La voiture électrique de Ségolène Royal est très sale

Mme Royal a annoncé la mise en place d’un bonus prétendu « écologique » de 10 000 euros pour doper les achats de voitures électriques. Cela signifie que des lourdes sommes publiques vont être offertes pour une absurdité qui consiste à remplacer des voitures polluantes (thermiques) par d’autres voitures polluantes (électriques, et en réalité nucléaires puisque rechargées sur le réseau ErDF, à 75% alimenté par le nucléaire)
D’autre part, c’est un programme totalement antisocial car l’argent de tous va être offert aux constructeurs automobiles, au lobby nucléaire, et aux ménages aisés qui constituent 99% des acheteurs de voitures électriques. Cette annonce est à relier à celle de la multinationale Bolloré qui a récemment été sélectionnée par le ministère de l’Économie pour déployer en France 16 000 bornes de charge pour véhicules électriques.
Présentée comme vertueuse par les pouvoirs publics et par l’industriel, cette folie en faveur de la voiture électrique est en réalité inopérante sur le plan écologique et gravement nuisible pour les finances publiques.

Un programme totalement injustifié sur le plan écologique
La première erreur grossière de ce plan est de prétendre que le développement de la voiture électrique serait bénéfique pour l’environnement. Pour mémoire, l’Observatoire du nucléaire a contraint les principaux constructeurs de voitures électriques à retirer les mots « propre » ou « écologique » de leurs publicités, en particulier parce que le rechargement des batteries est effectué en France à 75% par de l’électricité nucléaire.
Par ailleurs, l’Ademe a montré que, même pour les émissions de CO2, la voiture électrique n’est pas plus vertueuse que la voiture thermique. D’autre part, la ville de Berlin a considérablement assainit son air en imposant des conditions draconiennes aux voitures thermiques et non en tentant vainement de remplacer la peste (voitures thermiques) par le choléra (voitures électriques).
Les bonus prétendus « écologiques » sont de fait injustifiables tant sur le plan écologique que sur celui de la justice sociale. Quant au financement des bornes de rechargement par les communes et autres collectivités territoriales, il va sous peu faire l’objet d’un scandale de la plus grande ampleur.
Communiqué du 4 février 2015, Observatoire du nucléaire

Partagez ...

1 réflexion sur “La voiture électrique de Ségolène Royal est très sale”

  1. Tout à fait d’accord avec cet article, mais j’irais même encore plus loin.
    Si la production d’automobiles était indolore pour l’environnement, si une pile magique pouvait dans le volume d’un dé à coudre faire rouler une voiture pendant un million de kilomètres, si cette pile était recyclable et produisait de l’oxygène parfumé à l’odeur de sous bois, nous serions au contraire dans une situation catastrophique, car si l’automobile était peu coûteuse et parfaitement respectueuse de l’environnement, alors elle envahirait tout et en trente ans l’ensemble de la Terre ne serait plus qu’une surface entièrement macadamisée. Les défauts de l’automobiles nous protègent peut être de son envahissement général. Que deviendrait la nature dans un monde où bientôt 9 milliards d’hommes rouleraient la conscience tranquille sans « polluer » le moins du monde ?

Les commentaires sont fermés.