Naissance de l’eugénisme… dans la lignée de Darwin

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l’eugénisme, c’est-à-dire le souci d’améliorer l’espèce humaine, se répandit dans tout le monde occidental. Il inspira de nombreuses lois instaurant notamment la stérilisation des indésirables. En Allemagne prénazie, l’un des principaux tenants de l’eugénisme fut Ernst Haeckel, celui-là même qui forgea en 1866 le néologisme « écologie ». Voici quelques extraits tirés du livre de Ivo Rens, Entretiens sur l’écologie (de la science au politique) :

Darwin : « Chez les sauvages, les individus faibles de corps ou d’esprit sont promptement éliminés, et les survivants se font ordinairement remarquer par leur vigoureux état de santé. Quant à nous, hommes civilisés, nous faisons, au contraire, tous nos efforts pour arrêter la marche de l’élimination ; nous construisons des hôpitaux pour les idiots, les informes et les malades ; nous faisons des lois pour venir en aide aux indigents ; nos médecins déplient toute leur science pour prolonger autant que possible la vie de chacun » (La descendance de l’homme – 1871, p 179)

Darwin : « Tous ceux qui ne peuvent éviter une abjecte pauvreté pour leurs enfants devraient éviter de se marier, car la pauvreté est non seulement un grand mal, mais elle tend à s’accroître en entraînant à l’insouciance dans le mariage. D’autre part, comme l’a remarqué M.Galton, si les gens prudents évitent le mariage, pendant que les insouciants se marient, les individus inférieurs de la société tendant à supplanter les individus supérieurs » (La descendance de l’homme – 1871, p 750)

Clémence Royer : « Je veux parler de cette charité imprudente pour les êtres mal constitués où notre ère chrétienne a toujours cherché l’idéal de la vertu sociale et que la démocratie voudrait transformer en une source de solidarité obligatoire, bien que sa conséquence la plus directe soit d’aggraver dans la race humaine les maux auxquels elle prétend porter remède. On arrivait ainsi à sacrifier ce qui est fort à ce qui est faible, les bons aux mauvais, les êtres bien doués d’esprit et de corps aux être vicieux et malingres… » (Préface de à la première édition française de L’Origine des espèces de Darwin – 1862 )

Une actualisation avec un extrait de Serge Latouche commentant William Stanton : Le scénario [que Stanton propose], présenté comme une programmation volontaire équitable et paisible, vise à une réduction progressive de la population sur cent cinquante ans à un taux égal à celui de la déplétion du pétrole afin d’éviter le cauchemar d’une réduction brutale à travers guerres (y compris nucléaires), massacres, famines, etc. Les ingrédients en sont les suivants : « L’immigration est interdite. Les arrivants non autorisés sont traités comme des criminels. L’avortement ou l’infanticide sont obligatoires si le fœtus ou le bébé s’avèrent très handicapés (la sélection darwinienne élimine les inaptes). Quand, par l’âge avancé, par un accident ou une maladie, un individu devient plus un poids qu’un bénéfice pour la société, sa vie est humainement arrêtée. L’emprisonnement est rare, remplacé par des punitions corporelles pour les petits délits et par le châtiment capital sans douleur pour les cas les plus graves. » L’auteur est conscient des oppositions qui peuvent surgir de la mise en place de son schéma : « Le plus grand obstacle dans le scénario ayant le plus de chance de succès est probablement (à mon avis) la dévotion inintelligente du monde occidental pour le politiquement correct, les droits humains et le caractère sacré de la vie humaine. » La réponse est aussi impitoyable que le diagnostic : « Aux sentimentalistes qui ne peuvent pas comprendre le besoin de réduire la population de la Grande-Bretagne de 60 millions à environ 2 millions sur cent cinquante ans, et qui sont outrés par la proposition de remplacement des droits humains par une froide logique, je pourrais répondre : ’Vous avez eu votre temps’. » (William Stanton , The Rapid Growth of Human Population 1750-2000 : Histories, Consequences, Issues, Nation by Nation, Multi-Science Publishing, 2003) ; (Serge Latouche Le pari de la décroissance, Arthème Fayard/Pluriel, 2006, pp. 142-143)

13 réflexions sur “Naissance de l’eugénisme… dans la lignée de Darwin”

  1. « Certains propos sont purement et simplement inacceptables et font obstacle à la vraie réflexion que cherchent à susciter les différents articles. » »

    Cette phrase est d’ anthologie : les gauchistes (ce que vous êtes sans aucun doute) fixent eux – mêmes les limites de l’ acceptable et ceux qui les contestent , seraient à enfermer … en asile psychiatrique ou au goulag humaniste si par malheur ils arrivaient au pouvoir !
    Une vraie réflexion est une réflexion menée par ces humanistes de carnaval érigés en arbitres de la bienpensance .

    Vous tremblez devant cette « haine  » car vous savez bien que votre sort sera terrible le jour inévitable où cela tournera mal (guerre ethnicocivile) et qu’ on vous fera payer votre collaboration avec la pire idéologie que cette terre ait jamais portée outre le communisme, à savoir l’ islam .

    En outre , vos propos nébuleux sur la question démographique et votre obsession à vouloir nous ramener à une sobriété de type bengaloafricaine confirme le polpotisme de votre « pensée » .

    Pour moi, vous êtes un ennemi à combattre sans merci

    1. Y’a pas à dire, je suis vraiment trop fort ! J’avais parfaitement deviné, quand je disais qu’on allait me dire que c’est une question de goûts, et donc que ça ne discute pas.
      Et quand j’ai écrit que sur ce site vous pouviez vomir toute votre haine, chier sur les gôôchistes humanistes, muzz etc. tout à votre guise… j’ai seulement oublié de rajouter que vous pouviez également y balancer toutes vos menaces.
      Conclusion : Encore un grand bravo à la « modération » de Biosphère. Misère misère ! (tiens ça rime, comme c’est bizarre…)

      1. « Conclusion : Encore un grand bravo à la « modération » de Biosphère. Misère misère ! (tiens ça rime, comme c’est bizarre…) »

        Quand je parlais de polpotisme , en voilà la preuve écrite car les gauchistes ont toujours tenté de faire taire leurs contradicteurs par tous les moyens : censure , modération ,violence , goulag , camp de détention, asile psychiatrique, ….)
        Gauche = oncle Adolf – khmers rouges au Cambodge – communistes en Chine et Urss – Cuba – Vietnam – Venezuela (Chavez ) – Mussolini – Nicaragua – régimes de social – démocrassie en Europe : en bref , que des réussites et des modèles de respect des individus ainsi que des expériences qui ont foiré partout .

        Ne confondez pas immense mépris avec haine !
        Je persiste et signe : vous êtes un ennemi idéologique !

        1. Voilà où on en arrive au nom de la sacro-sainte liberté d’expression, ou d’opinion. Au diable donc le « politiquement correct » et la langue de bois. Et encore, si ce n’était que ça.
          Je l’ai dit mille fois, aujourd’hui tout se vaut, une vessie une lanterne, un cercle un carré. Je l’ai dit mille fois nous vivons dans le grand n’importe quoi, hélas pas seulement sur Biosphère. Au diable donc ce que Florian appelle « la vraie réflexion ». Et par conséquent au diable toutes les règles, toutes les chartes, toutes le modérations et toutes les « modérations » à la con !

  2. « Oui nous somme surpeuplés si l’on vit comme un Étasunien, non comme un Burkinabé. Paul Ariès nous dit que les denrées actuelles dépassent les besoins de 23% »

    Sacré Paul Aries , grrrrrrrrrrand science popoliste , superagronome et maître en convivialité
    onctueuse , il sait (un homme de gauche est omniscient et a le don d’ ubiquité , son jugement est infaillible) que les terres ont des rendements de 23% supérieurs aux besoins en cas de sobriété burkinabe étendue à la terre entière , il le sait cela !!!!!!!
    Seuls ,bien entendu, des gros fachos haineux avec les étrangers , peuvent contester les chiffres donnés par cette belle âme dont on se demande auprès de quelle officine un tant soit peu sérieuse il les obtenus : sans doute des statistiques churchiliennes (celles auxquelles lui seul et le machin ONU croient car ils les ont eux- mêmes falsifiées) .

    Un gouffre sépare S. Latouche de cet Aries , dieu de la décroissance consommatoire !

    1. Te prends pas la tête; les gauchistes croient en la croissance infinie avec « la science va nous sauver »…. Mais toute la surpopulation va tomber comme des mouches sans qu’on ait à agir !

      Regarde le rapport de l’ONU concernant l’eau ! A l’ONU, ils pensent qu’en investissant 50 milliards de dollars par an pendant 5 ans les problèmes de l’eau seront entièrement résolu pour l’humanité ! (J’ai bien ri, j’avoue). En effet, ils se fondent sur l’Arabie saoudite et le Qatar comme exemple pour prouver que ce projet à 250 milliards de dollars soit réaliste (5×50 milliards de dollars)…. A part, qu’à l’ONU ils ont un cerveau de marxiste (autrement dit qui ne dépasse pas les 60 de QI)….. En effet, rappelons plus points, il faut de l’électricité pour désaliniser l’eau de mer, hormis que pour produire l’électricité le Qatar et l’Arabie saoudite brûlent du pétrole, bref en résumé il faut brûler du pétrole pour produire de l’eau douce, à moins de vouloir cramer du charbon ou diffuser le nucléaire ? En outre, produire de l’eau douce en désalinisant l’eau de mer n’est pas sans conséquence ! En effet, en aspirant l’eau de mer, il y a aussi énormément d’œufs de poissons qui seront détruits, alors de l’eau de douce qu’un pays obtient en plus se traduit par moins de poissons pour manger ! (puisqu’il y a moins de poissons qui se reproduisent, bref il faut choisir boire ou manger ?) Mais tous ces éléments, crois tu que les ONUistes y pensent ? Ben non pas du tout, comme tout marxiste ils pensent qu’il suffit juste de produire de la monnaie par l’imprimante pour financer tous leurs projets délirants et les problèmes seront réglés ! Des problèmes techniques, des ressources impliquées en contrepartie pour obtenir de l’eau et les destructions de la faune (œufs de poissons) et ben ils en ont rien à foutre ! (ces zozos de l’onu ont obtenus leurs diplômes en faisant soit science politique ou sociologie, alors ne t’attends pas à des solutions intelligentes ! Des cours de physique et de biologie ils ne connaissent pas)

      Bon en attendant, fais comme moi, écarte toi des concentrations de population, car à terme tous ces socialos-communistes finiront par s’entretuer sans que tu n’ais besoin de participer….

      1. Les gauchistes du site ne sont pas positivistes mais plutôt humanistes (pas au sens de la renaissance ) et croient en la possibilité pour l’ homme de changer , il sont antiracistes , xénophiles , pas antimuzz ( si les muzz prenaient le pouvoir , ils seraient les premiers à se faire « sourirekabyliser » et cela est réjouissant !

        En bref , ils représentent tout ce que , en tant que facho ultranationaliste , réac , misoxène , malthusien et antimuzz , j’ abhorre et combats sans merci !
        Si les évènements se précipitaient (guerre ethnique ,) , je me ferais un plaisir de « veiller » sur eux (biosphere me sanctionnerait immédiatement si j’ utilisais des termes plus expressifs) et de lmes livrer aux muzz pour qu’ ils en fassent un aid el kebir !

        1. Mais non MARCEL rassurez-vous, sur ce site vous pouvez vomir toute votre haine, chier sur les gôôchistes humanistes, muzz etc. tout à votre guise. J’en suis maintenant con vaincu.

          Le 10 août 2019 à 19:32 FLORIAN (me) disait : « C’est bien dommage de voir ainsi le projet de « Biosphère » dégradé (condamné?). Certains propos sont purement et simplement inacceptables et font obstacle à la vraie réflexion que cherchent à susciter les différents articles. »
          Je me demande bien quel est le projet de Biosphère… mais ce que je peux dire c’est que Florian se trompe en disant « inacceptables ». La preuve, Biosphère les accepte très bien, ces propos. Notamment VOS propos. Bonjour la modération.
          Moi je dirais plutôt « dégueulasses », seulement on me dira que c’est une question de goûts. Et donc que ça ne discute pas. Misère misère.

          1. La Haine ? Toi la combattre ? Si vraiment ça serait le cas alors dans ce cas tu demanderais à censurer le coran ! Car avec tous les propos haineux contenus dedans, il y en a tant à dire ! Mais bien au contraire, tu cherches à protéger cette idéologie moribonde et mortifère ! En somme tu ne fais que pratiquer la taqqya !

  3. « Plus il y a de cons-ommateurs, mieux c’est. La troisième est la mienne. Aux yeux de certains de la première, c’est la famille des « bisounounours, gôochos, bobos, crevures » et Jean Passe. »

    Expliquez donc au QI de 3 (chiffre surévalué) malthusien non eugéniste que je suis , quelle serait votre politique en matière démographique .
    Je sais déjà que vous tenteriez de faire décroître la (sur)consommation de biens alimentaires ou autres ( ce qui est souhaitable , je l’ admets) mais très largement insuffisant !

    1. Ma politique ? Elle est bien bonne celle-là ! Mais à part ça, c’est tout ce que vous a inspiré mon commentaire précédent ? Ainsi que ce document dont je cite un extrait, et que vous pouvez facilement trouver sur le Net. Bien sûr que non ! Je vois aussi qu’une nouvelle fois vous sautez sur l’occasion pour vomir votre haine de Paul Ariès (« homme de gauche » autant que Serge Latouche »).

      Pourtant, depuis le temps, le « malthusien non eugéniste au QI de 3 » (effectivement surévalué) devrait avoir compris que je combats de la même manière les fachos, les racistes, ceux qui prônent l’eugénisme, les transhumanistes, bref tous ceux qui sèment et cultivent la haine de l’autre et pire celle de l’Homme.
      Depuis le temps, vous devriez pourtant avoir compris ma position, disons « ma politique » (pour vous faire plaisir) sur le problème de la démocratie, qui n’est évidemment pas un tabou pour moi. Combien de fois ai-je dit qu’il n’y avait AUCUNE SOLUTION ? Aucune, sauf à y perdre ce qu’il nous reste d’humanité. Humanité… oh le vilain mot ! J’assume.
      Donc, et pour le dire autrement, en langage Shadok : s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème.
      Maintenant si ma « politique » vous déplait… eh bien ce n’est pas mon problème, ce n’est que le VOTRE. Est-ce que vous vous souciez réellement des miens, problèmes ? Je suppose que non. Alors vous devriez arriver à comprendre que dans l’autre sens c’est pareil.

      1. Erreur à la 11ème ligne : je voulais dire « le problème de la démographie » et non de la démocratie. Un lapsus révélateur, probablement …

  4. 1) EXTRAIT d’un document sur le sujet (Page12-www.aid97400.lautre.net)
     » La démographie est un élément incontestable du débat sur la décroissance. Or les prises de position sont passionnelles, car le sujet touche la vie, la modernité, la religiosité, et peut vite déraper vers l’eugénisme, le racisme, au nom d’un Darwin rationalisé, dans le cadre d’un éco-totalitarisme. Séparons trois argumentaires :
    – Si les ressources naturelles et notre biosphère apparaissent insuffisantes, la première solution serait de diminuer les ayants droit. Elle ne remet pas en cause le système, il suffit de faire une règle de trois pour adapter la population à la planète. Le pétrole a permis l’explosion démographique en deux siècles. La disparition de cette ressource nous condamnerait à revenir aux chiffres antérieurs à l’industrialisation (thèse de William Stanton, avec des perspectives d’éco-totalitarisme). Le scenario est une réduction sur 150 ans à un taux égal à celui de la déplétion en pétrole. Le texte est barbare et insoutenable. D’ailleurs l’auteur écrit que l’opposition principale viendrait des humanistes. On retrouve ces mêmes présupposés chez divers auteurs dont Henry Kissinger. « Essayez le planning familial, ou laissez mourir les pauvres », disait le Dr M. King. « Une bonne guerre bactériologique », surenchérit William Vogt.
    – A l’inverse, les forces productives ont été multipliées par plusieurs centaines quand la population mondiale croissait d’un coefficient 6. Un paysan français nourrit 7 personnes en 1960, et 80 40 ans plus tard. Le maïs d’un farmer est 350 fois plus important en volume que celui de l’Indien Cherokee. La terre peut-elle nourrir 100 milliards d’individus?
    – Plus sereinement, la croissance infinie de la population n’est pas possible dans un monde fini. 55 milliards d’ha ne peuvent supporter qu’un nombre limité d’habitants. D’où le signal d’alarme de la surpopulation. Mais la croissance démographique semble moins en cause que la croissance industrielle, celle de la production matérielle, non celle de l’abondance des hommes. C’est l’exemple italien : malgré la diminution de leur population, l’empreinte écologique continue de croître. Quel que soit le nombre d’habitants, la dynamique du « marche ou crève » capitaliste dévorera toute la biosphère. En 1975, Pour Nicolas Georgescu-Roegen, la Terre était déjà surpeuplée. Oui nous somme surpeuplés si l’on vit comme un Étasunien, non comme un Burkinabé. Paul Ariès nous dit que les denrées actuelles dépassent les besoins de 23%! Mais ce qui fait problème est la démesure du système économique, et non l’angle quantitatif. Car la décroissance démographique souhaitable crée des drames : l’enfant unique en Chine, l’éducation , les mœurs, les rapports entre les générations, sans parler des retraites. Et les contraintes sont élastiques (surconsommation carnée). La question finale est de savoir comment la mettre en place, et comment répartir équitablement et honnêtement les ressources. »

    2) COMMENTAIRE (ou petite analyse personnelle) : Nous avons donc 3 types d’argumentaires, disons 3 familles. La première est celle des « dénatalistes », malthusiens et/ou néomalthusiens ou pas, eugénistes ou pas, racistes ou pas. En toile de fond nous retrouvons toujours les arguments de types comme William Stanton, William Vogt et Compagnie. La seconde famille, disons chapelle, est celle de ceux qui croient au toujours plus. Plus il y a de cons-ommateurs, mieux c’est. La troisième est la mienne. Aux yeux de certains de la première, c’est la famille des « bisounounours, gôochos, bobos, crevures » et Jean Passe.

    3) PETITE CITATION :  » Il n’y a pas là d’argument pour ou contre le malthusianisme : théoriquement, il faudrait être antimalthusien dans des sociétés malthusiennes et malthusien dans les milieux archaïques où il est impossible de l’être.  » (Germaine Tillon, 1957)

    4) COMMENTAIRE : Pas d’argument, peut-être… en attendant, on commente, et on argumente comme on peut. Et on se bouffe le nez, et on attise la haine etc.

    PS : je n’ai pas compté le nombre de caractères, je crains donc d’avoir dépassé la juste mesure autorisée par BIOSPHERE … croyez bien que j’en suis désolé 🙂

Les commentaires sont fermés.