Sarkozy a-t-il pensé à la carte carbone ?

Le système de valeurs de notre société occidentale occulte complètement la réalité émergente, même si cette réalité va nous frapper durement. Sur le blog toujours bien informé http://petrole.blog.lemonde.fr/, on apprend que selon le département d’analyse du futur de la Bundeswehr, il existe « une certaine probabilité pour que le Peak Oil se produise aux alentours de l’année 2010 ». A moyen terme, des pénuries de biens vitaux, notamment de nourriture, pourraient apparaître. Comme le pétrole intervient directement ou indirectement dans la production de 95 % des biens industriels, le système économique mondial et ses variantes nationales pourraient même s’effondrer. On peut aussi s’inquiéter pour la survie de la démocratie elle-même : devant une crise systémique générale, des alternatives idéologiques du type extrême droite pourraient s’imposer aux yeux d’une population. La rubrique Breakingviews du Monde (12 août 2010) avait d’ailleurs quitté la sphère strictement économiciste pour se pencher sur le pic pétrolier : « Toute transition vers un abandon du pétrole devrait être anticipée avec des décennies d’avance. » L’Agence Internationale de l’Energie était déjà devenue pessimiste dès 2005, la production pétrolière des Etats non-OPEP (Russie, Etats-Unis, Norvège…) déclinant peu après 2010 alors qu’ils fournissent  60 % du brut mondial. L’AIE s’exclamait : « Economisez l’énergie, économisez le pétrole ! Et diversifiez-vous, s’il vous plaît. Sortez du pétrole ! » De plus en plus de monde s’accorde aujourd’hui sur la nécessité de prendre en compte l’empreinte carbone de nos consommations.

Pourtant aucun politique en France ou au niveau international n’a osé jusqu’à présent expliciter les conséquences vertigineuses du pic pétrolier. Le premier homme politique conscient serait Michael Meacher, secrétaire d’état à l’environnement de Tony Blair en 1997. Il avait tiré les conclusions des travaux de l’Aspo, dont le fondateur Colin Campbell est un géologue britannique ; le pic pétrolier mondial est pour bientôt. L’idée de rationnement date de 1996, toujours dans le même pays : un groupe d’économistes proposait de définir un plafond annuel d’émissions de gaz à effet de serre et de diviser le total par le nombre d’habitants. Pour l’heure, le Parlement britannique se contente d’une étude de faisabilité de la carte carbone. En France, Yves Cochet (député vert) a proposé cette carte carbone sans être suivi. En Europe, la Commission européenne l’a simplement évoquée. Selon David Miliband, quand il était ministre britannique de l’environnement sous Tony Blair, la carte carbone serait plus équitable qu’une taxe carbone. En effet, une taxe carbone viendrait gonfler les prix des produits et des services, et alourdirait le premier poste de consommation des ménages modestes, l’énergie.

Alors la question fondamentale se pose : mais que va faire Sarkozy face au pic pétrolier ? Devenir empereur des Français, Sarko 1er 

Partagez ...

11 réflexions sur “Sarkozy a-t-il pensé à la carte carbone ?”

  1. LeMonde du 12-13 septembre reprend l’information sous le titre « l’armée allemande prédit le pire une fois le pic pétrolier atteint ». L’armée est concerné puisque la raréfaction d’une ressource aussi essentielle que le pétrole pour l’activité économique touche à la sécurité d’une nation. Sauf que le pic pétrolier entraînera un risque systémique qui se mondialisera rapidement avec des « réactions en chaîne ». Le journaliste Frédéric Lemaître est clair : « Des pays qui ne seraient pas préparés à l’avance pourraient faire faillite et, dans certains cas, la démocratie serait en danger. »

    Dans ce contexte, les gouvernements de chaque pays devraient se saisir d’urgence du problème et réfléchir aux conditions d’une civilisation de l’après-pétrole qui n’ait pas besoin d’une intervention militaire. Toute personne qui présentera à des élections ce type de programme devrait être élu…

  2. LeMonde du 12-13 septembre reprend l’information sous le titre « l’armée allemande prédit le pire une fois le pic pétrolier atteint ». L’armée est concerné puisque la raréfaction d’une ressource aussi essentielle que le pétrole pour l’activité économique touche à la sécurité d’une nation. Sauf que le pic pétrolier entraînera un risque systémique qui se mondialisera rapidement avec des « réactions en chaîne ». Le journaliste Frédéric Lemaître est clair : « Des pays qui ne seraient pas préparés à l’avance pourraient faire faillite et, dans certains cas, la démocratie serait en danger. »

    Dans ce contexte, les gouvernements de chaque pays devraient se saisir d’urgence du problème et réfléchir aux conditions d’une civilisation de l’après-pétrole qui n’ait pas besoin d’une intervention militaire. Toute personne qui présentera à des élections ce type de programme devrait être élu…

  3. Bonjour Monsieur Mahéo,

    J’ai lu attentivement votre leçon de biologie.
    Excusez moi ,mais je n’ai pas une foi aveugle dans l’art de l’homme à utiliser ces
    énergies.
    Je pense que la nature sait très bien mutée d’elle même ,et que les ambitions
    démesurées de certains scientifiques ne m’emballent pas du tout.
    Car justement ils pensent améliorer des transports d’énergie pour après quelques décennies faire le constat de leur incompétence de génies.
    Et surtout de nuire au genre humain ,mais cela ne les préoccupe pas vraiment.
    Apparemment certains ont déjà le projet d’aller jouer aux apprentis sorciers
    sur Mars.
    Donc continuer à jouer avec les molécules ne fait peur à personne sauf aux décroissants.
    Les sauvages veulent mesurer leurs actions sur la nature.
    De mon point de vue ils sont plus près de la réalité que les grands ambitieux
    qui jouent à la roulette russe.
    Personnellement je ne pense pas faire des mondanités au sein des cavernes mais de limiter la fougue de sientifiques et l’irresponsabilité des dirigeants.
    Les grands ambititieux qui jouent à la roulette russe.
    Je vous salue bien et revendique mon état de sauvage marginale snob.

  4. Bonjour Monsieur Mahéo,

    J’ai lu attentivement votre leçon de biologie.
    Excusez moi ,mais je n’ai pas une foi aveugle dans l’art de l’homme à utiliser ces
    énergies.
    Je pense que la nature sait très bien mutée d’elle même ,et que les ambitions
    démesurées de certains scientifiques ne m’emballent pas du tout.
    Car justement ils pensent améliorer des transports d’énergie pour après quelques décennies faire le constat de leur incompétence de génies.
    Et surtout de nuire au genre humain ,mais cela ne les préoccupe pas vraiment.
    Apparemment certains ont déjà le projet d’aller jouer aux apprentis sorciers
    sur Mars.
    Donc continuer à jouer avec les molécules ne fait peur à personne sauf aux décroissants.
    Les sauvages veulent mesurer leurs actions sur la nature.
    De mon point de vue ils sont plus près de la réalité que les grands ambitieux
    qui jouent à la roulette russe.
    Personnellement je ne pense pas faire des mondanités au sein des cavernes mais de limiter la fougue de sientifiques et l’irresponsabilité des dirigeants.
    Les grands ambititieux qui jouent à la roulette russe.
    Je vous salue bien et revendique mon état de sauvage marginale snob.

  5. Bonsoir Monsieur Mahéo,

    Croire que les ressources terrestres sont eternelles est assez incongru ..
    Vous rêvez tout haut avec vos hydrocarbures artificielles..
    En cas de choc écologique il se peut que vous soyez un des premiers à adhérer
    à la décroissance.
    Echafauder des plans tels que les vôtres est encore plus utopiste que les
    « marginaux  » que nous sommes .
    Si brillant et savant que vous soyez !

  6. Bonsoir Monsieur Mahéo,

    Croire que les ressources terrestres sont eternelles est assez incongru ..
    Vous rêvez tout haut avec vos hydrocarbures artificielles..
    En cas de choc écologique il se peut que vous soyez un des premiers à adhérer
    à la décroissance.
    Echafauder des plans tels que les vôtres est encore plus utopiste que les
    « marginaux  » que nous sommes .
    Si brillant et savant que vous soyez !

  7. Bonjour Monsieur Mahéo

    Nous observons avec inquiétude que vous êtes plus clairvoyants que la Bundeswehr, l’Agence internationale de l’énergie et l’Aspo réunis. Soit vous avez tort d’être optimiste en niant le pic pétrolier (comme vous niez aussi par ailleurs le réchauffement climatique), et vous empêchez que nous nous adaptions au chocs écologiques à venir. Soit vous avez raison, et ces organismes officiels auront eu le mérite de nous inciter à économiser l’énergie, ce qui est une bonne chose.

    Quant à votre religion si vous en avez une, vous êtes libre de la pratiquer…

  8. Bonjour Monsieur Mahéo

    Nous observons avec inquiétude que vous êtes plus clairvoyants que la Bundeswehr, l’Agence internationale de l’énergie et l’Aspo réunis. Soit vous avez tort d’être optimiste en niant le pic pétrolier (comme vous niez aussi par ailleurs le réchauffement climatique), et vous empêchez que nous nous adaptions au chocs écologiques à venir. Soit vous avez raison, et ces organismes officiels auront eu le mérite de nous inciter à économiser l’énergie, ce qui est une bonne chose.

    Quant à votre religion si vous en avez une, vous êtes libre de la pratiquer…

  9. Au Cochet’s club :

    De quel pic pétrolier parlez-vous ? De celui qui est annoncé chaque année pour l’année suivante depuis près de trente ans par les spéculateurs du secteur et par les affabulateurs écolo-décroissants de votre espèce ?

    Il n’y aura pas de pic pétrolier car :
    – il y a d’excellentes raisons de croire que les gisements pétroliers et gaziers sont alimenté « en continu » à partir de la croûte terrestre chaude et profonde, où des réactions chimiques sous hautes pressions et fortes températures combinent du carbone et de l’hydrogène (hydro-carbures).
    Plusieurs gisements, dont on avait mesuré le volume selon l’hypothèse sédimentaire, et qui étaient supposés se tarir il y a déjà de nombreuses années, continuent ainsi à fournir du pétrole/gaz bien au delà des estimations les plus optimistes.
    -la renaissance nucléaire mondiale permettra de lancer à grande échelle et à un coût ridicule la production industrielle de carburant dit « synthétique », c’est-à-dire d’hydrocarbures fabriqués non plus « naturellement » mais « artificiellement ». Pour qui veut se renseigner, qu’il recherche « procédé Fischer-Tropsch », par exemple.
    -Enfin, la conversion énergétique mondiale tant attendue du XXIeme siècle, qui n’aura lieu que si nous réussissons à provoquer une Renaissance digne de ce nom et à marginaliser au mieux l’écologie politique et la religion décroissante, rendra ce débat obsolète.

    Cochet’s club, ce sont vos théories fumeuses qui constituent un obstacle à la continuation du progrès de la biosphère et de l’humanité.

    Salutations,
    Jean-Gabriel Mahéo

  10. Au Cochet’s club :

    De quel pic pétrolier parlez-vous ? De celui qui est annoncé chaque année pour l’année suivante depuis près de trente ans par les spéculateurs du secteur et par les affabulateurs écolo-décroissants de votre espèce ?

    Il n’y aura pas de pic pétrolier car :
    – il y a d’excellentes raisons de croire que les gisements pétroliers et gaziers sont alimenté « en continu » à partir de la croûte terrestre chaude et profonde, où des réactions chimiques sous hautes pressions et fortes températures combinent du carbone et de l’hydrogène (hydro-carbures).
    Plusieurs gisements, dont on avait mesuré le volume selon l’hypothèse sédimentaire, et qui étaient supposés se tarir il y a déjà de nombreuses années, continuent ainsi à fournir du pétrole/gaz bien au delà des estimations les plus optimistes.
    -la renaissance nucléaire mondiale permettra de lancer à grande échelle et à un coût ridicule la production industrielle de carburant dit « synthétique », c’est-à-dire d’hydrocarbures fabriqués non plus « naturellement » mais « artificiellement ». Pour qui veut se renseigner, qu’il recherche « procédé Fischer-Tropsch », par exemple.
    -Enfin, la conversion énergétique mondiale tant attendue du XXIeme siècle, qui n’aura lieu que si nous réussissons à provoquer une Renaissance digne de ce nom et à marginaliser au mieux l’écologie politique et la religion décroissante, rendra ce débat obsolète.

    Cochet’s club, ce sont vos théories fumeuses qui constituent un obstacle à la continuation du progrès de la biosphère et de l’humanité.

    Salutations,
    Jean-Gabriel Mahéo

  11. Au Secours ! Après les méfaits de l’Orpaillage en Guyane ,voici que les pouvoirs
    publics vont autoriser l’installation d’une Plate Forme Pétrolière !!
    Voir l’info sur http://www.okamag.fr
    Génocide ? Etnocide ? Dynamiser l’économie en sacrifiant les « sauvages »

    Voir aussi article militant sur http://www.come4news.com :
    Pseudo : Mecarryce
    « Un département Français Sacrifié »
    Et puis l’homme disparaîtra si Dieu le veut et pas selon le bon vouloir des Empereurs qui ne pensent qu’à laisser leur nom dans l’histoire !

Les commentaires sont fermés.