terrorisme nordique

Il y a un terrorisme présumé et un terrorisme réel. Selon un chercheur à l’IDDRI, « le problème essentiel est que les pays qui sont responsables du changement climatique, les pays du Nord, en subiront le moins les effets : ils seront surtout subis par les pays du Sud ». Ce n’est qu’un aspect de l’impact terroriste destructeur du modèle de croissance véhiculé par les pays riches : épuisement des ressources fossiles, détérioration des ressources renouvelables, destruction des sociétés agraires, urbanisation imposée, montée des inégalités et de l’exclusion, etc. Les krachs écologiques, provoqués par la société thermo-industrielle, deviennent le facteur géopolitique dominant.

En face il y a un terrorisme présumé, celui de ces jeunes mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », soupçonnés simplement d’avoir mis à mal un caténaire SNCF. Il faut dire que la généralissime Alliot-Marie parle déjà de « terrorisme idéologique ». Nos garde-chiourmes ont peur d’un processus intellectuel qui aurait été à l’origine d’Action directe ou même d’un mouvement d’aussi grande ampleur que celui qui a entraîné la révolution de 1917. Mais la ministre en  convient : « Il n’y a pas de trace d’attentats contre des personnes. » (LeMonde du 4 décembre). Tout cela me rappelle fortement le mouvement luddite, un mouvement qui respectait notre avenir et qui a été assassiné par l’Etat.

Le luddisme a connu ses débuts dans un petit village au nord de Nottingham, la nuit du 4 novembre 1811. Une troupe d’artisans pénétrèrent dans la demeure d’un maître tisserand pour y détruire une demi-douzaine de machines à tisser, convaincus qu’elles nuisaient à leur commerce et à l’emploi. Pendant trois mois, les Luddites attaquèrent les usines et cassèrent les machines jusqu’à ce que la loi fasse de la destruction des machines un délit passible de la pendaison : les machines étaient devenues plus importantes que les hommes. Aux Assises de décembre 1812, quatorze hommes furent pendus et six envoyés aux galères. Pourtant les Luddites ne se révoltaient pas contre toute technologie, mais contre celles qui laminaient leurs modes de vie et de travail, brisant irrémédiablement les liens familiaux et communautaires.  (In Les luddites (bris de machines et économie politique) de BOURDEAU et JARRIGUE)

Reste à savoir si s’attaquer aujourd’hui à des caténaires est un objectif sensé !

Partagez ...