Organisation mondiale pour une démographie responsable

Je lis en ce moment un livre intitulé « Chroniques du mondialisme » de Pierre Hillard dont je ne partage absolument pas les idées dans lequel je relève le propos le plus anti-malthusien que j’ai lu ou entendu depuis bien longtemps : « .….Minée par une démographie suicidaire, comme partout en Europe, l’Allemagne connaît de graves difficultés économiques (…) Cependant aucune politique aussi subtile soit-elle, s’appuyant sur des rêves de partenariats mondiaux, ne peux perdurer si les décès l’emportent sur les naissances. L’hiver démographique qui touche toute l’Europe lui interdit, à plus ou moins long terme toute « politique puissante », à moins d’un réveil brutal de l’instinct de survie. p. 53 ».

Combien fois l’ai-je entendu, ce spectre du déclin de l’Allemagne à cause de sa basse démographie. On voit ce qu’il en est. Ce pays est toujours la première économie européenne. Etre malthusien est presque un gros mot. Je pense pourtant qu’un jour on honorera Malthus qui sera considéré comme un précurseur. Il serait bon que les écologistes intègrent dans leurs pensées que la démographie est un volet incontournable de l’écologie. Pour beaucoup l’équilibre démographique ne concerne que les espèces sauvages. Concernant l’homme, la question démographique reste encore largement un sujet tabou. « Le nombre d’enfants que l’on fait, cela fait partie de la liberté de chacun » ; « L’homme trouvera toujours des solutions ». Voilà le genre de propos que l’on entend. Trop souvent on résume la question à celle de la production de nourriture. Et on oublie la préservation de la biodiversité, et aussi que la qualité de la nourriture est en partie  liée à la culture et à l’élevage extensifs (la viande est bien meilleure quand les bêtes mangent les plantes de leur choix dans la nature). On oublie aussi la qualité de vie que procure la préservation d’espaces naturels sauvages assez vastes et qu’il faut de l’espace pour construite des villes aérées riches en espaces verts (jardins familiaux, coulées vertes, squares, jardins publique, parcs forestiers urbains) avec des bâtiments pas trop hauts qui ne masquent pas le soleil dans les rues en hiver. Trop souvent aussi on oublie que parce que nous sommes trop nombreux nous n’avons plus d’autre alternative que de construire soit sur des terres agricoles qui font de plus en plus défaut, soit dans des zones à risque (zones sismiques, inondables, avalancheuses….). A propos des pollutions, on peut bien sûre s’efforcer de trouver des solutions pour polluer moins, recycler les déchets… Il faut bien sûr le faire, mais en même temps reconnaître que si nous étions moins nombreux on polluerait moins.

Il y a déjà toutes sortes d’organisme internationaux : OMC, ONU, UNESCO, CITES, UICN, WWF, des organismes qui réglementent l’aviation ou le foot-bal, pour quoi pas un qui réglemente la démographie (OMDR par exemple, Organisation mondiale pour une démographie responsable). Voila, jetées pèle-mêle quelques idées qui me passaient par la tête.

Philippe Dupont

Une idée, agir avec l’association « Démographie Responsable »

Partagez ...

3 réflexions sur “Organisation mondiale pour une démographie responsable”

  1. Baumgartner

    Sans prendre les formes stupides et bien souvent manipulés par et pour des intérêts financiers qu avait pris le nationalisme occidental à partir du XIX siècle , nous pouvons quand meme nous poser certaines questions .

    Le nomadisme migratoire économique est il écologique ?
    La sédentarité assortie d une austérités de déplacement n est elle pas écologique ?
    Le ré-enracinement n est il pas une conséquence logique de l écologie ?

  2. Etre malthusien est aussi mal considéré qu’ être nationaliste mais les choses changent
    petit à petit !

  3. Bien sûr la démographie est déjà évoquée dans certaines instances comme l’UNFPA, mais pour autant en effet il y aurait bien besoin d’un organisme plus médiatique pour mettre ce problème au premier rang et en faire prendre conscience tous les humains. Il faudrait d’ailleurs organiser des COP sur ce sujet comme il s’en tient sur le climat, un ancien président de la République l’a d’ailleurs proposé.
    Oui aussi, nous regretterons un jour de n’avoir pas compris le message principal de Malthus : la Terre est de surface finie et nous devons adapter nos effectifs à cette finitude. Les énergies fossiles ont apporté un sursis, mais elles ne dureront pas éternellement et d’ailleurs ce sursis fut aussi l’occasion de détruire presque tout le reste du vivant. Malthus n’a pas eu tort, il a eu raison avant les autres.

Les commentaires sont fermés.