La question démographique au sein d’EELV

Michel S .: La question démographique, abordée frontalement par René Dumont, le premier présidentiable écolo en 1974, semble aujourd’hui largement ignorée par le mouvement écologiste. Voici une synthèse sur Thomas Robert MALTHUS (1766-1834) à la disposition de tous et toutes nos candidat(e)s aux élections… Le terme « malthusien » est entré dans le dictionnaire pour qualifier ceux qui veulent limiter la fécondité humaine pour l’adapter à l’état des ressources naturelles. Cette relation entre population et ressources est à la base du raisonnement des écologistes. Pour en savoir plus, ce lien :

Tout savoir sur le malthusianisme

Jean-Michel G. : Encore une fois, il n’y a de « question démographique » que dans la tête de ceux qui estiment qu’il y en a une. Encore une fois, nous sommes entrés partout, dans tous les pays, dans la transition démographique. Et même un peu trop dans certains d’entre eux, même en Chine ou pour la première fois la population diminue, et il y aurait plutôt un problème de financement des retraites.

Michael L : Pas de question démographique ? Sauf que plus de la moitié des pays recensés ont encore des taux de fécondité supérieurs au taux de renouvellement de la population. Par ailleurs de nombreuses régions sont loin de l’autosuffisance alimentaire et n’ont d’ailleurs aucune chance d’y parvenir. Sans parler d’autres facteurs de bien-être qui nécessitent base industrielle, ressources minières et émissions de CO2.  Il n’y a pas une « question démographique », mais d’ennuyeux paramètres démographiques que l’on doit forcément prendre en compte pour traiter la question plus large de la soutenabilité à l’échelle mondiale. Selon Karl Marx l’histoire de l’humanité se confondait avec celle de la lutte des classes. Mais en fait l’histoire de l’humanité c’est aussi, l’histoire des crises démographiques, de ces moments où la capacité de charge d’un système territorial ne correspond plus à l’essor démographique… Qui osera affirmer que si la population avait cessé de croître à partir des années soixante, nous ne serions pas mieux en mesure d’envisager un futur heureux pour l’humanité ?

Michel W : Autant selon moi les écologistes sont d’accord sur le risque que fait poser l’expansion démographique de l’humanité sur sa survie, autant nous ne savons pas trop quel remède y apporter. Certainement un fort investissement dans la formation des femmes et leur autonomisation devrait avoir des résultats dans ce sens. Mais qui va décider cela ? Et surtout payer pour que cela se mette en place le plus tôt possible ?

Thierry S. : Il existe des pratiques et cultures sexuelles non reproductives très efficaces pour empêcher la croissance démographique si cela vous intéresse. Comme disait le FHAR dans les années 1970, « avec nous, l’héritage c’est foutu ». Mais en réalité, la transition démographique de l’occident est déjà terminée depuis longtemps tandis que les régions du monde les plus pauvres qui continuent à faire plus d’enfants sont les moins polluantes et les moins productrices d’empreinte carbone. Autant je suis pour qu’on promeuve l’homosexualité, l’éducation des filles, la contraception, etc, partout où on peut, autant il faut être conscientEs que ce n’est pas ce qui réglera nos problèmes climatiques et environnementaux. Tuer les plus riches qui vivent dans nos pays me paraîtrait plus efficace car c’est cette minorité de profiteurs et d’exploiteurs qui est la plus grande responsable, et coupable, surtout si on compare avec les pauvres qui font des enfants et à qui on fait la morale.

Françoise A. :Comme dit par Jean Michel G, la transition démographique est, selon le modèle proposé par les géographes et démographes, en passe de se réaliser partout. Pour faire baisser la natalité, bien sûr, l’autonomie des femmes, donc leur éducation, mais aussi une sécurité sociale, une retraite. Mais pour la question climatique, ce sont les plus riches qui émettent le plus de co2, donc la question démographique concerne nos continents, dont les plus riches, et les plus fortunés des autres continents. Le malthusianisme s’il était nécessaire devrait donc les concerner en premier lieu… Compliqué, non ? On a largement de quoi nourrir les milliards d’humains ( même en bio), et permettre des conditions de vie correctes si les ressources n’étaient pas concentrées entre quelques un-es ; et peu de  territoires sont  surpeuplés.

Michel S. : Pour nous écologistes, on peut résumer la situation ainsi : beaucoup trop de paramètres actuels nous indiquent que le niveau de population mondiale a largement dépassé la capacité de la Terre à combler nos besoins actuels. D’ailleurs les migrations internes et internationales (à commencer par l’époque de la colonisation… et elles vont s’amplifier avec le réchauffement climatique) montrent que la planète terre, espace fermé, est saturée d’humains. Cela pose à l’écologie politique un dilemme, soit accompagner une décroissance démographique, soit vouloir maîtriser la décroissance économique, soit agir sur les deux paramètres à la fois. C’est un choix politique à assumer quand on se veut « écologie politique ». Et c’est un acte de foi de croire que l’agriculture biologique peut nourrir des milliards de personnes ; on ne peut échapper à la loi des rendements décroissants en agriculture. Puisqu’on ne peut agir qu’à la marge sur les ressources alimentaires, Malthus en 1798 préférait qu’on agisse de manière volontaire sur la fécondité et non par suite d’épidémies, de guerres ou de famines… Il n’a pas été écouté sauf par de rares politiques comme le présidentiable René Dumont ou l’ex-ministre de l’écologie Yves Cochet. Et notre population connaît structurellement non seulement les inégalités, mais aussi les épidémies, les guerres et les famines. Quant à la transition démographique, elle ne s’opère que si un pays peut se développer. Or la croissance économique est bloquée dans beaucoup trop de pays du tiers monde et la population mondiale connaît encore un doublement tous les 70 ans environ. Quant au financement des retraites, tout dépendra du nombre d’actifs dans l’avenir, et nous sommes partis vers un avenir où le chômage va exploser, même en France. N’oublions pas que ce sont les ressources fossiles qui sont à la base des taux de croissance du PIB et nous allons connaître une inéluctable descente énergétique. La question malthusienne est en lien avec tous les autres paramètres, c’est ce qu’indique par exemple l’équation de Kaya qu’en tant qu’écologistes nous devrions connaître. La situation démographique est toujours plus complexe que ce qu’on peut en dire par échange Internet. Mais il n’y a pas un seul problème qui puisse commencer à se résoudre si la population humaine diminuait.

Partagez ...

24 réflexions sur “La question démographique au sein d’EELV”

  1.  » Wikipedia : «Le grand remplacement est une théorie complotiste d’extrême droite, raciste et xénophobe [etc. ] »

    Une dernière pour la route : comment expliquer alors que ce pays est devenu blindé de roms, migrants (= pseudo réfugiés) et d’ immigrés afromuzz et même d’ asiatiques : une vraie poubelle humaine 😎 ?
    Tout gouvernement normal dans un pays normal , ce que n’ est plus la France , aurait construit des murs avec des miradors, des rondes avec des chiens , des fossés infranchissables et autres que biosphere ne me permettrait pas d’ évoquer😒
    En outre , ce pays normal veillerait à établir des statistiques ethniques pour détecter l’ invasion ,aurait dénaturalisé la racaille étrangère et l’ aurait déporté avec toute la smala d’ abdelkader !
    Je ne cherche pas à vous convaincre mais en ce qui me concerne , je sui s »surpersuadé  » de ce complot mondialiste

  2. Didier BARTHES

    Bonjour Michel C C’est bien parce que je juge que c’est un combat ridicule -l’écriture inclusive- (je suis contre de toute façon) que je critique cette option chez EELV,
    Que je puisse être d’accord sur certains points avec le « Journal de la décroissance », évidemment puisque je pense (comme vous je crois) que la décroissance est la seule solution, mais pour ce journal, non merci, trop de choses me choquent, Dieu merci, la thèse de la décroissance n’est pas la propriété d’un média.

    1. Bonjour Didier Barthès. Je pense comme vous au sujet de ce «combat» ridicule. Le comble c’est que pour cet «écolo» de chez EELV ça semble être la priorité. Comme quoi, nous n’avons pas tous les mêmes, priorités 😉
      Je pense qu’on ferait mieux de s’attaquer à l’illettrisme avant de s’occuper de ce genre de conneries. Mais bon, ça aussi c’est un sacré problème.
      Pour en revenir à ce journal, c’était donc le sujet d’hier et je vous ai répondu ce matin à 7H56. Toutefois je peux toujours en rajouter 🙂

      1. C’est donc ce que je fais. J’ai déjà eu l’occasion de raconter que moi aussi, notamment au début, j’ai été plus ou moins choqué par leur style. Je leur avais d’ailleurs écrit, pour leur dire etc. Et on ma répondu, gentiment, on m’a même offert un bouquin. Par la suite, plus d’une fois je me suis dit «non, là c’est vraiment trop !» Et je l’achète tous les mois, c’est mon côté maso. (Je ne suis pas abonné, je suis contre le mariage). Plus d’une fois aussi, je l’ai prêté à des connaissances, et là j’ai de suite vu l’effet qu’il produisait. Deux ou trois fois, alors que je l’achetais, il m’est arrivé qu’on me demande : «Vous connaissez ce journal ? C’est bien ?» Comprenant vite à quelle sorte d’écolo j’avais affaire, j’ai juste répondu : «Attention ça percute, vous feriez peut-être bien de ne pas l’acheter». Comme quoi déjà, moi et le prosélytisme ça fait deux. 😉

  3. Il faut être soit d’ une mauvaise foi digne d’ un pastèquiste EELV (cryptocommuniste) ou con comme un balai pour nier la question démographique : EELV cumule ces 2 tares et donc son degré de nuisance est incommensurable
    Ce parti est la honte de la vraie écologie !
    Concluons que dame nature règlera en 2 coups de cuillère à pot ce problème mais à sa façon , soyez en sûr !
    Que cela entraîne des souffrances dans le 1/3 monde , cela m’ en touche une sans faire bouger l’ aitre comme le disait ce « bon  » chirac .
    L’ apologie de l’ immigration délirante et de la migration sans frontières, la béance à autrui surtout s’ il est étranger , l’ encouragement à la pédophilie et au LGBTisme sont la base de l’ idéologie de ces khmers verts .
    Il ne m’ étonnerait pas qu’ ils soient une création du gros patronat et de son oligarchie

    1. On peut dire aussi, qu’il faut être soit d’une mauvaise foi ou con comme un balai, soit les deux et en même temps, pour nier que le Capitalisme est un sacré problème. Il ne m’étonnerait pas que MARCEL soit une création du gros patronat et de son oligarchie. Finalement comme le sont MALTHUS et le Malthusianisme.

      1. Qui nie les méfaits de l’ accumulation hystérique du capital , mossieu , sûrement pas moi ?
        Si vous me visez expressément , je vous renvoie le « con comme un balai « dans la face !
        Promouvoir l’ immigration / migration , ce n’ est pas contribuer aux délires du patronat mondialiste à votre avis ?
        Encourager l’ énergie éolienne / solaire , c’ est quoi à votre avis ?

        1. Qui promeut l’immigration, qui encourage l’énergie éolienne/solaire, môssieu ? Sûrement pas moi !
          Sauf bien sûr, si vous considérez que combattre le racisme, le fascisme, la haine de l’autre, pire celle de sa propre espèce, c’est promouvoir l’immigration. Remarque, on pourrait «débattre» longtemps sur ce que veut dire PROMOUVOIR. Promouvoir la culture, la réflexion, la consommation, l’immigration etc. peu importe. Ah oui, et aussi le fameux et tout aussi fumeux «grand remplacement». Ne l’oublions pas non plus celle-là, quelle est bonne !
          Sauf bien sûr et en même temps, si vous considérez qu’être CONTRE le nucléaire veuille dire qu’on soit POUR l’éolien/solaire. Voire POUR les fossiles, bref qu’on soit POUR toujours plus de consommation d’énergie. Ben oui, choisis ton camp camarade !

          1. Je parle de EELV pas de votre cas !
            « Combattre le racisme , le fascisme … la détestation de sa propre espèce » ….. ===> il est des races / ethnies que je déteste une fois qu’ elles envahissent mon pays et tentent d’ imposer leurs coutumes 1/3 mondistes (islam, par exemple) : appelez cela du racisme , peu me chaut (être traité de raciste me laisse de glace)
            Je n’ aime guère l’ espèce humaine mais je ne peux placer tout le monde dans le même panier !
            Je revendique le droit à la détestation !
            Le grand remplacement est une opération sur le long terme menée par des mondialistes et est bien sûr une réalité , ne vous en déplaise

            Ce sont bien les ecolos qui ont souhaité l’ installation d’ éoliennes et de systèmes de production d’ énergie électrique à base de panneaux PV .

          2. Les gros racistes et fascistes, sont ceux justement qui se prétendent anti-racistes et qui prennent les européens autochtones pour des pigeons ! Et même en les prenant à charge comme des boulets, ils trouvent encore le moyen d’agresser et de commettre des attentats (Charlie hebdo, curé égorgé, camion à Nice, massacre au Bataclan)

            Alors arrête ton char avec des accusations inversées ! La haine ce sont les migrants qui la pratiquent quotidiennement par les vols, viols, agressions meurtres, fraudes dans les transports et à la Caf.

          3. Désolé MARCEL mais ce n’est pas avec ça que vous allez me con vaincre. Quant au BGA n’en parlons pas. Misère misère !

            – MARCEL : «Le grand remplacement est une opération sur le long terme menée par des mondialistes et est bien sûr une réalité»
            – Wikipedia : «Le grand remplacement est une théorie complotiste d’extrême droite, raciste et xénophobe [etc. ] »

            Par définition irréfutable, une théorie du complot ne peut mener qu’à un débat inutile (un faux débat, un «débat»). C’est là une façon comme une autre de passer le temps, en attendant, si ce n’est de cracher son fiel, de s’étriper etc. De mon côté je reste con vaincu que si nous sommes cons damnés à nous battre jusqu’à la fin, autant que ce soit à nous balancer de bonne grosses vannes dans la gueule. 🙂

  4. Didier BARTHES

    Mais il n’y a pas de problème démographique pour EELV, ce qui compte c’est de mettre en place l’écriture inclusive, d’imposer la PMA (et de s’asseoir sur les règles de la nature quitte à marchandiser l’enfant), de se coucher devant l’Islam et aussi de montrer que tous les malheurs du monde sont la faute des hommes occidentaux qui devront faire pénitence jusqu’à la fin des temps ou au moins jusqu’à leur disparition souhaitée.
    Pardon pour les quelques militants honnêtes et sincères de ce mouvement, il y en a, mais la direction est intéressée d’abord par le pouvoir et prête à défendre l’indéfendable pour cela. Ce parti n’est pas écologiste, quand ouvrirons nous les yeux là-dessus ?

    1. Europe écologie, les Verts sont tout sauf écologique, ce sont juste des partis immigrationnistes du grand remplacement, en effet !

    2. Ah oui, c’est vrai que c’est super important l’écriture inclusive ! Justement, Vincent Cheynet en parle ce mois-ci, c’est à Grégory Doucet (maire de Lyon) qu’il décerne le titre d’écotartufe du mois.
      Mon cher Didier vous devriez faire l’effort de lire au moins cet article, il y a des références à Orwell, entre autres. Je vous le redis, même s’il percute, c’est d’ailleurs son objectif, ce journal est plus que salutaire. Je pense qu’il devrait même être remboursé par la Sécu. 😉

    3. On peut qualifier ce parti d’ « escrologique  » !
      Votre appréciation de ce parti mondialiste probablement agité comme un pantin par les marionnettistes du patronat

  5. – Michel S. : «La situation démographique est toujours plus complexe que ce qu’on peut en dire par échange Internet. Mais il n’y a pas un seul problème qui puisse commencer à se résoudre si la population humaine diminuait.»

    Déjà, je pense qu’il est inutile d’essayer de démonter que le monde n’a jamais été aussi complexe qu’aujourd’hui, et pas nécessairement à cause du nombre. Ensuite, et sans parler d’Internet, il est vrai que la communication reste un art difficile. Enfin, cette dernière phrase de Michel S. me fait sourire. Si je comprends bien ce que je lis… cela veut dire que même si la population humaine diminuait… nous en serions toujours au même point. Aussi cons qu’aujourd’hui !
    Conclusion : Le «surnombre» n’est donc pas Le Problème.

    1. Ben si justement ! L’histoire a démontré en tout temps que plus on est nombreux et plus il faut mettre en place un système économique et technologique plus efficace et performant pour pouvoir vivre et maintenir la paix. Etre plus nombreux a toujours impliqué des organisations plus complexes, notamment l’optimisation technologique des extractions de ressources afin d’obtenir plus vite les ressources naturelles et de plus grandes quantités d’extractions de ressources naturelles. A part que sur le plan comptable on a toujours collé un prix de zéro sur les ressources naturelles en elles-mêmes, seul leur coût d’extraction a été comptabilisé, en outre il a toujours été considéré à tort que les quantités de ressources naturelles seraient illimités mais ce n’est pas le cas.

      1. Tout ce que tu voudras, mais déjà c’est à Michel S. qu’il faut dire ça.
        D’autre part, ces organisations toujours plus complexes ne sont pas la conséquence du fait que nous soyons plus nombreux.
        C’est tout simplement la simplicité qui semble nous poser problème. Marrant non ? Autrement dit, nous semblons avoir besoin de nous compliquer les choses, toujours plus. Exactement comme les Shadoks, «pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?»
        Les exemples ne manquent pas, regarde ne serait-ce que nos bagnoles. Essaie donc de démonter que c’est à cause de la démographie que les bagnoles se doivent de peser toujours plus (10 kg par an en 50 ans en France). D’être bourrées de gadgets, d’avoir 150 ch sous le capot, etc. etc. Pour finalement rouler à 80 km/h sur les routes, et à seulement 20 km/h (la vitesse d’un vélo) si on prend tout en compte («vitesse généralisée», voir Ivan Illich)

        1. Nigéria sa population en
          1960 = 40 millions
          2020 = 200 millions

          La population a été multiplié par x 5 en seulement 60 ans

          Comparativement à la France
          2020 = 67 millions d’habitants

          67 divisé par /5 = 13,4
          Or l’année où la France a atteint 13,4 millions remonte dans les années 400 après JC. Bref, pour voir sa population multipliée par x5 la France a mis 1600 ans !!!! Rien à voir avec les pays d’Afrique !

          1. Mais arrête avec ça ! Démontre-moi plutôt que c’est le nombre qui détermine la complexité.

          2. Et encore, la France a mis 1600 ans a se multiplier par x5, mais en réalité c’est beaucoup plus lent et lointain que ça, car ce sont les politiques migratoires de ces 50 dernières années qui ont fait passé notre pays de 50 millions (en 1970) à 67 millions !

            La France a actuellement un taux de fécondité autour de 2 enfants par femme, mais ce sont les migrants non européens qui font monté la moyenne à 2, en faisant autour de 3 enfants par femme, car les français (autochtones et européens) sont plutôt autour de 1 enfant par femme.

  6. C’est bien plus qu’une obsession. Comme si cette question devait être aussi au coeur des débats et des «débats» chez EELV. Qu’ils s’y lancent, les pauvres n’ont qu’à finir de se ridiculiser avec ça.

    – Jean-Michel G : « Encore une fois, il n’y a de « question démographique » que dans la tête de ceux qui estiment qu’il y en a une. »
    – Michel C : Ça c’est ben vrai ça, c’est juste une lapalissade.
    – Michel W « selon moi les écologistes sont d’accord sur le risque que fait poser l’expansion démographique de l’humanité sur sa survie, autant nous ne savons pas trop quel remède y apporter.»
    – Michel C : Ça aussi c’est ben vrai, mis à part l’apprentissage du port du préservatif dès la maternelle je ne vois pas moi non plus. Autrement dit, s’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème.

    1. Bref encore une fois, la seule chose qu’on voit dans ces «débats», c’est qu’on tourne en rond. Encore une fois, le taux de fécondité mondial a diminué de 50% en 50 ans, encore une fois, je dis à ceux qui n’en ont jamais assez et qui trouvent que ça ne va jamais assez vite, que ce problème (leur problème) se règlera par la force des choses et qu’il ne leur reste donc plus qu’à patienter.

      1. Ouais enfin dans cette baisse, il y a de grandes disparités. En effet, ça fait plus de 50 ans que les Européens font les efforts, avec les Américains, les Russes, les Japonais et les Chinois (qui ont réagi trop tardivement)…. Pour le reste, les pays du sud eux procèdent à des explosions démographiques démesurées et hors contrôle, ils continuent de promouvoir des politiques natalistes alors qu’ils ne parviennent même plus à prendre à charge leurs propres populations, et envoient leurs surplus en Europe, et bien évidemment ils reproduisent les mêmes problèmes en Europe et aux Usa qu’ils produisaient chez eux, c’est à dire à continuer de procréer démesurément dans le nid des autres.

Les commentaires sont fermés.