Nudité ou burka sur les plages, à chacun son propre choix

L’histoire de la plage est liée au lent dévoilement des corps. Au XIXe siècle, les femmes qui se hasardent au bord de l’eau portent un pantalon qui descend jusqu’aux genoux, une chemise, un bonnet et des chaussures. En 1907, la nageuse et comédienne australienne Annette Kellerman revêt, sur une plage de Boston, un maillot « une pièce » qui lui vaut des poursuites judiciaires. Au début des années 1930 le « deux-pièces » montre pour la première fois le ventre. En 1964, le monokini apparaît sur la Côte d’Azur ; le ministre de l’intérieur de Georges Pompidou fait savoir aux maires que cette pratique relève de l’outrage public à la pudeur. Le code de la « décence estivale » est toujours présent actuellement sur les plages.* Le nudisme intégral est enfermé dans des camps. Le centre de vacances naturiste de Montalivet date de 1950, la même année que la créations de la FFN (Fédération française de naturisme). Il s’agit là d’un naturisme social et familial qui deviendra un produit touristique comme un autre ; nous sommes loin de la liberté d’aller et venir à poil là où on veut et quand on veut. Les codes de la décence varient fortuitement selon les époques, ce qui montre qu’il n’y a pas de norme objectivement fondée. Pour un écologiste, le nudisme est un droit que l’on acquiert dès la naissance en sortant sans voile aux yeux de tous. Sur une plage, une société de tolérance réciproque laisserait coexister les naturistes et les textiles côte à côte, ceux qui sont gênés ne doivent pas imposer leur point de vue moraliste.

Une loi sur l’interdiction du port du voile intégral est entré en vigueur le 1er août au Danemark.** Si une femme veut se cacher aux yeux des autres comme on obligeait à le faire sur nos plages d’autrefois, cela la regarde. Selon le code de la laïcité, l’État n’a pas à intervenir dans notre sphère privée et la façon de se vêtir relève de notre libre arbitre ; c’est la séparation de l’Église et de l’État qui permet normalement la coextensive pacifique entre toutes les croyances.  A chacun sa religion. Sur les trottoirs de nos cité ou le sable de nos plages, une société de tolérance réciproque laisserait coexister aussi bien voiles des religieuses et des islamistes que le nudisme intégral. Nudité, minijupe ou burka, une société n’a pas à imposer de tenue vestimentaire car il n’y a dans tous les cas aucun dommage envers autrui ou envers la planète. Ne détournons pas nos regards de l’essentiel, bientôt nous n’aurons plus de pétrole mais nous aurons beaucoup de périodes caniculaires.

* LE MONDE du 4 juillet 2018, Ces règles tacites qui dictent nos comportements sur la plage

** LE MONDE du 3 juillet 2018, Le port du voile intégral interdit au Danemark

Partagez ...

4 réflexions sur “Nudité ou burka sur les plages, à chacun son propre choix”

  1. Depuis une semaine, avec cette canicule je vivais à poil. Je mettais seulement la cagoule pour aller en ville. Et aujourd’hui ce qui devait arriver arriva, le thermomètre a chuté subitement de 15 degrés… et patatras, j’ai chopé la crève.

  2. Il faut que les nudistes ne soient plus persécutés. Être dans son plus simple appareil est un droit fondamental qu’il est immonde de remettre en cause.

    Et il faut lutter sans relâche contre la sale merde que le fait que des gens soient contraints de porter le voile. Ne pas porter le voile est un droit qui à toute société civilisée digne de ce nom est nécessaire!

    Les élites ouest-européennes promeuvent le fait qu’à prix d’or les industriels milliardaires vendent aux États islamistes respectifs des pays que sont l’Arabie Saoudite, la Mauritanie, le Soudan du Nord, la Turquie, l’Algérie, le Maroc, le Tchad, la Tunisie, l’Iran, les Émirats Arabes Unis, le Pakistan, l’Égypte et le Qatar, un arsenal. Cette même vente d’arsenal est inadmissible!

    Il faut aussi dénoncer le fait qu’à l’islam politique une partie de la gauche radicale fasse la cour. Trop de gens de cette même gauche radicale s’allient à Tariq Ramadan et/ou à Dieudonné M’Bala-M’Bala et/ou au Hamas et/ou au Hezbollah et/ou à Houria Bouteldja et/ou à l’Union des Organisations Islamiques de France et/ou au Collectif Contre l’Islamophobie en France et/ou au Conseil Français du Culte Musulman…

  3. Laïcité cela rime avec lâcheté , pusillanimité !
    Pas question d’ imposer aux femmes le port du sac poubelle sur les plages , signe avant – coureur de l’ expansionnisme de la religion la plus stupide de l’ univers : l’ islam et de l’ imposition ultérieure à toutes les femmes du port de la bâche grillagée ou non
    Foutredieu , une jolie femme en mini jupe ou short , voilà qui émoustille .
    Pas de tolérance avec les intolérants et les barbares qui emprisonnent les femmes dans des bâches .

  4. Pour commencer, la loi devrait imposer que sur les plages tout le monde soit à poil et porte une cagoule. Ainsi la pudeur et la décence seraient sauves, et par conséquent le sacro-saint ordre public aussi. Je pense qu’il y a là matière à cons-ensus, pas vous ?

Les commentaires sont fermés.