Se soigner aux antibiotiques, mourir plus vite

« Demain, des infections banales et des blessures légères, soignées depuis des décennies, pourraient redevenir mortelles. La résistance aux antibiotiques est devenue une réalité cruciale que révèle le premier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la question. A force de se soigner aux antibiotiques, on reste malade ou mourant. L’évolution du vivant est en effet un mécanisme plus performant que les progrès de l’industrie chimique. »* C’est ce que nous écrivions en 2014. Dans un rapport d’avril 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estimait que les résistances microbiennes causaient 700 000 morts par an dans le monde, et prévoyait 10 millions de morts par an en 2050. En Inde, c’est déjà le désastre.

Il était entré à l’hôpital pour un problème respiratoire. Il est mort quarante jours plus tard d’une infection à bactéries hautement résistantes. Les bactéries sont capables d’échanger leurs gènes de résistance entre elles par simple contact, même entre espèces différentes. Elles peuvent se propager à d’autres patients, notamment par les mains ou les instruments médicaux, véritables « aimants » à bactéries. D’où cette fulgurante propagation des résistances. Sachant qu’il y a plus de 75 000 hôpitaux en Inde, le fardeau de l’antibiorésistance apparaît subitement incommensurable. Il se chiffre en centaines de milliers de morts. Les infections résistantes sont devenues la première cause de décès chez les personnes atteintes de cancers du sang en Inde. Autrement dit, ces infections se révèlent désormais plus mortelles pour ces patients que le cancer lui-même ! Dans une étude menée dans un grand hôpital public de Delhi, 73 % de ces patients étaient porteurs de bactéries résistantes à toute une famille d’antibiotiques de dernière génération, les carbapénèmes, utilisés en derniers recours en France contre les « bactéries hautement résistantes émergentes ». En Inde, difficile de connaître l’impact de la résistance aux antibiotiques. Et pour cause : aucun système de surveillance national n’existe, et les trois quarts des hôpitaux ne tiennent aucune comptabilité de ces infections.  Mais ce n’est pas tout. Ces superbactéries ne se contentent pas d’attaquer à l’intérieur des hôpitaux : on les trouve désormais dans les sols, les rivières, les animaux, le lait, la nourriture… Partout où l’on trouve des antibiotiques, des résistances émergent. Or, les antibiotiques sont omniprésents dans l’environnement indien : ils proviennent des élevages, des rejets hospitaliers, des eaux usées urbaines ou encore des effluents des industries pharmaceutiques qui les produisent, sachant que l’Inde est le plus gros producteur mondial d’antibiotiques avec la Chine. Il n’y a plus besoin d’avoir pris des antibiotiques ou d’être allé à l’hôpital pour être porteur de ces bactéries multirésistantes. On touche là un autre problème, le surcoût astronomique de ces infections. Si les patients qui contractent ces infections à l’hôpital refusaient de payer les surcoûts inhérents, l’ensemble du système de soins indien s’effondrerait.**

Mourir par épidémie médicamenteuse, saine régulation démographique dans un pays surpeuplé comme l’Inde ? Puisque les hommes sont incapables d’auto-limiter leur population, la nature va s’en charger. Donc rien de grave, les super-bactéries font le ménage entre les personnes qui résistent par leur propre force et les autres. C’est ce que pensent certains, miser sur la sélection naturelle. Vaste débat. Comme l’écrivait Rachel Carson en 1962 à propos des insecticides, « L’histoire de la vie sur Terre est l’histoire d’une interaction entre les êtres vivants et ce qui les entoure. C’est seulement dans la séquence temporelle du XXe siècle qu’une espèce – l’homme – a acquis la puissance considérable d’altérer la nature du monde. Depuis que le DDT a été homologué les insectes, dans une splendide confirmation de la théorie darwinienne de la « survie du plus adapté », ont évolué vers des super-races immunisées. Nous avons à résoudre un problème de coexistence avec les autres créatures peuplant notre planète. Nous avons affaire à la vie, à des populations de créatures animées, qui possèdent leur individualité, leurs réactions, leur expansion et leur déclin. Le tir de barrage chimique s’abat sur la trame de la vie, sur ce tissu d’une élasticité et d’une résistance si admirables, capables même de renvoyer la balle de la manière la plus inattendue. Vouloir « contrôler la nature » est une arrogante prétention, née des insuffisances d’une biologie et d’une philosophie qui en sont encore à l’âge de Neandertal… »

* 6 mai 2014, Se soigner aux antibiotiques, mourir de ce mésusage

** LE MONDE du 28 janvier 2020, En Inde, la résistance aux antibiotiques devient un problème sanitaire très sérieux

*** https://www.lemonde.fr/medecine/article/2016/06/06/la-guerre-contre-les-superbacteries-est-declaree_4939189_1650718.html

Partagez ...

1 réflexion sur “Se soigner aux antibiotiques, mourir plus vite”

  1. Un malade atteint d’une septicémie foudroyante mourra t-il plus vite AVEC des antibiotiques ? Mais avant, qui donc ici bas est pressé d’en finir ? Qui donc se laisserait bouffer par des moustiques ou par des rats ou par n’importe quoi, sans régir ? Personne je suppose. Puisque chacun de nous est animé par cette «force de vie» (pulsion de vie ? nécessité ?), bref cette chose que nous observons partout dans le vivant.
    Rachel Carson en 1962 écrivait : ‘ Vouloir « contrôler la nature » est une arrogante prétention.’ Certes. Nous voilà donc bien avancés. Bref, comme dit Biosphère, vaste débat !

Les commentaires sont fermés.