Le virus Covid-19, vecteur de décroissance

Les militants de la décroissance l’ont rêvé, le coronavirus l’a fait : l’activité productive est à l’arrêt, le krach boursier est arrivé, les perspectives de croissance sont en berne, les déplacements sont réduits au strict minimum, les voyages par avion sont supprimés, les enfants restent en famille chez eux, le foot spectacle se joue à huis clos, et même les gouvernements sont en danger.

La Bourse de Paris a vécu, jeudi 12 mars, la pire journée de son histoire en subissant une chute de − 12,28 %, à l’image des principales places européennes, qui se sont toutes effondrées, provoquant un krach boursier historique. Wall Street s’est également effondrée de 7,3 % (Dow Jones) à l’ouverture, ce qui a provoqué une interruption automatique des échanges. La BCE constate une « considérable aggravation des perspectives de croissance ». Lors de la crise financière de 2008, la panique avait finalement été enrayée quand les leaders du G20, les principales économies de la planète, avaient réussi à se coordonner. Leur front commun s’était avéré décisif. Pour l’instant, les réactions en ordre dispersé face à la pandémie de Covid-19 accentuent la panique et rendent inaudibles les plans de secours. L’Autriche et la Hongrie ont interdit les rassemblements fermés de plus de 100 personnes et ceux dépassant 500 personnes en extérieur. Les Pays-Bas ont interdit les rassemblements de plus de 100 personnes, la République tchèque de plus de 30. En Italie, comme à Chypre, tout rassemblement est prohibé. L’Italie a ordonné à ses habitants de rester chez eux jusqu’au 3 avril ; on ne peut sortir que pour aller travailler, se faire soigner ou acheter à manger ; 12 462 cas de coronavirus sont confirmés, les rues sont désormais quasiment désertes. Toutes les écoles et universités sont fermées jusqu’au 3 avril en Italie et jusqu’au 25 mars en Pologne et en Grèce. En France tous les établissements scolaires sont fermés à partir du lundi 16 mars. Des aéroports ferment déjà ici et là. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a annoncé, mercredi, la suspension pour trente jours à partir de vendredi de tous les voyages d’étrangers de l’Europe vers les États-Unis. Certains matchs de foot se sont tenus à huis clos, les championnats italien et espagnol, avaient choisi une suspension provisoire. Désormais, la menace d’un arrêt total des compétitions de football gagne du terrain. L’ensemble du gouvernement espagnol s’est soumis jeudi au test de dépistage du Covid-19 après qu’une ministre s’est révélée être l’une des quelque 3 000 personnes contaminées dans le pays…

Le coronavirus mauvais pour l’homme et très bon pour la planète. Certains spécialistes soulignent les bénéfices majeurs de cette crise du Coronavirus. Pour nombre d’écologistes la santé de la planète doit passer par une décroissance économique (contrainte plutôt que forcée). Une carte, publiée par la Nasa, montre lla différence entre les émissions de dioxyde d’azote   du 1er au 20 janvier et celles du 10 au 25 février 2020…

LEVI’S sur mediapart : Avec la mise en quarantaine, chacun se met en mode “pause” et se réapproprie du temps. Mais le temps, ce n’est pas de l’argent, c’est de l’énergie disponible. Pour une fois, nous pouvons mettre le nez à la fenêtre et observer le décor charmant d’une Nature qui se réveille après un hiver qui n’en a plus que le nom. Nous avons atteint, et même dépassé, nos limites pour créer un Système qui nous plonge dans la peur et l’individualisme à outrance. Les frontières se referment, les ponts-levis se relèvent pour rétablir les forteresses et on pille les greniers pour anticiper sa propre faim. La guerre civile nous guette pour engendrer le pire…

Partagez ...

7 réflexions sur “Le virus Covid-19, vecteur de décroissance”

  1. Aillez les discours de fermeture de frontières reviennent pour faire passer ça pour de vilaines forteresses…. Mais bon désolé, mais on ne peut pas baisser le Pib sans la fermeture des frontières, on ne peut pas sauver la planète en laissant grande ouverte de manière béante les frontières pour en faire des passoires…. Tant que les frontières seront ouvertes alors le tourisme de masse continuera, le commercial international pour ramener des babioles chinoises continuera aussi….

    On reprochait (enfin « on », plus exactement tous les Umps et supplétifs vert rouge modem) à Marine Le Pen le fait que de fermer les frontières c’était faire baisser le Pib et le commerce, alors comme quoi c’est bien le Front National qui a le programme le plus écologiste !

    1. Encore du grand n’importe quoi, tu es vraiment le champion. Tout est bon pour faire ta petite propagande, ne te trompe pas dimanche prochain, vote comme il faut, vote utile. J’imagine que tu n’as jamais entendu parler de récession, nul besoin de fermer les frontières pour voir le PIB baisser. Si tu ne veux pas me croire demande à Marine qu’elle t’explique, tout le monde sait qu’elle «maîtrise» remarquablement la science économique (aussi bien que toi). Et puis il faut que tu nous dises où on peut trouver dans leur programme, ou dans leur discours, le moindre intérêt pour la décroissance et l’écologie.
      L’écologie, la vraie bien sûr, pas celle de ces friqué(e)s héritier(e)s ou autres, dont la fortune se chiffre en millions d’euros. Et qui se permettent en plus de magouiller avec le fisc. Misère !
      La décroissance, la vraie bien sûr aussi. Pas seulement celle du nombre de
      gens qui selon de misérables critères n’ont pas le profil ou le faciès qui «va bien», mais celle qui est synonyme de simplicité volontaire et de joie de vivre. 🙂
      Au fait, depuis 2018 ils ont changé de nom. Pour moi ils peuvent même se rebaptiser «Rassemblement Ecolo» ça n’y changera rien, un cercle restera un cercle, un carré restera un carré, la gauche la gauche etc. etc.

      1. Ton multimillionnaire de Melenchon fait parti des 1% les plus riches de France, alors oui rien de mieux qu’un bon coup de Marine Le Pen pour l’écologie ! Et j’irai voter !

        1. Je confirme, tu es ici le champion du grand n’importe quoi. Faut que tu nous dises (aussi) où tu m’as vu faire campagne pour Mélenchon.
          Un conseil, n’oublie pas de bien à te laver les mains après avoir voté. Misère, misère !

    2. Je ne pense pas que MLP , (alias la poissonnière ou la cagole pour ceux qui la détestent ,dont moi ), l’ ancienne avocate des réfugiés et grand soutien de ses « frères français musulmans » (sic) se préoccupe comme le dit Michel C d’ écologie profonde (malthusianisme et réduction de la consommation) ou de protection de la biosphère .
      C’ est une opportuniste politichienne , peu nationaliste et fausse opposante à macrondelle .
      Perso , je préfère génération identitaire à cette pétaudière appelé RN / FN .

  2. Coronavirus : épidémie dévastatrice ou salutaire?
    Les épidémies comptent parmi les facteurs de l’effondrement de nos sociétés si cher aux collapsologues. Le coronavirus ne nous entraînera sans doute pas vers la fin de la civilisation thermo-industrielle mais il générera une terrible mortalité ainsi que la forte récession économique. Deux facettes de la mondialisation se trouvent directement remises en cause : Les processus de production et de délocalisations qui ont fait une large place aux flux-tendus (sans stockage) ; Les va et vient touristiques incessants à coups de vols low-cost, de visites de masse des lieux « emblématiques » et d’achats standardisés.
    Cette poussée épidémique devraient interroger les citoyens-consommateurs, les entreprises et les grandes institutions sur l’organisation du monde, les priorités et les systèmes de valeurs de demain. N’y-a-t-il pas urgence à reconvertir notre économie et nos modes de vie vers la décroissance ou, pour le moins, vers une autre forme de croissance ? L’Organisation Mondiale du Commerce va-t-elle laisser une place accrue aux activités relocalisées ? L’aide internationale et européenne au développement et les choix nationaux ne doivent-ils pas privilégier de façon substantielle le respect des droits humains fondamentaux (lutte contre la pauvreté, équipements de santé, éducation, hygiène, alimentation saine) ? (de la part d’un de nos correspondants, Patrick S)

  3. Pouvons-nous penser que nous y sommes … du moins à la porte, si ce n’est au pied du Mur ? Serait-ce le Grand Soir, le début d’une nouvelle ère … allons-nous enfin entrer dans l’An 01 ? « On arrête tout, on réfléchit et c’est pas triste.» La Machine est à l’arrêt, ou presque, et déjà on voit un peu de ciel bleu ci et là. Les décroissants peuvent-ils se réjouir pour autant ?
    Ah ce qu’il était beau le discours du Président hier soir, on se serait cru dans un des ces films catastrophes hollywoodiens. Un président comme tout le monde en rêve, qui «quoi qu’il en coûte» fait passer les vraies valeurs avant le Pognon, le Business. Un président altermondialiste humaniste et décroissant… bref comme on n’en voit que dans le films. Quoi qu’il en soit Macron était là dans son rôle, et pour une fois j’ai envie de dire qu’il a été bon.
    Maintenant, ce n’est qu’au retour des beaux jours, dans 6 mois, 1 an, 2 ans … que nous pourrons voir quelle(s) leçon(s) nous aurons tiré de tout ça. N’oublions pas que nous avons la mémoire courte.

Les commentaires sont fermés.