On n’a pas de pétrole, mais on a des idées

150 citoyens tirés au sort pour proposer des mesures permettant de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030. En six week-ends, cette assemblée est censée exprimer. Dès le début, ça cogne, autant dire que le gouvernement fera la sourde oreille.

Dominique Méda : Dès le premier week-end, nos 150 représentants ont pris une audacieuse série de prises de parole ancrées : ne faudrait-il pas supprimer la publicité, développer le ferroutage, contraindre les entreprises polluantes, s’attaquer aux lobbys et aux intérêts financiers, renoncer à la voiture électrique, prendre en considération l’empreinte carbone (qui inclut les émissions de gaz à effet de serre des produits importés)… Et l’on se prend à rêver que tout soit mis sur la table, la post-croissance et la décroissance, la sobriété heureuse et la déprise technologique, un budget de guerre qui – outre les appuis nécessaires aux changements radicaux de comportement – acterait le lancement d’un investissement public supplémentaire massif dans la transition écologique. » (LE MONDE du 20-21 octobre 2019)

Alexandre Faulx-Briole sur lemonde.fr : Cette tribune me paraît bien optimiste ; pas sur le fait que 150 personnes, ou 50, ou 200 peuvent ensemble avoir des discussions constructives et faire des propositions idem, mais sur la suite : même si le gouvernement accepte de prendre en compte ces propositions, même si le Parlement vote des lois, que fera l’Administration, que fera le ministère des Finances ? Prenons l’exemple du ferroutage : depuis combien de temps en parle-t-on, et prend-on la Suisse comme exemple ? Et jamais rien n’avance, et tout recule. Le fret ferroviaire s’enfonce chaque jour plus dans une crise dont il ne sortira sans doute jamais : la SNCF ne s’y intéresse pas, les lobbies routiers font tout contre…Et qui au gouvernement va interdire les SUV et les campagnes de publicité des constructeurs, un véritable matraquage ? T »outes les propositions, même les plus farfelues seront mises sur la table »… et l’État fera son choix (décidé bien avant) en déclarant que ce sont les citoyens qui le demandent! On amuse les … !

dmg : 150 citoyens vont-ils sauver le climat ? Poser la question, c’est y répondre, hélas : le pouvoir ne changera rien qui risquerait de modifier la structure économique du pays et les gigantesques rentes de situation dont jouissent les plus gros pollueurs, hydrocarbures en tête. Parce que ce pouvoir s’assoit sur ces forces-là, qui préfèrent l’éventualité de la destruction de la civilisation à la baisse de leurs profits. L’argument du chef de l’état est explicite : on ne fera rien. Et le premier ministre a été clair : les conclusions de cette assemblée seront reprises par le gouvernement avant d’éventuellement être soumises à la représentation nationale… Encore donc un « machin » pour juste perdre du temps, du temps dont on ne dispose plus. Dans la série, il y a aussi le Haut Conseil pour le Climat, des gens compétents dont le premier rapport va finir au fond d’un tiroir…

Partagez ...

9 réflexions sur “On n’a pas de pétrole, mais on a des idées”

  1. La production de graisse accumulée sur nos corps en surpoids ou obèses a émis 240 milliards de tonnes de GES selon une étude italienne parue sur le site américain PMC (chiffre presque invraisemblable quand on le compare avec les 35 milliards de tonnes de GES émises par an dans le monde). Difficile de calculer la quantité émise annuellement pour cette production, mais d’après mes estimations, certes approximatives et indulgentes, cela reviendrait au bas mot à 3 milliard de tonnes par an, soit presque trois fois les GES émis par le transport aérien… Commençons donc par maigrir.

    1. – « soit presque trois fois les GES émis par le transport aérien…  »
      Quand j’aurais le temps je m’amuserais à calculer ça. En attendant il est évident que sous nos latitudes nous mangeons trop. Trop de viande, de sucre etc. Et comme par hasard… ce sont ceux qui bouffent trop qui gaspillent le plus. Une grosse partie de nos productions de nourriture est gaspillée (1/3 dit-on). Cette production (+ transformation, + transports etc.) a évidemment émis un certain nombre de tonnes de GES. Partant de là on peut faire des calculs.
      Commençons donc par arrêter de gaspiller, la nourriture et tout le reste. Et je pense qu’on devrait alors retrouver la ligne.
      Prendre la bagnole pour aller courir sur un tapis roulant dans une salle de gym, ou pour aller chercher le pain à 200 m, prendre l’avion pour aller faire du shoping à Londres … rien que ça illustre notre démesure.

  2. 150 citoyens vont-ils sauver le climat ?
    Ce n’est plus la peine de parler là des « citoyens », ni chercher à savoir combien parmi les 150 sont de « vrais écocitoyens » et blablabla. Finalement c’est probablement dmg qui répond le mieux à cette question.
    dmg appelle ça un « machin ». On peut dire également « cirque » ou « amuse-couillons » etc.
    Alexandre Faulx-Briole n’y croit pas davantage, quant à Dominique Méda …
    Comme si les idées des décroissants avaient la moindre chance d’être entendues … Aussi bien en haut qu’en bas. N’importe quoi !

  3. On aurait des idées ? Ah bon ! Comme quoi ? Envoyer Thomas Pesquet sur la lune ?

    Bah ! De toute façon, si l’on regarde l’âge à lequel Thomas Pesquet a effectué sa première mission dans l’espace, autrement dit 40 ans, ça veut dire qu’on ne pourra jamais colonisé d’autres planètes ! D’ailleurs en 1969, les 3 cosmaunautes qui ont été (soit disant) sur la lune avaient tous les trois 39 ans !!!! Alors imaginez si on devait effectuer 40 ans de trajet pour coloniser une autre planètes, à l’arrivée on aurait 80 ans ! Bref une fois sur place on ne servirait à rien car on n’aurait plus la force de bâtir quoi que ce soit à cet âge là !
    Neil Alden Armstrong, né le 5 août 1930
    Michael Collins né le 31 octobre 1930
    Buzz Aldrin, né Edwin Eugene Aldrin junior le 20 janvier 1930
    Alors en 1969, ils avaient tous les trois 39 ans ! Le temps de faire naître et surtout former un cosmaunaute, il est déjà trop vieux pour pouvoir coloniser une autre planète ! Si on regarde le parcours de Thomas Pesquet, et bien d’autres cosmaunautes, après un bas +5/+7 minimum, ils effectuent pas moins de 7 ans d’entraînement après les diplômes pour commencer à s’habituer à vivre dans un vaisseau spatial, et encore juste pour y vivre quelques semaines tout au plus ! Alors un voyage pour conquérir d’autres planètes c’est impossible, et surtout inutile car déjà trop vieux lors du premier voyage.
    Alors, si je me sens obligé de réagir, c’est parce que je regarde les propagandes grotesque de Jacques Cheminade sur son site Solidarité et progrès ! En effet, sur l’une de ses vidéos concernant la conquête spatiale, il dit « AH moi si j’étais jeune, je ferais tout pour voyager dans l’espace, si j’étais jeune j’aimerais voyager dans l’espace ! » Et ben non Jacques, on n’est certainement pas jeune lorsqu’on commence à voyager dans l’espace, c’est un mensonge éhonté ! Tu parles, on commence à effectuer des premières missions à 40 ans, et si on devait voyager 40 ans dans un vaisseau pour atteindre une autre planète on en aurait 80 ans à l’arrivée, bref on serait un vieux chapon en âge de recevoir des couches pampers sur les fesses comme dans les maisons de retraite…. C’est bien beau de tartiner de maquillage Thomas Pesquet pour faire croire qu’il est plus jeune qu’il ne l’est vraiment pour voyager dans l’espace, mais ce n’est pas vrai; on n’est pas jeune pour aller dans l’espace et l’espèce humaine a une espérance de vie beaucoup trop courte pour espérer coloniser d’autres planètes ! Et on continue à gaspiller de l’argent publique et des ressources naturelles pour promener Thomas Pesquet sur la lune, et on prétend avoir des idées pour s’en sortir ? Quelle blague !

    1. Ils me font marrer ces lords of illusions de la technocul pseudo triomphante
      Dire que ces rigolos parlent de planètes exotiques de notre galaxie alors qu’ ils ne sont pas et ne seront jamais capables de se poser sur Mars en mission habitée .
      TERALOL !

    2. Non mais, sérieusement … mais qu’est-ce qu’on en a f… de Thomas Pesquet ?
      A part ça j’aime bien le « (soit disant) » au sujet des 3 cosmonautes. Allez va, plutôt que de débiter des âneries mieux vaut encore retourner dans la lune. 🙂

      1. Michel C …. La lune c’est à 3 jours de trajet de la Terre un truc comme ça ! MAIS, pour se rendre sur une planète à 10 années lumière, il faudrait combien de siècles si ce n’est millénaires pour s’y rendre ? Alors voilà, même en multipliant les vitesses de vaisseau par X100 voir par fois X 500 et ben ça ne suffirait toujours pas ! Même un trajet d’une durée de 40 ans c’est encore trop, puisque les cosmonautes font généralement leur première mission autour de 40 ans, alors s’il y a 40 ans de trajet ils en auraient 80 à l’arrivée…. Donc oui ce sont plutôt les voyages interstellaires les âneries ….

        1. Mais oui mon cher BGA, je le sais tout ça. Autrement dit vous prêchez un con vaincu. Depuis le temps que je me répands ici sur tout et n’importe quoi, et si vous faisiez vraiment attention à ce que j’écris, vous devriez savoir que je ne crois absolument pas aux voyages interstellaires et autres rêves scientistes.

  4. Au gouvernement on promet la  » grande révolution écologique » nécessaire depuis… Pompidou ! (Archives FR. Inter)

Les commentaires sont fermés.