Procès d’un militant anti-pub, anti-démarchage téléph

1) SOUTENONS un MILITANT ANTIPUB TOULOUSAIN en PROCÈS le 31 MAI. Le 25 mars 2016, vers 22h, à Toulouse, J.R. a été interpelé pont des Catalans alors qu’il était en train de retirer une affiche publicitaire d’un panneau d’affichage. Ce jour là, comme d’autres, il a agi dans le cadre de la journée internationale de lutte contre la publicité. Cette journée de mobilisation a été suivie dans plus de 7 pays dans lesquels une trentaine d’actions ont été réalisées. Le 13 avril, il à été convoqué au commissariat central de Toulouse. Serein, déterminé et poursuivant sa démarche de désobéissance civile, il y a refusé la tentative médiation (une peine de 700€) qui lui à été proposé par le procureur. Poursuivi par le parquet pour dégradations volontaires, son procès aura lieu le Mardi 31 mai à 14h au tribunal d’Instance de Toulouse.

2) BLOCTEL, la nouvelle LISTE ANTI-DÉMARCHAGE TÉLÉPHONIQUE, OPÉRATIONNELLE à partir du 1er JUIN PROCHAIN. Le 1er juin prochain la nouvelle liste anti-démarchage téléphonique sera opérationnelle. Il faudra se rendre à cette adresse : http://www.bloctel.gouv.fr/ (adresse non disponible avant le 1er juin), et rentrer ses numéros de téléphone fixe et/ou portable. L’inscription sera effective 30 jours plus tard. Un récépissé sera envoyé pour signaler l’effectivité de l’inscription. En cas d’appels non désirés à partir de ces 30 jours, il faudra les signaler sur le site. Puis, les services de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) mèneront les enquêtes nécessaires. Les contrevenants encourront une amende administrative de 75 000 €.

=> RAP@Toile a pour vocation de faire connaître les diverses approches de la lutte antipublicitaire. La publicité réduit l’existence à la consommation, l’imaginaire et les idéaux à des arguments de vente. En France, quelques juges ont déjà, par le passé, été sensibles aux arguments des militants sur ce sujet. Le 25 mars 2013, le collectif des déboulonneurs de Paris avait obtenu une relaxe pour « état de nécessité ». Par cette décision le tribunal de Paris reconnaissait deux choses : d’une part que le danger sanitaire que fait peser la publicité sur la société est immédiat et important, d’autre part qu’il existe un dysfonctionnement dans notre démocratie et que les méthodes classiques d’interpellation des pouvoirs politiques sont inopérantes.

R.A.P. (Résistance à l’agression publicitaire) La Teinturerie 24, rue de la Chine 75020 Paris… tél. : 01 43 66 02 04 contact@antipub.org

Partagez ...