Stérilisation de masse des chats… Et celle des humains ?

On croyait voir sur l’image des chats torturés, ce n’était qu’une vaste opération de stérilisation de chats abandonnés que des étudiants vétérinaires de l’université de Floride avaient organisé en 2011 dans l’intention de les faire adopter… Mais ce billet* de Catherine Vincent n’ose pas aborder le problème de front : la stérilisation de masse sur une espèce animale est-elle justifiable ? C’est ce que font quelques commentateurs sur lemonde.fr :

Jojo2 : Il reste tout de même la question de fond le droit que s’arrogent les humains de réguler la population des chats. Je ne suis pas un militant écologiste ou activement engagé dans la défense des animaux, mais j’aimerais savoir les raisons de telles pratiques de stérilisation.

Truelle : Pour moi, la nécessité est toute trouvée : Le chat est un super-prédateur, avec des molaires spécialisées appelées « carnassières ». Bien des îles et endroits isolés ont vu leur population d’oiseaux ou de petits mammifères disparaître à cause de l’introduction d’un couple de chat par les colons. Ils sont mignons, ils sont voraces et ils se multiplient à une vitesse impressionnante. Le cocktail détonnant pour en faire un péril environnemental. L’euthanasie de ceux qu’on ne peut nourrir décemment me paraît vraiment acceptable, de ce point de vue. Et, si ça peut aider, tout parallèle avec la population humaine est possible…

Deshaches : Il serait délicat de s’interroger sur la limitation de la prolifération des humains qui pullulent et tuent les petits oiseaux ! Faire des amalgames avec tout et n’importe quoi amène à des erreurs criminelles…

Alphonse : Leurs propriétaires, ne gardant pas leurs chats sous contrôle, sont les premiers à pleurer quand il faut noyer ou piquer la quatrième portée de l’année de leur chatte chérie… Espèce animale intéressante par son comportement de compagnon à faible responsabilité, mais qui reste un nuisible.

X&tera : « Espèce animale intéressante par son comportement de compagnon à faible responsabilité, mais qui reste un nuisible. » Une bien belle description de l’être humain.

                Ces commentaires ne font pas le lien avec les campagnes de stérilisation forcée qui ont eu lieu en Inde ou la politique contraignante de l’enfant unique en Chine. La question de la surpopulation humaine reste un tabou alors que la stérilisation d’un chat ne pose de problème à personne. Pourtant ils ne sont en France que 11 millions de petit gabarit et d’appétit modeste pour 66 millions d’humains de taille respectable et de besoins incommensurables. Il reste donc matière à amples discussions sur le thème de la régulation quantitative d’une espèce !

* http://animaux.blog.lemonde.fr/2014/03/19/chats-tortures-la-realite-derriere-limage/

Partagez ...