les socialistes sont pro-nucléaires

Si la genèse du nucléaire hexagonal repose sur un usage militaire, son histoire irrigue celle de « la gauche » (lorsque j’emploie ce vocable dans un contexte politique, je l’entoure systématiquement de guillemets).

1/5) un membre du PC, concepteur de la bombe atomique

Le 4 mai 1939, le physicien Frédéric Joliot, membre du Parti communiste, déposa via la Caisse nationale de la recherche scientifique (Paris) à l’Office national de la propriété industrielle, en compagnie de ses collègues du Collège de France, Hans von Halban et Lew Kowarski, le brevet «Cas N° 3», intitulé «Perfectionnement aux charges explosives», le mode d’emploi de la bombe A. Sous son égide, la France acquit l’intégralité de l’eau lourde norvégienne et s’assura de l’approvisionnement en uranium dans le Haut-Katanga (Congo) ; elle devint la première importatrice de ce minerai. Le co-lauréat, avec son épouse Irène, du Prix Nobel de chimie, en 1935, dirigea, dès sa création, le 18 octobre 1945 par le général Charles de Gaulle, le Commissariat à l’énergie atomique. Il en fut évincé après qu’il eut lancé, le 19 mars 1950, l’Appel de Stockholm afférent à l’interdiction absolue de l’arme de destruction massive dont il apparut, avec les physiciens d’obédience socialiste, Francis Perrin et Yves Rocard, comme un des géniteurs. Taraudé par ce que je qualifierais de «syndrome Frankenstein/Einstein», le concepteur de la pile «Zoé» au fort de Châtillon (à cinq kilomètres au sud de la capitale) réalisa avec effroi l’incommensurable nocivité de son «œuvre».

Le décret du 26 octobre 1954, signé par Pierre Mendès-France, président du Conseil, matérialisa noir sur blanc la détermination de construire le terrifiant engin de mort. Guy Mollet, qui cornaqua, sous la bannière de la Section française de l’Internationale ouvrière, le gouvernement entre le 1er février 1956 et le 13 juin 1957, acquiesça au plan quinquennal incluant la force de frappe, alors qu’il avait longtemps prôné une position «pacifiste», majoritaire dans sa formation.

2/5) la conversion du parti socialiste au nucléaire

Au printemps 1976, Charles Hernu, Robert Pontillon, Jean-Pierre Chevènement, Didier Motchane et Lionel Jospin achevèrent, au fil de motions internes aux tournures plutôt floues, de convertir le PS au nucléaire militaire. L’adhésion au volet civil suivrait incessamment. Au préalable, à l’aube d’un scrutin que beaucoup considérèrent comme crucial, il convenait de se démarquer du giscardisme. Le projet socialiste, édité au 1er trimestre 1980, insista sur «l’organisation d’un débat démocratique, non biaisé», impliquant «une opinion informée disposant d’un esprit critique…». La nouvelle majorité voterait dès son accession aux leviers de l’État une loi garantissant «les modalités de contrôle des citoyens et des élus sur le processus de décision», tant nationalement que régionalement, y compris dans le domaine de la sûreté nucléaire. Ces points figurèrent également dans les fameuses «110 propositions», dont les auteurs promirent de veiller à une diversification du panel, de pair avec une vaste palette d’économies d’énergie…

Au lieu de cela, les gouvernants propagèrent le chauffage électrique, une de ces aberrations d’envergure qui germent régulièrement dans le cerveau déjanté de bureaucrates patentés et de leurs hommes-liges. Si aujourd’hui la France végète, à l’échelle de la «vieille Europe», en queue de peloton quant à la promotion des sources renouvelables, nous le devons essentiellement à celles et ceux qui jurèrent, avec des accents rimbaldiens, de «changer la vie» !…

3/5) le nucléariste Mitterrand et sa suite

François Mitterrand abandonna simplement le projet de Plogoff (1), à la pointe du Raz (Finistère) de même que l’extension du camp dévolu aux jeux guerriers sur le plateau du Larzac. Assumant pleinement «l’héritage» de ses prédécesseurs (2), le «florentin», maître ès-esquive et manipulation, s’empressa non seulement d’enterrer le moratoire, comme l’idée d’une consultation du Parlement et a fortiori des citoyen(-ne)s, mais il accéléra les constructions en cours, en commanda d’autres, tout en ne modifiant pas d’un iota l’option de la dissuasion. Je rappelle qu’Anne Lauvergeon, récemment blackboulée par Nicolas Sarkozy des rênes d’AREVA, fut une sherpa et une groupie du «sphinx».

Nous avons loupé le coche du nécessaire tournant à l’été 1981, lorsque l’électricité d’origine nucléaire représentait 38% du «mix». Au terme de la première (et unique) législature socialo-communiste sous la cinquième République, le chiffre avoisina les 60%. Après la cohabitation du 20 mars 1986 au 10 mai 1988, avec Jacques Chirac à Matignon, le retour du PS aux affaires (jusqu’au 29 mars 1993) coïncida avec le quasi-bouclage du parc des centrales. Depuis, la proportion du courant généré par la fission ne variera plus guère : entre 75 et 78%, peu ou prou le double de «l’état des lieux» initial. La nomination de deux Verts au sein du cabinet de Lionel Jospin en qualité de Ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Dominique Voynet (4 juin 1997 – 9 juillet 2001), puis Yves Cochet (10 juillet 2001 – 5 mai 2002), n’impulsa aucune esquisse d’alternative. L’actuelle maire de Montreuil signa une dizaine de décrets concernant cette occurrence, par exemple l’introduction du combustible MOX dans les installations de Chinon (Indre-et-Loire) et l’érection de deux  tranches à Civaux (Vienne) ou encore l’autorisation d’un chantier en vue de l’enfouissement éventuel de déchets radioactifs à Bure (Meuse)…

4/5) les accointances de Dominique Strauss-Kahn avec le lobby nucléaire

Dans leur essai, Les vies cachées de DSK (Le Seuil, mars 2000, 249 pages, 18,30 €), Véronique Le Billon et Vincent Giret, journalistes au mensuel L’Expansion, consacrent le chapitre «Ministre privé» à certaines prestations «intellectuelles» exécutées par Dominique Strauss-Kahn. On y apprend ses accointances, aussi vénales qu’idéologiques, avec le lobby nucléaire. Après sa défaite aux législatives de mars 1993, le recalé de l’ÉNA créa DSK Consultants. Entre 1994 et 1996, EDF lui versa environ 1,5 million de francs, en particulier pour avoir favorisé la coopération franco-allemande sur l’EPR (Siemens/Framatome). Il se ficha comme d’une guigne que la Cour des comptes l’épinglât pour le montant de ses émoluments. De la Cogéma, le natif de Neuilly-sur-Seine palpa quelque 600 000 francs pour des interventions auprès de députés sociaux-démocrates qu’il s’agissait de convaincre quant à l’opération susvisée. Il «pigea» aussi pour l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs. Au total, il perçut jusqu’en 1997 en moyenne 200 000 francs par mois pour quelques rapports, courriers, entretiens de visu et coups de fil…

Alors que son… addiction à…l’atome lui avait rapporté gros, quelques-un(-e) de ses affidé(-e)s prétendent que l’ex-ponte du FMI envisageait un désengagement de ce mode de production énergétique. Celui qui avait trop longtemps entretenu la fiction quant à son pouvoir de «séducteur» quasi irrésistible avait déclaré qu’il «n’est pas souhaitable que l’humanité y renonce…» (4). Pas au harcèlement sexuel, au nucléaire !…

5/5) les socialistes après Fukushima

Après l’accident survenu à Fukushima, suite au séisme et au tsunami du 11 mars 2011, irritée par la résurgence de la polémique autour d’une technologie de toute évidence guère maîtrisable en cas d’emballement et potentiellement à très haut risque, Ségolène Royal avait reproché aux écologistes de ne pas respecter un «délai de décence». Benoît Hamon demande un «inventaire précis». Je l’affranchis ? La France compte cinquante-huit réacteurs d’une puissance globale de 63260 mégawatts (quarante-quatre sur les berges d’un cours d’eau, quatorze en bord de mer) répartis sur dix-neuf sites. Seuls les States la devancent : cent quatre. Jack-«Il n’y a pas mort d’homme»-Lang ne craint pas d’être foudroyé par le ridicule en pérorant sur une «énergie pacifique, non-polluante».

François Hollande estime qu’abandonner une industrie «où on est sans doute les meilleurs» (sic) serait «ni économiquement sérieux, ni écologiquement protecteur, ni socialement rassurant». On concédera au moins au président du Conseil général de Corrèze une franchise qui tranche avec les louvoiements chafouins d’autres hiérarques siégeant au 10 rue de Solférino.

Aurélie Filippetti, députée de la Moselle, a pris sans ambiguïté ses distances avec la position du bureau national, une «vision dépassée» (5). Elle a exhorté ses «amis socialistes à une prise de conscience». Mouais ! Martine Aubry a sonné les cloches à la franc-tireuse, non sans indiquer qu’elle adhère à la «logique des Verts en la matière». Une sortie au mieux d’ici vingt ans, donc ! Eu égard à l’urgence d’un revirement et d’une reconversion, une telle échéance, que la fille de Jacques Delors aurait néanmoins du mal à vendre à ses ouailles, équivaut aux calendes grecques…

René HAMM

Bischoffsheim (Bas-Rhin), le 9 juillet 2011

(1) Le 16 mars 1980, 50 000 personnes manifestèrent à l’occasion de la clôture de l’enquête d’utilité publique. Le week-end des 24 et 25 mai, près de 150 000 opposant(-e)s se rassemblèrent face à la Baie des trépassés, quelque 60 000 restèrent pour un fest-noz. Je signale le documentaire en 16 mm de Nicole et Félix Le Garrec, Plogoff : des pierres contre des fusils (112 minutes), sorti le 19 novembre 1980, qui avait attiré 250 000 intéressé(-e)s dans les salles obscures, ainsi que l’ouvrage de Gérard Borvon, Plogoff, un combat pour demain, paru le 15 juin 2004 aux Éditions Cloître à Saint-Thonan (Finistère), 224 pages, 19 euros chez l’auteur, animateur de l’association S-Eau-S : 20 rue des frères Mazéas 29800 Landerneau.

(2) Le 5 mars 1974, le premier ministre Pierre Messmer, disposant des pleins pouvoirs en raison de la maladie du Président Georges Pompidou (qui s’éteignit, le 2 avril suivant), lança la construction de la première ligne de TGV reliant Paris à Lyon et un gigantesque programme prévoyant six réacteurs par an pendant une décennie. Valéry Giscard d’Estaing en appliqua une partie.

(3) Le 16 juin 2007, il a adhéré au parti Die Linke (La Gauche). Depuis le 1er juillet 2010, il préside aux destinées du Centre pour le dialogue international et la coopération, une entité de la Fondation Rosa Luxemburg, à Berlin.

(4) La flamme et la cendre, Grasset, janvier 2002, 395 pages, 20 €. Dans cet assemblage de deux vocables que le thuriféraire de «l’économie de marché» avait récupérés dans un discours de Jean Jaurès, je perçois aujourd’hui, sans persiflage excessif, une métaphore de sa trajectoire, tant politique que privée…

(5) Le Monde du 16 mars 2011. Le 8 avril, celle qui évitait de se retrouver seule avec DSK dans un endroit fermé avait signé, avec Christophe Caresche, Jean-Paul Chanteguet, et Géraud Guibert, dans le quotidien vespéral une tribune titrée « Sortons du nucléaire ».

Partagez ...

2 réflexions sur “les socialistes sont pro-nucléaires”

  1. Quelques précision de René Hamm sur ses sources:
    – l’opuscule « Le nucléaire » de Jean-Pierre Angelier (La Découverte/Maspéro, mars 1983) dans lequel l’auteur cite « La Revue de l’énergie » d’avril 1982 avec la répartition suivante pour l’année-charnière 1981: Thermique classique: 34%, nucléaire: 38%, hydraulique: 28%.
    – « Der Atom-Atlas » de Michael Heinrich et Andreas Schmidt, édité par Heyne (Munich) à l’été 1986, le rapport le plus complet (229 pages) sur la question à l’époque. Deux phrases: « Dans aucun autre pays occidental l’extension de l’énergie atomique n’a été entreprise au pas de charge comme en France. Aujourd’hui plus de 59% du courant émanent des usines atomiques ». Tous les réacteurs les plus puissants ont été raccordés au réseau bien après l’avènement de la « gauche ». Dans le quotidien « La Voix du Nord », le 29 avril dernier, Pierre Mauroy s’est même vanté d’avoir été le premier ministre qui a lancé le plus de centrales. En tous cas, au nombre de mégawatts installés, celui que des écologistes avaient surnommé « le petit Chooz » n’avait pas mégoté.

    Les données que j’ai mentionnées constituent la trame, le fil rouge, de mon article. Je soutiens mordicus que la « gauche », en assumant « l’héritage » de ses prédécesseurs, au mépris des promesses auxquelles j’avais crues comme des millions de compatriotes, avait entraîné notre pays dans le presque tout-nucléaire. Au demeurant, j’avais déjà énoncé jadis à plusieurs reprises cette thèse, tant dans l’hebdomadaire « Témoignage chrétien' » que dans le mensuel « Alternatives économiques », sans que quiconque ne la contestât. Très récemment, en réaction à une « tribune libre » insérée dans « Les Dernières Nouvelles d’Alsace », je l’avais rebalancée, le 28 juin. On imagine bien que si j’étais réellement dans le faux, les pontes du PS alsacien, de mèche avec les Verts, n’auraient pas hésité à me renvoyer à mes études.
    Je refuse tout dilettantisme quant à la vérité historique. Imaginons un instant que nous eussions, après juin 1981, emprunté une autre voie que celle, irresponsable, voire suicidaire, de la filière nucléaire. Personne n’épiloguerait, ne conjecturerait, ne gloserait plus sur « la sortie », car ce serait chose accomplie depuis belle lurette…

  2. Quelques précision de René Hamm sur ses sources:
    – l’opuscule « Le nucléaire » de Jean-Pierre Angelier (La Découverte/Maspéro, mars 1983) dans lequel l’auteur cite « La Revue de l’énergie » d’avril 1982 avec la répartition suivante pour l’année-charnière 1981: Thermique classique: 34%, nucléaire: 38%, hydraulique: 28%.
    – « Der Atom-Atlas » de Michael Heinrich et Andreas Schmidt, édité par Heyne (Munich) à l’été 1986, le rapport le plus complet (229 pages) sur la question à l’époque. Deux phrases: « Dans aucun autre pays occidental l’extension de l’énergie atomique n’a été entreprise au pas de charge comme en France. Aujourd’hui plus de 59% du courant émanent des usines atomiques ». Tous les réacteurs les plus puissants ont été raccordés au réseau bien après l’avènement de la « gauche ». Dans le quotidien « La Voix du Nord », le 29 avril dernier, Pierre Mauroy s’est même vanté d’avoir été le premier ministre qui a lancé le plus de centrales. En tous cas, au nombre de mégawatts installés, celui que des écologistes avaient surnommé « le petit Chooz » n’avait pas mégoté.

    Les données que j’ai mentionnées constituent la trame, le fil rouge, de mon article. Je soutiens mordicus que la « gauche », en assumant « l’héritage » de ses prédécesseurs, au mépris des promesses auxquelles j’avais crues comme des millions de compatriotes, avait entraîné notre pays dans le presque tout-nucléaire. Au demeurant, j’avais déjà énoncé jadis à plusieurs reprises cette thèse, tant dans l’hebdomadaire « Témoignage chrétien' » que dans le mensuel « Alternatives économiques », sans que quiconque ne la contestât. Très récemment, en réaction à une « tribune libre » insérée dans « Les Dernières Nouvelles d’Alsace », je l’avais rebalancée, le 28 juin. On imagine bien que si j’étais réellement dans le faux, les pontes du PS alsacien, de mèche avec les Verts, n’auraient pas hésité à me renvoyer à mes études.
    Je refuse tout dilettantisme quant à la vérité historique. Imaginons un instant que nous eussions, après juin 1981, emprunté une autre voie que celle, irresponsable, voire suicidaire, de la filière nucléaire. Personne n’épiloguerait, ne conjecturerait, ne gloserait plus sur « la sortie », car ce serait chose accomplie depuis belle lurette…

Les commentaires sont fermés.