Troisième révolution industrielle, débat Gadrey/Rifkin

Miracles de la TRI (troisième révolution industrielle*) : énergies renouvelables quasiment gratuites, production par les particuliers d’énergie et de biens matériels, déplacement écologique dans des véhicules verts. Contre ces illusions, Jean Gadrey** n’y va pas avec le dos de la cuillère. En résumé :

« Jeremy Rifkin s’oppose clairement aux appels à la sobriété et encore plus à l’objection de croissance. La TRI est une modalité de croissance supposée verte… Sa TRI est en réalité hyper matérielle, hyperconusmérits et hyperproductviste. La quasi-gratuité de l’énergie à terme est une hypothèse intenable et il oublie les pics matériels (minerais, terres arables, forêts, eau douce…) qui ont déjà commencé à faire sentir leurs effets… Il s’agit à mes yeux d’une imposture intellectuelle, mais aussi d’un choix stratégique pour refuser le scénario de Tim Jackson « prospérité sans croissance »… Il annonce de forts gains de productivité dans l’agriculture grâce à des « technologies intelligentes » et dans tous les services grâce aux robots… Rifkin n’y connaît strictement rien aux services, comme tous les industrialistes… Rien sur les inégalités, or qui va pouvoir transformer son logement en fournisseur net d’énergie, se payer un véhicule à pile à combustible et s’équiper en super imprimante 3D… Rien sur les pays « en développement »… Rien sur l’isolation thermique des logements anciens… Tout centrer sur l’hydrogène pour stocker les énergies intermittentes est une solution refusée par presque tous les spécialistes de l’énergie… »

Par contre Jean Gadrey rejette la conversion de Jeremy Rifkin à l’économie écologique : « Les lois de l’énergie gouvernent toute activité économique » et « le processus économique reflète les processus biologiques de la nature ». La science économique devient donc une branche de la thermodynamique et de la biologie. Pour Gadrey au contraire, si les lois de l’énergie et de la matière doivent être prises en compte, les pratiques économiques sont des pratiques sociales qui ne se limitent pas à des échanges d’énergie. A croire que Gadrey n’a aucune culture sur la bioéconomie. De sons côté Rifkin ne faisait que reprendre les analyses de Nicholas Georgescu-Roegen… en oubliant que celui-ci avait démontré la nécessaire descente énergétique de nos sociétés occidentales !

Jean Gadrey pose une question essentielle : « À qui se fier ? » Nous avons une réponse : ce blog Biosphere…

*Jeremy Rifkin, La troisième révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, Éditions Les Liens qui libèrent, 2012

** http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/05/13/jeremy-rifkin-le-gourou-du-gotha-europeen-3/

PS : SOBRIÉTÉ à la TRAPPE, BIENVENUE au CONSUMÉRISME et AU PRODUCTIVISME… et dégagez a dit le premier ministre Ayrault aux ministres socialos de l’écologie Nicole Bricq, puis maintenant Delphine Batho

Partagez ...