Interdire la publicité, c’est incontournable

Interdire de publicité tous les produits les plus nocifs pour l’environnement et la santé publique, cela devrait aller de soi. Pas pour l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) qui montre son vrai visage. Elle considère les appels à la régulation (non professionnelle) comme de « nouvelles censures », dénonce de supposées « haines sociales » dont la publicité serait la cible, condamne l’organisation par une minorité d’une tyrannie morale de la « bien-pensance » qui mettrait en danger la démocratie et la liberté d’expression… Pourtant la liberté d’expression définie par les grands textes internationaux ne protège de l’intervention de l’État que le discours politique, religieux et journalistique . Selon une jurisprudence constante de la Cour européenne des droits de l’homme, la communication commerciale ne bénéficie pas de ce niveau de protection. OUI, la liberté du récepteur compte. OUI, certains produits autorisés au commerce peuvent être interdits de promotion publicitaire, ainsi déjà le tabac et l’alcool,.

Une simple tribune dans LE MONDE constate qu’Il est devenu urgent de réguler la publicité pour restreindre la toute puissance des annonceurs. Mais dans la Sélection de la rédaction du MONDE, on nous conseille de lire « la polémique sur le film « Mignonnes » », et l’article le plus lu du MONDE c’est « Covid 19 et mesures non contraignantes de Macron « . C’est bien la preuve que la publicité a fait le vide dans nos cerveaux pour nous inciter à boire du Coca Cola et à ne s’intéresser qu’ à l’écume des jours… Publicitaires, consommateurs et médias, une alliance qui nous mène à notre perte.

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

14 juin 2020, La publicité commerciale est indéfendable

13 juin 2020, La publicité dévore la planète et nous avec

4 mars 2020, L’urgence climatique interdite de publicité

23 mai 2018, publicité pour Nutella = disparition des orang-outan

2 février 2016, Faire disparaître les riches, l’innovation… et la publicité

18 janvier 2016, Un premier pas vers la fin de la publicité… pour enfant

30 décembre 2015, Ascèse ou désir, l’emprise de la publicité sur nos vies

26 novembre 2014, Action municipale contre la publicité, autres actions…

6 septembre 2014, Halte à la publicité sur les chaînes publiques et privées

3 décembre 2013, « déboulonneurs » de publicité, des publiphobes ?

4 septembre 2013, Publicité, désinformation et dévastation du monde

3 septembre 2013, Publicité, règne des marchands et de la propagande

2 septembre 2013, La publicité ne relève pas de la liberté d’expression

Partagez ...

12 réflexions sur “Interdire la publicité, c’est incontournable”

  1. 21 SEPTEMBRE 2020 À 16:10 sur l’article consacré aux Anti-Tour Biosphère nous faisait part de la réflexion d’un membre d’EELV :
    – «Parce que nous dérangeons l’ordre établi et la société de l’hyper spectacle […] Rien ne nous sera épargné : ni les caricatures, ni les simplifications, ni la violence verbale.[etc.]»

    Société de l’hyper spectacle, du grand Show, ou société de l’hyper consommation, du Business as usual etc. c’est la même chose. Appelons cette société «Le Système».
    C’est sûr qu’il ne fait pas bon déranger l’ordre établi et qu’à l’avenir ça ne va pas s’arranger. Comment pourrions-nous faire pour changer cet ordre établi ? Ce sacro saint Ordre Établi, établi par qui et pour qui nous savons, les dominants.
    Comme ils savent très bien le faire, les tenants du Système s’appliqueront toujours à neutraliser tout ce (et tous ceux) qui lui fait (et lui font) obstacle, qui représente(nt) une menace etc.

    1. (suite) Nous observons ça partout et ce n’est même pas là quelque chose de propre au Système ou au Capitalisme. En attendant nous sommes dans ce Système.
      Pour durer, un système se doit absolument de maintenir un certain ordre, un certain équilibre. C’est vrai en biologie, nous sommes ici dans les sciences humaines, mais tout est lié. Pour ça tous les moyens sont bons, même la violence bien sûr, et pas seulement verbale. Toutefois le verbe (la parole) est toujours utilisé en premier. Hors-mis les menaces verbales, les rappels à l’ordre… parfois appuyés à coups de matraques… nous avons donc la propagande. Celle-ci prend diverses formes, la Pub en est une, elle utilise diverses stratégies, connues depuis l’Antiquité, visant à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, à avoir toujours raison etc. Tout ça s’apprend dans les «grandes» écoles, de marketing, de management, de politique.

      1. Le pire dans tout ça est probablement le novlangue. Le novlangue est le résultat d’une grande confusion. Nous y sommes.
        Lorsque les laquets du Système en sont à dire que les appels à la régulation (lancés ici par ces Anti-Pub) sont de «nouvelles censures»… que les Anti-Système sont des «terroristes», des «kmers verts» etc. qui s’en prennent à nos libertés, etc. etc. … alors nous pouvons penser que nous y sommes, dans le 1984 d’Orwell.
        Demain on nous dira que la guerre c’est la paix, que la vérité c’est le mensonge et que la liberté c’est l’esclavage.

  2. Même mieux qu’interdire la publicité, mettre la publicité au service du remboursement de la dette d’État.

    Déjà, il faut savoir que la publicité peut représenter entre 5 à 80 % le prix d’un produit. Vous allez me dire pourquoi tant d’écart ? Bah simple prenons 2 produits qui passent à la télé, une voiture à 8000 € et un paquet de biscuit à 2 €. Si la diffusion d’un spot publicitaire de 30 secondes coûte 10000 € à chaque passage à la télé, ben il est évident que c’est plus facile à amortir sur une voiture qu’un paquet de biscuit, sur la voiture ce sera 5% du prix alors que le paquet biscuit 80% du prix. Il faut bien comprendre aussi que le coût de production de la pub de 30 secondes est aussi cher sur la voiture que les biscuits, le travail est le même quasiment.

    1. A présent, si on sait que sur un paquet de biscuit à 2 euros il y a inclus dans le prix final 1,50 € de pub et sur la voiture 800 € sur les 8000 €. Et ben autant que l’État capte l’argent à la place de la publicité. Ce qui aura le mérite d’éviter les conflits sociaux voir la guerre civile à terme et ça sans changer le prix final du produit en faite.

      Donc, il y a plusieurs stratégies pour l’État, soit interdire la publicité et augmenter les prix par l’inflation pour capter l’argent à la place des agences de publicités, mais dans ce cadre là les salariés des agences de publicités sont licenciés. Soit le gouvernement prend le contrôle des agences de publicités pour capter les bénéfices des pubs au profit du remboursement de la dette d’état, mais dans ce cadre là on préserve les salariés des agences de publicité.

      1. D’ailleurs, c’est bien pour ça que je nomme la publicité des impôts privés, c’est à dire que l’argent collecté sans effort, va au profit de quelques individus contrairement aux impôts directs qui bénéficient à la collectivité (écoles, hôpitaux, police, armée)

        Donc de toute façon, en se prenant à la publicité, on va faire des mécontents mais bon, il faudra bien comprendre aussi, et en premier lieu les agences de publicité, vu que l’économie de la France est sinistrée, il s’agit de privilégier collectif. Et vu que les français perdent de plus en plus leur solvabilité, à terme les agences ne vendront plus de pub du tout si les entreprises continuent de couler. Alors autant que les frais publicitaires soient captés par l’état pour soutenir l’économie du pays, notamment en investissant et en formant les individus à des métiers de demain.

        1. Puis si une guerre civile arrive, pas certain que les agents publicitaires survivent aussi. Donc oui, il faut que l’argent qui constitue le prix d’un produit soit capté en premier lieu par l’État à la place des agences de publicité. Notamment pour le remboursement de la dette.

        2. Si je comprends bien… cette fois il faudrait donc plus d’État, du moins il faudrait que ce soit l’État qui s’occupe de la Pub (propagande commerciale) et en récolte les fruits. Mais ça c’est le Communisme, non ?
          Quoiqu’il en soit j’imagine déjà la tronche non pas des publicitaires mais des marchands de tout et n’importe quoi. Et tous ces milliards qui vont rentrer dans les caisses ! Finis les déficits, bouché le trou de la Sécu et blablabla. Et au niveau mondial je vous dis pas ! Avec un budget annuel de plus de 500 milliards de dollars (en permanente croissance) consacrés à la Pub, combien de pognon ça va nous faire ça ?

          1. Il faut bien rembourser les dettes étatiques du passé cumulées jusqu’à aujourd’hui ! Pourquoi déformes tu par embaucher plus de fonctionnaires ? Rien n’empêche de dégrossir le mammouth étatique en parallèle.

            Selon moi, la publicité est un IMPÔT PRIVE, c’est un peu comme si il y avait un état dans l’état. La pub ne permet pas de se laver, de manger, de communiquer entre amis/famille, ni se déplacer. Ce sont juste des individus qui font semblant de travailler en tourner des vidéos et des photos et qui réclament des montants extravagants pour leurs publicités. Bref, la Pub est un moyen de se faire une rente en glandant, bien sur tout ça est maquillé en travail.

            Comme je l’ai montré plus haut, le prix de la Pub peut représenter jusqu’à 80% du prix d’un produit. Quand on achète un produit on achète plus de Pub que de marchandises.

          2. Et le délire ne s’arrête pas là, on dit qu’on peut payer des taxes sur des taxes, mais on peut aussi payer des pubs greffées sur des Pubs.

            Exemple, imaginons qu’une usine de soda qu’on va appeler Coco Lolo diffuse une pub à la télé. Pour commencer le studio de Pub va recruter un footballeur ou une star pour juste passer une matinée ou journée à passer une vidéo pour les spot. Déjà cette pub avec la star qui coûte bonbon, l’usine de soda va le répercuter sur le prix. Ensuite l’usine livre le supermarché, et ce supermarché va refaire de la pub à la télé et encore en prospectus dont le soda paraîtra en photo et hop encore frais de pub répercuté sur le soda. Et le pire étant que même si tu n’achètes pas ce soda en question, le supermarché va diluer le prix de publicité sur l’ensemble des produits.

  3. C’est entendu, tout vrai écolo le sait, du moins devrait parfaitement le savoir : la Pub ça pue, ça pollue et ça rend con. Mais n’allons pas croire pour autant que nos gentils écolos, «écocitoyens» pour être à la mode, tantôt ANTi-Pub, tantôt ANTi-Glyphosate, Anti-OGM, Anti-Nuke, ANTi-SUV etc. pourraient réussir à faire interdire et disparaître toutes ces saloperies. Quant à nos «écoterroristes» qui déboulonnent, fauchent etc. n’en parlons même pas. Quand on sait ce qu’est un conflit d’intérêt, quand on a un peu entendu parler de ces petits et grands machins censés veiller sur nous, sur notre santé, notre sécurité (ANSM, OMS, AIEA etc. ), il faut être naïf pour croire que cette ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) se soucie de notre santé, physique comme mentale. Non, comme les autres cette Autorité est au service du Système, du Business, notre santé comme nos libertés ne sont pas ses priorités.

    1. (suite) Non, le Système est trop bien ficelé. Et si par hasard il lui faut interdire ceci ou cela, le manque à gagner est automatiquement «compensé» par la mise sur le Marché d’autres saloperies. Là encore une sorte d’effet rebond.
      Je ne sais pas si le Coca-Cola est toxique pour nos neurones, mais TF1 et Compagnie oui, sans aucun doute. Comme l’est La Pub bien sûr. Et pas que la Pub bien sûr. La publicité commerciale n’est que la partie émergée de l’iceberg, celle qu’on voit le plus. L’iceberg c’est cette propagande, ce formatage, cet endoctrinement, dans lequel nous baignons et pataugeons depuis que nous sommes nés.

Les commentaires sont fermés.