Horreur malthusienne ?

Parlons ensemble de la deep ecology… Comme disait Arne Naess, « l’épanouissement de la vie et des cultures humaines est compatible avec une diminution substantielle de la population humaine. L’épanouissement de la vie non-humaine requiert une telle diminution. » Le débat ne devrait pas opposer les traditionalistes des 3K (Kinder, Kirche, Küche) qui réduit la femme à une machine à procréer, et les modernistes qui veulent recruter les femmes comme réservoir de main d’œuvre pour l’industrie. Le débat devrait porter sur la capacité de la Biosphère à supporter une pression démographique occidentale dans des sociétés repues qui consomment plusieurs planètes par leur mode de vie.

 

Grâce à la vigueur de sa natalité (2,07 enfants par femme contre 1,3 en Allemagne), la France a une forte probabilité de devenir la première « puissance économique » de l’Europe dès 2035. En effet l’Allemagne sera alors confrontée à un important déficit de main-d’œuvre en raison du départ en retraite de la génération des « baby-boomers » et de l’arrivée de classes d’âge moins nombreuses sur le marché du travail. Ce scénario donne déjà des arguments à ceux qui prônent une politique familiale ambitieuse. Pour redonner envie aux Allemands d’avoir des enfants et les aider à mieux concilier vie professionnelle et vie familiale, la ministre allemande de la famille, Ursula von der Leyen (CDU), elle-même mère de sept enfants, veut améliorer la prise en charge des jeunes enfants. En Allemagne de l’Ouest, seuls 8 % des d’enfants de moins de 3 ans peuvent « bénéficier » d’une prise en charge hors du foyer familial. Elle a donc proposé en février 2007 de créer 500 000 places supplémentaires d’ici à 2013 dans les crèches et garderies pour les enfants âgés de moins de trois ans. Venant après le salaire parental entré en vigueur en janvier, ce nouveau projet de conciliation de la vie de famille et de la carrière professionnelle vise à inverser un taux de fécondité jugé trop bas. Une étude publiée récemment par l’institut IW montre d’ailleurs que les investissements dans la formation et la prise en charge des jeunes enfants augmentent les chances de qualification des jeunes, réduisent les risques de chômage et limitent ainsi à terme la hausse des charges sociales.

 

L’aile conservatrice dénonce un projet qui justifie l’intervention de l’Etat et veut parquer les très jeunes enfants du matin au soir dans des structures collectives comme cela se faisait en Allemagne de l’Est. La ministre de la famille répond qu’il est « cynique de faire comme si l’offre de prise en charge des enfants était une obligation ».

 

« Tous les articles pour l’écologie profonde sont archivés et classés sur le site : http://biosphere.ouvaton.org/

 

Partagez ...