l’effondrement volontaire de la population

Alain Frachon* craint une population mondiale qui ne compterait pas assez de jeunes pour prendre en charge les vieux. Il évoque une société 4-2-1 où un enfant va avoir la responsabilité, une fois adulte, de prendre en charge ses deux parents et ses quatre grands-parents. Le Chine devra inventer l’Etat-Providence pour des dizaines de millions de plus de 75 ans. Alors Alain Frachon préconise un solide taux de natalité et une immigration dynamique pour conserver l’élan démographique. Il se situe du côté de l’optimisme démographique béat qui pense que les actifs en 2050 ne seront pas des chômeurs, que les caisses de retraite seront pleines dans les pays anciennement développés comme nouvellement industrialisés, que les Etats seront encore solides et les gens solidaires. Il rêve. Comme le démographe Alfred Sauvy qui pensait que la France pouvait facilement supporter une population de 100 millions d’habitants, et la Terre de 50 milliards. Mais 9 milliards en 2050, c’est déjà trop.

Nicholas Georgescu-Roegen proposait une diminution progressive de la population jusqu’à un niveau où une agriculture organique suffira à la nourrir convenablement. Arne Naess considérait qu’une diminution substantielle de la population humaine permettrait l’épanouissement de la vie non humaine comme des cultures humaines. William Stanton dans son livre The Rapid Growth of Human Population (2003) est beaucoup plus virulent. Il vise à une réduction progressive de la population sur 150 ans à un taux égal à celui de la déplétion du pétrole afin d’éviter le  cauchemar d’une réduction brutale à travers guerres, famine, etc. Les ingrédients en sont les suivants :

« L’immigration est interdite. L’avortement est obligatoire si le fœtus s’avère très handicapés. Quand par l’âge avancé, un accident ou une maladie, un individu devient plus un poids pour la société qu’un bénéfice, sa vie est humainement arrêtée. Aux sentimentalistes qui ne peuvent pas comprendre le besoin de réduire la population de la Grande-bretagne de 60 millions à environ 2 millions sur 150 ans, et qui sont outrés par la proposition de remplacement des droits humains par une froide logique, je pourrais répondre : Vous avez eu votre temps. »**

* LeMonde du 28 janvier 2011, Démographie mondiale : la croissance ralentit

** cité par Serge Latouche, Le pari de la décroissance (2010)

13 réflexions sur “l’effondrement volontaire de la population”

  1. Alter,
    Nous sommes d’accord avec toi, il faut à la fois plus de taxes et moins d’Etat.
    Il faut à la fois du réalisme et de l’idéalisme.

    Sur ce blog, nous voulons supprimer l’Etat, nous voulons l’utopie.
    On ne peut plus nous accuser de nazisme, national-socialisme.

    Dans la vraie vie, il faut tout le temps faire des compromis, aider les gens à réfléchir.
    Mais attention, la pente est glissante, on ne peut réfléchir à la place des autres…

  2. Alter,
    Nous sommes d’accord avec toi, il faut à la fois plus de taxes et moins d’Etat.
    Il faut à la fois du réalisme et de l’idéalisme.

    Sur ce blog, nous voulons supprimer l’Etat, nous voulons l’utopie.
    On ne peut plus nous accuser de nazisme, national-socialisme.

    Dans la vraie vie, il faut tout le temps faire des compromis, aider les gens à réfléchir.
    Mais attention, la pente est glissante, on ne peut réfléchir à la place des autres…

  3. Preambule: Je viens de decouvrir le blog hier. Donc mes commentaires sont laisses de bonne foi.

    Je suis tres partisan d’une education sur le probleme demographique, et sur les questions ecologiques. On en a besoin, pas de doute la dessus.

    Par contre, la ou je ne vous suis pas du tout, c’est sur le commentaire « Sur ce blog, nous voulons aussi moins d’Etat. » C’est etre un doux reveur que de penser que l’education permette de faire changer les gens.
    Mon exemple: je suis ex fumeur. J’ai bien arrete 10 fois dans ma vie, ca a dure entre 1 mois et 1 an. Je sais pertinemment que fumer tue. J’en ai parfaitement conscience. Cela me motive a arreter… mais ne m’a pas empeche de recommencer si souvent. De meme on eduque les jeunes sur ce sujet, et le nombre de fumeurs ne diminue pas vraiment.

    Il est a mon sens absolument necessaire d’avoir un signal « prix », mis en place par l’etat. Pour cette raison, je considere tres positif de mettre en place les allocs inversees, la taxe carbone, toute taxe sur la consommation de maniere generale. C’est bien le role de l’etat.
    C’est aussi son role de s’assurer d’un minimum de cohesion sociale (et cette mission a ete un ratage complet depuis des annees).
    Finalement, je pense qu’il faut se garder d’etre trop « dirigiste », et les taxes sonts un bon moyen de faire en sorte que les gens changent de comportement tout en gardant la liberte de faire ce qu’ils veulent (avec les limites imposees par les prix/taxes).

    Dernier commentaire: Si « moins d’Etat » ca veut dire des decisions prises beaucoup plus localement, alors je suis d’accord – il faut que ce soit reellement mis en place – mais pour les « regles du jeu globales » l’Etat est indispensable.

  4. @ Alter
    Allocations familiales inversées ? C’est le point de vue d’Yves Cochet. Cette attitude peut se comprendre face à un Etat français ouvertement repopulateur. Mais si l’Etat était vraiment neutre en matière démographique, il ne verserait aux couples voulant des enfants aucune bonification ou sanctions et le quotient familial serait supprimé. Sur ce blog, nous voulons aussi moins d’Etat.

    Si nous avions à présenter un programme politique en France, nous dirions que l’empreinte écologique des français est telle que nous ne pouvons pas généraliser notre mode de vie. Il faudrait donc construire à la fois une décroissance économique par la limitation des besoins et une décroissance démographique. L’éducation sexuelle ne serait pas limitée à la présentation des moyens de contraception, mais à la responsabilité des couples par rapport aux limites de la planète. Il nous faut une éducation systémique face à une crise démographique et écologique systémique.

  5. @ Alter
    Allocations familiales inversées ? C’est le point de vue d’Yves Cochet. Cette attitude peut se comprendre face à un Etat français ouvertement repopulateur. Mais si l’Etat était vraiment neutre en matière démographique, il ne verserait aux couples voulant des enfants aucune bonification ou sanctions et le quotient familial serait supprimé. Sur ce blog, nous voulons aussi moins d’Etat.

    Si nous avions à présenter un programme politique en France, nous dirions que l’empreinte écologique des français est telle que nous ne pouvons pas généraliser notre mode de vie. Il faudrait donc construire à la fois une décroissance économique par la limitation des besoins et une décroissance démographique. L’éducation sexuelle ne serait pas limitée à la présentation des moyens de contraception, mais à la responsabilité des couples par rapport aux limites de la planète. Il nous faut une éducation systémique face à une crise démographique et écologique systémique.

  6. Passons sur le style aggressif et les raccourcis douteux du premier intervenant.
    Jean Gabriel Maheo pense qu’il n’y a pas de limites a la croissance… de quoi? du PIB comme on le sous-entend souvent?. Je suis alors en desaccord total avec lui. La planete est finie: la croissance du PIB (ou de la consommation) est donc vouee a etre finie. Je pense que l’on s’en rend compte tous les jours.

    Cela dit, peut etre qu’il a raison et que demain, nous vivrons un futur a la « Star Treck », avec replicateur, holodeck et colonisation de planetes lointaines… 🙂

    Je dois avouer cependant avoir du mal aussi avec la proposition de Stanton. Qui decide de l’utilite de tout un chacun? Sur quel criteres? Je pense que l’on pourrait collectivement etre d’accord pour dire que chacun a la droit de choisir son moment. Combien de personnes agees ne souhaitent plus vivre, et restent parquees dans des maisons de retraite pas toujours tres dignes?
    Avant de mettre fin a la vie d’autres humains, pourquoi ne pas changer les politiques publiques du monde occidental pour commencer? A savoir un systeme d’allocations familiales inversees (0 enfant = on touche de l’argent, 2 enfants = neutre, 3 et plus : on paie).

  7. Peak.Oil.2008

    Les cornucopiens anti malthusiens primaires nous garantissent une chose, le monde de demain sera fasciste (Eugénisme et/ou Big Brother et/ou Apartheid par l’argent) pour ne pas avoir lutter contre les conditions d’émergence du fascisme. Ils en seront les premiers responsables. Tragique non ? Sinon il reste l’option chaos qu’ils préfèrent peut-être …

    En tous cas moi je ne mettrai pas d’enfant au monde tant que les babyboomers zombies et autres désabusés sceptiques sont aux commandes. Et j’aimerais aussi que l’on me taxe d’avantage pour laisser tout de même un peu d’avenir au jeunes qui naissent aujourd’ui (en investissant plutôt qu’en empruntant sur leur dos).

  8. Peak.Oil.2008

    Les cornucopiens anti malthusiens primaires nous garantissent une chose, le monde de demain sera fasciste (Eugénisme et/ou Big Brother et/ou Apartheid par l’argent) pour ne pas avoir lutter contre les conditions d’émergence du fascisme. Ils en seront les premiers responsables. Tragique non ? Sinon il reste l’option chaos qu’ils préfèrent peut-être …

    En tous cas moi je ne mettrai pas d’enfant au monde tant que les babyboomers zombies et autres désabusés sceptiques sont aux commandes. Et j’aimerais aussi que l’on me taxe d’avantage pour laisser tout de même un peu d’avenir au jeunes qui naissent aujourd’ui (en investissant plutôt qu’en empruntant sur leur dos).

  9. Monsieur Mahéo nous montre à juste titre comment on peut basculer dans un régime totalitaire. Son analyse du régime hitlérien et de son acceptation par le peuple mérite d’être actualisée :
    « En tant que membre d’une société dont les normes changent, on ne remarque pas que ses propres normes sont soumises à ce changement, parce qu’on se maintient constamment en accord avec ceux qui vous entourent. On peut parler à ce propos de shifting baselines ou de lignes de références fluctuantes. Les êtres humains sont capables de s’ajuster à une vitesse surprenante dans leurs orientations morales, leurs valeurs, leurs identifications. C’est en particulier le cas quand des menaces, ressenties ou réelles, rétrécissent le spectre d’action qui est perçu et paraissent exiger des décisions rapides.

    On constate, de la part des Etats-Unis en position d’attaqués, que les mesures de sécurité prennent de plus en plus le pas sur les libertés : torture de prisonniers, création de camps censés jouir de l’exterritorialité, stratégie d’arrestations illégales ; le déséquilibre entre liberté et sécurité s’accroît progressivement. Or de tels glissements ne sont pas l’apanage de l’Amérique. Une radicalisation des conséquences du changement climatique pourrait entraîner un changement radical des valeurs. Quelle sera la réaction d’un Etat le jour où augmentera le nombre de réfugiés chassés par leur environnement et où ils causeront aux frontières des problèmes massifs de sécurité ? »
    Harald Welzer, Les guerres du climat (Gallimard, 2009)

  10. @ auteurs :

    « Tu viens de gagner un point Godwin ! » Tu ! On n’a pas gardé les cochons ensemble, que je sache ?

    Voici un extrait d’article publié en 1949 par le Dr Leo Alexander, conseiller du ministère public au tribunal de Nuremberg, au sujet des crimes contre l’humanité commis par les nazis :

    « Quelles que soient les proportions qu’aient atteints ces crimes, il est devenu évident pour tous ceux les ayant investigués qu’ils ont commencé de façon anodine. Au départ, il s’agissait seulement d’un subtil changement d’orientation dans l’attitude des médecins. Cela a commencé avec l’acceptation, qui est le fondement du mouvement pro-euthanasie, qu’il y a des vies qui ne méritent pas d’être vécues. Au départ, cette orientation ne concernait que les maladies graves et chroniques. Mais la sphère des malades inclus dans cette catégorie s’est au fur et à mesure élargie jusqu’à inclure les improductifs, les déviants idéologiques, puis les non-Aryens. Il est important de comprendre que le levier infiniment petit qui a déclenché cette tendance venait de l’attitude adoptée face aux maladies incurables. « 

  11. @ Jean-Gabriel Mahéo
    Tu viens de gagner un point Godwin !
    Le point Godwin est un mauvais point attribué à un débatteur qui aurait mêlé nazi, camps de concentration et d’extermination, barbarie, sectarisme religieux anti-humain, fascisme raciste, génocide, à une discussion dont ce n’est pas le sujet.

    Jean-Gabriel Mahéo mérite amplement son point Godwin… sans félicitations de notre part : la discussion n’a pas avancé.

  12. @ auteurs :

    William Straton ne fait que copier le programme T4 d’eugénisme et d’euthanasie du régime nazi, qui a été dénoncé à Nuremberg comme étant la racine légale des camps de concentration et d’extermination. Il s’agit de détruire « les vies sans valeurs », qui sont considérés des poids pour la communauté et des menaces pour la pureté morale et physique du peuple.

    Nicholas Georgescu-Roegen et Arnae Ness sont de même des héritiers et partisans du programme T4, il suffit d’examiner leurs politiques dépopulationnistes. Ils portent juste la peau de mouton du tiers-mondisme et de l’écologisme pour le camoufler.

    Que vous nous serviez aujourd’hui cette barbarie, sous prétexte d’un sectarisme religieux anti-humain, que vous appelez « écologie profonde », et en vous cachant derrière une citation, ne retire rien au fait que l’origine de cette barbarie – et celle de l’écologie profonde – est le nazisme, que tous ceux qui l’ont défendue sont des nazis ou des collaborateurs du fascisme raciste européen, et que ceux qui veulent de nouveau promouvoir le génocide aujourd’hui sont aussi des nazis.

    Quant à vos connaissances en économie physique, en histoire et en sciences en général, elles sont apparemment toujours aussi nulles. Il n’y a aucune limite à la croissance autre que celle que l’humanité s’impose à elle-même. Mais je vous sais trop bornés et sectaires pour ne rien vouloir comprendre à ce concept.

    Je suis en tout cas enchanté que le projet d’euthanasie de certains sénateurs français ait été rejeté, ainsi qu’en Allemagne et aux USA.

    Ne vous semble-t-il pas que les grands mouvements des peuples aujourd’hui sont en train d’enterrer vos lubies dégueulasses ? Liberté ! Progrès ! Espoir ! Voilà ce que l’on entends de plus en plus…

    Votre pessimisme radical vous condamne, et la carrière de vos maîtres – Cochet & Co. – est finie.

  13. @ auteurs :

    William Straton ne fait que copier le programme T4 d’eugénisme et d’euthanasie du régime nazi, qui a été dénoncé à Nuremberg comme étant la racine légale des camps de concentration et d’extermination. Il s’agit de détruire « les vies sans valeurs », qui sont considérés des poids pour la communauté et des menaces pour la pureté morale et physique du peuple.

    Nicholas Georgescu-Roegen et Arnae Ness sont de même des héritiers et partisans du programme T4, il suffit d’examiner leurs politiques dépopulationnistes. Ils portent juste la peau de mouton du tiers-mondisme et de l’écologisme pour le camoufler.

    Que vous nous serviez aujourd’hui cette barbarie, sous prétexte d’un sectarisme religieux anti-humain, que vous appelez « écologie profonde », et en vous cachant derrière une citation, ne retire rien au fait que l’origine de cette barbarie – et celle de l’écologie profonde – est le nazisme, que tous ceux qui l’ont défendue sont des nazis ou des collaborateurs du fascisme raciste européen, et que ceux qui veulent de nouveau promouvoir le génocide aujourd’hui sont aussi des nazis.

    Quant à vos connaissances en économie physique, en histoire et en sciences en général, elles sont apparemment toujours aussi nulles. Il n’y a aucune limite à la croissance autre que celle que l’humanité s’impose à elle-même. Mais je vous sais trop bornés et sectaires pour ne rien vouloir comprendre à ce concept.

    Je suis en tout cas enchanté que le projet d’euthanasie de certains sénateurs français ait été rejeté, ainsi qu’en Allemagne et aux USA.

    Ne vous semble-t-il pas que les grands mouvements des peuples aujourd’hui sont en train d’enterrer vos lubies dégueulasses ? Liberté ! Progrès ! Espoir ! Voilà ce que l’on entends de plus en plus…

    Votre pessimisme radical vous condamne, et la carrière de vos maîtres – Cochet & Co. – est finie.

Les commentaires sont fermés.