Un arrachage d’OGM, les commentateurs se déchaînent

La parcelle (de 11 hectares) avait été plantée à la hâte d’un maïs OGM « en présence d’un huissier », juste avant la parution au journal officiel le 15 mars d’un nouvel arrêté d’interdiction de la culture de MON 810. La raison ? Avoir un prétexte pour attaquer sur le plan légal les mesures de protection mises en place en urgence par le gouvernement français. Les faucheurs volontaires ont procédé à l’arrachage de plants encore jeunes pour les remplacer par des graines de maïs bio. Les pro- et les anti-OGM se déchirent sur le net* :

Pro : Une preuve de plus que les agités de l’écologie ont des comportements quasi terroristes et à tout le moins peu démocratiques. La légitimité ne semble jamais les effleurer sauf pour aller à la soupe ministérielle ou aux postes électifs bricolés (cf Duflot et Placé dit bureau de placement).

Anti : Comportements peu démocratiques ? C’est bien vite oublier que 80% des citoyens sont opposés aux cultures d’OGM alimentaires. Il n’y a aucune raison qu’une demi douzaine de multinationales aidées par des centaines de lobbyistes richement dotés aient détourné pour leur seul intérêt économique des lois initialement destinées à assurer des productions de semences saines et de qualité garantie. La démocratie est d’abord au service des citoyens et certainement pas à celui de multinationales.

Pro : On peut penser tout le mal qu’on veut de telle ou telle multinationale, ce n’est pas vraiment le problème. Ce qui est important c’est de nourrir toute la planète. Peut-être les OGM sont-ils un atout, ou non. Mais certainement, les excommunier dogmatiquement n’est pas la meilleure façon d’aborder ce problème vital.

Anti : Les OGM n’ont jamais été  inventé pour nourrir le monde, le rendement agricole n’est pas meilleur. Il s’agit en fait d’une entreprise de concentrations des terres agricoles aux mains de quelques-uns au détriment de l’agriculture biologique et des paysans. Cela profite surtout aux semenciers qui sont à la fois fournisseur des ces semences non paysannes, des pesticides et des engrais.

Pro : En 1830, ces fous furieux auraient détruit tout ce qui ressemblait à un train, au motif que l’homme n’est pas fait pour voyager à des vitesses folles dépassant les 30 km/h. Et ils auraient brûlé Pasteur, ce médecin du diable qui voulait inoculer des produits dangereux aux enfants mordus par des chiens enragés au prétexte de vouloir les sauver ! Quand se décidera-t-on à enfermer Bové quelques années en prison pour simplement faire respecter la loi ?

Anti : Ce serait dommage d’enfermer quelqu’un qui se bat pour le bien être alimentaire de tout le monde. Selon une étude de The Guardian, 908 militants écologistes ont été assassinés dans le monde entre 2002 et 2013, avec un taux d’élucidation proche de zéro. Les anti-verts sont légions, et ils sont prêts à tout, y compris à la violence, pour imposer leur pseudo-progrès au reste du monde. L’humanité n’a jamais arrêté de détruire la planète et elle ne l’a jamais fait aussi rapidement qu’aujourd’hui. Tôt ou tard, on paiera tous les conséquences de ces irresponsables.

Pro : Greenpeace manifeste contre les centrales nucléaire et arrache le maïs OGM : quel rapport entre la technique nucléaire et la technique OGM ? Aucun. Pour Greenpeace il y en a un : ce sont des techniques créées par les hommes, qu’il faut donc combattre pour cette raison.

Anti : centrales nucléaires et OGM ont un trait commun, ces techniques empêchent l’autonomie des individus. Elles ne sont pas l’échelle humaine, mais dépendent du système militaro-industriel et/ou des multinationales. Toutes les techniques ne sont pas condamnables, il faut savoir nuancer ses propos. Il y a des techniques douces comme l’agriculture biologique et l’éolienne de petite dimension.

Pro : José Bové et autres veulent que l’on répande davantage d’insecticides dans les champs. Ils arrachent un maïs qui demande moins d’insecticide, qui sera remplacé par un maïs qui sera copieusement arrosé d’insecticide.

Anti : Un OGM, c’est soit une plante qui produit elle-même le pesticide, soit une plante qui résiste aux pesticides de Monsanto. Bref, OGM = Pesticides. Les études ont montré que les semences OGM n’entraînent pas l’usage de moins de pesticides, mais d’encore plus de pesticides. De toute façon la résistance croissante des insectes aux produits « phytosanitaires » montre que l’usage de ces molécules, qu’il soit internalisé dans la plante ou appliqué de façon externe, aboutit à une impasse.

Pro : Le nombre des espèces diminue. Afin d’assurer la pérennité du monde vivant les biologistes doivent pallier cette diminution en créant de nouvelles espèces via les techniques d’OGM. L’hostilité de groupuscules à cette nouvelle science rappelle l’hostilité stalinienne à la génétique naissante des années 30-50 et qui avait trouvé son accomplissement catastrophique dans le Lyssenkisme.

Anti : Je vous propose de considérer le problème autrement : confier à l’homme la responsabilité d’assurer la pérennité de la biodiversité par la manipulation du vivant relève d’une confiance ambitieuse dans l’anthropocentrisme dont toutes les détériorations de la biosphère qui s’ensuivent montrent l’échec croissant. Et ce n’est pas en invoquant les mânes du stalinisme qu’on apporte des preuves contraires…

* Le Monde.fr | 02.05.2014, Greenpeace et des faucheurs mènent une action dans un champ de maïs OGM

Partagez ...