intelligence cette tribune. Le phénomène d’emballement climatique, de réactions en chaînes comme multiplication des conséquences, et qui donnent son seul sens à celui d’urgence climatique est au centre de la réflexion de ces adolescents alors qu’il est si absent des discours de leurs aînés. C’est la totalité de nos élites qui devrait être en cause : depuis trente ans, ils n’ont rien prévu, rien analysé et ils osent même critiquer à travers Greta Thunberg cette jeunesse qui manifeste. Ce rejet collectif quasi unanime de nos intellectuels de plus de 50 ans des grèves du climat par les étudiants pose problème. Il faut remettre en cause leur intégrité intellectuelle et leur capacité de réflexion digne des enjeux à venir.

* LE MONDE du 13 février 2020, Faut-il créer des syndicats « verts » ?

** LE MONDE du 14 février 2020, « L’ambition écologique de BP est considérable, démesurée »

*** LE MONDE du 13 février 2020, « Chers professeurs, pourquoi ne faites-vous pas massivement grève pour le climat ? »

Partagez ...

6 réflexions sur “Grève des retraites ou grève du climat ?”

  1. Je souhaite revenir sur le commentaire de Sarah Py qui dit :
    – « Remarquable de rigueur et d’intelligence cette tribune. […] C’est la totalité de nos élites qui devrait être en cause […] Ce rejet collectif quasi unanime de nos intellectuels de plus de 50 ans des grèves du climat par les étudiants pose problème. Il faut remettre en cause leur intégrité intellectuelle et leur capacité de réflexion digne des enjeux à venir. »

    Je pense qu’il est bon de dire, ou de rappeler, que les jeunes ne se sentent pas plus inquiets que leurs aînés sur l’avenir de la planète. Selon divers sondages nous retrouvons à peu près le même pourcentage de jeunes et de moins jeunes se disant inquiets ou pessimistes quant à l’avenir de la planète. Selon un sondage Harris réalisé fin août 2019 «ce pessimisme, minoritaire chez les plus jeunes (41% chez les 18-24 ans) s’avère beaucoup plus marqué chez leurs aînés (jusqu’à 77% chez les 65 ans et plus). Néanmoins, pessimisme ne rime pas ici avec désintérêt, bien au contraire : 72% des Français indiquent avoir accru leur intérêt pour ces enjeux écologiques au cours des derniers mois, une prise de conscience particulièrement forte parmi les plus jeunes générations (89% chez les 18-24 ans, 80% chez les 25-34 ans). »
    Au sujet de la responsabilité, bien sûr il restera toujours facile de nous dédouaner sur les hommes et femmes politiques (qui n’en font pas assez). Seulement n’oublions pas qui sont ceux qui les élisent. Regardons au passage comment votent les jeunes (en âge de voter).
    Enfin au sujet de ce soit disant «rejet collectif quasi unanime de nos intellectuels de plus de 50 ans», je pense qu’il vaut mieux parler d’analyse ou de critique plutôt que de rejet. Et heureusement j’ose dire, parce que tout phénomène de société (comme par ex. le phénomène Greta) mérite d’être analysé en profondeur et à tête reposée. Seulement là, et au risque de passer pour un vieux con, je ne crois pas que l’intégrité intellectuelle et la capacité de réflexion soient propres à la jeunesse. Comme le chantait Georges, l’âge ne fait rien à l’affaire.

  2. Chers élèves, votre mobilisation pour sauver la climat et la planète contraste avec vos comportements quotidiens presque indécents dont vous n’êtes même pas conscients. Comme vous le demande ONZELUNE, lesquels d’entre vous sont-ils prêts à abandonner leur doudou Smartphone, à renoncer aux jeux vidéos, à leurs vacances aux ski, soldes, Mac Do-Coca, à leur petit confort douillet d’enfants gâtés ?
    Pour vous tout semble se passer comme s’il suffisait de faire un caprice pour obtenir ce qu’on désire, ce coup ci pour que vos parents et professeurs vous décrochent la lune, comme si vous étiez assez naïfs pour croire qu’il suffisait de marcher et de festoyer pour changer le monde.
    Vous qui les côtoyez tous les jours, et qui aurez leur âge dans peu de temps, j’espère que vous vous souviendrez alors de votre ingratitude envers vos parents.

    1. Bonjour Michel C.
      il ne faut pas tomber dans un piège, attaquer les messagers et oublier le message. Si un petit nombre d’étudiants décident de rédiger une tribune pour le climat, il y a déjà de fortes chances qu’ils soient sensibilisés et qu’ils font attention à leur comportement quotidien.
      Mais surtout ils écrivent que les enseignant devraient manifester un plus plus leur souci des générations futures, ça c’est leur message et c’est compréhensible : un enseignant est là pour montrer la voie, pas simplement pour s’occuper de sa retraite personnelle.

      1. Bonjour Biosphère
        Je ne pense pas avoir oublié le message. Bien sûr je préfère voir des jeunes marcher pour « sauver» le climat et la planète que de les voir «s’éclater» au ski ou avec leur smartphone, ou se baffrer de Mc.Do-Coca et ensuite balancer tout ça dans la nature. Bien sûr, ces contradictions que je pointe, je sais les voir aussi bien du côté des enseignants (j’aime bien le commentaire de Mille). Et bien sûr pas que des enseignant. Reconnaissons déjà que nous sommes tous des petits-bourgeois, à divers degrés certes. Reconnaissons ensuite que nous sommes plus doués pour faire du cinéma que pour nous battre pour de vrai. Reconnaissons enfin que le temps ne fait rien à l’affaire, autrement dit que jeunes ou vieux nous aimerions bien avoir le beurre et en même temps l’argent du beurre. Et la jolie crémière évidemment.
        Maintenant ne tombons pas non plus dans le piège d’opposer la lutte pour sauver le climat à celle pour sauver la retraite.

  3. Cher élèves,
    Etes vous prêt à abandonner i phone, jeux videos, vacances aux ski, soldes, ….
    Sommes nous prêt à vivre autrement et pas seulement à trier nos déchets, rouler dans des voitures électriques… à se donner bonne conscience.

    1. Bonjour Onzelune
      il ne faut pas tomber dans un piège, attaquer les messagers et oublier le message. Si un petit nombre d’étudiants décident de rédiger une tribune pour le climat, il y a déjà de fortes chances qu’ils soient sensibilisés et qu’ils font attention à leur comportement quotidien.
      Mais surtout ils écrivent que les enseignant devraient manifester un plus plus leur souci des générations futures, ça c’est leur message et c’est compréhensible : un enseignant est là pour montrer la voie, pas simplement pour s’occuper de sa retraite personnelle.

Les commentaires sont fermés.