Le Président Hollande face à la crise systèmique

Notre (prochain) président Hollande va être confronté dans son mandat bien plus qu’à une crise financière, un effondrement global. L’anthropologue américain Joseph A. Tainter  trace en effet un parallèle plausible entre le déclin de l’empire romain et la situation présente : la dépendance à l’égard des flux d’énergie. Les empires occidentaux modernes dont la France fait partie ont surgi de la même manière que l’Empire romain, accaparant les réserves fantastiques d’énergie solaire, pour nous transformée et stockée sous forme de pétrole un peu partout sur Terre. Faute de regarder en face ces conditions d’expression de notre avidité, les démocraties occidentales ont laissé croître leurs dettes, dépréciant la valeur de l’argent.

Qu’adviendra-t-il de la France demain lorsque le prix du brut flambera ? L’essence arrive déjà à deux euros le litre, demain elle sera hors de portée du porte-monnaie moyen. Aucun blocage des prix, solution Hollande, n’est compréhensible. Mais alors, comment prétendre à la croissance si la source énergétique doit faire défaut ? De la même manière que les territoires à piller ont fait défaut à l’empire romain, nos esclaves énergétiques vont s’arrêter faute de carburant. Jusqu’à présent nous avons évité le pire grâce à une complexité croissante, seule manière de résoudre, temporairement, les problèmes. Cette complexité a aussi son coût énergétique. « Pour développer une plus grande complexité, les sociétés doivent s’approprier des sources toujours plus grandes d’énergie, afin de maintenir cette complexité. C’est comme ça que nous maintenons la complexité aujourd’hui, principalement grâce aux énergies fossiles bien sûr », souligne Tainter. Or il y a « rendement décroissant de l’investissement marginal dans la complexité ». Investissez par exemple un euro dans le système éducatif d’une société illettrée, et vous obtiendrez un résultat positif infiniment plus sensible que si vous investissez ce même euro dans le système éducatif d’une société évoluée et déjà très complexe telle que la nôtre.

Joseph Tainter estime que les sociétés s’effondrent par le MÊME processus qui leur permet de devenir plus complexes : « La complexité est le facteur décisif qui conduit à la fois les sociétés à s’effondrer et à croître. » Or Hollande, comme Sarkozy d’ailleurs, choisissent la fuite en avant, la croissance économique d’une économie déjà surendettée. Le verdict sera imparable, forte inflation liée à une décroissance de l’activité économique : stagflation disait-on dans les années 1970. Si ce n’est pas au cours du quinquennat d’Hollande que cela arrive, ce sera dans les années qui suivent, mais ça arrivera… puisque personne ne veut agir.

Source principale de documentation : http://petrole.blog.lemonde.fr/2011/10/31/lempire-romain-et-la-societe-dopulence-energetique-un-parallele/

Partagez ...

2 réflexions sur “Le Président Hollande face à la crise systèmique”

  1. Voici ci-dessous une réponse de Shell à la pénurie prévisible de pétrole : complexifier pour mieux s’effondrer !
     » Thank you for contacting us on this important issue. We know many people around the world are concerned about the Arctic.
    But affordable energy is vital for everyone and at present hydrocarbons are the only way to produce this energy in sufficient quantity.
    The Arctic contains vast resources of oil and natural gas that could help to meet rising global energy demand.
    Shell has operated in Arctic and subarctic conditions for decades, giving us the technical experience and know-how to explore for and produce oil and gas in a responsible way.
    We are using advanced technology to limit our impact on the environment, strengthen our ability to respond to oil spills, and make operating in ice safer. We work to build strong relationships with local communities. We learn from them and at the same time work to address their concerns and help them share the benefits of developing energy resources.
    We know too that specific challenges in the Arctic require comprehensive science research programmes.
    Thank you again for emailing and please continue to be interested in the Arctic because in the complexity of the debate on climate change and ecosystem protection the more people who are interested the better. »
    Phil Dyer, Communication Manager – Arctic

  2. Voici ci-dessous une réponse de Shell à la pénurie prévisible de pétrole : complexifier pour mieux s’effondrer !
     » Thank you for contacting us on this important issue. We know many people around the world are concerned about the Arctic.
    But affordable energy is vital for everyone and at present hydrocarbons are the only way to produce this energy in sufficient quantity.
    The Arctic contains vast resources of oil and natural gas that could help to meet rising global energy demand.
    Shell has operated in Arctic and subarctic conditions for decades, giving us the technical experience and know-how to explore for and produce oil and gas in a responsible way.
    We are using advanced technology to limit our impact on the environment, strengthen our ability to respond to oil spills, and make operating in ice safer. We work to build strong relationships with local communities. We learn from them and at the same time work to address their concerns and help them share the benefits of developing energy resources.
    We know too that specific challenges in the Arctic require comprehensive science research programmes.
    Thank you again for emailing and please continue to be interested in the Arctic because in the complexity of the debate on climate change and ecosystem protection the more people who are interested the better. »
    Phil Dyer, Communication Manager – Arctic

Les commentaires sont fermés.