Trop d’humains pour la planète ? OUI

Le meilleur moyen de protéger la planète n’est-il pas d’être moins nombreux ? En 2017, 15 300 scientifiques de plus de 180 pays alertaient sur l’état de la planète. La question démographique figurait en bonne place dans leur manifeste. Parmi les signataires en effet, beaucoup sont des écologues découragés par l’ampleur des destructions et les montagnes de déchets générées par l’humanité : « En échouant à limiter adéquatement la croissance de la population, à réévaluer le rôle d’une économie fondée sur la croissance, à restaurer les écosystèmes, à enrayer la pollution, à stopper la défaunation et à limiter la propagation des espèces exotiques envahissantes, l’humanité omet de prendre les mesures urgentes indispensables pour préserver notre biosphère en danger. » Yves Cochet aime à répéter qu’il est temps d’inverser le principe de la politique familiale à la française : les allocations devraient venir en aide lors de la première naissance, diminuer à la deuxième et être supprimée à la troisième : « Les jeunes générations pleurent quand je leur donne mon point de vue, mais c’est ainsi : avoir un enfant n’est plus une affaire privée, c’est un choix politique. » Après les pays anglo-saxons, apparaissent des associations comme Démographie responsable, qui plaide pour que le nombre d’habitants n’y dépasse pas en France 70 millions, puis tende à diminuer*. Les commentaires sur lemonde.fr sont plutôt malthusiens :

Hilare : Dans une équation à plusieurs variables il est vain de chercher la solution en ne prenant en compte qu’une seule variable, la démographie !

Eljulio @ Hilare : Cette équation a été posée (équation de Kaya). Afin d’être en adéquation avec les limites physiques de notre planète, il est possible d’influer sur la population,sur les gains d’efficacité (technologie) ou sur la production de richesse (sobriété). Etre en adéquation avec les limites physiques signifie diviser par 3 notre impact. Or les gains d’efficacité déclinent et nous cherchons constamment à accroître la production de richesse. La population sera donc la variable d’ajustement de gré ou de force.

Chris : Rappelons qu’avant l’Homme, jamais dans l’histoire de la planète une espèce de grand vertébré terrestre n’a atteint un tel niveau de population et de densité. Rien que cela devrait alerter. Et quand il nous faut plusieurs planètes pour subvenir à l’ensemble de nos besoins, ne venez pas me raconter qu’il n’y a pas surpopulation.

Julien B : La haine des riches va jusqu’à vouloir empêcher les pauvres d’exister.
Et si on changeait de paradigme dans la vision utilitariste que les riches revendiquent eux mêmes, mais pour les autres : supprimer seulement les 1 % les plus riches, avec leur gabegie, leur haine et leur arrogance, suffirait à sauver la planète.

Planether : Les 1% …ils sont pratiques ceux-là. Le problème c’est surtout les 15 % qui suivent et dont vous faites partie. Eux organisent la production et vous la justifiez. Cessez de manger de la viande, déséquipez vous, renoncez à la voiture et vous pourrez parler des pauvres.

Noodlefr : Prenez un pauvre et transformez le en riche et vous retrouverez vite la même voracité. Ce n’est pas un problème de riche ou de pauvre, c’est un problème lié à l’espèce humaine dans son écrasante majorité : nous sommes une espèce ultra vorace et immature qui nuit à tout ce qu’elle touche ou presque. Les quelques peuplades humaines qui avaient appris à vivre en harmonie avec leur environnement ont en général été balayées ou exterminées par celles qui ont appris à accumuler et à surexploiter.

Alloc : Il existe de nombreux processus naturels de régulation des populations : épidémies, famines, guerres… n’oublions pas ces possibilités

LeBret @ Alloc : À l’échelle d’un pays ou d’un continent, oui. Mais pas à l’échelle d’une planète. Regardez les courbes démographiques mondiales du XXème siècle : malgré 2 guerres mondiales, des dizaines de millions de morts dus aux famines, des génocides par douzaines… la population mondiale n’a JAMAIS diminuée.

Lotus : Le Sida et Monseigneur Ebola n’ont pas répondu aux espoirs mis en eux.

Gaia ? Une épidémie mondiale serait dramatique pour les humains mais la planète s’en porterait mieux… Gaia va-t-elle faire muter les virus dans un geste désespéré d’auto défense ?

* LE MONDE du 16 février 2019, Trop d’humains pour la planète ? (article de Martine Valo)

Partagez ...

4 réflexions sur “Trop d’humains pour la planète ? OUI”

  1. On pourrait répondre à Hilare que, quand dans un produit, on divise l’un des facteurs par un certain nombre, on divise aussi le résultat par ce même nombre. Donc son raisonnement ne tient pas pour dénoncer ceux qui mettent en avant la démographie (bien d’autres raisons militent en outre en ce sens)

    1. Hilare a raison de parler d’ «équation à plusieurs variables». Trop d’humains pour la planète, peut-être… Mais en attendant, trop de riches ça c’est sûr. Seulement «trop d’humains» c’est ce qui pourrait (peut-être) permettre à notre espèce de ne pas disparaître. Et ça, je pense que ce n’est pas rien. Bien sûr rien n’est garanti et c’est pour ça que j’ai utilisé le temps du conditionnel.
      Imaginons une catastrophe (virus ou autre) qui décime en l’espace de quelques jours ou quelques années 99% d’une population P1. Là aussi il s’agit d’une simple division. Si P1=8 milliards ça nous ferait 80 millions de survivants, si P1=2 milliards ça ferait 20 millions, etc. Nous appellerons P2 cette population de survivants.
      Imaginons maintenant P2 dans un environnement ravagé, pollué etc. bref dans un monde pas spécialement propice à l’épanouissement de la vie. Quelles seraient alors les probabilités pour que notre espèce puisse survivre et continuer, peut-être à évoluer… dans un cas ou dans l’autre ?

  2. De toute façon, les anglais ont raison, il n’y a plus le choix que de digérer la sanction, le ver est dans le fruit ! Il n’y a plus qu’à laisser la sélection naturelle faire son œuvre ! Lorsque 60 à 80% de la population sera infectée, ce sera à partir de ce moment qu’une immunité pourra se développer dans l’ensemble de la population, même s’il y aura beaucoup de morts entre temps ! Mais on ne peut rien faire d’autre, on ne peut pas désinfecter toutes les poignées de portes, de barre dans les métros et autres transports en commun, les tablettes et les ordinateurs, bref tous les objets, les désinfecter en permanence, ça ne peut être qu’efficace dans une certaine mesure où tout le monde le fait, mais vu qu’il y a toujours une frange de la population qui n’est pas disciplinée, alors ça ne fera que retarder l’inéluctable…. LA SÉLECTION NATURELLE !

  3. Le repli sur soi, le repli sur soi clamait haut et fort l’UmPs ! La bonne blague ! Et ben finalement il s’avère que ce soit la mondialisation qui colporte les épidémies plus rapidement et que ce soit plutôt l’ouverture des frontières qui nous a expédié direct au repli sur soi ! A présent, tout le monde doit se cloisonner à son domicile sans en sortir pour ne pas propager davantage l’épidémie de corona-virus !

Les commentaires sont fermés.