La publicité commerciale est indéfendable

Un rapport consacré à la « publicité et à la transition écologique » et commandité par la ministre de l’écologie vient d’être rendu public. Mais à la différence des associations qui s’attaquent à la publicité de manière frontale, les deux rapporteurs préfèrent « une stratégie permettant au secteur publicitaire de devenir un acteur de la transition écologique… évitant  des blocages de la profession. » Les rapporteurs espèrent simplement que la profession saura se doter de« règles d’autodiscipline pour une fonction plus responsable » !Autant dire qu’il ne faut rien faire contre le système marchand qui dévore la planète et nous avec. Pourtant beaucoup d’arguments amènent à penser que la publicité commerciale devrait être complètement interdite  :

1/3) La publicité ne relève pas de la liberté d’expression : Le fondement constitutionnel de la liberté d’expression en France repose sur l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789  : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ». Le Constituant entendait favoriser le débat d’idées. Il ne visait explicitement que la libre communication « des pensées et des opinions », certainement pas des informations ordinaires et encore moins de la publicité commerciale qui n’existait pas à l’époque. La publicité n’a nullement pour objectif de transmettre des idées mais de faire vendre des produits. Elle a donc plutôt pour fondement la liberté d’entreprendre ou la liberté du commerce et de l’industrie, des libertés dont la portée est susceptible de limitations dans l’intérêt général. De plus « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui » est-il écrit à l’article 4 de la Déclaration de 1789, laquelle précise, dans son article 5, que la loi peut défendre les « actions nuisibles à la société ». Or, l’affichage publicitaire porte fréquemment atteinte à des droits fondamentaux et en premier lieu à la conception libérale de la liberté d’expression. La liberté d’expression apparaît, en effet, comme la liberté de celui qui s’exprime, qui parle, qui écrit… mais on ne saurait oublier qu’elle doit être totalement conciliée avec la liberté de celui qui est susceptible de recevoir le message. Nul ne peut être contraint, sauf abus, d’entendre, de lire, de voir un message contre son gré. La liberté d’expression ne saurait en aucun cas se confondre avec une quelconque liberté d’agression.Même si la Déclaration de 1789 mentionne explicitement la liberté de l’émetteur, elle ne néglige pas pour autant la liberté du receveur. Le juge constitutionnel donne, en cas de conflit, la préférence à la liberté du receveur sur celle de l’émetteur (décision des 10-11 octobre 1984 sur les entreprises de presse).

2/3) La publicité, c’est de la propagande : On retrouve dans le phénomène publicitaire tout ce qui caractérise la propagande : manipulation, désinformation, aveuglement, idéologie confinant à l’idolâtrie religieuse et même tendance totalitaire. Il est totalitaire en ce ce qu’il détourne, en en inversant le sens, toutes les valeurs et tous les imaginaires vers le consumérisme. Le naturel fait vendre de l’artifice, le sport de l’obésité, l’écologie de la pollution, l’artisanat des marchandises industrielles, la liberté de la dépendance. Selon Hitler, pour attirer l’attention des masses, la propagande doit « se limiter à un petit nombre d’objets et les répéter constamment… Son action doit toujours faire appel au sentiment et très peu à la raison… Son niveau spirituel doit être situé d’autant plus bas que la masse des hommes à atteindre est plus nombreuse. » La publicité a même techniquement surclassé la propagande du passé. Fondé sur les sciences humaines, elle a dépassé le stade du bricolage empirique, ce qui la rend plus efficace. Par exemple John B. Watson, fondateur du behaviorism et vice-président d’une des premières transnationales de la publicité, disait vouloir éliminer les « attitudes sociales qui résistent à la consommation. » (De la misère humaine en milieu publicitaire (comment le monde se meurt de notre mode de vie) par le groupe Marcuse)

3/3) La publicité, c’est le règne des marchands : Il est toujours plus facile de faire croire aux gens qu’ils sont libres et souverains que de leur faire comprendre que ce n’est pas si simple. La publicité peut être définie comme un processus de communication orienté émanant d’une organisation, structurée de façon à favoriser l’émetteur du message, dans le but de convaincre la cible d’aimer et d’acheter un produit et un service. Au service des pouvoirs économiques qui disposent du capital requis pour s’offrir ses coûteuses prestations, son rôle est de redorer leur blason en propageant des bobards qu’ils voudraient que les populations gobent. Dans la publicité, il ne s’agit ni d’échanger, ni de confronter des idées. On veut imposer des « images ». C’est une communication à sens unique. N’admettant de réponse qu’en termes d’achat, la suggestion publicitaire est de l’ordre de l’hypnose. La création artistique au Moyen Age était au service du pouvoir féodal et de la religion. Aujourd’hui l’imagerie publicitaire est au service de la religion consumériste et de ces nouvelles puissances féodales que sont les marques.

Partagez ...

7 réflexions sur “La publicité commerciale est indéfendable”

  1. Les entreprises nous imposent une publicité que nous payons par notre consommation.
    https://www.e-marketing.fr/Thematique/media-1093/Breves/croissance-mondiale-depenses-publicitaires-evaluee-2019-336422.htm#
    Plus de 600 milliards $ pour le monde, 21 M€ pour la France en 2016 et 34,2 M€ pour sa transition écologique (https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/communique-presse-projet-loi-finances-2019-budget-en-augmentation-dun-milliard-inscrire-transition)
    Je ne sais pas si cela inclue les divers sponsoring des entreprises (sport, art, culture,…).
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/

  2. Les rendez-vous de R.A.P. , Résistance à l’agression publicitaire :
    1. Rapport Big Corpo : pour un encadrement de la communication des multinationales
    2. Réaction : L’autorégulation de la pub n’est pas à la hauteur des enjeux écologiques
    3. « Recevoir de la publicité doit être une démarche active. » 
    Entretien avec Mehdi Khamassi, chercheur en sciences cognitives
    4. Tribune: Crédit d’impôt sur les dépenses des annonceurs : sauver les médias ou la croissance ?
    5. Surveillance publicitaire : la CNIL se défile de nouveau sur le consentement aux cookies
    Motivés pour rejoindre nos groupes locaux :
    Je souhaite rejoindre un groupe  de RAP
    Pour tout renseignement merci de prendre contact avec :
    Résistance à l’Agression Publicitaire
    « La Teinturerie « « 4, rue de la Chine 75020 Paris
    01 43 66 02 04 – contact@antipub.org

  3. Rapporterre

    l’imbécile : Au nom de la transition écologique on veut instaurer une société totalitaire : dire aux français ce qu’ils doivent manger, comment ils doivent voyager, ce qu’ils doivent acheter. Maintenant il faut leur dire ce qu’ils doivent écouter, lire ou regarder. Il était vraiment bien inspiré l’homme qui a parlé de la pastèque: verte dehors et rouge à l’intérieur.
    le réaliste : La publicité est devenue le cancer de la société. Elle est omni-présente sur tous les supports de communication y compris les fesses des joueurs de foot. Il est devenu impossible de s’en affranchir, même en payant. Elle défigure l’environnement et oui, elle est cause d’une surconsommation compulsive néfaste à tous points de vue. Alors oui, je soutiens l’initiative de ces associations en espérant, sans trop y croire, que les pouvoirs publics vont enfin réguler cette calamité.

  4. Sur lemonde.fr, il y a deux camps bien distincts, les écolos et les anti-écolos. Exemple sur l’article concernant la publicité :
    Jean Bonblanc : Les jusqu’auboutistes de l’écologie vont bientôt atteindre le point de non retour où l’idéologie les poussera vers les mesures autoritaires imposées à la population. Ne plus consommer, ne plus prendre l’avion, supprimer la voiture, ne plus manger de viande……. ne plus rire finalement.Vous avez dit ayatollahs ?
    Michel SOURROUILLE : Il y a aussi des ayatollahs de la croissance sans freins, des Khmers allergiques à toute évolution écologique, des croyants de la technique qui sauve et autres technolâtres, il y en a même qui supputent à l’illimitation des ressources non renouvelables… Chapeau les artistes, bravo Jean Bonblanc qui poussent à des mesures autoritaires puisqu’il ne faut rien faire contre la surconsommation…

  5. La publicité est avant tout commerciale. L’autre forme, qui a pour but de nous «vendre» telle personnalité politique ou tel autre marchand de salades («Votez Untel») ou telle façon de vivre et de penser («Mangez des pommes, c’est bon pour la santé» ; «Economisons l’énergie, c’est bon pour la planète»), ça c’est la PROPAGANDE.
    La publicité commerciale rentre bien sûr dans le cadre de la propagande. Ce mot chargé d’histoire sous-entend bourrage de crânes, atteinte à la liberté de penser, il est aujourd’hui principalement employé par ceux qui la combattent. Ceux qui en usent et en abusent préfèrent dire COMMUNICATION. Généralement ceux là n’ont jamais entendu parler d’Edward Bernays (Propaganda- écrit en 1928). Bref, avec le temps et à force de répétitions, la propagande est devenue la communication. Demain le cercle sera carré, une vessie une lanterne, la droite à gauche etc. Heureusement, probablement par fainéantise, on a inventé la COM. C’est vite dit, ça fait branché, on l’enseigne dans de «grandes» écoles etc. D’un certain côté la Com. protège la communication. La communication c’est l’échange, c’est la mise en commun, c’est elle qui normalement nous rend moins cons. Au contraire, le but de la Com (Pub, propagande, bourrage de mou etc.) c’est justement de nous rendre cons. Toujours plus. La Pub ça rend con, c’est entendu !
    Mais en plus la Pub ça pue et ça pollue. Des tonnes et des tonnes de papier (d’arbres) et de CO2 pour nous enfumer ! En plus c’est laid, c’est moche. Remplaçons tous ces affreux panneaux publicitaires par des arbres ! En plus c’est hypocrite et dangereux. Ces saloperies sont scientifiquement étudiées et implantées pour qu’on ne puisse pas ne pas les voir. D’un côté on nous dit qu’il faut faire attention de tous les côtés, de l’autre on nous en met partout pour attirer notre attention. Du coup on en oublie qu’on est en voiture, ou en vélo ou en trottinette, et alors au mieux c’est zut le feu rouge et flash, par ici envoyez la monnaie, au pire c’est boum l’accident.
    Finissons-en de ces conneries, de ces hypocrisies, de toutes ces saloperies !
    – « une stratégie permettant au secteur publicitaire de devenir un acteur de la transition écologique… évitant des blocages de la profession. »
    Une stratégie .. ? Je propose un YACA. Que tout ce «joli» monde de la Pub soit reconverti dans le déboulonnage des panneaux publicitaires, dans leur recyclage, dans le nettoyage de l’environnement (fossés, bords de rivières, plages etc.)

    1. «  »Mais en plus la Pub ça pue et ça pollue. » »

      Au-delà de ça; il faut surtout rappeler que les spots publicitaires sont des viols de nos domiciles et de nos imaginaires…. Le fait que ça pollue pour rien est sûrement une vérité mais vérité qui ne frappe pas les esprits, car ça fait belles lurettes que les gens ont admis que vivre c’est forcément polluer, alors ils vont se cacher derrière cette réalité pour fuir leurs responsabilités…. Il n’y a que 2 choses qui feront réagir la populace dans son ensemble, le prix et l’intimité…. Or rappeler aux gens que la publicité n’est pas gratuite contrairement à ce que lobbies leurs font entendre, mais que la publicité est répercutée sur les prix des produits qu’ils consomment, en l’occurrence ce ne sont pas les entreprises et les patrons (soit disant qui prennent tous les risques financiers) qui payent la publicité mais les consommateurs (et ça sans qu’ils soient consultés et bien souvent contre leur gré) …. Ensuite la violation de domicile et des imaginaires, en effet on vous force à entendre les publicités dans les hauts parleurs des commerces, on vous gave vos boîtes aux lettres de prospectus même lorsque vous indiquez en gros « stop pub », et bien sur à la télé où tous ces marchands défilent et s’imposent en polluant vos émissions, la télé c’est comme un téléphone hormis que vous ne pouvez pas répondre à vos interlocuteurs… Bref, vous ne pouvez pas leurs dire  »merde » et que vous en avez marre qu’ils vous importunent et harcèlent à votre domicile… Bref, les marchands ont trouvé un moyen avec la télévision de contourner la porte de votre domicile….. Je ne sais plus qui disait « la télé c’est le gouvernement qui s’installe à votre domicile », en faite c’est bien pire que ça, la télévision ce sont les supermarchés qui s’installent à votre domicile »….

      Conclusion = les entreprises nous imposent les publicités qu’elles payent avec l’argent des autres puisque ces publicités sont facturés aux consommateurs… C’est comme si c’était un impôt privé, hormis que contrairement aux impôts publics qui servent à l’ensemble de la population pour financer les hôpitaux, écoles, universités, sécurités (armée et police), les impôts privés ne bénéficient qu’à une minorité qui s’enrichit sur le dos d’autrui pour se payer voitures et villas de luxe et retraites dorée, et tout ça en faisant semblant de travailler par une séance photo ou vidéo et un slogan… Bref brasser du vent pour prendre la tête aux gens…

      1. – « Il n’y a que 2 choses qui feront réagir la populace dans son ensemble, le prix et l’intimité…. »
        C’est évidemment le con-sot-mateur, con-tribuable à ses heures, qui paie toutes ces saloperies, ainsi que toutes les conséquences, il n’y a que les andouilles qui ne l’ont toujours pas compris.
        En ce qui concerne la populace, je suis d’accord sur le premier point, le prix, le Pognon. Quant à l’intimité j’en doute, ne serait-ce que quand je vois comment aujourd’hui on se répand, on s’exhibe, notamment sur Facedebouc et les réseaux sociaux.
        Je pense que nous devons d’abord être conscients que nous sommes tous (plus ou moins) gavés de pubs. La Pub est tellement omniprésente, que nous n’y faisons même pas attention. Nous devons déjà savoir que cette Pub ne glisse par sur nous comme l’eau sur les plumes d’un canard. J’entends encore trop de gens dire qu’ils ne regardent pas la Pub, qu’elle n’a aucune incidence sur leur façon de consommer, et surtout de penser. Ces gens là ne peuvent pas admettre qu’ils se trompent, ils tiennent trop à leur illusion de liberté.

Les commentaires sont fermés.