Environnement & Sciences

Lemonde présente régulièrement sa récente rubrique  « Environnement & Sciences » : mieux vaut tard que jamais !

Mais la Biosphère n’aime pas le terme « Environnement », il renvoie trop à l’environnement humain et non à la nature ; les humains restent encore au centre, fiers de leur illusoires prérogatives. La Biosphère n’aime pas non plus le mot accolé « Sciences », il est trop généraliste, trop proche d’une approche technicienne de la nature. La Biosphère préfère le terme écologie, qui est une véritable sciences des écosystèmes. La nature est alors plus présente et « Environnement et Sciences » sont réunies en un seul mot.

Mais Lemonde est malin (édition 23.01.2008), il peut mettre dans cette rubriques des choses ultra-intéressantes, par exemple le plan climat européen, soumis à l’épreuve des intérêts particuliers.  Il ne s’agit plus de sciences, il s’agit de politique et d’économie, on parle des lobbies à visage découvert, on aborde un peu l’écologie politique, malmenée par ces luttes d’influence où les industriels énergivoraces ont toujours le dernier mot.

 La Biosphère n’en sort pas très rassurée, avec tous ces droits de (à ?) polluer fournis gratuitement par l’Etat.

légumes BIO ?

Au printemps 2006 en France, la publicité pour une coopérative de fruits et légumes proposait « des fruits et de légume BIO en toutes saisons. » Les tomates étaient disponibles d’octobre à juin, les tomates cerise toute l’année et les poivrons de décembre à mai. Bien entendu la gamme proposée était composée d’une grande variété de produits non cultivés en France. Peut-on se féliciter de l’aide apportée par la France à des villages africains en leur achetant des mini-haricots verts exportés tout frais par avion ? On oublie ainsi le gaspillage énergétique dont l’équivalent pourrait être utile dans le développement des cultures vivrières locales.

 

La question de la pertinence de la mondialisation du commerce peut d’ailleurs être posée aussi bien pour les nouvelles consommations que pour les processus de production. Pourquoi assembler une voiture en Angleterre en faisant venir des pièces détachées de toute l’Europe avant réexportation. Pourquoi des voitures françaises vont-elles se vendre en Allemagne et des Volkswagen se vendre en France ? Pourquoi des voitures  font-elles tant de kilomètres sur des camions ? Pourquoi des légumes font-ils tant de kilomètres ? Pour le profit !

 

Le libéralisme crée une séparation entre l’activité humaine et les écosystèmes. Cela n’est pas durable. Chacun doit apprendre à vivre avec son biotope particulier. La mondialisation doit rester une ouverture d’esprit, pas un mode de vie.

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=15&Itemid=94

 

LeMonde et la Tata Nano

à Sylvie Kaufmann 

Dans ton post-scriptum à Lettre d’Asie (Lemonde, 22.01.2008), tu dis avoir reçu des courriers alarmistes de lecteurs sur les effets environnementaux la Tata Nano. Mais tu consacres beaucoup plus de lignes à tous ceux qui pensent au confort de la voiture individuelle pour tous les habitants des pays émergents. Tu poses ainsi la contradiction flagrante entre la généralisation de notre modèle de vie occidental et la perturbation climatique. Il n’y a pas trente six solutions, il faut que toute la classe globale qui se permet de rouler en voiture individuelle arrête de massacrer la Biosphère. Les pauvres n’auront plus alors de modèle à imiter.  

Tu pense qu’une voiture populaire ET écologique pourrait être généralisée. Mais ce ne sont là que suppositions. Si on n’arrive pas à inventer la voiture propre, et cela fait longtemps qu’on s’y essaye, dans quel état sera la planète que nous léguerons aux générations futures ?

dégradation des sols

La moitié des sols cultivables est dégradée, c’est-à-dire qu’il a perdu une partie de ses fonctions, comme celle de nourrir les plantes, celle de filtrer les eaux ou encore celle d’abriter une importante biodiversité. C’est principalement l’action de l’homme qui provoque aujourd’hui ces dégradations. La mise en culture des terres entraîne leur assèchement, la diminution de la vie biologique ou encore la disparition du couvert végétal, tous facteurs qui empêchaient une pénétration optimale de l’eau dans le sol (érosion hydrique). Un sol labouré va se détacher plus facilement, d’où l’érosion éolienne. L’absorption des éléments minéraux présentes dans la terre cultivée entraîne une forte baisse de fertilité, l’acidification et la salinisation des sols s’ajoutent à ce phénomène, la pollution par nos eaux usées complète ce triste panorama. Fait aggravant, tous ces facteurs sont susceptibles de se cumuler, une terre cultivée va s’acidifier, s’appauvrir en sels minéraux, se tasser et favoriser le ruissellement. A cela s’ajoute la déforestation, une spirale de dégradation se met en place. (Synthèse d’un article de l’Atlas de l’environnement, hors-série Monde diplomatique).

Alors, la Biosphère est sûre que la Commission européenne va proposer une directive-cadre pour les sols, applicables dans 100 ou 1000 ans.
L’humanité ne se définit pas par ce qu’elle crée, mais par ce qu’elle choisit de ne pas détruire.

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=15&Itemid=94

Joyon et la libération de la croissance

Lemonde du 20-21 janvier nous montre à la perfection les contradictions de notre système. D’un côté Francis Joyon se veut le maître des vents, à l’image des humains qui se croient les possesseurs de la Terre. Il maîtrise à lui tout seul un bateau de près de 30 mètres, cela coûte à la société 3 millions d’euros pas-un-centime-de-plus. Il est parti à la conquête de l’inutile sur eau, il a battu le record du tour du monde à la voile, qu’est-ce qu’on en a à foutre. Mais par ailleurs il se  refuse à utiliser une énergie fossile polluante, il reste farouchement à l’écoute de la planète et se réjouit de l’annulation du Dakar. C’est à n’y rien comprendre !

L’explication réside dans la page d’en face, les ambitions de la commission pour la libération de la croissance. En fait ce qui compte aujourd’hui, c’est la croissance pour la croissance : « Le monde change à très grande vitesse. Le monde est emporté par la plus forte vague. Cette croissance exige l’engagement de tous. » Notre objectif commun devrait être de continuer à faire comme c’était avant, du beau temps de nos 5 % de croissance annuelle du PIB.  Alors Joyon devient l’archétype de l’exemple à imiter, se dépasser toujours plus, aller plus loin, aller plus vite, coûter plus cher. Il faudrait continuer de faire comme si notre technologie nous permettait de faire n’importe quoi.

 Dans ce contexte, on peut bien envisager les problèmes de la Biosphère, mais  de façon marginale et inaudible. Alors Joyon et Attali nous montrent la meilleure façon d’aller dans le mur des limites de la planète, quand les vagues nous submergeront.

moins de gens, plus d’agriculteurs

Question à Sunita Narain, directrice du centre for Science and environment à New Delhi : Plus de  70 % des Indiens vivent de l’agriculture. Comment leur assurer un niveau de vie décent ?

« Les responsables politiques disent qu’il y a trop d’habitants dans les campagnes, et qu’il faut les amener en ville. Mais où est le modèle de croissance qui crée de l’emploi pour tous ? En fait, les gens se retrouvent dans des bidonvilles. Cela me stupéfie que les gens continuent à proposer cette solution, c’est irresponsable. La réponse à la pauvreté est dans l’emploi, et l’emploi est à la campagne, dans l’agriculture. Si les petits fermiers ont des difficultés économiques, ce n’est pas parce qu’ils sont paresseux ou incompétents, mais parce qu’ils ne peuvent pas résister aux subventions qui existent dans l’agriculture des autres pays. C’est un blocage psychologique de croire que la terre ne peut pas faire vivre un grand nombre de gens. Sinon, en Inde, qu’est-ce qui fera vivre un milliard de personnes ? L’industrie n’a jamais été capable de créer des emplois à cette échelle. Elle prend les ressources, elle prend l’eau, mais elle ne génère pas d’emploi. L’avenir est dans la terre et dans l’eau. »

 Qu’est qui va permettre à neuf milliards d’humains (en 2050) de vivre sur cette petite planète. La Biosphère ne connaît qu’une réponse, la décroissance humaine.

mangeons autrement

Le modèle alimentaire des peuples occidentalisés nécessite un système qui utilise beaucoup trop d’intrants (engrais et pesticides), repose sur une industrie agroalimentaire puissante (aliments transformés prêts à être consommés), et façonne une demande qui ne tient plus compte des saisons ni de l’origine géographique des produits. Cette aberration agro-alimentaire inverse aussi le rapport végétal/animal dans les sources de protéines. Ce modèle n’est pas généralisable, les surfaces agricoles seraient insuffisantes : il faut de trois à quinze fois plus de terres pour produire la même quantité de protéines sous forme animale que sous forme végétale. De plus, l’OMS indique que d’ici à 2020, les deux tiers de la morbidité mondiale seront imputables à des maladies associées à une alimentation comportant davantage de denrées alimentaires raffinées, d’aliments d’origine animale et de graisses.

 

Il faudrait donc changer de modèle agricole, manger beaucoup moins de viande, cesser d’importer des produits hors saison, relocaliser de nombreuses productions et redécouvrir le charme des aliments complets. Reste à savoir si nous saurons faire cette mutation avant qu’une crise mondiale ne nous y contraigne dans la douleur. La Biosphère sera insensible aux souffrances que les humains se seront infligées à eux-mêmes…

Nous sommes tous potentiellement des défenseurs de la Nature,donc des objecteurs de croissance. A toi de le prouver…

Lemonde lu par biosphere

Greenwashing publicitaire

Lemonde du 18.01.2008 nous présente un nouvel outil mesurant l’impact écologique de la publicité. En fait, on se pose seulement la question du coût écologique du média qui transmet la publicité, pas du tout la mesure du coût écologique des produits vantés par les médias. Cela ne sert donc à rien. Nous devrions tous savoir que c’est la publicité qui, utilisant les ressorts psychologique imitation-ostentation qu’on a imprimés dans nos pauvres cervelles, nous incite à acheter toujours d’avantage des produits de plus en plus différenciés et toujours aussi nuisibles à la Biosphère.

 

Il n’y a pas de publicité verte ou propre, il n’y a qu’une publicité qui cherche le profit.

 

Cassons la pub !

François Ramade

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. La perte de biodiversité s’accroît tous les jours, mais personne n’y prête attention Pourtant François Ramade, professeur d’écologie et de zoologie à l’université de Paris-Sud, est clair :

 

« Les épisodes géologiques d’extinction massive ont certes pu provoquer de véritables hécatombes parmi les espèces vivantes. Toutefois, même les cinq d’entre eux qui furent les plus apocalyptiques se sont néanmoins effectués sur des durées se chiffrant en centaines de milliers, voire en millions d’années. Le sixième épisode d’extinction massive, celui auquel nous assistons actuellement, est le seul fait de l’action de l’homme et d’effectue à une vitesse 1000 à 10 000 fois supérieure à celle des plus rapides extinctions géologiques du passé ! Ainsi il est estimé que la destruction des forêts pluvieuses tropicales conduirait, à son rythme actuel, à la disparition de la moitié des espèces qui les peuplent, soit au minimum quelque 2,5 millions d’espèces vivantes d’ici à 2050. La situation est proportionnellement pire encore dans de nombreux groupes d’animaux. Ainsi sur les 4000 espèces de mammifères peuplant la biosphère, plus de 1000 sont dès à présent menacées de disparition.

 On ne peut éluder la dimension éthique justifiant la conservation de la biodiversité. En vertu de quelle autorité notre espèce pourrait-elle s’arroger le droit de procéder au cours du présent siècle à l’ultime génocide, sans précédent dans l’histoire de l’humanité, qui tiendra à l’anéantissement de plusieurs millions d’espèces vivantes ? La conservation de la biodiversité apparaît comme un impératif catégorique pour la communauté des nations. Il s’impose à l’ensemble des humains de prendre conscience de l’interdépendance de leurs actions sur l’environnement global, en particulier des conséquences désastreuses de l’utilisation anarchique des ressources naturelles. Les conséquences écologiques globales qui en résultent compromettent de plus en plus l’équilibre de la biosphère. Il n’est donc pas exclu, en définitive, que si notre espèce ne met pas en œuvre les mesures radicales qui s’imposent pour inverser les tendances actuelles, elle ne connaisse à son tour le sort des dinosaures dans un avenir plus rapproché qu’on ne pourrait l’imaginer. »

Lemonde lu par biosphere

Je suis très surpris par La « lettre ouverte sur les biotechnologies végétales » (Le Figaro, 11.01.2008), signée par quarante scientifiques français. En effet les passages suivant ne sont en rien scientifiques, ils relèvent de l’économie (politique) : 

– « Pour de multiples raisons qui ne doivent rien à l’incompétence de nos chercheurs, ce sont désormais d’autres nations qui sont à la tête du progrès scientifique dans ce domaine. »

– « Nous sommes particulièrement inquiets pour l’avenir de la recherche française et de la compétitivité de notre filière agro-industrielle. »

– « Nos jeunes chercheurs, formés en France dans des centres de recherche en biologie et en agronomie réputés dans le monde entier, s’expatrient peu à peu. »

– « Notre risque, soit de manque de compétitivité, soit de dépendance en matière de semences et donc de production agricole, est bien réel. » Par contre rien dans cette lettre ne justifie son expression « sans éléments scientifiques nouveaux solidement argumentés ».

Paradoxalement, c’est l’article dans Le Monde (17.01.2008) d’un non-scientifique comme N.Hulot qui nous éclaire sur l’existence de faits scientifiques nouveaux.  

Il y a un problème du côté de nos chercheurs : veulent-ils défendre la science, ou leur gagne –pain ?

Bali, suite sans fin

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. L’effet de serre, c’est définif, a plus d’importance que toutes les paroles papales depuis l’institutionnalisation de l’Eglise catholique. Mais la société civile, sans le secours de dieu, reste à la peine. La conférence de Bali sur le changement climatique s’est achevé le 15 décembre 2007 sur le constat qu’il fallait se revoir à Copenhague en 2009 ! L’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990 (protocole de Kyoto) n’a pas été atteint par les pays industrialisés, et on parle pourtant sans sourciller d’un objectif de réduction de 40 % entre 1990 et 2020.

 L’optimisme est au beau fixe, on envisageait même à Bali d’associer les pays émergents à la réduction des émissions, mais on continue de jouer la pièce « Le premier qui commence à perdu ». Les USA, comme chacun sait, ne veulent pas rentrer dans le jeu, du coup les pays en développement ont refusé qu’on invoque l’échéance de 2050 en ce qui les  concerne. Le seul élément constructif à terme, c’est que Washington, six ans après avoir tenté de  couler le protocole de Kyoto, reconnaît que la lutte contre le changement climatique doit s’organiser dans le cadre des Nations unies.…Il est vrai que pour les humains, c’est la première fois qu’ils sont amenés à prendre une décision pour le long terme qui rassemble l’ensemble des pays de la planète.Donc rien en presse, je vais encore pouvoir me chauffer au gaz les quelques années qu’il me reste à vivre : responsable, mais pas coupable !

La Biosphère, elle, n’est pas contente et commence à me le faire savoir…

Lemonde lu par biosphere

Dans Lemonde du 16.01.2008, Sarko : « Dieu n’asservit pas l’homme, mais le libère ; Dieu est le rempart contre la folie des hommes ». A quand la messe obligatoire dont les Français ont tant besoin ?  

Sarko ajoute «  Il y a dans toutes les cultures quelque chose d’universel ». Mais alors, comment encore une fois ne pas penser à Benoît 26 qui refaisait la colonisation à sa façon (discours lors de la conférence du conseil épiscopal latino-américaines du 13 mai dernier) : « Sans le savoir, les Indiens des cultures précolombiennes cherchaient le Christ dans leurs riches traditions religieuses. Le Christ était le sauveur auquel ils aspiraient silencieusement. Avec l’eau du baptême, l’Esprit saint est venu féconder leurs cultures, les purifiant et développant les nombreuses semences que le Verbe incarné avait mises en eux ». Je savais déjà que Benoît 16 racontait n’importe quoi, pour Sarko je commençais à m’en douter. Maintenant c’est sûr, Sarko, Benoît 16, même combat ! 

Dieu n’est pas universel, la religion n’est pas universelle, tout cela n’est qu’invention humaine. Seule la Biosphère et son équilibre à préserver peut nous servir de référent universel.

un pape « vert »

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Le pape a-t-il un intérêt ?  Selon un titre du journal Lemonde du 27.12.2007, le pape Benoît 16 dénonce l’exploitation de la planète dans son message de Noël. Le sous-titre en rajoute, « paix et écologie dans le message de Noël du pape ». En fait, juste une petite phrase du pape (http://www.radiovaticana.org/fr1/Articolo.asp?c=176038) peut appuyer cette assertion : « Dans le monde, le nombre des migrants, des réfugiés, des déplacés, va toujours croissant, à cause aussi des catastrophes naturelles, qui sont souvent la conséquence de préoccupants désastres écologiques. » Pas de quoi changer la face du monde et dénoncer les innombrables dommages environnementaux. Benoît 16 est dans la droite ligne du pape précédent dont le recueil de textes environnementalistes, « Les gémissements de la création », montre que la parole écologique du pape est toujours réduite à sa plus simple expression. Il est vrai que la religion catholique, comme d’ailleurs bien d’autres religions, ne voit dans la planète qu’un domaine que les humains peuvent dominer et exploiter. Ce n’est pas ainsi que nous pourrons sauver la planète, comme l’exprime des tas de livres écolos qui se passent complètement des discours de la papauté. Benoît 16 n’est donc pas un pape « vert », contrairement à ce que laisse supposer l’article du Monde.

 

Benoît 16 est plutôt un pape sur le déclin, encore imprégné d’une théologie d’un autre âge, pape dont rien ne laisse supposer une capacité d’ouverture aux problèmes contemporains, à commencer par ceux de la Biosphère. D’ailleurs pour lui, nul besoin d’électricité et de fuel : « Laissons la lumière de ce jour (de Noël) se répandre partout : qu’elle entre dans nos cœurs, qu’elle éclaire et réchauffe nos maisons. »

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?fichier=2008/affichactu3

 

Lemonde, lu par biosphere

Dans sa lettre d’Asie (Lemonde du 15.01.2008), Sylvie met sur un piédestal Ford pour avoir été le premier à avoir la vision d’une voiture populaire, la Fort T. Pourtant on sait déjà que le fordisme va vers un échec retentissant. Après nous avoir fait miroiter la production de masse (le travail à la chaîne, la chaîne de l’esclavage de l’OS) et appliquer la consommation de masse (élévation du salaire pour que l’OS puisse supporter ses chaînes), le fordisme a abouti à l’épuisement des ressources pétrolières et au dérèglement climatique. Bonjour la vision de l’avenir !

 

Tata suit la même combine qui rapporte du fric, mais il pense aujourd’hui au marché émergent des pauvres de toute la planète. Ce n’est donc pas dans quarante ans qu’il n’y a plus de pétrole, c’est demain. Le réchauffement climatique ne va pas bondir de moins de 2 °C, mais de bien plus.

 Bonjour les imitateurs des mauvaises idées sur le marché pervers de l’innovation. Tata fait plus fort que Ford, c’est-à-dire bien pire.

Pierre Rahbi dans le TGV

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Par exemple le monde peut-il (sur)vivre sans sacré ? La réponse de Pierre Rabhi est claire. « L’homme a perdu toute humilité. A l’origine, il y avait une perception sacrée de la réalité, que l’on retrouve dans l’animisme : tout ce qui existe, tout ce qui est dans la réalité est porteur de l’âme du créateur. Du fait de l’omniprésence de cet esprit immanent aux choses, l’être humain se sentait intégré à la réalité. C’était l’écologisme fondamental des tout débuts. Au moment de l’émergence des grandes civilisations, l’humanité a commencé à connaître une forme de profanation, à abuser des ressources naturelles. Dans notre civilisation vaniteuse, l’être humain croit pouvoir prétendre qu’il peut maîtriser son destin, seul avec l’aide de la déesse raison, de la science et de la technique. Il faudrait au contraire considérer la spiritualité comme le fondement même. L’univers tout entier est esprit, c’est-à-dire ce sentiment profond qui nous permet de ressentir l’arbre comme étant vivant, de sentir la vie en tout. Dès lors qu’on atteint cette dimension sacrée, on perçoit la vie comme étant respectable. Et on ne peut que la respecter. Quand on enfouit de l’humus dans la terre, il la redynamise de façon à de qu’elle puisse continuer à être féconde. C’est prodigieux. Les mots humanité, humidité et humilité sont étymologiquement  dérivés du mot humus. Je pense que nous manquons, aujourd’hui, terriblement d’humanité et d’humilité. »

 

Le plus extraordinaire, c’est que ces fortes paroles sont imprimées dans TGV magazine de décembre-janvier 2008 sous le titre Le monde peut-il (sur)vivre sans sacré ? Il y a aussi dans ce numéro un long article sur ces inconscientes grenouilles (les humains) qui ne savent pas comprendre l’urgence climatique. Mais le magazine des Trains à Grande Vitesse cultive tout, sauf l’humilité ! Pub pour l’alpha Roméo de 150 ch, pub pour les portables, beaucoup de pubs pour les sports d’hiver. Dire que les TGV suppriment toutes les petites lignes transversales de chemin de fer et fragmentent la Biosphère…

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet,

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

http://biosphere.ouvaton.org/page.php?fichier=2008/affichactu3

 

padak, le Dakar

L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Ainsi, c’est la joie dans la Biosphère, le rallye Lisbonne-Dakar 2008 a été annulé le 4 janvier ; personne ne pouvait décemment être d’accord avec le Dakar. Officiellement cette compétition devenait dangereuse puisque condamnée par Al Qaida comme rassemblant un ramassis de « croisés, d’apostats et de mécréants ». On est presque proche de la vérité quant aux participants. En fait il s’agit uniquement d’un événement spectacle qui n’existait que parce le début du mois de janvier est en général assez vide d’informations ; il faut donc meubler ce vide existentiel par l’essence de compétiteurs motorisés. En conséquence cette organisation mercantile, organisée depuis 1978 par l’ASO (Amaury Sport Organisation), gaspillait l’énergie fossile, agressait la flore et la faune, occasionnait nombre d’accidents et devenait la vitrine de l’idiotie occidentale. Ce jeu de grands enfants représentait une approche peu respectueuse des biotopes traversés et agressés par cette furie mécanique. Il n’est que justice que l’ASO perde dans l’histoire 50 millions d’euros de chiffre d’affaires et que les fervents de l’épreuve sur poste de télé soient obligés de se reconvertir vers des spectacles moins coûteux pour l’environnement.

 

S’il faut se réjouir de cette annulation, il faut déplorer que celle-ci ne résulte pas d’une prise de conscience des hommes, mais de la peur de quelques terroristes. Ce choc de l’arrogance mécanisée des uns et de l’obscurantisme religieux des autres prouve que l’animal humain a bien peu de raisons de s’imaginer supérieur aux autres formes de vies.

 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

 

Gandhi ne voudrait pas de la Tata Nano

Dans l’article sur la voiture la moins chère du monde, le journaliste se permet d’écrire que « la conception de la Tata Nano est fidèle aux principes du mahatma Gandhi ».Jamais je n’aurais pensé qu’une récupération puisse aller aussi loin. Gandhi n’est pas connu par des considérations générales du type « obstination » et  « irrévérence vis-à-vis des standards qui dominent l’industrie ».  Il ne faudrait jamais oublier qu’il voulait concrètement que nous revenions au plus simple, le rouet contre la machine textile et les industriels, le sel fabriqué par le pays contre le sel que nous fournit le commerce.            

 Rappel : Gandhi, qui avait rejeté le tabac dès son adolescence, avait décidé à 28 ans de vivre de la façon la plus économique possible. Il décida d’abord de boycotter son coiffeur et son blanchisseur, il s’occupait aussi directement de ses enfants, à sa façon. Gandhi avait mis les jouets d’un enfant sur une étagère. A celui-ci qui le lui demandait, il expliqua : «  Tu sais que c’est un jouet importé de l’étranger. Si je te le donne, tu sais aussi que nous ne pourrons pas jouer ensemble. »   Il se nourrissait de manière frugale et finit par se vêtir d’un simple pagne. Il avait demandé aux Indiens d’adopter le kadhi, ce coton tissé main qui permettait de rejeter les étoffes importées d’Angleterre. En filant et tissant la fibre naturelle récoltée sur le sol indien, l’Inde pouvait se mettre sur les chemins de l’indépendance, acquise en 1947.  Aujourd’hui les Hindous devraient suivre l’enseignement de Gandhi et résister aux tentations. Mais l’Inde se rêve au contraire de paillettes et de néons, elle s’éloigne de plus en plus de l’ascétisme que prêchait le père de la nation. Le kadhi n’est plus vraiment à la mode et les designers indiens ne rêvent que de conquérir les marchés occidentaux de la haute couture. Maintenant les industriels s’intéressent à la voiture à 1700 euros pour accélérer les émissions de gaz à effet de serre. Gandhi est aux antipodes de tout cela. 

Gandhi aujourd’hui aurait certainement  prédit : « En vérité, en vérité je vous le dis, le renoncement à la voiture sera un jour la loi pour tous. »

 

dernier virage

           L’actualité n’a pas d’importance en soi, l’important c’est ce qu’on fait de l’actualité, si on la juge ou non digne d’intérêt. Je commence cette semaine par l’événement qui me semble le plus significatif du tournant historique que nous allons vivre. Il s’agit d’un documentaire qui vient d’être présenté aux parlementaires français, La 11e heure, la dernière heure. Ce film parle de notre belle Terre écrasée par une chaussure, la notre, celle de notre civilisation thermo-industrielle : glaciers en capilotade, tsunamis féroces, fétus de paille humaine emportés par les eaux…Des tas de scientifiques établissent entre les images le diagnostic d’une planète malade de l’homme. Un généticien explique  combien notre « gros cerveau » nous a joué le mauvais tour de nous faire croire que nous sommes géniaux, hors la nature, pouvant faire ce que nous voulions, c’est-à-dire n’importe quoi. La crise actuelle est donc une crise de civilisation, pas une catastrophe survenue par accident. L’avidité des humains agit en profondeur sur la nature, l’humanité se développe comme un cancer qui peu à peu ronge la planète, épuise ses ressources, la pollue souvent de façon irréversible.

 

           Le célébrissime acteur Leonardo DiCaprio soutient ce documentaire (Lemonde2, 5 janvier 2008) ; l’année 2008 commence bien quand lutter contre le réchauffement climatique obtient un tel soutien. Leonardo n’en pouvait plus d’entendre des spécialistes de l’environnement se faire rabrouer pendant une émission de télévision, coincés sur leurs sièges, sans pouvoir s’expliquer.  Leonardo fait partie du mouvement écologique qui va changer le monde, il pense que ce sera comparable au combat pour les droits civiques aux Etats-Unis. Si ce film nous permet d’abandonner  notre sentiment de toute puissance et de comprendre que la seule solution est de réintégrer le plus rapidement l’humanité dans la Biosphère, alors il y a peut-être un espoir pour les décennies qui viennent.

           Nous votons aux élections, ce qui ne sert pas à grand chose, nous votons aussi chaque fois que nous prenons notre voiture ou l’avion, ce qui augmente l’effet de serre, nous sommes dans l’anthropocène et nous allons le regretter. Donc bonne année 2008, c’est-à-dire simplicité volontaire et sobriété énergétique pour tous. 

NB : Tous les articles pour la Biosphère sont archivés et classés sur Internet, http://biosphere.ouvaton.org/page.php?doc=2007/affichactu2

 

écrivez-moi

Je viens de recevoir cet intéressant article qui pose le problème de notre inefficace bavardage… Si tu as des infos écolos, je peux les publier sur ce blog…  

écrivez-moi.  

Chronique – Article publié le : 19/12/2007   À quoi bon Bali ?


La conférence de Bali a de nouveau échoué en se maintenant dans le paradigme de réduction des émissions de gaz à effet de serre par la limitation de la demande. Or, pour réduire les émissions de GES, mieux vaudrait que le carbone reste sous terre… A Bali, la 13ème conférence de l’ONU sur les changements climatiques est venue confirmer l’inconséquence des décideurs et des parties prenantes. Il est sidérant de constater que les acteurs politiques et les représentants du monde associatif présents à Bali ont la même vision réductrice de l’état d’urgence engendré par les gaz à effets de serre. Cette lecture minimaliste se traduit dans les propositions du dispositif technique à mettre en œuvre : elles sont de manière criante en deçà des mesures nécessaires. Les objectifs fixés avant Bali étaient déjà insuffisants: pas plus de deux degrés de hausse des températures d’ici à la fin du siècle, diviser par deux les émissions mondiales de gaz à effet de serre, le pic doit culminer d’ici à 2020. Ces propositions se fondent sur un diagnostic erroné et il suffit de tenir compte de ce que disent les scientifiques pour constater qu’il faut mettre la barre plus haut.
Dans le dernier rapport du GIEC de novembre 2007, il est préconisé que les pays industrialisés divisent par 20 leurs émissions de gaz à effet de serre. Or, cela fait plus de cinq ans que les stratèges du climat préconisent une simple réduction par quatre pour ces pays-là. Comment expliquer ce négationnisme de l’urgence ? Déni, aveuglement, lâcheté ? Aux sommets de La Haye en 1998, à Marrakech en 2001, à Johannesburg en 2002, les mêmes mots sont ressassés : « nous sommes sur les bons rails ». La langue de bois environnementale existe : elle s’exerce à merveille dans ces grandes rencontres de la diplomatie verte où les hauts dirigeants du monde entier simulent collectivement la prise de conscience des risques climatiques. Une fois encore, les participants se sont empressés de se vanter auprès des médias du « pas décisif », de la « grande avancée », ou encore d’un hypothétique « processus volontariste » que constitue la feuille de route adoptée à la conférence onusienne de Bali. Mais les émissions continuent à augmenter, les ravages des dérèglements climatiques créent de nouveaux éco-réfugiés ou éco-sinistrés, la fonte des glaces ne cesse pas.

Face au manque d’efficience de ces grands sommets, une question sous-jacente apparaît : ce genre de conférence va-t-il nous sauver ? Combien de fois encore devrons-nous contempler le spectacle de ce grand cirque consensuel dont ne résulte jamais de mesures courageuses ? En l’occurrence, la feuille de route proposée à l’issue des négociations ne propose aucune référence chiffrée de réduction des gaz à effet de serre. Les Européens et certains pays du G77 – y compris la Chine – souhaitaient pourtant des références quantifiées. Nous ne disposons actuellement que d’un calendrier fixant les échéances de nouvelles négociations supposées donner forme au successeur du Protocole de Kyoto qui fête cette année ses dix ans d’existence. Les objectifs – déjà minimes – qu’il préconisait, pour 2008-2012 ne seront pas atteints.

Au fond, c’est toute la logique du dispositif de ce protocole qui serait à revoir. Une meilleure façon de concevoir un plan climat serait de s’intéresser aux extracteurs d’énergies fossiles -les pays de l’OPEP en somme-, et aux sources de l’offre énergétique, plutôt qu’aux émetteurs et à la demande. Kyoto avait cette ambition folle de contenir les émissions de milliards de personnes, de tous les conducteurs individuels d’automobiles, de toutes les industries mondiales. Dans les pays producteurs, le pétrole est généralement nationalisé, cela reviendrait à ne devoir négocier qu’avec les gouvernements. Nous réduirions ainsi le nombre d’interlocuteurs à convaincre de plusieurs milliards à une douzaine. En cela, le protocole de déplétion proposé par le regroupement national d’experts « Association for the Study of Peak Oil » (ASPO), visant à réduire progressivement les importations de pétrole permet une économie véritablement durable. Le Protocole offre également aux nations les moyens de réduire coopérativement leur dépendance au pétrole. Le détail de ce texte peut être trouvé sur le site qui lui est consacré : www.oildepletionprotocol.org. Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mieux vaut en effet que le carbone reste sous terre. La conférence de Bali a échoué en ce sens : elle n’a pas su questionner la grille de lecture déjà en place. En se maintenant dans le même paradigme de réduction des émissions de gaz à effets de serre par la limitation de la demande, elle est passée à côté du paradigme décisif de la décroissance de l’extraction des ressources fossiles.

Prenons l’exemple d’une personne en partance pour un long voyage, en plein dilemme, seule face à sa conscience d’éco citoyen. Cet individu doit partir en Amérique Latine : prend-t-il ou ne prend-t-il pas l’avion ? Du côté de la demande, il y a deux manières de croire que l’on est vertueux : on peut ne pas prendre l’avion, mais il décollera certainement quand même. On peut aussi s’acheter une indulgence : compenser son émission excessive de gaz à effet de serre en payant quelques arbres, en contribuant à la reforestation de pays dévastés. Ce genre de « compensation carbone » est un luxe que seuls les très riches peuvent se permettre et n’a pas d’impact immédiat, ni réellement efficace sur l’absorption de CO2.

Une mesure réellement effective en revanche, serait envisageable du côté de l’offre. En réussissant à convaincre un pays producteur comme l’Arabie Saoudite de modérer sa vente. Si elle consentait à ne plus produire que 9 millions de barils par jour, au lieu des 10 habituels, cela constituerait une réduction équivalente d’émissions de gaz à effet de serre. L’offre de pétrole diminuerait, par conséquent, les prix augmenteraient ce qui garantirait un revenu en pétrodollars à peu près équivalent pour l’Arabie Saoudite. Cette mesure alternative aurait prise sur le réel, sur le moléculaire, et c’est ce qui a cruellement manqué à Bali.

Yves COCHET

Mathématicien, ancien Ministre de l’Environnement, Député de la 11e circonscription de Paris.

Source : http://www.actu-environnement.com/ae/news/chronique_yves_cochet_conference_bali_4137.php4

spes salvi, on est mal parti

Après sa première encyclique consacrée à la charité, Benoît 16 a publié fin novembre 2007 une seconde sur le thème de l’espérance (Spes salvi) : « Le progrès offre de nouvelles possibilités pour le bien, mais des possibilités abyssales pour le mal », écrit Benoît 16, pour qui, sans éthique, l’idéologie du progrès indéfini reste une menace pour le monde. « On demande trop à la science, dit l’encyclique. La science peut contribuer à l’humanisation du monde. Elle peut détruire l’homme et le monde si elle n’est pas orientée par des forces qui se trouvent hors d’elles. » (source : Le Monde du 1er décembre 2007)

 Le problème,  c’est que Benoît fait confiance en un Dieu incarné (Jésus-Christ) proche des hommes, qui ne peut donc être qu’une projection du fantasme des hommes qui se prennent pour dieu. Il suffit de remplacer « Dieu » par « Biosphère (nature) », et le discours de Benoît 16 se comprend de façon concrète ! Il faut complètement extérioriser la source de l’espérance, et reconsidérer la Biosphère comme notre Mère et notre Père, ce qui est autre et nous a mis au monde, ce qui est en réalité puisque nous ne sommes effectivement qu’une forme de vie qui dépend des autres formes de vie.

 Un monde sans respect de la nature est un monde sans espérance pour les générations futures. La justice de la Biosphère est supérieure à celle de l’homme, le réchauffement climatique ou la stérilisation des sols sanctionnera les dérives folles de l’activisme humain.

 

Pour une autre approche de l’écologie : http://biosphere.ouvaton.org/