Souffrance animale, un secret industriel qui fait mal

Un texte significatif d’Audrey Garric* : « Des films montrant une cruauté extrême dans les élevages et abattoirs, réalisés par des militants de la cause animale, ont choqué l’opinion publique et entraîné des sanctions contre les fautifs. Pourtant une douzaine d’Etats américains ont proposé ou adopté récemment des lois criminalisant la dénonciation de ces pratiques. Ces législations interdisent de filmer ou de prendre des photos secrètement au sein de fermes d’élevage et de postuler pour un emploi dans l’un de ces établissements sans divulguer des liens avec des groupes de défense des animaux. Le plus extrême de ces textes, en Arkansas, va même jusqu’à proposer d’interdire à quiconque d’autre que les autorités d’enquêter sur les animaux. La plupart de ces projets de loi punissent non seulement les militants qui prennent des photos et des films, mais aussi les médias et les organisations de défense des droits des animaux qui diffusent les documents. Selon les représentants des firmes d’élevage, « ces tournages nuisent à la réputation de la filière ». Un porte-parole de l’ALEC** : « Vous ne voudriez pas que je vienne dans votre maison avec une caméra cachée. » »

Quelques commentaires perspicaces à la suite de cet article sur lemonde.fr :

– Le plus affligeant c’est que le libéralisme stipule la responsabilité du consommateur, responsabilité qui repose sur l’information, information qu’on cache, par tous les moyens possibles y compris la loi. Les USA sont un pays malade.

– On peut aussi ajouter l’interdiction de mentionner qu’un produit alimentaire ne contient pas d’OGM. Du coup ils peuvent facilement affirmer que les consommateurs ne refusent pas les OGM.

– Par contre, nier l’existence des chambres à gaz est protégé par le premier amendement, lui … allez comprendre la logique.

– Aucune loi n’interdit pourtant de filmer les horreurs de la guerre ou de la folie ordinaire des hommes. Au contraire, c’est même le fond de commerce de toute une industrie du spectacle.

– Il devient illégal de dénoncer la torture des animaux mais il est quasiment impossible d’interdire à tous les fous de se procurer des armes légalement et de commettre de gentils petits massacres !

– Dans la logique américaine, il faudrait autoriser le port d’armes pour les animaux !

– Ce projet plus l’amendement Monsanto***…. passé en catimini et signé par Obama en connaissance de cause, sont instructifs.

– Les tenants de l’agrobusiness finiront par nous traiter comme ces animaux maltraités.

* Le Monde.fr | 11.04.2013, Filmer la cruauté envers les animaux, un crime aux Etats-Unis

** ALEC,  American Legislative Council, un think-tank conservateur

*** Le « Monsanto Protection Act » garantit la culture des OGM contre toute décision de justice.

1 réflexion sur “Souffrance animale, un secret industriel qui fait mal”

  1. Ces règles sont en effet absurdes et illogiques. Elle relèvent tout simplement du poids des lobbys. Les hommes ont le droit de savoir ce qui se passe tout le long de l’élevage des animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *