Quelques citations pour accélérer la réflexion (1/3)

Apprenez à évaluer vos besoins réels.

Essayez le vélo.

Voyager en pensée économise du pétrole.

N’oubliez pas : une heure de marche par jour.

Prévoyez un logement plus petit, c’est moins difficile à chauffer.

Faites moins d’heures supplémentaires et apprenez à faire la cuisine.

C’est votre semaine végétarienne, votre foie et vos reins vous diront merci.

Arrêtez de manger avant d’être rassasié. Vous serez plus vite en forme.

Les clops, c’est 6 à 8 € par jour, soit 2190 à 2920€ par an.

La technologie est à utiliser avec modération, comme l’alcool.

Cette semaine, ne prenez ni ascenseur, ni escalator.

Qui sème le béton aura bientôt la dalle.

Allez les vers ! Optez pour la crémation si le slogan ne vous plaît pas.

Vous êtes « Travail, Famille, Patrie » ? Consultez un horoscope de 1943.

« Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien intégré dans une société profondément malade. » (Krishnamurti)

Schopenhauer :« Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. » Il en est de même du comportement écologique.

Si vous ne changez pas en vous-même, ne demandez pas que le monde change.

Partagez ...

12 réflexions sur “Quelques citations pour accélérer la réflexion (1/3)”

  1. 1/Effectivement @Michel C, le capitalisme est alimenté par les gens que vous appelez « consommateurs » et que je préfère pour ma part appeler « acheteurs finaux » et/ou « travailleurs ».
    Les prolétaires soutiennent collectivement la dictature exercée au profit des portefeuilles des capitalistes. Ils la soutiennent en bossant énormément et en utilisant le fruit du labeur pour faire des cadeaux exorbitants au grand patronat.
    2/Je suis d’accord avec le fait que nous ayons intérêt à nous libérer collectivement, à décoloniser notre imaginaire (lequel imaginaire consiste à croire que les énormes cadeaux faits aux milliardaires soient légitimes).
    C’est pourquoi je prône les révoltes collectives contre le système, révoltes consistant entre autres à réquisitionner les moyens de productions sans indemniser les possédants, à prendre les produits dans les rayons des supermarchés et hypermarchés puis partir sans payer, à pénétrer dans les usines d’armement pour faire du sabotage, à manifester, à mener des grèves massives, à bloquer des projets immondes tels que par exemple les barrage dans les cours d’eau où l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes…
    3/Comme vous dîtes, ce n’est pas uniquement une affaire d’argent, c’est aussi une affaire de volonté collective.
    Et de cette volonté collective dépend le fait que nous puissions ou non mieux répartir l’argent et nous en émanciper.
    4/Si être « petit bourgeois » signifie défendre bêtement la richesse des bourgeois tout court sans être bourgeois soi-même, alors je suis entièrement d’accord avec vous pour dire que nous travailleurs sommes collectivement des petits bourgeois.
    5/Et je tiens à préciser que ces choses-là avec lesquelles vous et moi sommes chacun(e) d’accord ne remettent en cause ni ne relativisent quoi que ce soit que j’aie écrit dans le moindre commentaire.

  2. @Invite2018

    Je vous rassure, je sais dans quel Monde je vis. Il ne me plait pas particulièrement, je suis un utopiste… mais en attendant, je m’en accommode. Et que pourrais-je faire d’autre ?
    Nous sommes bien d’accord, le problème c’est le Capitalisme. Ce système qui ne vise que l’accumulation de capital par les profits, pour qui la fin justifie toujours les moyens, ce système aujourd’hui dans sa phase du libéralisme mondialisé.

    Seulement, la réalité c’est aussi que le Capitalisme est alimenté par les consommateurs.
    Sans les consommateurs, tout s’effondre. Sans les esclaves, plus de maîtres !
    D’où l’intérêt de se libérer… de commencer par décoloniser son imaginaire.
    Et ça ce n’est pas une affaire d’argent. Tout juste une question de volonté. C’est le travail de la liberté !

    Ouvrons grand les yeux et regardons seulement les consommations du Français Moyen des années 70 et comparons avec aujourd’hui. Mais à ce train là, que diable aura t-il « besoin » dans 40 ans ?

    Il est temps, vraiment temps ! de prendre conscience que nous sommes des petits-bourgeois.
    Conseil de lecture : « Le petit-bourgeois gentilhomme » du sociologue Alain Accardo.

  3. Bonjour @Michel C.
    1/On constate que le bio est moins cher que le non-bio (si tel n’était pas le cas, les industriels n’aurait aucun intérêt à laisser le non-bio exister). En général, les méthodes écologiques sont plus coûteuses que les méthodes conventionnels.
    Donc que le manque de moyens financiers des citoyens lambdas soit une cause du fait que le mode de vie de ces mêmes citoyens soit non-écolo n’est pas valable que selon ma vision du monde, mais est également une réalité aussi vrai que l’impossibilité de tracer un triangle qui soit à la fois rectangle et équilatéral.
    2/Voyager en paquebot ou en train est incontestablement moins rapide qu’en avion.
    Donc il n’y a pas lieu à faire du sarcasme sur l’hypothèse selon laquelle le manque de temps des gens soit une cause du fait que ces derniers prennent l’avion ultra polluant au lieu de transports plus doux. Cette même hypothèse est aussi vraie que l’irrationalité de la racine carré du nombre 2.
    3/Que vous ne rêviez pas la nuit des milliardaires ne justifie en rien le fait que vous présentiez ces mêmes milliardaires comme étant plus mes milliardaires que les milliardaires de qui que ce soit d’autre ou de quoi que ce soit.
    Que la croissance économique requérant d’horribles pollutions soit affectée à l’engraissement de la fortune des milliardaires est, non pas simplement mon idée, mais également une réalité.
    Vous vivez au même titre que moi dans un certain monde où les capitalistes riches à milliards possèdent quasiment tout. Je ne sais pas si vous voulez ou non vivre dans ce monde, je ne sais pas si vous aimez ou non vivre dans ce monde, je ne sais pas si vous avez l’impression de vivre dans ce monde, mais je sais que vous vivez dans ce monde.
    4/Vous écrivez : « vous rêvez de milliardaires ». C’est faux, car je ne rêve pas de milliardaires.
    Simplement, je constate la place que le système en vigueur accorde aux intérêts économiques des milliardaires. Nuance!
    5/Je ne prône aucune haine envers une quelconque personne physique.
    Ce que j’attaque c’est, non pas les milliardaires eux-mêmes, mais le capitalisme qui fait passer les profits des milliardaires avant tout, ce capitalisme qui donne dote les milliardaires des pleins-pouvoirs au détriment du reste de la population, au détriment de la faune, au détriment de la flore, et au détriment de la biosphère.
    Autrement dit, il est complètement faux que je sois aux capitalistes milliardaires ce que Dieudonné M’Bala-M’Bala et Alain Soral sont aux Juifs. Je suis innocent(e) de toute forme de « racisme anti-patrons ».

  4. Bonjour Invite2018
    Je vois bien (et ce n’est pas la première fois) que ce ne seront pas mes commentaires qui vous donneront envie de remettre en cause ce que vous avez dit.

    En réalité, selon votre vision du Monde… (je ne parle pas du journal) si les gens ne sont pas assez écolos, c’est parce qu’ils n’ont pas assez de pognon. S’ils prennent l’avion pour aller passer 8 ou 15 jours à l’autre bout de la planète, c’est qu’ils n’ont pas assez de temps pour y aller en paquebot à voile.
    Ben voyons ! C’est tellement évident que je ne y avais pas pensé.

    Quant je disais  » les pauvres… sincèrement je les plains !  » je ne voyais pas encore parfaitement ce que le Système leur faisait subir, à ces malheureux. Les contraindre à prendre la bagnole pour aller à la salle de gym et l’avion pour partir en vacances ou en week-end à Rome … c’est vraiment trop injuste !

    Je disais « VOS » milliardaires… parce que de mon côté je n’en rêve pas la nuit.
    D’autres font une fixation sur les roms, sur les arabes, sur les noirs ou que sais-je d’autre… vous, vous rêvez de milliardaires. Tout à fait normal !
    Personnellement, je ne me souviens jamais de mes rêves. Je crois que je vais en parler à mon psy…

    PS : Devant la complexité des choses, et l’absurdité du Monde, il y a longtemps que j’ai pris le Parti d’en Rire.

  5. Re-bonsoir @Michel C.
    1/Le comportement non-écolo des Français moyens ne remet nullement en cause quoi que ce soit que j’aie dit. En effet, si les gens utilisent la bagnole pour amener leurs gosses et pour aller bosser à quatre kilomètres, c’est à cause du fait que les horaires de travail imposés par les employeurs soient tellement énormes qu’ils en sont forcés à utiliser les moyens polluants.
    Si les citoyens prennent l’avion plus de deux fois par an, c’est à cause du fait que le nombre de jours de congés soit monstrueusement faible. En effet, pour que l’avion soit pris moins souvent, il faut que les gens aient davantage de journées à consacrer aux transports doux en commun.
    2/Ces travailleurs qui sont forcés de bosser près de quarante heures hebdomadaire sont frappés par une précarité qui n’a rien de virtuelle.
    Les hausses de pouvoir d’achat réclamées par les gens râlant contre les milliardaires ne constituent donc nullement un quelconque caprice.
    3/Faut-il voir une insinuation particulière au fait que vous écriviez « Quant à vos milliardaires »?
    Les gens que vous semblez dire être « mes » milliardaires ne sont pas plus miens que vôtres.

  6. Invite2018
    Avez-vous au moins ouvert le lien que je mettais précédemment ?
    Des Français Moyens , ce n’est pas ça qui manque !

    Et j’en connais des tas. Qui prennent la bagnole pour aller acheter le pain ou amener les gosses à l’école à 500 m, pour aller bosser à 4 km, et qui prennent l’avion 1 ou 2 fois par an. Ils disent qu’ils bossent dur et qu’ils ont bien le droit de se faire PLAISIR ! Bref ils pensent qu’ils le méritent ! Qu’ils le valent bien ! Et ça, c’est la pub qui leur a dit :  » Parce je le vaux bien !  »
    Et en plus, ils trouvent moyen de râler. Ils râlent après ces milliardaires parce qu’à 50 balais ils ne se sont pas encore payé la Rolex… Jamais contents ! Bref, ils n’en ont jamais assez, ils en voudraient encore plus, toujours plus !
    Les pauvres… sincèrement je les plains !

    Quant à vos milliardaires, il ne me font pas rêver. Quand je vois leur réussite, je suis fier d’avoir échoué.

  7. Bonsoir @Michel C.

    Si vous avez déjà dit qu’en raison des gains de productivité faits depuis des décennies vous étiez favorable à ce que nous ne travaillions en moyenne que vingt heures hebdomadaire, alors tant mieux, je suis bien d’accord.

    Concernant la question « Qui est ce Français moyen? », elle est effectivement ouverte, mais je peux vous dire qui ce Français moyen n’est pas. En effet, si seuls les gens n’étant pas à plaindre peuvent être considérés comme des Français moyens, alors on peut mécaniquement déduire que personne parmi celles et ceux qui ne font pas partie des milliardaires (lesquels milliardaires ne constitue guère plus d’un millième de pour mille de la population) n’est un Français moyen.

  8. Bonjour Invite2018
    Je crois avoir déjà dit qu’avec les gains de productivité faits depuis des décennies, nous ne devrions travailler que 20 h par semaine, soit 4 ou 5 heures par jour.
    Ainsi le travail, valeur suprême aux yeux d’un bon nombre… serait partagé. Ceci nous laisserait largement le temps pour aller au boulot à pied ou à vélo, pour bricoler, cuisiner etc.
    Ceci dit, cette vision des choses n’est pas non plus dans l’air du temps.

    Quant au pouvoir d’achat, pour remplir le Sacro-Saint Caddie… il faut voir de quoi on parle. Ou plus exactement de qui.
    Le salaire moyen en France est actuellement de 2225 euros net par mois. Le salaire net médian a atteint 1783 euros en 2014. Bien entendu avec toutes les disparités que nous savons.
    Bien entendu aussi, les fins de mois sont difficiles pour de nombreux Français. Selon le seuil de pauvreté utilisé par l’Insee ( à 60 % du revenu médian), la France compte 8,8 millions de pauvres. Là aussi, cette pauvreté présente diverses formes et dépend d’un tas de facteurs. (jeunes, vieux, citadin ou rural, familles monoparentales, prix du logement selon les régions…)

    Il reste que le Français Moyen n’est pas à plaindre. Qui est ce Français Moyen ? Bonne question !
    http://www.20minutes.fr/economie/675215-20110223-economie-etes-vous-francais-moyen

    Et ça, c’était en 2011. Le Français Moyen est un petit bourgeois. Il consomme beaucoup trop. Il ne lui manque rien, si ce n’est le dernier gadget que la pub lui fait miroiter.
    Si tout le monde consommait autant que ce Français, il faudrait disposer de 2,8 planètes.

    Voilà quelques éléments de plus pour accélérer la réflexion.

  9. Effectivement, en raison du fait que la société fasse de la résistance au fait de donner à tout citoyen la capacité de mener un mode de vie écolo qui soit similaire au vôtre, alors qu’il suffirait de réduire sans baisse de salaires le nombre de jours travaillés ainsi que la durée de chaque journée, laquelle baisse de salaire serait facile si on acceptait de toucher aux sacro-saints profits des milliardaires, il est certain que vous avez raison, @Michel C, de dire que nous vivons en Absurdie

  10. Qu’est ce qui m’empêche d’aller au boulot à vélo plutôt qu’en bagnole ? Et pourquoi pas à pied ?
    Non seulement marcher c’est noble, mais c’est bon pour la santé. Et bien sûr, c’est bon pour la planète !
    C’est bon aussi pour mon porte-monnaie. Je fais un petit calcul pour voir combien ça me fait de steaks par semaine …

    Une heure de marche le matin pour aller au turbin… et une heure le soir pour rentrer. Même pas besoin de courir. Je termine à 18 heures … j’arrive chez moi à 19 ! Juste à temps pour cuisiner le dîner. Comme j’ai toujours un sac à dos, j’ai fait mes courses en chemin.

    Seulement ce que je décris-là ne fait pas rêver grand monde. Ils sont plutôt rares ceux qui voient les choses ainsi.
    Il est plus courant, par exemple… de prendre l’ascenseur pour aller chercher sa bagnole au sous-sol. Et de prendre la bagnole pour aller à la salle de gym, pour courir une heure sur un tapis roulant ou pédaler sur un vélo immobile.
    Et comme on ne peut pas être au four et au moulin… même pas besoin d’avoir fait les grandes écoles, pour comprendre l’incontournable besoin d’un micro-ondes.

    Nous vivons en Absurdie !

  11. @ invite2018.
    T’as raison ! C’est exactement le projet de Méluche, héhé…

  12. Pour remplacer la voiture par le vélo, il faut que le temps de travail baisse fortement sans pertes de salaires. Cette même baisse est en effet indispensable au fait que les gens puissent se permettre de se déplacer plus lentement et moins souvent.

    Pour marcher une heure par jour, il faut réduire le temps de travail sans perte de salaire, afin que les gens libèrent du temps pour ce sport noble.

    Pour que les travailleurs fassent moins d’heures supplémentaires et apprennent à faire la cuisine, il faut que les patrons n’aient plus le pouvoir de leur imposer des heures sups. Il faut que les salariés aient le droit de cesser les heures sups sans perte de revenus.

    Pour diminuer la consommation de produits animaux, il faut qu’absolument tous les végétaux deviennent moins chers que le prix actuel des viandes industrielles bas de gamme.

    Pour que les gens prennent moins l’ascenseur et moins l’escalator, il faut qu’il aient moins de nécessité de se déplacer. Autrement dit, il faut que le temps de travail baisse fortement sans perte de salaires.

Les commentaires sont fermés.