Il n’y aura rien sans débordement populaire

Cherchez de qui il s’agit grâce à ses phrases commentées sur lemonde.fr :

  • XXX: « La bataille n’est plus sur le niveau de vie, mais sur la vie elle-même. Or, nous sommes dirigés par une élite inconsciente, ou cynique, obsédée par la croissance, la concurrence, la mondialisation, qui fonce droit dans le mur écologique. Nous devons lui reprendre le volant des mains et cet impératif peut nous rassembler. »

– « Il n’y aura rien sans débordement populaire ». Vous mettez ces mêmes mots dans la bouche d’un partisan du RN et toute la gôche s’enflamme. Jusqu’à quand Le Monde va-t-il relayer et amplifier ces appels à la violence de XXX ?

– L’alternative ne se bâtira pas, XXX a raison, par des alliances au « sommet » mais par des luttes collectives, ce fameux « débordement populaire » qu’il appelle de ses vœux, transcendant des couches sociales aujourd’hui divisées mais qui n’ont d’autre choix que subir ou s’unir.

– Très vivifiant qu’un député dise « qui ça fait encore rêver, la 5G? ». Enfin un peu de lucidité. Tant mieux si la Gauche sort du dogme de la croissance, cela signifie qu’on avance. Malheureusement XXX reste trop englué dans une vision manichéenne de la politique. S’il pense qu’un rassemblement autours des verts et des rouges (il en reste?) suffira, il sera déçu.

– « Notre démocratie est colonisée de l’intérieur par un caste dont Macron n’est que la partie émergée » déclare XXX dans son interview. Quels sont les membres de cette « caste », quels sont leur mode d’action, quels sont leur liens avec la City ou la Suisse? Faute de réponse précise, il est difficile de prendre au sérieux ces allégations.

– On gardera en mémoire : «  Le progrès ne passe plus par les biens mais par les liens ». La fin du progrès par les biens expliqué ainsi : « on n’a pas besoin de 2 frigidaires ». Et l’avènement de la société du lien, « développer les emplois d’aide à domicile ». Wouah… puissant !

– Des belles paroles mais rien de bien cohérent. D’un côté, il soutient les gilets jaunes qui demandent plus de pouvoir d’achat, et de l’autre il soutient un modèle de décroissance écolo.

– Ce type est délirant et inquiétant tout à la fois. Il nie le résultat des élections et veut détruire la démocratie. Déjà en Novembre-Décembre dernier il était au bord de la sédition et de la violence au moment du pic du mouvement des gilets jaunes. Il postule l’existence d’une oligarchie mais tout dans son discours diviseur montre qu’il veut imposer la domination par une autre oligarchie.

– Un discours qui part dans tous les sens. Un exemple : « Depuis la préhistoire, dans le peuple, vieillesse a signifié misère ». La vieillesse existait-elle dans l’Antiquité, au Moyen Age ? L’espérance de vie était faible, mais la vieillesse devait être heureuse pour les rares septuagénaires ou octogénaires considérés comme des sages.

– Le nouveau prof de gauche avec sa rhétorique écologiste, féministe, décolonialiste, décroissanciste, altermondialiste, collapsologiste et autres jus de crâne de diplômés du verbe qui vivent dans le confort, non seulement il n’aura pas le prolo avec lui, il l’aura surtout contre lui dès que le frigo sera menacé.

Partagez ...

3 réflexions sur “Il n’y aura rien sans débordement populaire”

  1. Didier Barthès

    Chaque fois que l’extrême gauche a eu une once de pouvoir le peuple qu’elle était censée représenter s’est retrouvé en enfer, et le pouvoir contraint de fermer les frontières pour éviter que le pays ne se vide.
    Alors en effet les paroles de ce monsieur je les prends avec des pincettes
    D’ailleurs en parfaite incohérence avec lui-même, il a soutenu les premières revendications des gilets jaunes qui voulaient de l’essence moins coûteuse… cela en dit long sur la sincérité de son plaidoyer pour la décroissance.

    1. Faut quand même pas trop simplifier Didier Barthes. Les revendications des Gilets Jaunes ne portaient pas seulement sur l’essence moins chère, vous savez bien que cette augmentation n’a été que la goutte de trop, ça aurait pu être autre chose, ailleurs c’est par exemple le ticket de métro, et c’est comme ça. Et puis ça veut dire quoi « extrême gauche » ?

Les commentaires sont fermés.