Nous aimons beaucoup trop les feux d’artifice

Chaque nuit du 31 décembre, les crépitements et détonations d’objets pyrotechniques à tous les coins des rues allemandes créent une ambiance festive. Mais c’est source de pollution atmosphérique, de blessures graves… les pétards de la Saint-Sylvestre se trouvent sous le feu des critiques. Pour les commerçants, cette tradition est une aubaine, un chiffre d’affaires de 133 millions d’euros en 2018. Cependant, l’orgie pyrotechnique de la Saint-Sylvestre libère 5 000 tonnes de particules fines en une nuit, soit 16 % de la pollution causée par le trafic routier en une année. En dépit de la polémique, les Allemands restent attachés aux feux d’artifice ; 84 % d’entre eux attendaient avec impatience les Feuerwerke de 2019. Ainsi va la vie, nourries de contradictions. L’humain occidentalisé est soumis à des injonctions contradictoires, aller en voiture au travail pour s’acheter des feux de Bengale et respirer en y allant un air vicié rempli de gaz à effet de serre. La dissonance cognitive ou « double pensée » nous joue des tours et nous empêche d’agir comme il faudrait. Difficile de se passer de ses habitudes de plaisir et des feux d’artifice ! Difficile de se passer de ses habitudes de pensée, comment envisager l’absence de pensions de retraite dans l’avenir ! Difficile de se passer de tabac même s’il est inscrit sur son paquet de clopes « fumer tue » ! Les commentateurs écolo-sceptiques se déchaînent sur lemonde.fr* sans avoir conscience de leurs propres dissonances cognitives :

Luc Grinand : C’est quand même atterrant de fanatisme d’en arriver là. Quand il y a un problème de pollution aux particules fines, c’est que l’air est stagnant et que les gaz d’échappements des voiture s’accumule dans les villes, mais l’alerte retombe assez vite… pour la simple et bonne raison que les particules ne sont pas des gaz, elles retombent par terre sous 24-48h… c’est vraiment de l’écologie a la con que de parler en portion des émissions annuelles pour un problème qui n’a lieu qu’un jour par an, d’ailleurs si ça représente une telle « proportion » c’est justement parce que la réglementation a efficacement réduit les émissions de particules fines des voitures. Imaginons qu’on interdise les barbecue au prétexte que « ohmondieu ça représente 30% de nos émissions ! » ? c’est ça l’idée ? Faudra pas s’étonner de se faire traiter de khmer verts hein…

Azerty : Le fanatisme, est-ce remettre en question ses habitudes/traditions au nom d’une cause noble et primordiale ou dénigrer ceux qui remettent en question leurs habitudes/traditions au nom d’une cause noble et primordiale? Vaut mieux être khmer vert que khmer réac..

Untel : L’écologisme part du principe que nous sommes dans le péché, collectivement, en tant qu’éléments du genre humain. L’essentiel de son travail consiste à fournir des formes de rédemption à ses adeptes (ex. ne pas manger de viande) et à trouver des rebuffades pour les autres, les infidèles (ex. les priver de festivités de fin d’année : pas de foie gras, pas de feu d’artifice, pas d’achat de cadeaux pour les enfants au Black Friday).

Escorailles @ Untel: C’est très décevant, vous n’avez pas réussi ou songé à caller « bobo ecolos parisiens » dans votre texte. Vous baissez Untel, vous baissez…

Olivier Dobson : 16% des particules fines d’une année de trafic routier en une nuit ! Même si c’est pas encore gagné, je suis satisfait de voir que les lignes bougent, au final. Avec Rennes qui interdit les chauffages de terrasses ça donne un peu d’optimisme en cette fin d’année. haut les cœurs !

Luc Grinand : oh ça va, les particules fines ça retombe, c’est pas un gros problème, contrairement a tout le CO2 que recrachent leurs foutues centrales a charbon et leurs aciéries pour leur précieuse industrie automobile. ah mais non, suis-je bête, on sauvera le monde en interdisant les pétards ! Soit l’art et la manière d’agiter un hochet devant le public pour faire croire que les choses bouges quand en réalité on ne fait rien.

Olivier Dobson @ Luc Grinand : quand on se renseigne un peu et qu’on s’en tient aux faits, on évite de donner dans un anti-germanisme franchouillard, daté et peu éclairé, et c’est mieux. L’Allemagne produit beaucoup d’énergie renouvelable, est en plein débat pour sortir du charbon (ce qui est chose compliquée maintenant que leurs centrales nucléaires sont arrêtées), et non, les particules fines ne retombent pas sur terre, à plus forte raison par temps sec et quand une grosse chape de hautes pressions persiste au dessus du pays comme c’est le cas en ce moment. AVC et infarctus sont fortement corrélés au taux de PM5 et 10…

Olivier MT : Les enfants allemands trépignent jusqu’à ce que leurs parents cèdent et finissent par acheter pétards et feux d’artifices. Chaque année intense polémique sur la nécessité de les interdire ou non. Il y a 30 ans déjà, au nom de la sécurité, maintenant au nom de l’environnement. Le résultat est le même : ça continue.

* LE MONDE du 2 janvier 2020, En Allemagne, l’engouement pour les feux d’artifice du Nouvel An fait débat

1 réflexion sur “Nous aimons beaucoup trop les feux d’artifice”

  1. Pourquoi les allemands ? Et les chinois, ils ne les aiment pas un peu trop, les feux d’artifice ? Justement ce sont eux qui les ont inventés. Quant on y pense, je vous laisse imaginer combien nous serions sur Terre aujourd’hui, si nous n’avions pas inventé la poudre 🙂 Et nous n’en serions pas là aujourd’hui, non plus, si un «beau» jour l’homme n’avait pas découvert le feu. Ah la découverte du feu, quel progrès pour l’humanité ! Les puristes disent «maitrise», et faut voir aujourd’hui la façon dont les australiens maitrisent.
    Et les indiens, ils ne les aiment pas peut-être ? Et en fin de comptes, tout le monde aime ça, les feux d’artifice. Bououmm !! Ooohhh ! Baaamm !!! Aaahhh !!! Badaboum !! Ohh la belle bleue ! Oh que c’est beau ! Oh que ça sent bon ! Qui n’a pas gardé en mémoire l’odeur si douce, de cette belle bleue un soir de 14 juillet ? «J’adore l’odeur du napalm au petit matin». Et comme on dit, les goûts et les couleurs on ne discute pas.

    Alors bien sûr ça pollue, ça diffuse un max de polluants, particules fines et autres douceurs. Mais finalement cette pollution reste peu de chose comparée à tout le reste, ne serait-ce qu’à ces gigantesques incendies.

    Maintenant faut voir… ce à quoi nous sommes prêts à renoncer. Pas facile. Les jolis feux d’artifice, les belles bleues… et les vertes, ah les vertes ! Et le bouquet final… l’extase ! Et les bonnes grosses saucisses cuites au barbecue, et les courses de vroum-vroum, et les vacances en hiver aux Seychelles, et les petits week-ends en amoureux à Rome, et le shopping à Londres, parce que je le veau bien, etc. etc. Mon dieu quel dilemme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *