Plan biodiversité, laissez-moi rigoler…

Un comité interministériel a été consacré à la sauvegarde de la biodiversité. Beaucoup de ministres (agriculture, travail, cohésion des territoires, recherche, etc.) pour pas grand-chose. Même LE MONDE* est sévère envers ce plan biodiversité : un catalogue de mesures, dont certaines figurent déjà dans d’autres textes, nécessitent encore des concertations, ou ne sont assorties ni d’un calendrier ni d’un financement ; une échéance« zéro artificialisation nette » des sols qui reste complètement indéterminée. On fait aussi appel au minable mécanisme de compensation : les projets d’aménagement ne seront pas bloqués, des surfaces équivalentes devront être rendues à la nature. Bonjour la dépollution des friches industrielles ! « Zéro plastique rejeté en mer » se contentera de cibler pailles, touillettes, cotons-tiges ou autres ballons de baudruche. « L’extension ou la création » de vingt réserves naturelles, mais cela repose sur des objets non identifiés. Nicolas Hulot est dithyrambique, « prendre sa part de responsabilité » dans un combat « prioritaire » et « universel ».

Les associations environnementales pointent les mauvais signaux envoyés par l’exécutif, Un gouvernement obsédé de croissance : il a fait appel de l’annulation en justice du projet de zone d’aménagement du Triangle de Gonesse, Hulot a donné son feu vert à la bioraffinerie Total de La Mède qui va aggraver la déforestation en Indonésie et en Malaisie. De surcroît, les ONG jugent que pour être efficace, il faudrait consacrer chaque année 200 millions d’euros supplémentaires aux politiques en faveur de la biodiversité. Le gouvernement ne promet que 600 millions d’euros sur quatre ans, dont 150 millions prélevés sur le budget des agences de l’eau. Le compte n’y est donc pas. Quelques réactions sur lemonde.fr :

Une équipe de winner (de la com’) : Sans déconner ils refusent d’interdire le glyphosate comme ils l’avaient promis et deviennent ensuite les chevaliers blancs de la biodiversité. Lol.

Plastoque : Objectif zéro plastiques en mer d’ici 2025. Le message est-il qu’on va continuer à polluer l’océan d’ici-là? Ça manque un peu de pédagogie. Ou d’explication de texte.

CLAUDE PICHEL : Ah bon ? la biodiversité c’est le plastique, les déchets , les sols imperméabilisés ?????? Mais alors les oiseaux, les serpents, l’ours des Pyrénées, le commerce illicite des espèces protégées rares, les pâtés d’alouettes, le commerce des chardonnerets , le tir des tétras- lyre, la destruction des passereaux dans le Médoc c’est quoi ??????? 40à 60% de chute des effectifs de nombreux passereaux c’est quoi ????? la faute des plastiques dans la mer, des parkings bétonnés des supermarchés ????

anti-GCO : Ici à Strasbourg, nous nous battons depuis près de 10 ans contre une autoroute, le Grand Contournement Ouest, qui va supprimer + de 300 ha de très bonne terre agricole. La semaine dernière, ce projet à reçu un avis défavorable suite à l’enquête publique, en raison d’une importante suppression de biodiversité ! Messieurs du Gouvernement : des gestes et des décisions courageuses, plutöt que de la communication.

MICHEL SOURROUILLE : Le 23 janvier 2018, Nicolas Hulot a confirmé que le grand contournement de Strasbourg serait construit. « Je ne peux pas non plus de Paris me substituer aux décisions des autorités locales et régionales. Ce projet a été maintes fois approuvé, il est contesté, il a été amélioré, il n’est pas parfait. J’ai donné à l’opérateur un certain nombre de prescriptions qui sont autant de conditions s’il veut pouvoir réaliser les travaux. Globalement je pense que c’est le moins mauvais compromis« . 

BERNARD GEORGES : Je suis revenu après des dizaines d’années passées au Quebec à la Roque d’Anthéron, petit village provencal au pied du Luberon! Il y a une quinzaine d’années au dessus de ma cour-jardin je voyais tous les soirs des vols d’hirondelles traçant leurs arabesques avec decris stridents, des papillons partout…. je ne vois plus ni les uns ni les autres et je suis heureusement surpris quand j’entend lee pépiement d’un oiseau! En si peu de temps!!!!!!

MICHEL SOURROUILLE : Nous avons bien l’impression, avec le sourire radieux de NH sur la photo, que celui-ci est bien tombé sous le charme d’un gouvernement libéral et donc anti-écolo. Va-t-il afficher le même sourire quand on lui annoncera que le gouvernement n’a aucun désir de programmer la fermeture des centrales nucléaires ?

* LE MONDE du 5 juillet 2018, Le gouvernement au chevet de la biodiversité

Partagez ...

5 réflexions sur “Plan biodiversité, laissez-moi rigoler…”

  1. La question démographique est en effet intéressante.
    Actuellement, au moins neuf cent quatre-vingt-dix-neuf pour mille de la population mondiale sont dépourvus de tout accès à quelque contraception qui n’ait pas d’effets secondaires indésirables et rédhibitoire. Il faut inverser cette tendance. Il faut que toute personne ait la capacité financière d’avoir avoir de la contraception qui soit correct.
    La natalité forcée, en plus de générer de la mort prématurée, est incompatible avec l’écologie et est un très puant antiféminisme!
    Vive le communisme, vive la laïcité et vive le droit de ne pas procréer!

  2. La question démographique est en effet intéressante.
    Actuellement, au moins neuf cent quatre-vingt-dix-neuf pour mille de la population mondiale sont dépourvus de tout accès à quelque contraception qui n’ait pas d’effets secondaires indésirables et rédhibitoire. Il faut inverser cette tendance. Il faut que toute personne ait la capacité financière d’avoir avoir de la contraception qui soit correct.
    La natalité forcée, en plus de générer de la mort prématurée, est incompatible avec l’écologie et est un très puant antiféminisme!
    Vive le communisme, vive la laïcité et vive le droit de ne pas procréer!

  3. Didier Barthès

    De toute façon quoi que l’on fasse, en étant plus nombreux tous les ans nous détruirons tout. Chaque année entre 85 et 90 millions de personnes s’ajoutent sur la planète. Si on les met à 100 par kilomètre carré (soit déjà deux fois plus « tassés que nous ne le sommes actuellement ) nous devrons artificialiser chaque année un territoire grand comme presque deux fois la France, et par conséquent en éliminer tous les animaux sauvages, alors arrêtons les demi-mesures et attaquons nous au problème principal.

  4. Didier Barthès

    De toute façon quoi que l’on fasse, en étant plus nombreux tous les ans nous détruirons tout. Chaque année entre 85 et 90 millions de personnes s’ajoutent sur la planète. Si on les met à 100 par kilomètre carré (soit déjà deux fois plus « tassés que nous ne le sommes actuellement ) nous devrons artificialiser chaque année un territoire grand comme presque deux fois la France, et par conséquent en éliminer tous les animaux sauvages, alors arrêtons les demi-mesures et attaquons nous au problème principal.

Les commentaires sont fermés.