L’emploi permet-t-il toujours de s’intégrer à la société française ?

1er sujet (bac ES, 21 juin 2011)

analyse du sujet : L’expression « toujours » ne veut rien dire en sociologie, les sociétés sont fluctuantes au gré des changements culturels. Une réponse de normand, Oui et Non, nous attend. Autrefois le travail était considéré comme une torture, c’est d’ailleurs son étymologie (trepalium, instrument de torture). Mais le travail sous forme d’emploi ne dit rien des conditions de cet emploi, rémunéré ou non (stagiaires exploités), contrat à durée déterminé ou indéterminé, à temps plein ou non, voulu ou subi. L’intégration est aussi ambiguë que les autres termes de ce sujet. Par exemple une intégration a un côté subjectif, « se sentir bien dans son travail » et un autre objectif, « être bien payé . le sujet est d’autant plus complexe qu’il s’agit d’intégration dans la société française et non pas seulement intégration dans son entreprise : la femme d’un employé dans une centrale nucléaire est-elle forcément d’accord avec le métier de son mari ? Le mari d’une femme cadre qui n’est jamais à la maison peut-il vivre l’épanouissement d’un couple ? Quand à envisager la société française, il ne semble pas y avoir de forte différence entre l’emploi dans les différents pays industrialisés : notre planète subit une homogénéisation qui s’appelle stress au travail, précarisation des emplois, culte de la performance, exacerbation de la concurrence entre collègues, etc.

Ce sujet est donc complexe, et les suicides à France télécom et un taux de chômage structurellement très élevé nous incitent à penser que ce n’est pas l’intégration par le travail qui prédomine. Mais comme ce sujet ne nous permet pas de parler d’écologie, nous n’en dirons pas plus sur ce blog…

NB : Nous répondrons à vos questions en commentaire si elles sont justifiées…

Partagez ...

48 réflexions sur “L’emploi permet-t-il toujours de s’intégrer à la société française ?”

  1. Votre analyse du sujet, à l’époque m’a fait paniquer puisque j’avais l’impression d’avoir fait un magnifique hors sujet.
    En tout cas, j’ai eu mon bac avec un joli 20 en SES 🙂

  2. Merci beaucoup de m’avoir répondu, c’est vraiment très sympas de votre part !
    Et puis le 5 juillet je vous enverrai un nouveau message avec cette fois ci ma note..

  3. Comme tous le monde je souheterai savoir si mon plan tient la route..

    INTRO :

    De nos jours, nous pouvons constater que la valeur du travail s’est renforcée dans nos sociétés actuels. Car après la 1er GM, le travail est devenu un formidable outil qui pouvait permettre l’enrichissement des individus et l’ascension sociale. Nos sociétés occidentales et notamment la France on vu leurs société polarisée depuis des siècles se moyenniser peu à peu. Cependant cet eldorado n’a pas pu durer dans le temps, en effet la diffusion des thèses libérals, l’entrée dans la mondialisation ont été source de diffucultés pour tous les individus qui désormais « se batten » pour obtenir et garder un emploi stable.
    Le travail qui permettait l’intégration devient source de dualité. Et cette dualité risque d’avoir des effets négatifs sur le lien social qui unit les individus entre eux.

    I- L’emploi permet l’intégration :

    1) Le travail est une instance d’intégration (permet un salaire, une reconnaissance sociale etc–)
    2)La valeur du travail a pris de l’importance (par exemple on est passé d’une éco de rentier à une éco de cadre, permet l’enrichissement personnel, le terme cadre apparait ect)
    2) Une société salariale (avec 80% de salariés)

    II-Mais on assiste a une remise en cause progressif
    1) La fléxibilité
    2) Passage de l’emploi type à atypique
    3) Le mal être au travail (le travail est rendu aliénant et multiplicaton du suicide au travail)

    biosphere : normalement cela devrait faire plus que la moyenne…. Tiens moi au courant de la note finale !

  4. Comme tous le monde je souheterai savoir si mon plan tient la route..

    INTRO :

    De nos jours, nous pouvons constater que la valeur du travail s’est renforcée dans nos sociétés actuels. Car après la 1er GM, le travail est devenu un formidable outil qui pouvait permettre l’enrichissement des individus et l’ascension sociale. Nos sociétés occidentales et notamment la France on vu leurs société polarisée depuis des siècles se moyenniser peu à peu. Cependant cet eldorado n’a pas pu durer dans le temps, en effet la diffusion des thèses libérals, l’entrée dans la mondialisation ont été source de diffucultés pour tous les individus qui désormais « se batten » pour obtenir et garder un emploi stable.
    Le travail qui permettait l’intégration devient source de dualité. Et cette dualité risque d’avoir des effets négatifs sur le lien social qui unit les individus entre eux.

    I- L’emploi permet l’intégration :

    1) Le travail est une instance d’intégration (permet un salaire, une reconnaissance sociale etc–)
    2)La valeur du travail a pris de l’importance (par exemple on est passé d’une éco de rentier à une éco de cadre, permet l’enrichissement personnel, le terme cadre apparait ect)
    2) Une société salariale (avec 80% de salariés)

    II-Mais on assiste a une remise en cause progressif
    1) La fléxibilité
    2) Passage de l’emploi type à atypique
    3) Le mal être au travail (le travail est rendu aliénant et multiplicaton du suicide au travail)

    biosphere : normalement cela devrait faire plus que la moyenne…. Tiens moi au courant de la note finale !

  5. Merci beaucoup pour la réponse , mais alors est ce totalement hors sujet ? :S
    biosphere : rassure-toi, ce n’est pas hors-sujet…

  6. Merci beaucoup pour la réponse , mais alors est ce totalement hors sujet ? :S
    biosphere : rassure-toi, ce n’est pas hors-sujet…

  7. oui, en effet erreur d’inattention, c’est 1.A et 1.B puis 2.A et 2.B
    remarque de biosphere :
    pourquoi pas… en espérant qu’on sait deviner
    l’idée générale de tes parties que tu n’avais pas indiquée !
    Trop d’inattention nuit forcément…

  8. Bonjour , je n’ai pas eu d’avis non plus sur mon plan posté hier soir . je pourrais en avoir un aussi svp ? merci

  9. Bonjour , je n’ai pas eu d’avis non plus sur mon plan posté hier soir . je pourrais en avoir un aussi svp ? merci

    1. Angel,
      le plan oui/mais résulte de l’expression d’un sujet « dans quelle mesure ».
      Ici c’est le terme « toujours » et son interprétation qui permettait de faire un plan adéquat…

  10. Bonjour, est ce que je pourrais avoir un avis sur mon plan? posté hier soir. merci!

  11. Bonjour, est ce que je pourrais avoir un avis sur mon plan? posté hier soir. merci!

  12. tout d’abord merci d’avoir repondu ! mais « pas nul » ca va faire un 10sur 20 .. ??
    Merci d’avoir répondu ! 🙂

  13. Bonjour , comme tout le monde ici j’aimerai avoir un avis sur mon plan de peur d’avoir fais un hors sujet , alors j’ai fais :

    Intro : origine du mot travail , nouvelle vision du travail avec le contrat de travail en france dans les années 1970 … etc

    I / l’emploi un facteur d’intégration sociale important …
    a – il crée un lien social
    B – il renforce le sentiment d’appartenance a la société

    II / … qui cependant se précarise .
    a- flexibilité du marché du travail
    b- les retombées sociales

    Ouverture : haute qualification , trop de concurrence résultat déqualification alors ces personnes peuvent elles s’intégrer correctement ?

    voila donc en gros j’ai fais un plan oui/mais , affirmations puis limites . Est – ce a peu près correct a votre avis ?

  14. Bonjour , comme tout le monde ici j’aimerai avoir un avis sur mon plan de peur d’avoir fais un hors sujet , alors j’ai fais :

    Intro : origine du mot travail , nouvelle vision du travail avec le contrat de travail en france dans les années 1970 … etc

    I / l’emploi un facteur d’intégration sociale important …
    a – il crée un lien social
    B – il renforce le sentiment d’appartenance a la société

    II / … qui cependant se précarise .
    a- flexibilité du marché du travail
    b- les retombées sociales

    Ouverture : haute qualification , trop de concurrence résultat déqualification alors ces personnes peuvent elles s’intégrer correctement ?

    voila donc en gros j’ai fais un plan oui/mais , affirmations puis limites . Est – ce a peu près correct a votre avis ?

  15. I)Travail= vecteur d’intégration sociale
    les individus soit complémentaires(solidarité organique) avait d valeurs(morales) construite autour dun meme groupe social, se construisait alors une identité professionelle ki leur permetter d’évoluer dans une société; Conscients également des mêmes intérets kils on a défendre. Anciennement conscience de classe « Marx ».
    ensuite grace a lemploi lindiv se voi attribuer des droits sociaux par le Système de protection sociale. Syst de redistribution horizontale : transfer de revenus entres cotisants et « ayant droit »-Retraités) Logique dassistance prévaut. Systeme corporatiste: chacun cotise en fonction dsa corporation. plus allocataire du RSa= revenus sociaux, indemnité en ca de chômage.

    II) Ds ceratine condition le travail peu posé probleme quant a lintégration de lindividu.
    A)Précarisation des statut dlemploi=forme atypique d’N(cDD, Temps p, Interim). Entreprise à la recherche de la rentabilité peut preferer une flexibilité externe= ajustement du nombre de travailleur ds lentreprise selon les besoins kimpose la prod. Plus de souplesse dans le flexibilité au détriments des salariés.C’est Ce qui explique en fait le chômage. Appartion d’une nouvelles formes de travailleurs « working poors » travailleurs pauvres, pa revenu suffisant pr se loger=SDF( phénomène d’exclusion) ki vivent un cad d’extreme pauvreté.
    Organisation néo taylorienne du travail subsiste avec le travail salarié= usines ou le W est synonyme de pénibilité cadence iprimé par les rythmes de production= N moin qualifié= chômage. Dans les services aussi certaine forme de travail abrutissante et monotone qui révèle l’angoisse ( suicides a france telecom)
    Marché du travail du travail bloqué car forte augmentation du nb de retraité; pr lé 15-24 an ki accede tardivmen au marché du W( augmentation du nb de retraités= nouvelle génération remplaçe les anciennes même avec niveau de diplome élevé.Invok Autr pb: chômage des jeunes
    Intés face a lemploi : notamment pr les femmes : dordre salarial, poste moin bien place dan la hiérarchie, acces diffile aux fonction politik.
    Ecarte carte du niveau dvie entre les 2 extrémités des PCS Cadres/ouvriers qualifiés.
    Acces a des emplois plus valorisés socialement, moin dposibilités dascension sociale pr les ouvriers ( pas ou preske pa de mobilité intragénérationelle).
    Jorai du structuré sa en 3 parties c vrai ke c pa tres aeré il fo reconnaitre. Qu’en pensez vous.

  16. Bonjour, j’ai pri la dissertation ce matin. J’ai vraiment peur de ma note, d’avoir fait beaucoup de hors sujets et d’avoir une note catastrophique car je n’ai pas pensé à tout, alors je me permets de vous annoncer mon plan qui est vraiment nul selon moi, est-ce que vous pouvez me donner votre avis s’il vous plait ? MERCI
    I) travail facteur d’integration sociale …
    a : division du travail social crée de la solidartié ( mecanique à organique )
    b : le travail integre a 3 niveaux ( entreprise, syndicats, salariat ) et permet la constitution d’identités sociales et pros

    II) .. mais son role s’affaibli a cause de la degradation du marche du travail
    a : montee du chomage fragilise le lien social jusqu’a l’exclusion sociale
    b : precarisation de l’emploi fragilise le lien sociale et peut le detruire

    III) .. cette remise en cause doit etre relativiser
    a : La societe reste largement salariale
    b : L’importance du travail a changé mais il est toujours indispensable (pour participer aux autres reseaux de sociabilité, besoin d’un revenu ..)

    S’il vous plait, soyez francs, j’espere que vous allez me repondre; Merci beaucoup

  17. Bonjour, j’ai pri la dissertation ce matin. J’ai vraiment peur de ma note, d’avoir fait beaucoup de hors sujets et d’avoir une note catastrophique car je n’ai pas pensé à tout, alors je me permets de vous annoncer mon plan qui est vraiment nul selon moi, est-ce que vous pouvez me donner votre avis s’il vous plait ? MERCI
    I) travail facteur d’integration sociale …
    a : division du travail social crée de la solidartié ( mecanique à organique )
    b : le travail integre a 3 niveaux ( entreprise, syndicats, salariat ) et permet la constitution d’identités sociales et pros

    II) .. mais son role s’affaibli a cause de la degradation du marche du travail
    a : montee du chomage fragilise le lien social jusqu’a l’exclusion sociale
    b : precarisation de l’emploi fragilise le lien sociale et peut le detruire

    III) .. cette remise en cause doit etre relativiser
    a : La societe reste largement salariale
    b : L’importance du travail a changé mais il est toujours indispensable (pour participer aux autres reseaux de sociabilité, besoin d’un revenu ..)

    S’il vous plait, soyez francs, j’espere que vous allez me repondre; Merci beaucoup

  18. intro: dvp du suicide au lié au travail…

    1.A: l’emploi permet l’accès à un revenu et des droits
    1.B :il permet l’individu de créer son identité individuelle et sociale

    1.A: mondialisation donc dvp de la flexibilité pour faire face à la concurrence développe une pression qui pousse certains au stress, dépression suicide
    1.B : emplois atypiques, moins de revenus…

    ouverture: cependant l’État tend a diminuer les limites de la fonction intégratrice de l’emploi : RSA chapeau..

  19. Je trouve que ton plan se tient Margaux, puisque le mot « toujours » faisait référence au temps.

  20. Je trouve que ton plan se tient Margaux, puisque le mot « toujours » faisait référence au temps.

  21. Bonjour j’aurais aimé savoir s’il était possible d’opter non pas pour un plan « oui/non » mais pour un plan historique, c’est a dire faire une premiere partie sur les trentes glorieuses durant laquelle l’emploi permettait l’intégration et une seconde d’apres 1973 (chocs petrolier et politique de rigueur) à aujourd’hui ou s’observe une baisse du role intégrateur de l’emploi?
    Merci d’avance

  22. J’étais à l’examen ce matin et ma problématique était donc de déterminer si l’emploi permettait l’intégration dans la société française. Rapidement, selon Robert Castel, depuis le premier choc pétrolier et la fin des Trente Glorieuses, la permanence du chômage entraîne une précarisation générale de l’emploi.

    Les notions que j’ai utilisé : emploi, chômage, précarisation, Etat-providence et flexibilité

    Alors j’ai répondu comme une normande :

    En effet l’emploi permet l’intégration (analyse de Durkheim, prolongement de Lazarsfeld), il contribue à son niveau de vie (Loi d’Engels), le CDI à temps-plein est une norme en France (plus de 77,8% des emplois) il est valorisé et donne une estime de soi au travailleur qui se sent intégré, et l’emploi est toujours préférable au chômage bien qu’il soit atypique.

    Cependant certains emplois atypiques réduisent plutôt l’intégration : l’intérim pose un problème d’identité pour les jeunes, le néo-taylorisme et son autonomie celui de la responsabilisation et de la solitude qui touche les peu-qualifiés et enfin les CDI à temps partiel celui du sous-emploi subi particulièrement par les femmes. Ces catégories sociales ont particulièrement du mal à s’intégrer car ils ne savent pas quelle est leur utilité.

    C’est pourquoi l’État doit rééquilibrer l’intégration ratée par les entreprises, c’est le rôle de l’État providence : assurance chômage financé par les prélèvements obligatoire, le RMI puis le RSA (pour les travailleurs pauvres) financé par les impôts, politique keynésienne de réduction des inégalités : moyennisation pendant les Trente Glorieuses, permettre à chacun de consommer.

    Mais l’Etat-providence est aujourd’hui en crise selon Pierre Rosanvallon, les politiques keynésiennes ont laissé la place aux politiques libérales, c’est le libre jeu du marché , l’Etat ne doit surtout pas intervenir au risque de perturber l’ordre du marché, produire de l’inflation (Milton Friedman, Léon Walras, Friedrich von Hayek), or cette politique mène à une montée des inégalités (favorable selon John Rawls mais j’ai oublié de le citer) et depuis 80 à une polarisation de la société (Henri Mendras) ce qui nuit à la cohésion sociale.

    Ouverture en conclusion : le modèle danois de la « flexécurité » est-il transposable en France, c’est à dire un système social-démocratique qui applique les règles de la flexibilité ?

    Ce que j’ai oublié finalement, c’est de développer le phénomène des SDF qui ont un emploi, mais pas suffisamment rémunérateur.

  23. J’étais à l’examen ce matin et ma problématique était donc de déterminer si l’emploi permettait l’intégration dans la société française. Rapidement, selon Robert Castel, depuis le premier choc pétrolier et la fin des Trente Glorieuses, la permanence du chômage entraîne une précarisation générale de l’emploi.

    Les notions que j’ai utilisé : emploi, chômage, précarisation, Etat-providence et flexibilité

    Alors j’ai répondu comme une normande :

    En effet l’emploi permet l’intégration (analyse de Durkheim, prolongement de Lazarsfeld), il contribue à son niveau de vie (Loi d’Engels), le CDI à temps-plein est une norme en France (plus de 77,8% des emplois) il est valorisé et donne une estime de soi au travailleur qui se sent intégré, et l’emploi est toujours préférable au chômage bien qu’il soit atypique.

    Cependant certains emplois atypiques réduisent plutôt l’intégration : l’intérim pose un problème d’identité pour les jeunes, le néo-taylorisme et son autonomie celui de la responsabilisation et de la solitude qui touche les peu-qualifiés et enfin les CDI à temps partiel celui du sous-emploi subi particulièrement par les femmes. Ces catégories sociales ont particulièrement du mal à s’intégrer car ils ne savent pas quelle est leur utilité.

    C’est pourquoi l’État doit rééquilibrer l’intégration ratée par les entreprises, c’est le rôle de l’État providence : assurance chômage financé par les prélèvements obligatoire, le RMI puis le RSA (pour les travailleurs pauvres) financé par les impôts, politique keynésienne de réduction des inégalités : moyennisation pendant les Trente Glorieuses, permettre à chacun de consommer.

    Mais l’Etat-providence est aujourd’hui en crise selon Pierre Rosanvallon, les politiques keynésiennes ont laissé la place aux politiques libérales, c’est le libre jeu du marché , l’Etat ne doit surtout pas intervenir au risque de perturber l’ordre du marché, produire de l’inflation (Milton Friedman, Léon Walras, Friedrich von Hayek), or cette politique mène à une montée des inégalités (favorable selon John Rawls mais j’ai oublié de le citer) et depuis 80 à une polarisation de la société (Henri Mendras) ce qui nuit à la cohésion sociale.

    Ouverture en conclusion : le modèle danois de la « flexécurité » est-il transposable en France, c’est à dire un système social-démocratique qui applique les règles de la flexibilité ?

    Ce que j’ai oublié finalement, c’est de développer le phénomène des SDF qui ont un emploi, mais pas suffisamment rémunérateur.

  24. bonjour,
    pour ma part j’ai fait un grand un sur l’évolution de la place du travail en tant qu’instance d’intégration et un grand deux sur les autres instances d’intégration(école, famille)
    pensez vous que j’ai fait du hors sujet je suis très inquiète!!!!

  25. Désolée, c’est encore moi. Je m’aperçois que j’ai fait l’erreur de réutiliser les questions du travail préparatoire comme titres de sous parties et que j’ai oublié de parler de l’effet multiplicateur. Vais-je être beaucoup pénalisée? Merci d’avance.

    1. @ marie
      pas d’inquiétude à avoir pour l’effet multiplicateur oublié, c’est un truc technique.
      En plus ce n’est pas spécifiquement dans le sujet.

  26. Désolée, c’est encore moi. Je m’aperçois que j’ai fait l’erreur de réutiliser les questions du travail préparatoire comme titres de sous parties et que j’ai oublié de parler de l’effet multiplicateur. Vais-je être beaucoup pénalisée? Merci d’avance.

    1. @ marie
      pas d’inquiétude à avoir pour l’effet multiplicateur oublié, c’est un truc technique.
      En plus ce n’est pas spécifiquement dans le sujet.

  27. j’ai parlé de la thèse de boudon et bourdieu sur l’éducation et l’école , est-ce bon ?

  28. j’ai parlé de la thèse de boudon et bourdieu sur l’éducation et l’école , est-ce bon ?

    1. bonjour Maria
      Il est toujours bon de faire référence à tel ou tel auteurs, cela fait toujours plaisir au correcteur.
      Notre société de révérence nous fait croire à l’égalité, mais elle aime bien mettre en évidence les grands maîtres…

  29. Dans la question de synthèse, pouvait-on réutiliser les questions du travail préparatoire comme titres de sous-parties ? S’il vous plait répondez. Merci.

    1. bonjour Marie
      Non en tant que titres puisque le travail préparatoire et la synthèse sont deux exercices différents. Par contre les réponses données en travail préparatoire peuvent être réutilisées comme contenu dans la mini-dissertation que forme la synthèse.

  30. Dans la question de synthèse, pouvait-on réutiliser les questions du travail préparatoire comme titres de sous-parties ? S’il vous plait répondez. Merci.

    1. bonjour Marie
      Non en tant que titres puisque le travail préparatoire et la synthèse sont deux exercices différents. Par contre les réponses données en travail préparatoire peuvent être réutilisées comme contenu dans la mini-dissertation que forme la synthèse.

  31. Quelles étaient les sous parties du grand I et du grand II?
    Etait-il possible d’argumenter sur l’éducation, le conflit du travail, la moyenisation et de la flexilité du travail?
    S’il vous plait repondez-moi, merci d’avance.

    1. Bonjour Christelle
      L’intégration est d’abord un problème de socialisation, donc d’éducation, C’est dans le sujet. Les conflits du travail permettent la solidarité syndicale et donc l’intégration dans un groupe, ok. La flexibilité du point de vue de l’employeur entraîne un mal être de l’employé dans le travail qui se répercute sur des difficultés d’intégration. Par contre la moyennisation est un peu loin du sujet posé.
      Quant aux sous-parties, il n’y a pas de plan évident, à chacun de déterminer sa propre logique.

  32. Quelles étaient les sous parties du grand I et du grand II?
    Etait-il possible d’argumenter sur l’éducation, le conflit du travail, la moyenisation et de la flexilité du travail?
    S’il vous plait repondez-moi, merci d’avance.

    1. Bonjour Christelle
      L’intégration est d’abord un problème de socialisation, donc d’éducation, C’est dans le sujet. Les conflits du travail permettent la solidarité syndicale et donc l’intégration dans un groupe, ok. La flexibilité du point de vue de l’employeur entraîne un mal être de l’employé dans le travail qui se répercute sur des difficultés d’intégration. Par contre la moyennisation est un peu loin du sujet posé.
      Quant aux sous-parties, il n’y a pas de plan évident, à chacun de déterminer sa propre logique.

  33. Il y a pourtant un lien avec l’écologie me semble-t-il. Une société qui confond emploi et travail favorise le quantitatif, le productif au qualitatif, au relationel. Si un citoyen reçoit un revenu minimum de base qu’elle que soit sa condition (concept d’allocation universelle) et décide de ne pas chercher d’emploi, il peut néanmoins rester actif, en travaillant, par exemple, dans son propre potager pour subvenir en partie ou en totalité à ses besoins alimentaires. Armés de temps libre et débarassés de la pression productiviste, les individus peuvent se tourner vers des activités quaternaires, vers une économie sociale, très souvent peu intensive en énergie et en carbonne.

  34. Il y a pourtant un lien avec l’écologie me semble-t-il. Une société qui confond emploi et travail favorise le quantitatif, le productif au qualitatif, au relationel. Si un citoyen reçoit un revenu minimum de base qu’elle que soit sa condition (concept d’allocation universelle) et décide de ne pas chercher d’emploi, il peut néanmoins rester actif, en travaillant, par exemple, dans son propre potager pour subvenir en partie ou en totalité à ses besoins alimentaires. Armés de temps libre et débarassés de la pression productiviste, les individus peuvent se tourner vers des activités quaternaires, vers une économie sociale, très souvent peu intensive en énergie et en carbonne.

Les commentaires sont fermés.