Les anti-éoliens sont-ils des écologistes ?

Des listes « citoyenne » anti-éolien pour les municipales, il y en a : « Construire des éoliennes devant le Canigou, c’est comme construire des éoliennes devant Notre-Dame de Paris ! »… « Nous partons d’une émotion, la colère, contre ces ventilateurs pourris devant le point culminant emblématique de notre département] ! »… « Notre engagement premier, c’est l’opposition à l’installation des éoliennes »… « concertation, communication, implication ». Les anti-anti-éoliens s’exclament : « Il y a ceux qui ont la lumière et il y a ceux qui ne l’auront pas ! »*. Emmanuel Macron constatait le 14 janvier que le consensus autour de l’éolien est en train de nettement s’affaiblir dans notre pays. La ministre de l’écologie, Elisabeth Borne, déplore récemment « le développement anarchique » de l’éolien. Pas beaucoup de vision d’envergure chez nos dirigeants, heureusement les commentateurs sur lemonde.fr mettent les pieds dans le vent :

Bernard l. : Je sais que ma proposition est caricaturale mais c’est quand même un peu le fond du problème. Au lieu de se prononcer pour ou contre les éoliennes, ces personnes devraient se prononcer pour les éoliennes OU pour une centrale nucléaire OU pour les Pyrénées Orientales premier département à délester quand il y a déficit de production.

VincentB : Des éoliennes ? Oui, mais pas chez moi. L’intérêt individuel prime sur le collectif. Qui imagine que l’arrêt du massacre climatique actuel se fera sans mal ? Accepter la vue de quelques moulins à vent, auxquels on ne fera plus attention dans dix ans, n’est pas le plus gros sacrifice.

D accord : Au final, même l’homme de Cromagnon n’aurait pas grâce à leurs yeux, donc bon au bout d’un moment il faut se faire à l’idée que même quand une marmotte creuse son trou, elle rejette les pierres et la terre à l’extérieur de son terrier. Quant aux néo-ruraux à la recherche d’une carte postale passéiste, faut se faire à l’idée que la campagne n’est plus forcément celle de Pagnol.

Timshel : Avez vous vu, sur la photo du MONDE, le paysage complètement défiguré par les piquets de vignes au premier plan ?

Lorgnette : Habitant de l’Occitanie, moi le spectacle des éoliennes me ravit, et quand au bruit, soyons sérieux : il faut être juste dessous pour les entendre tourner. L’intérêt général contre l’intérêt particulier est plus que jamais au centre de l’actualité dans ce pays. Pendant ce temps, l’Espagne a couvert ses montagnes d’éoliennes et elles produisent une part significative de leur électricité. Erreur en deçà des Pyrénées, vérité au delà ?

Airain : Vivant dans la région où il y a le plus d’éoliennes, je ne trouve pas ça moche, pas plus que les milliers de pylônes HT qui transportent l’électricité issue des centrales nucléaires…

Anti-septique : Bon, c’est pas compliqué, si on construit une éolienne gigantesque près de votre maison, elle ne vaut plus rien. Il vous sera impossible de la revendre. Donc vous êtes contre, sans autre possibilité. Si vous n’êtes pas propriétaire d’une maison à proximité, vous pouvez pensez autrement…

Blaise : Ces crispations autour des éoliennes, c’est un peu comme les gilets jaunes qui se disent écolos. D’un coup les gens se sentent investis d’une mission pour combattre des moulins a vent (ou une hausse du prix de l’essence) mais, si on leur demande, je suis sûr que la majorité veut lutter contre le changement climatique. Juste ils ne veulent pas en payer le prix.

Pm42 : Je croyais que c’était les méchants politiques qui ne font rien pour l’écologie alors que la population elle, est prête à suivre Greta Thunberg dans sa sainte croisade. Mais donc, pas d’énergies fossiles parce que ce n’est pas bon pour le climat, pas de nucléaire parce que Greenpeace n’aime pas, pas d’éoliennes à cause des listes citoyennes, quel futur pour la démocratie ?

Pierre le Petit : Il y a évidemment des arbitrages à faire. Cependant, le principe d’un arbitrage c’est parfois de devoir aller contre certaines opinions. On ne pourra jamais satisfaire tout le monde. Je propose la solution suivante : les territoires qui refuseront obstinément l’installation d’éoliennes pourraient être coupées des centrales nucléaires situées dans les autres régions. A leur charge de construire une centrale sur leur sol :-).

30 mai 2018,Tout savoir sur les anti-éoliens… et même plus

4 avril 2009, éoliennes et paysage

* LE MONDE du 25 janvier 2020, Municipales : l’opposition aux éoliennes, ces « ventilateurs pourris », pousse à faire de la politique dans les Pyrénées-Orientales

Partagez ...

7 réflexions sur “Les anti-éoliens sont-ils des écologistes ?”

  1. Michel,

    Pour une fois que Macron à la même vision que les journaux « Reporterre » et « L’écologiste », tu devrais être content ! Ces 2 journaux critiquent le développement de l’éolien depuis des années. Ce qui n’empêche pas leur redac-chefs d’être invités aux journées d’été d’EELV (dont certains élus sont contre les éoliennes).

    On ramasse ce qu’on semé. Sans éolien, sans nucléaire, sans très forte réduction du pouvoir d’achat, on va dans le mur. Les yeux ouverts., car tu le savais, non?

    1. Thierry,
      Avec ou sans éolien, avec ou sans nucléaire… on va dans le mur. Mais ça aussi tu le savais, non ?

  2. Rappelons qu’on ne remplace pas une centrale nucléaire par une éolienne mais par 2 000 éoliennes géantes. Que l’électricité éolienne ne se transporte pas par l’opération du Saint Esprit et que donc les fils déplorés par certains seront au moins aussi nombreux, que la quantité d’acier et dé béton utilisé par kW.h produit par l’éolien est plus importante que pour le nucléaire.
    Et qu’en réalité, les deux sources d’énergie (éolien et nucléaire) sont tout autant dépendantes du pétrole, sans lui aucune des deux ne pourrait être installée ni entretenue.

    1. Pour fournir en temps et heure de l’ électricité à près de 70 millions de consommateurs , seuls les réacteurs nucléaires en sont capables .
      C’ est malheureux à dire mais c’ est comme cela .
      Les éoliennes sont hideuses , coûtent cher , ne fournissent que de l’ énergie intermittente (il ne vente pas non stop) mais font le bonheur des écolos de la sainte farce .
      Conclusion : forte diminution à terme de la population et sobriété énergétique sont les seules vraies mesures efficaces !

    2. Tout à fait Didier Barthès !
      Si encore tous ces idolâtres du Progrès et du Toujours Plus pouvaient vous entendre. Si encore tous ces malheureux qui les trouvent bêêêles (comme ce pauvre Airain qui «ne trouve pas ça moche, pas plus que les milliers de pylônes HT») pouvaient voir un peu plus loin. S’ils pouvaient voir et en même temps tous ces pylônes, certes un peu rikikis comparés au reste. Mais heureusement bien cachés par ces piquets de vignes, sur cette photo du MONDE que nous indique Timshel 😉
      Comme ils disent : « Il y a ceux qui ont la lumière et il y a ceux qui ne l’auront pas ! »
      Misère misère !

  3. En quoi les éoliennes sont elles écologiques si c est toujours pour produire plus d énergie?
    La construction d éolienne ne nécessite elle pas l utilisation d énergie fossile?
    L ecologie c est en premier lieu réduire sa consommation d énergie.

  4. Je trouve malheureux que nous en soyons encore avec ce genre de questions et de réflexions. Mais pourquoi ne pourrait-on pas être anti-éolien et (en même temps) écologiste ? Et pour quelle(s) raison(s) un écolo se devrait-il d’être pro-éolien ?
    Autrement dit, des éoliennes… mais pour quoi faire ? S’il s’agit de remplacer une centrale nucléaire par un parc éolien offshore, après tout pourquoi pas. Maintenant s’il s’agit de rajouter des éoliennes pour produire toujours plus d’électricité, là c’est autre chose. La question est là, quel monde voulons-nous construire et laisser à nos enfants ? Sachant bien sûr, que nous ne pourrons jamais avoir le beurre ET (en même temps) l’argent du beurre.
    Or cette fameuse «Transition énergétique» (et écologique) dont on nous rabat les oreilles (d’ânes) du matin au soir porte cette idée (folle). Elle ne fait donc qu’entretenir le mensonge dans lequel nous vivons et bien sûr l’hypocrisie générale. Il s’agit là d’un mythe (un de plus) qui vient en rajouter à la fable du «Développement Durable», de la «croissance verte», aux mensonges du «capitalisme vert» et de l’«écologie libérale». Cette «Transition» ne va évidemment pas dans le sens de la décroissance et donc de l’écologie, «la vraie» bien sûr, celle que certains qualifient de «profonde». Bien au contraire, les énergies dites renouvelables ne viendront pas remplacer le charbon et le nucléaire, elles ne feront que s’y rajouter. Et pour un véritable écolo les raisons ne devraient pas être difficiles à comprendre. Retenons seulement : Transition, pièges à cons !
    Le problème c’est que la sacro-sainte Transition est défendue par de nombreux écolos. Que nous qualifieront évidemment, d’écotartufes !
    Quant à la beauté, personnellement je préfère le spectacle du Canigou avec des cerisiers en fleurs en premier plan, plutôt qu’avec des éoliennes. Et je préfère de loin entendre le bruit du vent dans les arbres que dans le pâles de ces horreurs. Mais bien sûr, des goûts et des couleurs on ne discute pas.

Les commentaires sont fermés.