Pourquoi les populistes gagnent la bataille

Le slogan « Fin du monde, fin du mois, même combat » est un oxymore, l’alliance des contraires, une forme plus poétique que réaliste. Le réalisme, c’est considérer que nos conditions d’existence ne sont durables que si elles ignorent les énergies carbonées et évitent les politiques croissancistes. Or le gaspillage des ressources, c’est ce que demande le peuple, ce qui fera le jeu des populistes. Illustration cette semaine :

Pétrole : Le 1er octobre, le président équatorien, un social-libéral, avait annoncé qu’il cessait de subventionner les carburants, provoquant une hausse du prix du diesel à la pompe de plus de 100 %. Cette annonce a suscité la colère de la population. Au terme de douze jours d’une mobilisation qui a paralysé le pays et de quatre heures de négociations, les Indiens équatoriens ont obtenu gain de cause dimanche soir. Le président Lenin Moreno a accepté de retirer le décret 883 qui supprimait les subventions publiques. Quito a immédiatement explosé de joie. Les manifestants ont scandé le traditionnel slogan latino-américain : « Le peuple uni ne sera jamais vaincu ! »* Mais la raison et le bon sens n’ont pas gagné dans cette affaire. Que fera le peuple quand le choc pétrolier ultime, celui qui considérera que le pétrole arrive à son inéluctable terminus et que nous devrons brutalement nous en passer ? Le peuple apprendra alors que les populistes lui ont menti.

Pouvoir d’achat : Les Polonais ont une expression pour désigner les généreux transferts sociaux promis par le gouvernement ultraconservateur, « Kielbasa wyborcza », le « saucisson électoral » : relèvement du salaire brut minimum, instauration d’un 13e et 14e mois pour les retraités, allocation de 125 euros pour tous dès le 2e enfant, etc. « Le PiS a choisi la voie populiste et ça marche », constate l’économiste Witold Orlowski. En privilégiant la « Pologne B », version locale de la « France d’en-bas », les ultraconservateurs sont parvenus à s’inféoder des pans entiers de la population. Les promesses sociales du PiS s’accompagnent de discours à forts relents nationalistes et xénophobes.** Au pouvoir depuis 2015, les ultraconservateurs ont remporté une victoire historique avec 43,6 % des suffrages. Demain en France Marine Le Pen risque d’arriver au pouvoir avec des promesses aussi démagogiques qu’en Pologne… On fera plaisir aux Gilets jaunes, et tant pis pour le réchauffement climatique !

Les populistes gagnent des batailles dans plusieurs pays, ils ne gagneront pas la guerre qu’ils font à la planète.

* LEMONDE du 15 octobre 2019, En Equateur, le mouvement indigène rejette l’offre de dialogue du président Lenin Moreno

** LEMONDE du 15 octobre 2019, La stratégie payante du « saucisson électoral » des ultraconservateurs polonais

10 réflexions sur “Pourquoi les populistes gagnent la bataille”

  1. « Demain en France Marine Le Pen risque d’arriver au pouvoir avec des promesses aussi démagogiques qu’en Pologne… On fera plaisir aux Gilets jaunes, et tant pis pour le réchauffement climatique ! »

    MLP serait d’ extrême droite , vous voulez rire ?
    Elle défend ses chers compatriotes musulmans et Le programme du RN est d’ une insigne mollesse)
    Elle est rejetée par un nombre grandissant d’ élec teurs nationalistes pour cela .
    On rira aussi de sa nièce Marion , très belle femme mais pas tellement plus identitaire que MLP .
    En matière environnementale , je la soupçonne de n’ y rien connaître et de s’ en préoccuper aussi peu que possible (blabla politicien as usual : je ne parle pas du fumeux réchauffement climatique)
    Un vrai nationaliste se préoccupera de ses natifs de souche et pas des envahisseurs qu’ il renverra au pays dès qu’ ils seront au chomdu (ou en prison / gibet pour les criminels) mais aussi de sa biosphère à laquelle il apportera grand soin par limitation malthusienne de population , protection des espaces naturelles , agriculture de type organique à privilégier, sanctions sévères contre les pollueurs fous, …)
    Il sanctionnera aussi impitoyablement le gros patronat esclavagiste et avide d’ or , grand amateur de « coke en stock  » et de clandestins venus d’ Asie .

    On comprendra donc que la sprl Le Pen n’ est composée que de magouilleurs et de pseudo nationalistes à l’ exception de Jean Marie Le pen pour sa lucidité à l’ endroit du fléau (im)migratoire

    1. Nationalisme et populisme ça donne « national-populisme ».
      Cette expression existe depuis 50 ans environ, elle a son histoire, etc. Elle sert à désigner quelque chose de bien précis. Ce quelque chose, cette chose, est ce qui caractérise les régimes d’Amérique Latine des années 30-50 et qu’on retrouve par exemple en France dans le poujadisme et le Front national. (FN rebaptisé récemment RN pour de simples raisons stratégiques.)
      Cette chose est étudiée, ici ou là ainsi qu’à l’échelle planétaire, par des sociologues, des politologues, des philosophes. Depuis une dizaine d’années on la voit progresser, comme une vague, comme une épidémie, comme un cancer … (les analogies ne manquent pas pour la nommer.)

      1. Les nationalistes se feront un plaisir de distiller la chimiothérapie nationaliste pour détruire les cellules cancéreuses du gauchisme et de l’ écologisme de la sainte farce .
        Cellules toxiques bobogauchos et khmers verts , le traitement sera rude et les nations retrouveront leur bonne santé mentale !

        1. –  » … le traitement sera rude et les nations retrouveront leur bonne santé mentale ! »

          Sur la dureté du traitement, que certains grands malades appellent « remède » … on sait ce que ça veut dire, no comment !
          Mais après, ça veut dire quoi, ça ? Déjà « nation », c’est quoi ça ? Ce mot ne semble parler qu’aux nationalistes. C’est un peu réducteur ça, non ? Puisque la simplicité semble parler à tout le monde… alors pourquoi ne pas parler plutôt de pays, de villes et de villages, de régions, de continents ? Et de la planète, quoi ! Parce que ça au moins, ça dit la même chose à tout le monde.
          Quant à la santé mentale … évidemment pas celle des pays et des villages, ni des clochers et des montagnes, des routes et des Autobahnen etc. mais celle des hommes et femmes et enfants, en chair et en os. Justement parlons-en de la bonne santé mentale ! C’est comme avec l’autre qui ose nous parler d’ « ordre », c’est quoi la « bonne santé mentale » ? Quand on nous explique que Marine LP n’est pas à droite mais qu’au contraire MLP est une gôôchiste, quand on pense le monde en mode binaire, autrement dit quand on n’a que deux neurones sous le béret (rouge le béret, non ?) … c’est ça la « bonne santé mentale  » ? Pour un nationaliste, certes… et il est bien là le problème. Misère misère !

  2. Appelons un chat un chat ! Le slogan « Fin du monde, fin du mois, même combat » n’est pas un oxymore. L’expression « développement durable » ça oui, c’est un oxymore. Pire, c’est un véritable poison !
    Quant à ce slogan, qui lui aussi ne fait que traduire une idée (qui vaut ce qu’elle vaut) , il appelle ou invite à se rejoindre dans le même combat (avec ou sans « » ) tous ceux qui ont comme préoccupation première « la fin du monde », OU bien « la fin du mois », OU bien les deux et en même temps. Tous ensemble, tous ensemble, ouai ouai ! Ce slogan, ou cette invitation, semble laisser de côté tous ceux qui le matin ne savent pas où ils dormiront la nuit prochaine, ou qui prient pour que demain ils soient toujours vivants.

    Le 07 octobre dernier Biosphère s’appuyait sur Dominique Bourg pour savoir si l’écologie sera fasciste ou pas. J’ai noté ce que dit le philosophe : « Sans resserrement des inégalités, point d’écologisation de la société. » Pour moi ce n’est là qu’une simple évidence.
    En attendant, que les inégalités se resserrent… les populistes de tous bords ont un « bel » avenir. Surtout ceux qui sont placés à droite, à l’extrême droite, malgré ce qu’ils prétendent.
    Pour moi les choses sont rarement binaires, il n’y a pas d’un côté des gilets jaunes et de l’autre des gilets verts, il y a par exemple aussi des chemises brunes. Je ne vois donc pas d’incohérence à lutter (avec ou sans « ») contre le saccage de la planète et en même temps, contre les fins de mois difficiles, la misère, les inégalités, la xénophobie, le racisme etc. etc.
    Maintenant c’est vrai, mieux vaut éviter de tout mélanger. Mieux vaut éviter d’en rajouter à la grande confusion. Alors nous éviterons de coller une étiquette verte à une Marine ou Marion Le Pen, nous nous appliquerons à démasquer et faire taire tous ceux qui se servent de l’écologie dans le seul but de mieux diffuser leur poison.

    1. Parlons plutôt des populistes de gauche ! Les gogôches qui veulent faire croire qu’on va résoudre les problèmes écologistes en instaurant l’immigration illimitée en France !

      A chaque fois le même slogan = « le plus grand danger de l’humanité c’est le front national » Et ben mon œil ! Rien de mieux qu’un bon coup de Marine Le Pen pour remettre de l’ordre en France

      1. –  » Rien de mieux qu’un bon coup de Marine Le Pen pour remettre de l’ordre en France »
        C’est c’là oui. Vous nous l’avez déjà servie celle là, exactement dans les mêmes termes. Un « bon coup » … c’est c’là oui. C’est comme un « bon » coup de marteau sur les doigts, je peux vous assurer que ça fait du bien, ça. Après ça, je peux vous dire qu’on fait gaffe. Et puis expliquez-nous, si vous le pouvez, ce que vous entendez par « ordre ».
        En attendant… je vous laisse réfléchir, si vous le pouvez… à cette phrase de Samuel Smiles : « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » .

      2. Dans un commentaire effacé par la modération redevenue stalinienne , j’ ai dit que MLP n’ est en aucune façon d’ extrême droite mais est aussi gauchiste qu’ un Mélenchon .
        Lis le programme du RN et tu vas te bidonner tant sa mollesse est grande !
        Marion Marechal ne vaut guère mieux , je le crains .
        Les critiques environnementales à propos de MLP sont justifiées : elle est du même acabit que le politichien de base tant son ignorance et son je m’ en foutisme en la matière est abyssale .
        De la pollution , de l’ invasion immigratoire , de la démographie galopante , de la surpopulation , de la déforestation , ils ne connaissent rien ===> by the way , la plupart des politocards sont des avocats , c’ est dire : du bruit et du blabla inutiles !!!!

        1. Oui mais alors qui proposes tu ?

          Marine Le Pen a au moins le mérite de vouloir résoudre le problème d’immigration ! Or l’UmPs et supplétifs vert rouge modem veulent importer des migrants en quantité illimitée et durée infinie…..

          1. –  » Oui mais alors qui proposes tu ?  »
            Je viens là « sauver » MARCEL. C’est quand même un comble, non ? Mais pourquoi faudrait-il qu’il Propose quelqu’un ou quelque chose ?
            Je me suis souvent entendu dire : « Tu critiques, ça c’est facile (et blablabla), mais qu’est-ce que tu proposes ? »
            A quoi je réponds toujours :  » Critiquer c’est une chose. Et proposer c’en est une autre. »
            En effet je peux critiquer quelque chose ou quelqu’un, même négativement, sans pour autant de me sentir obligé de dire ce qu’il faudrait faire. Ou sans pour autant être capable de faire mieux que lui, par exemple quand je critique le boulot de mon dentiste. Là encore, quand on balance le fameux « tu n’as qu’à le faire », c’est qu’on est à cours d’arguments. Cette question (qu’est ce que tu proposes ?) a généralement pour but de clouer le bec au ronchon ou au récalcitrant. Et/ ou de le faire adhérer à son avis, son projet etc. Mon cher BGA, faudrait quand même finir fâché avec MARCEL 🙂
            Pour rire, je pourrais aussi vous parler du « mérite » de Marine. N’importe quoi !

Les commentaires sont fermés.