Oil Man : l’information Total qu’il ne fallait pas louper

La production de pétrole du groupe Total décline pour la 8ème année ! Les extractions de pétrole de Total se sont établies à 1,22 million de barils par jour (Mb/j) en 2012, en recul de 0,5 % par rapport à 2011. Le recul est de 19,2 % par rapport à 2007 et de 28 % par rapport à 2004, date du début de la baisse de la production du groupe. Le nombre de puits de pétrole exploités à part entière par Total a pourtant été accru de 40 % entre 2007 et 2011, essentiellement à travers des acquisitions. L’ensemble des puits dans lesquels la firme possède un quelconque intérêt a été multiplié par 2,5, tandis que les dépenses consacrées à la production et à l’exploration étaient multipliées par… 2,5 (de 12 à 30 milliards de dollars) ! Lorsque l’on plante beaucoup plus d’arbres et que, malgré cela, les récoltes continuent de décroître, c’est d’ordinaire le signe que la terre n’est plus aussi généreuse qu’avant. Alors que le verger du groupe Total est mondial… Sur chacun des cinq continents, le pétrolier français est implanté dans de nombreux pays qui s’apprêtent à connaître ou qui connaissent déjà un déclin structurel.

Ce recul paraît confirmer une tendance que connaissent également les principaux concurrents de Total depuis le milieu des années 2000. Baisse de la production globale en dépit d’efforts d’investissements sans cesse plus gigantesques : les symptômes de la maladie qui semble atteindre le groupe Total touchent également ses principaux concurrents, à commencer par le premier d’entre eux, Exxon. Les « majors » font toutes face à un déclin de leurs extractions de brut amorcé entre 2007 pour BP et avant l’an 2000 pour Chevron.

Pour en savoir plus, le blog de Matthieu Auzanneau

Soutenez ce journaliste indépendant qui sait toujours aller à l’essentiel.

Allez sur son blog… et plus si affinités.

Partagez ...