Jancovici, « sans pétrole t’es plus rien »

« Les indicateurs monétaires ne font que suivre les indicateurs physiques. L’économie n’est qu’une machine à transformer des ressources naturelles. Par définition, l’énergie est la grandeur qui quantifie le degré de changement d’un système. Il n’y a donc pas de transformation sans énergie, et donc pas d’économie sans énergie, fût-ce celle de nos muscles. Il nous faut un convertisseur d’énergie, notre propre organisme est alimenté par alimentation. Compter l’énergie utilisée, c’est mesurer nos possibilités de transformation de notre milieu environnant. 100 watts seulement de puissance avec l’utilisation de nos jambes, une simple ampoule à incandescence peut avoir la même puissance. On est passé aux énergies renouvelables, on les a toutes utilisées. Le charbon a sauvé les forêts françaises. Il n’y a pas de substitution entre sources d’énergies, mais une accumulation. Les énergies fossiles ont permis la multiplication des machines. Même notre habillement dépend des machines, beaucoup de machines. Mais on ne s’en rend pas compte. Les seules démocraties antiques ont été des sociétés esclavagistes. On reproduit le même système aujourd’hui, les machines remplaçant les esclaves. L’Angleterre a pu réinventer la démocratie grâce au charbon. Pas de pétrole, pas de croissance, c’est pas sûr du tout qu’on garde la démocratie. 200 esclaves énergétiques en moyenne par personne au niveau mondial, nous aurions donc besoin de 1400 milliards de personnes pour arriver au niveau de notre production actuelle avec l’énergie de notre corps. Diminution du temps de travail, études longues, retraite, tout ça c’est grâce aux machines. Le smicard vit comme un nabab. Son niveau de vie est même déjà trop élevé par rapport aux possibilités de la planète. On ne peut pas le lui dire, mais c’est la réalité. C’est çà le drame politique actuel, ne pas le dire. Le pic des hydrocarbures toute formes confondues est prévu demain, en 2020. Pourtant les médias n’en parlent jamais car les activistes s’agitent sur le réchauffement climatique et les prix ne disent rien de la raréfaction croissance des ressources fossiles. PIB ou CO2 faut choisir. Personne dans le discours politique ne le dit, à part Yves Cochet. Les politiques sont devenus paresseux, ils ne font pas l’effort de concevoir des programmes qui permettraient de vivre sous contrainte et de faire revenir du sens, ce qui ne se trouve pas dans l’idée de vouloir augmenter les résultats trimestriels. Un manque d’énergie signifie diminution de production, c’est un facteur limitant. Pas d’énergie, pas de PIB. Sans énergies fossiles, il n’y aura pas de croissance économique. Quand on ne pourra plus promettre la croissance, les arbitrages politiques vont devenir très violents. Marine Le Pen, enfant du carbone ! Tant que nous ne nous mettrons pas la décarbonisation de l’économie au sommet de nos politiques, ce qui nous attend au bout du chemin est hélas uniquement le chaos et le totalitarisme. Tant que la pédagogie du problème ne sera pas faite, ce sera l’impasse. » (extraits de la Leçon inaugurale de Jean-Marc Jancovici à Sciences Po le 29.08.2019)*

Pour en savoir plus sur Jean-Marc Jancovici :

Le plein s’il vous plaît (2006)

C’est maintenant ! Trois ans pour sauver le monde (2009)

Le changement climatique expliqué à ma fille (2009)

Changer le monde, tout un programme (2011)

le pic pétrolier vu par JM Jancovici (14 février 2011)

Dormez tranquilles jusqu’en 2100 et autres malentendus sur le climat et l’énergie (2015)

* https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=Vjkq8V5rVy0&fbclid=IwAR1eVM3VyyC_wkkM3N5ZFkF_QU7E2TkJJ6-zcL8DmllAVfpQWJAa-oS-Qb4

9 réflexions sur “Jancovici, « sans pétrole t’es plus rien »”

  1. Un futur Moyen-âge nous attend ! Mais à la différence du Moyen-âge du passé où l’on mettait des ceintures de chasteté aux femmes, et ben pour celui de l’avenir on mettra des Boxers de chasteté aux hommes, car après tout ce sont bien eux qui veulent plus d’enfants que les femmes ! Puis il n’y aura plus le choix, car ça va devenir compliqué de fabriquer et distribuer des moyens de contraception sans pétrole (pilules, stérilets et préservatifs)….

  2. « qu’on vit comme des nababs, des petits-bourgeois, des porcs etc. »
    Phrase extraite des « chroniques obsessionnelles d’ un bobo gaucho  » parue aux éditions du khmer vert en 2019 !

    Au fait , Jancovici serait plutôt du côté malthusien de la lucidité , ennuyeux , hein !!!!!

    1. –  » bobo gaucho […] kmer vert » etc.
      C’est vrai qu’à certaines oreilles (d’ânes) ça sonne bien mieux que nabab, petit-bourgeois ou porc.

      –  » Jancovici serait plutôt du côté malthusien de la lucidité , ennuyeux , hein !!!!!  »
      Et pourquoi donc ce serait ennuyeux ? Parce que la lucidité serait malthusienne ou ne serait pas ? Parce que le monde se diviserait entre pro et anti Janco ? Si ce n’est entre kmers verts et misérables porcs ? Choisis ton camp camarade !
      Bref, toujours et encore dans le grand n’importe quoi ! Misère misère !

  3. –  » Le smicard vit comme un nabab. Son niveau de vie est même déjà trop élevé par rapport aux possibilités de la planète. On ne peut pas le lui dire, mais c’est la réalité. C’est çà le drame politique actuel, ne pas le dire. »

    Si on peut le dire ! D’ailleurs lui il le dit. Jancovici a sa façon de parler, son style, en tous cas dans son domaine (l’énergie) personne ne peut nier ses compétences. Alors, si on peut le dire, je dis même qu’on doit le dire… qu’on vit comme des nababs, des petits-bourgeois, des porcs etc. Mais il faut alors en assumer les conséquences et j’en sais quelque chose. Peut-être vaut-il mieux dire « nabab » que « petit-bourgeois », mais c’est pareil. Peut-être ne faut-il pas demander à certains ce qu’ils refusent de lâcher de leur petit confort de petits nababs etc. mais de toute façon ça ne fait pas mieux avancer les choses.
    Jancovici a été entre autre conseiller de Nicolas Hulot, il parle aux plus hauts niveaux etc. Force est de constater que lui non plus ne fait rien avancer du tout. Ou alors si peu que je ne parviens pas à le voir. Lui aussi, il parle, il parle, il conseille, il rabâche etc. Remarque, c’est son job. Probablement sa came, mais peu importe.

    1. Ça c’est petit, Michel C. Vous me semblez avoir souvent du mal à raisonner en termes « systémiques ». Les idées se répandent parmi les individus de façon très chaotique ; il n’y a pas de linéarité ni d’hommes providentiels, il sera toujours impossible de dire quelle cause à quelle conséquence dans les cerveaux d’une société qui compte des millions de membres.
      Jancovici « professe » un modèle économique de l’énergie qui essaime dans la société française bien plus vite que s’il ne disait rien, c’est indéniable. Et ça c’est déjà énorme, vu que ça pourrait avoir de grosses conséquences dans la capacité à prendre des décisions adéquates à l’échelle nationale dans les années à venir.

      1. @ FLORIAN
        Je ne vois pas ce que vous trouvez petit dans ce que j’ai écrit. Je suppose qu’il doit s’agir là encore d’une simple affaire de point de vue. C’est sûr que si vous vous positionnez très haut au dessus de moi… Bref, je suis d’accord avec vous pour dire que les idées se répandent toujours d’une façon très chaotique, qu’on ne peut jamais prévoir exactement les conséquences de ce qu’on dit ou ce qu’on fait, etc. Le hasard, quoi.
        Ceci dit, il est en effet fort possible que ce que « professe » Jancovici essaime plus vite que ce que je vois … il est fort possible que mes lunettes ne soient pas bien nettoyées etc. Notez bien que j’ai écrit :  » … lui non plus ne fait rien avancer du tout. Ou alors si peu que je ne parviens pas à le voir. » Donc là encore, il ne peut s’agir que d’une différence de points de vues entre vous et moi. Mais finalement il n’y a là rien de grave, rien qui puisse justifier une polémique, j’apprécie Jancovici autant que vous, peut-être même encore plus, je ne lui reproche pas grand chose, pour ne pas dire rien.

        Mais en attendant … expliquez-moi clairement ce que Jancovici fait avancer réellement, concrètement. La prise de conscience qu’il est impossible de continuer comme ça, la prise de conscience de la catastrophe imminente … Oui et alors ? Mais tout ça, nous le savons déjà depuis longtemps, non ? Alors quoi d’autre ?

        1. Concrètement, il y aura des décisions douloureuses à prendre lorsque la production de nouveau pétrole (schistes) américaine commencera son déclin. Par exemple une hausse sévère des taxes sur les carburants qui ne sera acceptée sans heurt qu’à force de pédagogie, et le plus tôt serait le mieux. Jancovici est un acteur de cette pédagogie. Pas seulement auprès du grand public, mais notamment auprès des entreprises et de ceux qui le répètent à d’autres avec un tout petit peu d’influence (décideurs, chefs d’entreprises, profs, plus ou moins hauts-fonctionnaires, etc) sur le pékin moyen. Je vous assure que bon nombre de nos concitoyens et décideurs ne voient absolument aucun problème se poser de ce côté à court terme. Forcément les résultats ne seront jamais quantifiables, nous ferons gagner quelques jours/semaines/mois, on ne le saura jamais… mais de là à dire que Jancovici s’occupe inutilement pour vaquer à une occupation comme un autre, je trouve la critique facile, sans consistance, et par là « petite ».

          1. Oui FLORIAN je vous accorde tout ça. En attendant (la Grosse Cata) le week-end dernier sur la célèbre piste du Mans (en France) s’affrontaient des camions d’une puissance de 1200 chevaux (24 H Camions). Non seulement les courses de F1, de Formules E (l’avenir sans doute), de motos etc. mais il nous faut en plus des courses de camions ! Et ce n’est là qu’un tout petit exemple de nos « avancées » en matière de lutte pour « sauver » le climat, et la planète. Dit en passant, nous pourrions peut-être réfléchir à en finir une fois pour toutes avec cette sacro-sainte compétition à la con. Mais là ce n’est peut-être plus du domaine de Janco. Quoique… tout est lié, non ?
            De toute façon Janco fait son boulot, en plus je trouve qu’il le fait très bien. Seulement il ne m’apprend pas grand chose que je ne sache déjà, mais là je parle pour moi. De toute façon encore, je préfère de loin écouter Janco que bon nombre de charlatans, et bien sûr que de regarder une course de vroum-vroum ou de n’importe quoi. Après tout là encore, à chacun ses centres d’intérêts.
            Voilà mon cher FLORIAN tout ce que je peux rajouter afin de lever tout malentendu. Si malentendu il y avait… En espérant que le point de vue d’un modeste pékin moyen puisse faire un tout petit avancer les choses. On ne sait jamais.

  4. Didier Barthès

    Oui oui bien sûr, toutefois si l’on était moins nombreux ces contraintes seraient bien adoucies, rappelons que durant l’essentiel de son histoire l’humanité fut mille fois nombreuse qu’aujourd’hui.

Les commentaires sont fermés.