Trop malsaine, cette « démocratie » en berne

Un tour des infos du MONDE (numéro du 8 juin 2019) rendrait une personne normale complètement désespérée face aux jeux pernicieux des combines de la démocratie « représentative ».

– La démocratie anglaise à vau-l’eau : Boris Johnson est favori pour succéder à May. Spécialiste des Fake news qu’il émettait pour pousser au Brexit, son amateurisme en tant que chef de la diplomatie a fait le tour du monde. Le bagou, l’europhobie et le nationalisme tiennent lieu de passe-partout pour accéder aux postes de responsabilité. Les membres de la Chambre des communes ne voteront certes pas pour ses qualités, mais comme seul rempart qui paraisse « « crédible » au Parti du Brexit de Nigel Farage. Le choix entre Charybde et Scylla, comme en France Macron ou Le Pen aux européennes, exit l’importance de l’Union ! (page 3)

– « Comme il est généralement admis dans la société japonaise que porter des hauts tallons est nécessaire et approprié au travail », le ministre du travail Kanako Otsuji refuse de légiférer pour interdire aux entreprises d’obliger ses salariées à porter des chaussures à talon. Peu importe que cela nuise à la marche et entretienne des douleurs, la tradition est plus forte que la volonté des femmes ! (page 4)

– Au Kazakhstan, une élection de pure façade. Le successeur désigné de Nazarbaïev doit être élu sans surprise à la présidence. La seule interrogation, pourra-il obtenir les 97,5 % des voix qu’avait récolté celui-ci en 2015 ? Les clans oligarchiques continueront à se partager les richesses du pays (pétrole, gaz, uranium). (page 5)

– Il n’y a pas de démocratie mondiale, c’est chacun pour soi dans la défense de ses propres intérêts. L’enjeu, prendre le contrôle d’une organisation qui aura une influence sur les standards agricoles et alimentaires. Pour l’élection au poste de directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), la candidate française Catherine Geslain-Lanéelle défendra un « projet mondial incluant les intérêts américains. » Elle s’est engagée à « ne pas défendre les positions européennes sur la question des biotechnologies et des OGM ». Le candidat géorgien David Kirvalidze est partisan du libre-échange ; il se targue d’avoir « le soutien d’un grand nombre de pays en voie de développement ». Cette élection est phagocytée par la règle « un pays, un vote ». De son côté, la Chine travaille activement à faire élire son candidat, Qu Dongyu ; on n’hésite pas à sortir le carnet de chèques et à user de son influence pour obtenir les voix de pays ­africains. La lutte contre l’insécurité alimentaire , objectif premier de la FAO, passe clairement au second plan ! (page 6)

– La démocratie participative devient un véritable marché. Les entreprises du secteur dépendent pour beaucoup de leurs commanditaires, élus et administrations, qui ne font pas souvent la différence entre participation et communication. Pensons au Grand débat de Macron qui n’a pas respecté l’éthique de la participation équitable de tous : interventions répétées du président de la République, questions orientées et qui excluent des sujets comme l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune), commentaires désactivés sur la plate-forme en ligne… (page 16)

Comment voulez-vous que dans un contexte général aussi éloigné de l’intérêt public on puisse prendre des mesures radicales pour assurer la transition énergétique et écologique. D’ailleurs, aux dernières nouvelles, cette dénomination est devenue officiellement « France, finance verte » dans le code de l’environnement !!!

5 réflexions sur “Trop malsaine, cette « démocratie » en berne”

  1. Là encore, il n’est pas question ici de commenter l’objectivité ou l’orientation du journal LE MONDE, mais de voir où en sont nos dites « démocraties ». Et pour ça, ces quelques exemples pointés par LE MONDE, plus ce que rajoute Biosphère, nous y aide parfaitement.
    « Déliquescentes, en berne, malsaines » … oui, c’est tout à fait ça.
    Après c’est comme pour tout, quand on ne veut (ou peut) pas voir, ou comprendre quelque chose, il ne reste plus qu’à attendre de se heurter au réel. ( « Le réel, c’est quand on se cogne » – Jacques Lacan)

  2. Le monde est aussi une référence en matière de dévotion au mondialisme , à l’ immigrationnisme , à l’ invasion migratoire, au nouvel ordre mondial , à la sacrosainte croissance économique , à la farce climatique , à la diversité et d’ obséquiosité envers le pouvoir !
    Je ne regrette pas l’ utilisation du terme « immonde  » qui lui sied à merveille .
    Ce journal , jadis intéressant et fort lu , n’ est plus que l’ ombre de lui-même à force de critiques stupides du nationalisme ( le vrai qui s’ occupe de sa population native pas celui expansionniste d’ Adolf) , de la défense de l’ identité , …
    Comme je le disais , tout coup mortel pouvant lui être porté , sera le bienvenu .

  3. « Spécialiste des Fake news …  »
    Ils parlent de l’ immonde ici : ce torchon à la solde de macrondelle dont on attende avec impatience le dépôt de bilan (je sais , je rêve mais son lectorat se réduit à vue d’ oeil)

    1. Marcel, LE MONDE reste un journal de référence par la multiplicité des informations qu’il nous apporte. Ce qui est immonde, c’est le détournement de la démocratie montrée par notre article synthèse grâce à cet apport.
      Les imprécations basiques et répétitives de votre part sur LE MONDE « immonde » n’apporte absolument rien au débat, dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *